Lost Kingdom  :: Administration :: Présentations archivées

▬Mizore Onna [80%]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Onna Mizore
IDENTITÉ
RACE ▬ Ange.
AGE ▬ 27 ans.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Pas intéressée.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Dans le vide le plus total.
NATIONALITÉ ▬ Mearienne.
FACTION ▬ Ordre des Astres.
MÉTIER ▬ Archmagister Polaris.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ○ ○ ○ ○ ○
❯ force ○ ○ ○ ○ ○
❯ endurance ○ ○ ○ ○ ○
(TECHNO)MAGIE
❯ mana ● ● ● ○ ○
❯ puissance ● ● ● ● ○
❯ contrôle ● ● ● ● ○


Maîtrise de la glace : Que dire de plus ? C’est un ange ! Sa magie est forcément de toutes beautés. En revanche, sa glace est une teinte légèrement violacée, ressemblant plus à de l’améthystes plutôt que de la glace du congélateur.

❯Papillon : Technique servant davantage d’avertissements que d’attaque qui consistent à créer des dizaines de papillons de glace virevoltants autour de l’adversaire, sans l’attaquer. Toutefois, si ces derniers se posent sur la peau de l’ennemi ce dernier souffrira de douloureuses brûlures.

❯Cerisier bleu : Mizore créée une zone autour de son adversaire où plusieurs piques de glaces tombent sur ce dernier.

❯Stalagmite : Si l’impératrice des glaces tape du pied sur le sol, celui-ci se fend légèrement pour faire apparaître des stalagmites, de tailles variées (deux mètres maximum) qui se dirigent droit vers l’ennemi.

PHYSIQUE


Silhouette fantôme : Si tu erres dans un parc et que tu sens la température descendre subitement, dis-toi qu’un ange rôde non loin. Un conseil mon ami, tu ferais mieux de partir, car on ne sait jamais comment tu risques de finir. Es-tu un homme pieux ou souiller par d’obscures pensées ? Difficile de réfléchir quand tes dents claquent à chaque seconde. Comment penser quand tu entends ton cœur battre à un rythme effréné ? Comment agir quand tu es pétrifié ? Tant de questions que se sont posé tes prédécesseurs. Pourtant, leur dernière vision n’était pas des plus désagréables. Tu entr'aperçois une grande silhouette avancer d’un pas lent vers toi. Plus cette âme en peine avance plus les bras de Morphée t’attendent. Peut-être s’agit-il de la morsure du froid dont le venin commence à se rependre dans tes veines. Épuisé, tu tombes à genoux et laissant de petits flocons se glisser sur ta chair encore chaude.

Beauté froide : Pourtant elle continue d’avancer, cette étrange créature dont les traits ressemblent à ceux d’une femme. Bien que ton regard commence à se voiler, tu sais qu’elle t’observe de son regard légèrement violacé. Quant à ton corps, ce dernier semble refuser toutes actions. Seul ton souffle traduit encore une once de vitalité. En effet, de petits spectres s’écharpent de tes lèvres tremblantes comme les pétales de fleurs du cerisier sur lequel tu t’es couché. Malheureusement pour toi, la voici déjà, cette faucheuse immaculée, tenant de sa main droite cette fine épée des temps oubliés. Pourtant, tu continues d’exprimer de l’admiration lorsqu’une infime partie de son kimono t’effleura la joue.

Crinière d’hiver : Tu fus pris de regrets. L’homme que tu étais ne pouvait se contenter d’un visage. Dans les derniers instants de ta vie, tu aurais apprécié en voir davantage. Car oui, sous son manteau de neige se dessiner des formes harmonieuses au niveau de son « obi ». En revanche, à l’instar des femmes aussi chaudes que les brises d’été dont les lèvres étaient gorgées de vie, celles de ta traqueuse n’inspiraient que la mort de par la couleur bleutée dont elles étaient habillées. A la vue de ces dernières, tu tentas désespérément de sortir une parole, un cri, un appel. Mais rien ne se produisit. Ce n’est lorsque que tu sentis ta peine te ravager qu’une seconde morsure glaciale t’agrippa quelques instants à la gorge.  L’instant d’après cette attaque, toutes craintes en toi avaient disparues. Tu croisas de nouveau, une dernière fois, ta prédatrice, plus précisément sa chevelure en contre-plongée. Une chevelure argentée dont le souvenir t’emporterait jusqu’en Enfer.
   
CARACTERE


Méprisante : Tu n’es pas sans savoir que les personnes dites « méprisantes » provoquent haine et dégoût à leur égard. Qu’on ne désire qu’une chose : la voir brûler dans d’atroces souffrances. Pourtant, dans de rares cas où l’acteur joue à la perfection son rôle, on s’accorde à dire qu’on adore le détester. C’est le cas pour Mizore qui est l’incarnation de l’équilibre entre l’admiration et l’aversion. On se met l’envier de sa force, de sa beauté et de sa rigueur, à se dire « pourquoi pas moi ? ». Pourtant, vouloir devenir comme les anges est impossible. Alors l’humain change sa jalousie en un flot de répulsions envers la jeune femme qui, d’un seul regard met à nu les mortels en faisant fondre comme neige au soleil toute animosité dans l’air.

