Lost Kingdom  :: Administration :: Présentations archivées

Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

EVERLID SAPPHEIRE

Ordre des Astres - Séraph de la Piété / Prêtresse

Identité

  • Race : Séraph de la Piété.
  • Âge : 65ans avec cette incarnation. Naissance à l'an X.
  • Orientation sexuelle : Pansexuelle
  • Situation personnelle : Célibataire
  • Nationalité : Mearian

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Compétences [3/3 slots]

Beatus Lucem.
A l’image de Sappheire, sa magie est très pure et lumineuse. Conçues pour aider son prochain, ses compétences sont peu offensives. Tout don a cependant un contre-coup, et le prix à payer pour Piété est une faiblesse musculaire démesurée. Bénéfique, son pouvoir demande une grande ressource en mana et n’hésite pas à puiser dans la force vitale de la séraph pour se diffuser, la rendant excessivement fragile.

La lumière nécessaire à ses capacités est de fait directement récupérer dans son être. Sous sa forme originelle, le problème ne se pose pas puisqu’elle n’est pas limiter par une enveloppe de chair. Mais dans son corps humain, sa magie est entravée et limitée. Elle ne peut l’utiliser à pleine puissance sans aspirer toute l’énergie de ce corps si frêle.

Sanctuaire.
Piété peut matérialiser une zone dans un rayon de 3mètres autour d’elle. Les ennemis à l’intérieur de celle-ci lors de l’invocation sont repoussés au dehors. Ils peuvent entrer à nouveau dedans, mais leur vitesse de déplacement en sera réduite. Tout allié présent dans la zone se régénère plus vite et récupère en vigueur et en volonté de combat. La zone reste présente pendant 30secondes, mais Sappheire doit impérativement rester immobile, sans quoi le sort s’interrompt.

Chuchotement divin.
Ses prières apaisent le brave et torturent la brute. En priant, Sappheire accable sa cible de paroles ayant un impact différent en fonction de la pureté de la personne. Si il s’agit d’une âme pure, ses prières aident à calmer angoisses et frustrations, enveloppant le sujet d’une douce chaleur reposante.
Si il s’agit d’une personne ayant des remords et une conscience tourmentée, ses prières s’immiscent dans l’esprit de l’opposant et embrouillent les sens, déstabilisant et pouvant mener jusqu'à une perte de conscience.

Lames divines.
Cette compétence requiert énormément de puissance, Sappheire ne l’utilisant qu’en dernier recours. Mobilisant ses forces, elle se permet d’invoquer l’aide des divins pour l’épauler et matérialise 21 lames de lumières. Ses lames descendent du ciel et s’abattent comme la pluie sur une zone précise. Elle ne peut pas viser avec ces armes mais attaque en masse. Cette compétence ne peut être utiliser qu’une seule fois lors d’un combat, puisqu’il est nécessaire que Sappheire dorme pour recharger mana et énergie vitale.

Physique

Pourquoi avait-elle choisi une enveloppe si fragile ? Une question légitime qui revenait souvent dans la bouche de ses frères et sœurs. Par moment, elle regrettait – mais avait pleinement conscience que cette apparence la protégeait contre quiconque voulait s’en prendre aux séraphs. Elle n’était pas idiote, comprenait les conflits et savait qu’il y avait bien des moyens de les attiser : la force par exemple – la violence n’engendre après tout que davantage de violence. Pour une paix durable, il faut instaurer une confiance, inspirer cette paix et non pas la réclamer. Là était le but de ce corps peu robuste. Au delà du fait que ce soit un peu de la manipulation (même si Sappheire niera toujours ce point), la Piété a vu ce corps comme un moyen de se brider. En tant que dieu, il faut choisir entre la toute-puissance et la bienveillance : sans surprise c’est cette deuxième option que la femme prit. Sa magie, aussi pure soit-elle, peut être utiliser à des fins peu reluisantes, et pour éviter toute tentation, quoi de mieux qu’un sceau naturel ? A la création de son enveloppe charnelle, elle choisit de pouvoir puiser dans sa force vitale, s’obligeant à se balader en fauteuil roulant, trop faible pour tenir très longtemps sur ses jambes. La foi n’a pas besoin de savoir courir après tout.

