Lost Kingdom  :: Administration :: Présentations archivées

Androïde X-99.B

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
X-99.B
IDENTITÉ
RACE ▬ Androïde.
AGE ▬ Un an.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Inconnue.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Sous les ordres d'un inquisiteur.
NATIONALITÉ ▬ Ellgardienne.
FACTION ▬ Empire.
MÉTIER ▬ Arme ; Chevalier - Escadron de la Mort.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x x x ○ ○
❯ force x x x x ○
❯ endurance x x x x x
(TECHNO)MAGIE
❯ mana ○ ○ ○ ○ ○
❯ puissance ○ ○ ○ ○ ○
❯ contrôle ○ ○ ○ ○ ○
Corps résistant aux IAC (Impulsions anti-cristomagie) :

Conçue d'après le modèle X-99.A, améliorée après la disparition de celle-ci, et sa conversion, X-99.B a été modifiée de sorte de pouvoir résister à toute impulsion ou rayonnements magiques émis dans le but de nuire à la cristomagie qui l'anime. Fonctionnant de façon passive, il semblerait que les matériaux de son corps soit à l'origine de cette resistance surprenante.

Détection de la magie :

De façon passive, par sa conception, X-99.B a été dotée d'yeux qui lui permettent de voir au delà du réel. Impulsions cristo-magiques soudaines, canalysations de pouvoirs, elle est capable de voir ainsi ce qui est caché au plus grand nombre. Si cela lui permet alors d'identifier facilement des menaces, pour s'en prévenir -ou en prévenir d'autres-, ou pour les traquer, il est néanmoins à noter qu'une trop grande concentration de magie en un endroit, peut rendre ses process moins rapides.


Caméléon :

Outre son corps resistant, une troisième compétence lui a été offerte. Nécessitant une concention de tous les instants, elle peut modifier sa "peau" de telle sorte à se fondre complètement et parfaitement dans le décor.

PHYSIQUE
Un air d'innocence.

Qui pourrait croire, en voyant cette jeune demoiselle, ce qui se cache derrière cette peau sublimée ?
Qui pourrait voir, croyant cette jeune demoiselle, ce qu'elle est véritablement ?

Dans la tour de contrôle, la jeune demoiselle s'observait, dans le reflet de l'immense vitre qui courait le long du couloir illuminé. La nuit lui permettait d'avoir un semblant de miroir putôt correct. Lentement, elle porta un de ses longs doigts fins jusqu'à son visage, en enfonçant un dans sa joue.

A se voir, elle savait que l'illusion était parfaite. Mais qu'était la perfection. Etait-ce répondre au goût de chacun, était-ce un point impossible à atteindre, ou bien était-ce un choix de conception, respectant des règles mathématiques régissant les corps humains ? Elle connaissait ces calculs, et elle voyait clairement leur application, dans sa conception, dans la structure du modèle auquel elle appartenait. La texture de cette peau artificielle était parfaite. La jeune demoiselle laissa son bras retomber le long de son corps, ses yeux continuant leur inspection.

Elle voyait d'abord cette peau d'albâtre, sans défaut, qui aurait fait sûrement palir plus d'une de ces nobles qui avaient toujours une volonté de se cacher d'un soleil, arguant la pureté de leur teint. Elle, elle ne comprenait pas ces notions. Alors, elle passait au delà de son petit nez, parfaitement placé, au delà de ses lèvres insouciantes qui, malgré des possiblités d'expression aussi grandes, voir plus, que les humains, au delà des pomettes légèrement hautes. Elle appréciait ses yeux qui se détachaient bien du reste, d'un bleu azuré, clair et profond en même temps, semblant aux teintes que prenait parfois le ciel, quand les vents froids chassaient les nuages blanchâtres.

Comme pour se différencier un peu plus de l'Ancienne X-99.A, l'Androïde avait fait le choix de garder ses cheveux synthétiques courts, venant tout juste lui caresser les omoplates. Pour se démarquer du blanc, et aller avec ses yeux, X-99.B a même pris partie de se les teindre dans un bleu azur. Poussant un soupir, elle passa la main dans ses cheveux, sur sa nuque, pour tapoter d'un ongle bleuté son tatouage indiquant son numéro de série.

D'une taille plutôt petite, pour garder le plus possible cette illusion d'innocence, elle arguait souvent d'une moue boudeuse qu'elle grimpait jusqu'au mètre cinquante trois, même si toutes les mesures et fichiers de conception n'indiquaient que le mètre cinquante deux. Petit égo personnel, que certains qualifiaient de "mignon", comme si X-99.B, cherchait particulièrement à se démarquer de 99.A.