Impitoyable : Impitoyable est un terme que l’on rattache à tort aux grands chefs de guerre qui ont façonné l’histoire. La première erreur est d’oublier la femme qui se cache derrière les hommes. Vous savez cette créature fourbe au visage d’ange qui tranche des têtes de par la puissance de ses mots.  Car oui les enfants d’Eve possèdent de multiples talents, c’est ce qui les rend redoutable et moins prévisible que leurs congénères masculins. Mizore a bien compris cette règle et l’applique chaque jour avec brio. En effet, elle possède une autorité naturelle qui fait pâlir ceux qui croisent sa route. De plus, la réputation qui s’est forgé autour d’elle n’a jamais été démenti. Mizore c’est une stalactite : c’est une beauté qu’on admire mais qui peut vous empaler à chaque faux pas.

Zen : On connaît tous un individu qui nous apaise. Ce quelqu’un qui nous fait sentir bien à chaque moment de la journée et qui nous fait oublier nos soucis. On ne sait pas comment l’expliquer bien que l’on suppose que le physique joue un rôle primordial. La voix, les gestes, les postures sont propres à chacun. Pourtant d’autres les maîtrisent mieux. Mizore est un ange, donc inutile de vous rappeler qu’elle surpasse un bon nombre d’individus rien que par sa génétique. Génétique qui se traduit par une aura qui impose le respect et qui réchauffe paradoxalement les âmes approchant la jeune femme. Certains diront qu’il s’agit du silence qui survient chacun de ses passages qui permettraient d’entendre le chant mélodieux des oiseaux et des cours d’eau longtemps étouffé par les Hommes. D’autres en revanche s’accordent à dire que Mizore est une vision du paradis blanc.

Orgueilleuse : Difficile de croire que les anges sont des créatures loin d’être parfaite. Pourtant, depuis le début, je vous brosse un portrait peu flatteur de la jeune femme. Au moins, vous savez sur quel pied danser. J’essayerais de ne pas descendre jusqu’en Enfer avec ce trait de caractère que l’on rattache davantage aux démons qu’aux créatures célestes. Pourtant c’est un fait : Mizore accorde une haute estime pour sa personne et ceux de sa lignée. Par ailleurs, vous ne la verrez jamais toucher quelqu’un si ce n’est pour lui mettre le coup de grâce. Ce n’est pas de la pudeur pour autant juste du mépris envers les autres qu’elle a tendance à sous-estimer.

Rigoureuse : S’il y a bien une qualité qu’on ne pourra jamais retirer à Mizore c’est bel et bien sa rigueur. Pour elle, le travail tient une place importante dans la société en plus de refléter la personnalité d’un individu. Pour ce faire, la belle met un point d’honneur à toujours accomplir sa mission quitte à en faire davantage (trop ?) pour satisfaire ses supérieurs. Mizore c’est comme la fille du premier rang de la classe et que peu de personnes appréciaient.

Enigmatique : Peu de personnes savent qui est réellement la femme des glaces. Certains adjectifs peuvent ressortir sans réel fondement, mais le plus persistant reste l’aspect « mystérieux » que Mizore apprécie entretenir par le biais du silence. En effet, la belle ne s’exprime pas beaucoup, préférant les actes à la parole. Pour certains c’est une qualité : après tout, quoi de pire qu’une bande de demoiselles racontant les potins de la veille ? Pour d’autres, ce nuage de mystère donne davantage envie de creuser sous cette montagne.
HISTOIRE
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
   Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Andy/Kanna-bis
AGE ▬ 21 ans.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Grâce à Eol o/
UN AUTRE COMPTE ▬ Nope.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Sode no Shirayuki de Bleach
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Oui  ▬Mizore Onna [80%] 3622086245  
Yop, bienvenue parmi nous :D
Prends bien en compte le fait que si tu ne mets rien dans les points de caractéristiques physiques, qu'il faudra respecter les points détaillés de la partie "Système de points de caractéristiques" :D
    Bienvenue! et courage pour le reste happy
Bienvenue officiellement !
Très beau personnage, bon courage pour la rédaction de ton histoire :D






Achillée murmure en peru, Aster gronde en darkgrey.
Salutation à toi ! Ta fiche de présentation a passé le délai imparti que nous accordons sur le forum; est-ce que tout va bien ?

Préviens-nous si tu as besoin d'un délai supplémentaire ou si jamais tu es absent; à aller poster dans la partie appropriée.

Voili, voilou. :)
    Hello, sans nouvelles de ta part ta fiche sera archivée le premier jour du mois prochain. N'hésites pas a nous dire si jamais tu as besoin d'aide!
Coucou, suite à une absente de réponse et d'activité de ta part, ta fiche est archivée. Pour la récupérer, tu peux mp le MJ. Au plaisir de te revoir un jour.