Lost Kingdom  :: Administration :: Présentations archivées

Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
HELLERIAN FENRIS
IDENTITÉ
RACE ▬ All'Ombra
AGE ▬ Près de cinq siècles, la trentaine en apparence
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Inconnue
SITUATION PERSONNELLE ▬ Bien BIEN seul
NATIONALITÉ ▬ De Nueva (très anciennement de Fhaedren)
FACTION ▬ Civil
MÉTIER ▬ Intérim


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x ○ ○ ○ ○
❯ force x ○ ○ ○ ○
❯ endurance x ○ ○ ○ ○
(TECHNO)MAGIE
❯ mana x x ○ ○ ○
❯ puissance x x x x ○
❯ contrôle x x x ○ ○
Cage : Fenris est capable d'enfermer presque tout dans une cage. En fonction de la taille de celle-ci, sa consommation magique en prendra plus ou moins un coup. Elle dépasse rarement les 3m³. Il l'utilise généralement pour enfermer des animaux, ou des personnes dont il veut connaitre la philosophie de vie. Une sorte d'interrogatoire façon Fenris. A noter qu'il peut réduire la cage jusqu'à sa la taille d'un petit dé, lui demandant cependant une concentration exigeante.
Il ne peut créer des cages qu'à partir de sa main gauche, qu'il tend vers ce qu'il veut emprisonner.

Barrière : Une variante de la cage, la barrière lui permet de se protéger d'éventuels projectiles ou coups beaucoup trop violents pour lui. Celle ci est aussi en correlation avec sa mana et sa puissance, plus elle sera grande, plus Fenris se videra de sa magie.
Encore une fois, la subtilité de cette dernière est qu'il ne peut en faire qu'avec sa main droite.

Zone de guerre : L'all'ombra est capable de créer une cage dont tout ce qui s'y trouve est dépourvue de toute magie. Lui-même est obligé de s'y trouver, se retrouvant lié a ses propres règles. La cage ne fait pas plus de 7m³ et ne dure généralement pas plus de 2 minutes, si il est en forme.
Si il le lance, il ne pourra plus se servir de sa magie pendant un long moment vu la consommation de que ça lui demande. La seule force qui prévaut dans cette zone est votre mental, et éventuellement votre force capable de lui décrocher un coup assez puissant pour lui arracher la machoire.
Fenris est obligé d'utiliser ses deux mains pour créer la zone.

Aspect cage/barrière :
Spoiler:
 
 
PHYSIQUE
De longs cheveux blancs ruisselant du sommet de son crâne jusqu'en bas de son dos, Fenris adopte un style presque androgyne. Un visage fin, représentatif du reste du corps, d'une finesse rare, presque inquiétante, il ne fait pas défaut à sa race d'All'ombra.
Des yeux arborant un jaune presque aussi chaleureux que le soleil, sa pommette gauche abritant une de ses cicatrices, soeur de deux autres : l'une sur son nez, si droit et presque sans imperfection, sans bosse, quelle dommage. L'autre entaille le début de la lèvre supérieure, aussi fine que le reste, débordant quelque peu sur le dessus de cette dernière. Le reste de sa bouche est donc à l'image du reste.
Son visage est donc à l'image de cette vision d'enfer, indélébile, un souvenir qui le marquera à jamais. A noter qu'il est encore a ce jour imberbe, et qu'il préfère largement ça.

Le reste de son corps est celui d'un All'Ombra basique, d'une fragile constitution, il est légèrement en dessous de la moyenne. Soulever de lourds objets lui demande énormément d'efforts, pareil pour ce qui est de courir, de marcher longtemps, où tout ce qui touche de près ou de loin à son endurance.
Heureusement pour lui, Fenris ne fait jamais attention à son physique, qu'il soit svelte lui importe peu, que ses bras soient relativement fin, ne laissant place qu'à très peu de muscle le laisse aussi indifférent.
Ses mains sont fines, ne présentant qu'une longue cicatrice à sa gauche, débutant à la fin de son majeur, traversant toute la paume pour finalement finir sa course au début du poignet. Elle aussi n'est probablement qu'un souvenir du royaume perdu.
Il a cette manie de craquer ses longs doigts relativement souvent, personne ne sait réellement pourquoi notre All'ombra le fait, un tic dont il ne se séparera jamais.