Mais si la douleur est le poison de la beauté, que cache cette parfaite innocence ?

Peut-être la réponse se trouve alors dans le corps lui-même. Conçue avec des matériaux plus résistants que la version alpha, X-99.B est en fait un concentré de puissance physique. Si nul cristaux secondaire n'est présent pour lui permettre d'utiliser laser ou autre techno-cristo-magie, elle a été conçue comme une machine de guerre, que peu de chose peu arrêter. Resistance, force, agilité. Rien n'est négligé.
CARACTERE

L'enfer est vide, tous les démons sont ici.

Derrière ce visage sans expression, au delà de ces gestes fluides et discrets. Au delà de ses yeux à la lueur égale quelle que soit la situation. Un murmure silencieux. Un murmure muet, qui ne pouvait pas traverser ses lèvres. Qui ne franchissait même pas le seuil de son noyau mémoriel. Ce cri qui ne ralentissait pourtant ni sa main. Ni ses pensées. Ce hurlement, que personne ne pouvait entendre.

Le paradoxe était affreux. Comment, ce petit bout d'adolescente, légère et fragile à première vue, pouvait être auteur de ces attaques. Ses poings qui s'écrasaient contre les crânes des impudents, qui brisaient les torses d'un coup. Ce corps, contre lequel les tirs s'écrasaient, ou la frolaient. Il était clair que la première des lois qui régissaient les Androïdes ne s'appliquaient pas chez elle. Et encore moins, quand il s'agissait de la Resistance. Honnis. Maudits.

Un feu léger est vite étouffé : si vous le laissez faire, des rivières ne sauraient l'éteindre.

Sa prédécesseuse avait échoué. Disparue. Passée à l'ennemi. Le feu qui couvait prenait ça et là. Et le fardeau qui n'était pas le sien, était pourtant venu se poser sur ses frèles épaules. Enfoncé dans ses programmes, presque à la racine de ceux-ci, il était sien, maintenant, et son existence entière semblait s'articuler autour de cette triste notion.

Pourtant, originellement, l'Androïde n'avait aucune inspiration à la guerre. Elle l'avait même en horreur. Si quelqu'un avait pu passer outre cet endoctrinement programmé, nul doute que le paisible l'aurait emporté sur la violence. C'était peut-être presque triste. Voir ce corps, à la peau parfaite, et l'apparence innocente, devenir machine à tuer sous un simple ordre, alors que derrière les portes qui enfermaient son âme créée, se trouvait ce calme. Parfois, même, on pouvait la voir, en dehors de ses missions, dans un des bords de la base militaire, ses doigts accrochés dans le vide, sans bouger, son regard fixés vers un oiseau qu'elle observait alors, comme si son corps était en veille.

Oh, l'illusion, en dehors de ses missions, était belle. Une jeune adolescente qui aimait les animaux, se plaisait et se perdait à la contemplation, aimable en tous points, respectant sa place, avec quantité de manières, de rituels infimes. Discrète, préférant les murs aux centres des couloirs, préférant les ombres à la lumière criarde. Des sourires doux, de circonstances, s'affichaient sur son visage.

Une illusion qui s'effaçait au moindre ordre. Pour X-99.B, la place des Androïdes dans la société était d'obéir, aveuglément, à celui qui était désigné. Ceux qui s'éloignaient de cette vision, alors, étaient soit corrompus, soit deffectueux. Et s'ils avaient été conçus ainsi. Quel intérêt. Par cette vision viciée d'elle-même, l'Androïde avait limité ses propres sentiments. Bonheur, joie, tristesse. Cela n'était pas pour elle. Elle n'y avait pas droit. Jusqu'au bout des ongles, elle se voyait avant tout comme un outil, une machine.

Une illusion qui s'affinait au moindre ordre, aussi. Quand il fallait s'infiltrer, elle prenait ses rôles sans hésitation, portant un autre masque, comme s'il avait été sien toute sa vie. Informations emmagasinées dans son noyau de données aidant, elle pouvait passer de servante, à vendeuse dans les bas fonds en un clauqement de doigt, sans que cela ne se voit véritablement. Outre son apparence de trop jeune femme.

En trois mots : L'obéissance était absolue.
HISTOIRE

Peu après la moitié de l'An 416, Base militaire, Ellgard.


- Bhuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Ici et là, en écho, hurlaient les sirènes accrochées aux murs de l'enceinte. Ici et là, des hommes couraient, dans un ordre martial, seuls quelques scientifiques, restant à leurs occupations plus importantes qu'une alerte semblaient ennuyés et désordonnés par le son qui vrillait leurs oreilles.

- C'est bientôt fini, oui ?! rugit l'un d'eux, levant son poing fermé vers le mégaphone. Ils tombent bien, tiens...

Une autre leva les mains en signe de calme, tentant d'apaiser le groupe qui, par l'effet de masse, s'échauffait les uns les autres, en vain. L'homme en blouse -le seul d'ailleurs-, excédé lacha finalement d'un ton inquiet en se rasseyant sur son siège à roulettes.

- Pourquoi viendraient-ils maintenant exactement ? Alors que nous avons tout juste enclenché les procédures de démarrage ? Ca ne peut pas être une coincidence ! grogna-t-il, bougon.

S'il marquait peut-être un point, en signalant que le timing était bien trop ajusté pour ne pas se poser de questions, il ne restait que tous les scientifiques, hommes et femmes, qui avait travaillé sur ce second modèle, sans l'aide de la Docteur Vi, étaient présents dans la pièce. Soumis au secret, durant les mois de durs labeurs, leurs communications avaient été épiées, et leurs gestes surveillés. La possibilité qu'une personne présente dans la pièce ait pu prévenir des membres de la resistence pour attaquer une base militaire sur-protégée était... assez faible. Faible, mais pas inexistante.

- Bhuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Un juron presque unisson parcouru l'assemblée tandis que certains se bouchèrent les oreilles. A croire que l'alarme prenait un malin plaisir irrégulier, à monter en fréquences. Pourtant, aucun d'entre eux n'avaient d'yeux fixés sur la porte offrant sur le couloir où quelques personnes s'agitaient encore. Tous regardaient l'écran lumineux, alimenté par un crisal qui pulsait doucement. Les commandes qui s'affichaient montraient que le programme de lancement arrivait sur sa fin.

- Ca va être là ! Poussez-vous, poussez-vous ! siffla d'une voix pleine d'excitation une femme ridée.

Energique, elle se fraya un chemin parmi ses collègues jusqu'à un clavier, pour laisser ses doigts, agiles pour son âge, y courir, les yeux rivés sur l'écran. Tous s'étaient amassés autour d'elle, sauf le grand en blouse qui se dirigea sur le côté, passant dans une salle connexe, où tout le monde avait une vue, via une grande fenêtre qui faisait tout le mur. L'homme imposant semblait dans son milieu, et bien plus leste qu'on ne pouvait le penser au premier regard, il esquivait cables, tubes, et machines, pour en brancher d'autres, ou en enlever certaines. Tout cela, autour d'une silhouette, sanglée sur une table blanche, d'où partait tout ce capharnaüm.

- Bhuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Le scientifique soupira.

- Comme si c'était le meilleur réveil qu'on pouvait proposer à celle qui va s'éveiller, bougonna-t-il.

Un regard vers l'arrière, pour surveiller un écran qui indiquait les pulsasions de cette illustre patiente. De l'autre côté de la vitre, celle qui semblait être la scientifique en cheffe avait terminé ses commandes, l'indiquant d'un signe de main clair à l'homme en blouse. Il n'y avait plus qu'à attendre. Quelques secondes. Et le tout s'allumerait. Quelques minutes, et la conscience serait pleinement fonctionnelle.

Les uns et les autres, suivaient en silence le décompte qui s'affichait sur l'écran. Puis vint le moment.

La silhouette, humanoïde ouvrit les yeux, laissant le temps à ses processus de saisir les informations. Pour la première fois, pour le premier lancement, sûrement quelques réglages étaient à faire. Réglages qui ne nécessiteraient plus d'aide extérieur si tout allait bien.

- Bhuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Une dernière fois, semble-t-il, la sirène hurla aux oreilles de tous. Finissant d'énerver un des excédés, celui-ci pris un lourd marteau, pour l'envoyer droit sur l'alarme qui se tut avec un grésillement pitoyable. Le groupe soupira en même temps, de soulagement. Ce n'était pas professionnel et même contre-indiqué par tous les règlements de la base. Mais ils avaient autre chose en tête. Et avoir comme base de réveil ce mugissement régulier, pour leur Oeuvre qui s'éveillait. C'était hors de question.