Dans le coin de sa chambre, Sappheire brossait ses longs cheveux argentés, assise dans sa chaise roulante. Le soleil s’était couché, et sa seule source de lumière étant des cierges déjà bien consumés, la jeune femme se préparait à se mettre au lit. Elle tressa sa chevelure couleur de lune de ses doigts fins, et ramena la tresse sur son épaule droite. En prenant bien appui sur les accoudoirs du siège, elle se leva difficilement, titubant jusque devant une petite bassine d’eau posée sur une commode. Ses jambes tremblaient, peu habituées à porter son corps bien que très mince. Elle semblait porter le poids du monde sur les épaules, peinant à se tenir droite. Piété se saisit d’un morceau de tissus et le trempa dans l’eau tiède, puis le passa sur son visage. Sa peau diaphane luisait à la lueur de la bougie et en dépit des ombres sur son visage, Sappheire apparaissait toujours très douce et calme ; ses yeux rouges sanguins tirant davantage sur le brun dans l’obscurité. Elle frissonnait un peu, déjà fatiguée d’être ainsi debout. Passant le plus clair de son temps dans un fauteuil, elle en oubliait qu’elle était grande : mesurant 1m85, elle dépasse la taille standard des femmes de son entourage. Elle fit quelques pas hésitant en direction du miroir, devant lequel elle retira sa robe. La séraph portait en réalité toujours le même type de vêtement : une longue robe blanche, taille empire, ceinturée de doré, bustier, avec des manches très légères tombant sur ses épaules. C’est une tenue qui s’enlève facilement, et ne réclame aucune aide pour être enfiler. Brièvement nue, elle s’observa, touchant son ventre plat et ses hanches étroites. Ses jambes semblaient interminables, composant plus de la moitié de sa taille totale. Ses genoux faiblissaient déjà, l’obligeant à s’approcher rapidement de son lit et enfiler sa robe de nuit.

Allongée enfin, elle soupira, lorgnant sur ce fauteuil qui lui permet de se déplacer. Étrange que de vouloir se compliquer ainsi la vie, mais au final on n’apprécie chaque effort que davantage. Un mal pour un bien, disent les humains. Prétendre être une prêtresse lui donne l’opportunité d’être toujours accompagné d’un magister, qui de fait peut pousser ce fauteuil peu commode. Dans les tons violets, avec des dorures par-ci par-la, il est en réalité très simple, mais offre suffisamment de confort à Sappheire pour ne pas trop se sentir ankyloser après une longue journée avachie. Remontant la couverture jusque sur son nez aquilin, cachant ses lèvres fines et rosées, elle finit par s’endormir, ses longues mains posées sur sa poitrine et croisées. La sérénité émanait de son visage … elle avait foi en tout, et surtout en la vie.

Caractère

Sappheire est sans conteste un ange tombé du ciel. D’une douceur et chaleur déconcertante, on ne peut que se sentir à l’aise en sa présence. Son regard n’est que bienveillance et générosité. Si elle pouvait enlacer de ses yeux, la seraph le ferait, souhaitant couver et protéger le monde entier de ses bras. Bien trop attentionnée pour son bien, elle fera toujours passer le besoin des autres avant les siens, à ses risques et périls. Par le passé, il n’a pas été rare de la voir se surmener simplement pour assurer la victoire de ses pairs, ou même de se sacrifier pour faire triompher ce qu’elle croyait être juste. En effet, la jeune femme à un grand sens de la justice, bien que très personnel, et en accord avec ses principes. A ses yeux, personne n’est bon ni mauvais, il n’y a que des âmes perdues, errantes à la recherche d’espoir et de foi. Cette foi, Sappheire se fait un devoir de l’apporter à ces êtres dans le besoin.

Il est très difficile pour elle d’être conciliante, en dépit de la tolérance dont elle fait preuve. Même si elle accepte les critiques, Sappheire refusera toujours d’accorder ses violons pour faire avancer une situation. Une sorte d’entêtement, qui fort heureusement a ses limites. Elle croit dur comme fer en ses arguments, sa mission étant sa raison de vivre, plier face à autrui est une insulte à son intégrité. A coté de cela, elle ne peut s’empêcher d’être effacée et timide, se recueillant la plupart du temps, et préférant les petits comités aux groupes. Ironiquement, en dépit de ses préférences, elle est très dépendante et assistée : son infirmité l’oblige à côtoyer quotidiennement des gens, sans quoi elle serait très limitée dans ses mouvements. Ceci lui fait détester la solitude : au moins, en compagnie d’autrui, elle peut aller ou bon lui semble – seule, elle doit se contenter de sa chambre et alentours, ce que ses jambes et bras lui permettent en somme. Fragile, son entourage a tendance à la couver, se limitant à ce qu’il voit, cette enveloppe charnelle frêle. On la traite différemment, avec gentillesse, ce qui a rendu Sappheire naïve, émotive et sensible. Elle ne connaît pas la contrariété, puisqu’on a tendance à tout lui passer, sous prétexte que son corps la limite, on ne met pas de barrières à son esprit.