Le bas du corps n'est vraiment plus une surprise, son bassin fait son boulot, ses jambes aussi, tant qu'il peut marcher, c'est tout ce qui compte.
Certaines cicatrices sont présentes sur ses mollets, quelques une sur sa cuisse droite, dont une qui remonte à un entraînement qui s'est relativement mal passé. Les bêtes sauvages font parfois honneur à leur titre.
Fenris est dans la moyenne, son mètre soixante seize lui permet de pas se sentir trop ridicule face aux gens plus imposants, comme les chefs taverniers énervés du boulot mal fait..

Evidemment, notre ami n'est pas nudiste, il porte sur lui un tissu semblable à un pull, relativement fin, blanc, légèrement décousu au niveau de sa proitine. Si on descend plus bas, un pantalon noir légèrement plus grand que ce dont il a réellement besoin pour sa corpulence fait place pour éviter tout crime visuel.
Pour unifier tout ça, le pâle porte une longue veste d'un tissu léger mais relativement résistant, assez résistant pour toujours l'accompagner. Il lui embrasse le cou pour terminer son trajet vers ses cuisses. De couleur brune, elle comporte une capuche, lui permettant de couvrir son visage pour éviter les problèmes. En tant que sombre, on est parfois mal vu, parfois recherché, ou parfois ignoré.

Pour finir, sa démarche est relativement lente, presque apaisante. Il ne presse jamais, profite de chaque instant pour se poser une question de plus sur ce qu'il voit, ce qu'il ressent. Il garde presque systématiquement ses mains dans les poches de sa veste, et a ses manches toujours retroussées laissant ses avants bras à l'air libre.

CARACTERE
D'un calme rare, Fenris est rarement en proie à la colère, la haine, ou tout sentiment négatif pouvant l'influencer d'une mauvaise manière.
Il est réfléchi, penseur, rêveur, et tout ce qui amène de près ou de loin à le perdre dans ses monologues interminables.
Il ne fait que poser des questions, des questions auxquels personne n'a de réponses, auxquels il ne veut aucune réponse. Il ne fait que les poser, perpétuellement, pour ne pas oublier.

Le questionnement est quelque chose de très important pour lui, se remettant sans cesse lui-même et les autres en question, il ne s'arrête pas qu'à nos êtres. Le monde entier est en proie à sa curiosité, tout l'intéresse, de votre psychologie aux divinités, du monde entier au premier fou rencontré.
Il fait aussi preuve de philosophie, une philosphie de comptoir, bas de gamme, celle que tout le monde peut appréhender, pour que tout le monde puisse l'appréhender.

En dehors de tout ça, il reste extrêmement distant et tente de ne s'attacher à personne, il n'oublie pas qui il est, et quelles peuvent être les conséquences d'un amour trop puissant. Et pourtant, ce n'est majoritairement pas la raison pour laquelle il reste loin. Il est juste peu porté sur la sociabilité de manière générale. Il lui arrive de parler, de se lier d'amitié, d'être l'ami de certains, l'ennemi d'autres et l'indifférence de la majorité, mais il n'est jamais réellement attaché à quelqu'un, et si c'était le cas, il n'en souvient malheureusement pas.

La peur. Voilà quelque chose d'intéressant chez notre All'ombra : il a peur. Peur d'oublier, peur de ses propres souvenirs, peur de continuer de se torturer, de dormir le soir et d'oublier le lendemain, bref, il a peur de l'oubli.
Cette peur est tristement justifié de par la longévité de sa race et de ses problèmes de mémoire. Lui-même n'en est pas ou plus conscient, mais le traumatisme du royaume perdu l'a déréglé, l'a rendu plus sénile que ce qu'il devrait être. Alors il oublie, et laisse place à cette douce nostalgie qu'il cotoie malheureusement pour lui un peu trop souvent.
En dehors de tout ça, rien ne lui fait réellement trop peur qu'à partir du moment où ça peut éventuellement le tuer, normal quoi.

En dehors de tout ça, il aime quand même bien la compagnie des gens qu'il considère comme intéressants, nuancés, gris, dont les questions peuvent être légions.
Les gens braqués le frustre, il ne voit et ne verra probablement jamais l'intérêt d'être associé a une émotion, un acte, un titre, des gens dépourvus de toute saveur, de tout ce qui fait le charme d'un être vivant selon lui. A noter qu'il ne fait jamais de distinction entre les races, tout le monde à droit a sa chance avec lui.

Finalement, Fenris n'aime aucunement la notion de défauts et qualités. Deux catégories qui se confondent inlassablement, la gentillesse peut-être une qualité pour certains, un défaut lorsque vous êtes un assassin. Etre peureux fait naître le courage, et le courage peut faire naître la colère, la haine et la violence. Tout n'est que cas par cas, personne n'est blanc ou noir, vos qualités seront peut-être des défauts pour lui, et vos défauts pourront devenir vos plus précieux trésors.