L'oeuvre en question, une androïde aux longs cheveux blancs toujours sanglée, observait le plafond, puis, avec une douce lenteur, elle tourna la tête pour observer l'homme, semblant l'analyser. Une lueur étrange semblait passer dans ses yeux d'un bleu clair profond. L'homme en blouse s'avança au dessus d'elle, pour agiter au devant de ses yeux une loupiote.

- Bienvenue parmi nous, dit-il d'une voix étonnamment douce. C'est bien. Les réactions semblent correctes, laisse moi te désangler, puis tu pourras te redresser, X-99.B.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les sangles couleur noisettes, une à une, tombèrent, libérant ses bras, puis son corps entier. Avec aisance, l'androïde se redressa, sans problème visible d'équilibre. Sous le regard inquisiteur de l'homme en blouse (les autres membres scientifiques restaient dans l'autre salle, vérifiant données et rapports), la dénommée X-99.B se tourna, laissant ses fines et robustes jambes pendouiller un peu dans le vide. Puis, d'un saut, elle se retrouva debout, pieds nus sur le sol froid. Son regard, bleuté, sondait la personne en face d'elle, puis, lentement, son visage s'anima en un sourire plein de douceur.

- Je vous remercie pour cette vie, Docteur Siegfried, commença-t-elle d'une voix mélodieuse. Puis-je cependant vous demander d'où venait le bruit d'avant, l'alarme ?

Il fallait s'en douter, ses sens étaient en alerte. L'alarme les avait éveillé de façon plus forcée que prévue, et même si pour un modèle militaire comme celui de X-99.B, les lois étaient légèrement modifiés, la protection des êtres humains faisait partie de ses attributs premiers. Encore plus s'ils étaient de l'empire, comme ces scientifiques là. Le dénommé Docteur Siegfried passa sa paluche dans ses cheveux d'un air embêté.

- Il n'y a pas à t'inquiéter pour cette f...

Avant même qu'il ne puisse terminer sa phrase que la porte s'ouvrit à la volée, un soldat de la base s'efondrant, en sang, dans la salle remplie des scientifiques sans blouse. Alors que la stupeur les avait figé, par pur instinct, X-99.B se déplaça pour protéger de son petit corps le Docteur. Tension pesante, le temps reprit son cours quand un homme armé entra, masqué. Clairement, il ne portait pas d'uniforme de soldat de la base et son arme fumait encore du tir qu'il venait de porter à celui effondré.

Et il fit feu. Le seul réflexe qu'eut la pauvre Androïde qui venait de s'éveiller, toujours en train de processer les informations sensorielles et de mettre à niveau tous ses capteurs, fut de renverser au sol le Docteur pour le mettre hors de portée des tirs qui firent voler la vitre en éclat, rajoutant par dessus le nouveau brouhaha les cris de peur de de douleur des autres chercheurs. Pour sûr, ils étaient touchés.

Peut-être l'homme cria quelque chose, en rapport avec la résistance, qu'il fallait cesser de créer des armes. Peut-être cria-t-il autre chose. Mais entre l'état second dans lequel il se trouvait, et les machines qui semblaient s'affoler bipant de partout, le terroriste ne put éviter l'attaque fulgurante et implacable qui lui arriva dessus. Un glapissement se fit entendre, suivi d'un craquement peu ragoûtant : X-99.B l'avait saisit au niveau du torse et écrasé au sol d'une main, tandis que l'autre avait envoyé paître l'arme plus loin. Sûrement avait-il quelque chose de cassé, et il avait poussé un gargouillement étrange, mais l'androïde ne laissa pas plus de temps passer, et d'un coup l'assoma. S'il survivait au choc premier, peut-être les Soldats pourront tirer quelque chose de cet affreux-là. Mue par les lois et son inquiétude pour les scientifiques, la menace résistante passée, elle se redressa pour observer l'assemblée de chercheurs.

- Tout le monde va bien ?! X-9... Ouf, et vous ?!

Siegfried s'était redressé depuis, et ouvrant la porte plutôt que de passer par la fenêtre brisée, il était venu à l'aide de ses camarades, tandis que la tout juste éveillée aux longs cheveux blancs faisait maintenant de même. D'autres soldats arrivèrent en trombe, de l'Empire, eux, pour terminer de maîtriser la situation. Le bilan était cruel : les résistants s'étaient comportés comme des animaux acculés, depuis le départ, ils n'avaient pas eu pour but de survivre, mais de faire du dégat. Peut-être avaient-ils voulu montrer que le couple impériale, et leur main -qu'ils voyaient en l'armée- n'était véritablement pas intouchable.

- Viens par ici, X-99.B, fit l'homme habituel, alors qu'il soutenait la vieille femme, touchée par l'attaque, du sang coulant de son flanc, imbibant ses vêtements.

- Elle ne mourra pas, annonça l'androïde qui vint soutenir aussi la vieille savante, déposant sa main sur la blessure, empêchant par cette poigne le sang de s'écouler plus. La blessure, bien qu'impressionnante, est légère. Aucun organe important n'a été touché, et nous arriverons à temps pour qu'elle puisse recevoir les soins, si vous me montrez le chemin, Docteur.

Siegfried essuya sa main par réflexe sur sa blouse, y laissant une grande trainée rouge, et leva les yeux au ciel avant de se rappeler de la situation.

- Oui, viens. Suis moi, dit-il, en prenant une direction dans les couloirs, laissant les morts et les autres personnes saines et sauves s'occuper des blessés. Je suis désolé, X-99.B que ton éveil se fasse dans une telle situation. Mais nous aurons au moins pu voir que tu fonctionnes parfaitement. Tu resteras encore quelques temps ici, avant de pouvoir commencer le pourquoi de ta conception.

Il n'y avait rien à répondre. Et il n'y eut que le silence derrière. C'était une annonce de la suite, tandis qu'ils progressaient vite. Les quelques résistants fous avaient été tués pour la plupart, et l'alerte étaient terminée.  Pour l'Empire, cette folie n'avait pas été plus qu'une égratignure, par chance. Mais cela avait renforcée aussi le point de vue nouvellement créé de l'Androïde au sujet de ces terroristes.




Début de l'an 417, Dans un bureau, Ellgard.


X-99.B attendait sagement dans un couloir, dos à une porte, elle observait par la fenêtre d'un air contemplatif, absorbé, les quelques oiseaux qui semblaient se chamailler, ou se faire la cour, elle ne savait pas. Ils tournaient les uns autour des autres, se percutaient avec une douceur infinie, pour reprendre leurs piaillements inaudibles derrières ces vitres renforcées.

- X-99.B, entre, fit une voix qui s'éleva depuis la porte encore fermée.

Sans attendre, malgré un regard qui tenta de s'accrocher au possible aux moineaux, elle se retourna pour toquer à deux reprises sur la porte, avant de l'ouvrir. Devant elle s'étendait un long bureau sobre. Les meubles étaient en bois sombre et massifs, quelques bibliothèques trainaient sur les murs, et un ordinateur trainait sur le bureau. Seule coquetterie, un diplome accroché au mur. Un homme, habillé d'un uniforme grisâtre était assis, las, derrière le bureau. L'androïde s'avança, pour saluer de façon militaire son supérieur, restant debout.

Un silence s'installa, quelques instants. L'homme termina son office avec l'ordinateur, avant de reporter enfin son attention sur celle qu'il avait convoquée.

- Tu peux t'asseoir, dit l'homme, impérieux, désignant un siège de la main. Les quelques mois de tests ont permis de vérifier ton fonctionnement. Et tu l'es parfaitement. Si maintenant, les missions, pour toi, vont pouvoir commencer, X-99.B, nous, l'Empire, devons te dire que nous plaçons de grands espoirs en toi. Qu'au moins, toi, tu n'échoues pas.

Un moment de flottement. Que voulait-il dire ? X-99.A avait-elle eu un problème ? Alors que, lors des tests à la base militaire, si souvent, on lui avait répété à quel point la version originale était superbe, parfaite. Comme si son égo d'Androïde pouvait être entamé aussi simplement. Mais... Là ? Elle s'assit, il reprit.

- X-99.A est un échec. Elle a disparu, et sans nouvelle ni sans corps retrouvé, nous devons penser d'abord au pire : elle serait entre les mains de la Résistance. Ainsi, la mission qui était sienne te revient, X-99.B, de plus, tu auras aussi une nouvelle cible, la version alpha de ton modèle. Les informations et la technologie de l'Empire ne peut pas tomber dans de telles mains.

Dans une mimique typiquement humaine, l'Androïde cligna des yeux, semblant presque prendre du temps à encaisser la nouvelle. Néanmoins, quand elle prit parole, ce ne fut qu'une voix directe et harmonieuse comme à l'accoutumée. Plein de douceur, dur contraste avec ses mots.