Il n'y a à dire, il ne s'ennuie jamais à trop réfléchir.
HISTOIRE
Quelle désagréable sensation que celle d'être encore en vie depuis si longtemps. Les souvenirs se mélangent et disparaissent ne laissant place qu'à une douce nostalgie, que j'oublierai, elle aussi.
Heureusement pour moi, certains d'entres eux sont capricieux, ils ne disparaissent jamais vraiment et veulent que vous vous en rappeliez. Ils veulent que vous sachiez qui vous êtes, et que vous ne tachiez de ne jamais oublier.

Douleur.

Fhaedren chute. J'y étais, j'y ai vécu mes premières longues années, et je ne m'en souviens pas. Je n'ai plus aucun souvenir de cet endroit, de son odeur, de ses traditions, de ses habitants, de mes anciens amis, de mes anciens ennemis, ni même de ma famille.
Et pourtant j'y étais, je l'ai vu et je m'en souviens si clairement : Fhaedren chute.
Les cris, les pleurs, la folie, la destruction, l'odeur du sang, la douleur, la peur, ma peur, mes frissons, cette impression de mourir perpétuellement et de pourtant encore tenir débout. J'y étais.

Et j'ai survécu. Comment, pourquoi, par quel miracle ? Ce souvenir est si cruel, et pourtant si compréhensible.
Ce n'est pas que je m'en souviens, c'est que le monde s'en souvient. Cet énèvement a marqué l'histoire, toute l'histoire, et les nôtres, et les vôtres. Alors je m'en souviens comme certains survivants doivent s'en souvenir, parce que le monde s'en souviendra pour toujours.
La théorie voudrait qu'un membre de ma famille m'ai sauvé, après tout le sang des All'ombra fait bien des miracles. Et pour être honnête, j'ai envie d'y croire. Un enfant aimé de ses parents, de ses potentiels frères et soeurs, que sais-je d'autre, avec un début de vie paisible et prospère. Je ne peux finalement que m'en contenter.

La dernière chose dont je me souviens de cette époque, c'est mon réveil. Transporté comme beaucoup loin de cet enfer, il nous paraissait encore si proche. Les gens parlaient d'explosions, de folie, de familles perdues, de fin du monde, et d'un tas d'autres trucs. J'imagine qu'oublier la suite n'était pas si mal.  


Douceur.

Les années passent, le brouillard laisse place à quelques éclaircies et les souvenirs deviennent plus clairs. Le seul avantage de ne jamais avoir vu le monde d'aujourd'hui est que l'on connait parfaitement son paysage quotidien. Et pourtant, je ne connais rien à Nueva. J'y suis allé car comme beaucoup j'imagine, notre race y est acceptée. Mais je n'ai jamais réellement contribuer à un bel avenir, je n'ai jamais fait de vague, je ne me suis jamais fait d'amis, ou peut-être que si ? Les gens m'aimaient bien, je travaillais dans tout ce qui rapportait assez pour remplir mon estomac et me loger humblement. Je n'ai jamais eu de job fixe, je suis passé de tavernes en boutiques, d'alliés en ennemis sans jamais me lasser.

Et pourtant une partie de tout ça n'est plus rien pour moi. Je m'en souviens à peine, je ne fais qu'émettre cette idée car j'ai l'impression que c'est tout ce que j'ai toujours fait. J'ai rencontré des gens qui me rappellent mon moi d'avant : discret, penseur, non pas sans une certaine joie de vivre et avare des questions en tout genre. Je n'ai finalement pas tant changé.
J'ai donc eu une vie bien rangée, avec mes quelques soucis, mes quelques combats, mes quelques défaites et mes quelques victoires.

Durant tout ce temps, il y a bien un fil conducteur qui ne m'a jamais fait défaut, dont je me souviendrai toujours : mon questionnement. Mon perpétuel questionnement. Sur nous, sur le monde, l'univers, les divinités, nos pensées, sur tout ce qui est virtuellement possible.
C'est quelque chose qui m'a toujours passionné, et le pire dans tout ça, c'est que j'adorerais ne jamais avoir certaines réponses. Mon questionnement, c'est la seule chose qui me fait tenir dans cette angoisse d'oublier, la seule chose que je n'oublierai jamais.


Question.

Il y a bien une question que je me pose chaque jour et dont la réponse ne doit aujourd'hui se trouver que dans le conscient collectif des gens qui m'ont cotoyé : ma magie.
Depuis Nueva, je maîtrise la magie, et je devais sans doute la maîtriser à l'époque du royaume perdu. Ce n'est pas une surprise, notre race est liée à la magie, certains en ont peur, d'autres en abusent, dans un cas comme dans l'autre, c'est une arme redoutable, pour nous, et pour les autres.
La question n'est pas vraiment de savoir pourquoi je la maîtrise, mais pourquoi cette magie, pourquoi cette forme là ?
Je n'ai qu'une réponse, une théorie plausible qui ne vient que d'une chose : ma philosophie. Me questionner perpétuellement amène inévitablement a une anti-sociabilité envers le monde. Je me suis reclu dans ma coquille, celle dont je suis le maître, celle où je pose les questions et où l'on me répond par des questions. Une cage me protégeant des contraintes que sont les pensées nocives, les détraqueurs d'esprits, ce peuple dont j'ai peur.

Plus les années passent, plus je me souviens. Tout est clair lorsqu'il ne me reste qu'une centaine d'années de souvenirs.
Je me suis entraîné, énormément entraîné. Entre deux boulots, pendant les nuits froides, les journées chaudes, les moments tristes, les bonnes nouvelles, je me suis entraîné.
La capitale de Nueva me paraît bien familière d'un coup, j'y connais du monde, sans jamais trop m'attacher, sans jamais trop m'éloigner. Ils m'ont accueilli, m'ont sauvé, et me font penser à la tristesse de vivre assez longtemps pour les oublier.
Mais je me suis entraîné, j'ai économisé, j'ai fais mes adieux, et maintenant, je m'en vais. Je m'en vais loin de ma terre d'accueil, aussi loin que mes questions me le permetteront, aussi loin que ma vie m'en laissera l'occasion.

Départ.

Il ne me faut pas plus qu'un sac de provisions, quelques économies et beaucoup de courage pour partir. Je me suis armé de toute ma joie de vivre pour arpenter le monde de demain. Mes questions me poussent à le découvrir, a y voir du monde, peut-être des amis, sûrement des ennemis, a matéraliser ce monde dont j'ai tant lu d'ouvrages, dont j'ai tant rêvé. Et peut-être que demain sera mon dernier jour, et peut-être que demain sera mon premier jour d'une nouvelle vie.

J'espère que ces écrits t'aideront à ne jamais oublier, je m'y prends 500 ans trop tard, mais peut-être bien que certains souvenirs sont mieux là où ils sont.
Bonne chance pour cette nouvelle vie, mon ancien moi, continue d'écrire, et évite l'attachement facile ! Tu sais que pour nous, c'est pas spécialement une bonne idée.


-"Bon, ça me paraît bien comme ça, un peu de mystère et quelques souvenirs perdus, on dirait presque une histoire intéressante ! Maintenant, direction la nation la plus industrialisée du monde !"
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬Minison dit "le random"
AGE ▬ 22 ans et extrêmement bg
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Grâce a ce super bro qu'est Erial
UN AUTRE COMPTE ▬ Nop
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Casltevania Lord of Shadows 2 ▬ Alucard
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Même pas je l'ouvre tu comprends ça ? Oui Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245
Ah ça fait toujours plaisir de voir une fiche aussi complète Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245

Bienvenue le random Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245
Il.

Est.

Enfin.

Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245.

Bienvenue le gros :loov:


Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] LIE
Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] Ensiegclopedie-54abf6c
Monsieur le sombre random Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245


code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws
Bienvenue parmiii nous courage pour ta fiiiiche !
Bien BIEN venue. Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245
Enfin une nouvelle salamandre <3 <3 <3 Ravi de te voir bientôt validé ♥️
Ptdr t'es qui ? Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 1494853234

Bienvenue au cas où Fenris Hellerian [Bien bien TERMINEE] 3622086245
Eh, t'as pas posté a 23h59
Et bien.
Bienvenue, tu recherches activement du sexe ? C'est un peu ta signature, non ? Avec ce forum aux couleurs rousses. Fais attention à ne pas devenir le "bouquet misère" du forum. N'hésite pas à ranger après ton déménagement.
おめでとう !
Bravo Minison tu es présent

LES TEMPS FORTS ▬Tu as créé ton compte omg ! Non je dec ton perso est cool et intéressant c'est bien.


REMARQUES ▬ WOW TU AS VRAIMENT FAIT TA FICHE C'EST SUPER

Au plaisir de te voir en RP bonhomme hé hé