- Transfert de la mission. Mes nouvelles cibles prioritaires sont Gabriel Knightwalker et X-99.A. La mort, gardienne féroce, est inflexible dans ses arrêts. Je n'échouerai pas.

Assise, donc, elle amena son poing fermé contre son torse, pour appuyer ses propos par un geste typiquement impérial.

- Où dois-je recommencer l'enquête ?

Le haut gradé hocha la tête, semblant satisfait de la réponse, même si elle venait, visiblement d'une jeune adolescente dans la force de l'âge. Le contraste était toujours surprenant. Les scientifiques avaient vraiment fait du bon travail : s'il ne faisait pas attention, il risquait presque d'oublier que son interlocutrice était avant tout une machine. Il se racla la gorge, et revint à son écran pour y tapoter quelques recherches. Quelques secondes plus tard, il tournait le moniteur vers l'Androïde juvénile.

- Tu iras t'infiltrer dans cette zone-là, pour prendre un job dans un hotel miteux du coin. Prête l’oreille à tous, mais tes paroles au petit nombre. Ce que tu pourras entendre là bas désignera sûrement tes cibles futures. Le reste des informations...

Il se baissa pour appuyer sur un bouton.

- Soldate Morton, vous viendrez dès que possible récupérer X-99.B. Vous lui fournirez les vêtements nécessaires au changement de milieu, ainsi que les informations que vous avez en main, énonça-t-il d'une voix toujours directe, qui ne souffrait pas de remarque, lachant le bouton dès la réponse envoyée par la soldate. Vous pouvez y aller, X-99.B ; et n'oubliez pas, soyez un peu plus digne que la version alpha.

L'androïde opina du chef sans ciller, avant de se redresser, saluant de la façon habituelle son supérieur. Après avoir fait deux pas en arrière, elle tourna les talons pour prendre congé.




Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.

Endossant le fardeau de X-99.A, X-99.B se conforma parfaitement aux souhaits de ses supérieurs. Arme de mort elle était, et arme de mort elle fut. Les ingénieurs avaient formidablement travaillés, lui conférant une resistance qui allait au delà de leur prévision. Et malgré les sentiments enfermés au plus profond de son noyau, l'Androïde était d'une efficacité meurtrière. Infiltrations dans divers milieux, des hauts aux bas quartiers. Du Palais Impérial à la Casse, elle avait su se fondre dans la masse, serveuse un moment, androïde dans le besoin un autre. Sous ses actions, qui se terminaient souvent de façon sanglante, nombres de petites cellules avaient été éradiquées.

Tant et si bien, que vint un moment où X-99.B obtint même le grade de Chevalier, sous les ordres directs de l'Inquisiteur de l'Escadron de la Mort. Reconnaissance de ses réussites ou poids supplémentaire sur ses frèles épaules, elle ne le savait pas trop. Toujours est-il, que grâce à cette nouvelle position, et les informations auxquelles l'Androïde allait pouvoir avoir accès, elle se rapprocherait peu à peu de ses cibles.

L'apparence angélique et l'illusion d'humanité cachaient bien des choses.


DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Chieko.
AGE ▬ 25.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ En allant sur un forum, puis de partenaires en partenaires.
UN AUTRE COMPTE ▬ Non.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ BEATLESS ▬ Lacia
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Oui.
Willkommen :)
Oé oé bienvenue. Oé.
Éo éo Bienvenue à toi éo. Androïde X-99.B 3254909690
Bienvenue parmi nous =D

Même si j'ai un peu coupé les ponts, la Mort reste une grande famille ♥️
Merci à vous quatre !
Bienvenue miss, superbe fiche !
Hâte de lire tes aventures et de voir l'évolution de ton personnage :D






Achillée murmure en peru, Aster gronde en darkgrey.
    Le staff passe vite te lire Androïde X-99.B 3421568806 Androïde X-99.B 1786526449 Androïde X-99.B 635802493
Et merci à toutes deux !
C'est dans la boîte! !
Félicitations tu es validée !

LES TEMPS FORTS ▬ Un Androïde tout ce qu'il y a de plus perfectionné et mortel! Tu as bien saisi les concepts de ton personnage et de ta faction, la fiche est agréable à lire du début à la fin.

REMARQUES ▬ Ça fait toujours plaisir de voir les prédéfinis du forum prendre forme, longue vie à toi sur Lost Kingdom! Androïde X-99.B 1901169607