Pourtant, elle n’en reste pas moins discrète et prudente. Sappheire est respectueuse, autant de son corps que des autres, et ne mettra jamais volontairement une vie en danger. Bien au contraire, elle défendra quiconque risque une sentence qu’elle ne justifie pas. Bien qu’intelligente, passant le plus clair de son temps dans la bibliothèque, elle est très humble, ne se complaisant pas dans ses réussites, mais tentant surtout d’apprendre de ses échecs. On apprécie sa compagnie, et la requiert souvent aussi : son charme et son sourire mettant aisément en confiance, et quelque chose d’apaisant se dégageant d’elle. Il est facile de s’attacher à Piété, car on trouvera toujours auprès d’elle une oreille attentive et une certaine paix. Ses gestes, toujours mesurés, traduisent une grande délicatesse : d’elle émane un calme qui s’explique par sa patience et sa sérénité. Très empathique, il lui est difficile de discerner ses émotions de celles des autres lorsqu’elle se trouve en groupe.

Cet empathie l’oblige à être introvertie : en mettant une barrière, elle s’autorise à ne ressentir que ses sentiments, sans s’encombrer d’ondes négatives. Sappheire a tendance à être lunatique, oscillant entre joie et profonde tristesse, entrain démesurée et fatigue indescriptible. Cet état est tout aussi difficile à gérer pour elle que pour son entourage, mais elle prend beaucoup sur elle, préférant se perdre dans ses songes la plupart du temps. Car oui, la seraph est rêveuse, imaginant un monde où foi et espoir guident le peuple, non pas la guerre et la conquête. De fait, elle est vite distraite, et la sortir de sa torpeur est au final plutôt dangereux : redescendre sur terre la rend quelque peu acerbe et cassante, bien qu’elle ne le fasse pas exprès. s’en suit souvent une pléthore d’excuses et de supplications. Piété a beau être convaincu de l’importance de ses principes, elle n’en reste pas moins hésitante, quand il s’agit d’autres sujets. Lancez-là sur une discussion n’abordant ni foi ni croyance, vous verrez dans ses yeux que même en étant pourvu d’un avis, elle sera incapable de trancher nettement. Elle est une hôte modèle, et une invitée de qualité, puisque particulièrement maniaque et cérémonieuse. Son habit est de fait toujours impeccable et Sappheire a un grand sens de la hiérarchie : la vulgarité ou l’impertinence la révolte.

Histoire


Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 1523305428-hmhmhist1

Après 353ans sur terre, elle mourrait de la main d’une de ses sœurs. La séraph de la Piété n’avait pas vu venir cette trahison, et n’en comprenait pas les raisons. Ellyn, l’Empathie, une de ses plus proches amies était celle qui mettait fin à ses jours. Quelle ironie du sort. Au cœur du combat, alors que Justice s’acharnait contre sa fratrie corrompue, Piété ne réfléchit pas à se jeta devant ce frère devenu la proie d’une bête. Cette bête n’était autre que le Dévoreur de la nouvelle Folie. Son sacrifice permit à Justice de reformer les rangs et sauvegarder le plus de séraphs possibles. Ce fut entre les crocs d’un monstre que sa première enveloppe fut détruite, les os se brisant un à un, la chair se déchiquetant, le sang ruisselant à la commissure des lèvres de la créature, des hurlements de douleur rythmant chaque coups de dents du Dévoreur. Une fin honorable malgré tout, pensait la séraph : une fin ne pouvant insuffler que davantage d’espoir. Rien n’était plus beau et pur qu’un sacrifice et elle savait pertinemment que jamais son frère Justice ne laisserait cette trahison impunie. Jamais son frère ne la laisserait tomber dans l’oubli. Ce fut donc convaincu d’avoir correctement agi que Piété quitta se monde, ce manteau de chair, pour toujours pensait-elle, ayant été tué par l’une de sa race.
Et pourtant.
Cela ne dura qu’un instant. Un simple clignement des yeux, et Piété foulait de nouveau le sol de la terre. Une seconde, une éternité ; il était difficile de déterminer le laps de temps qui s’écoula réellement entre sa mort et sa résurrection. Le plus dur ne fut pas de concevoir une nouvelle enveloppe, mais d’être consciente que le savoir accumulé pendant 3 siècles n’était maintenant qu’un souvenir. Oh. Il n’y avait pas une once de regret chez Piété, la Vie a bien plus d’importance que des notes dans un ouvrage. Sa famille, ses 29 frères et sœurs seront toujours une priorité. Scission ou non, c’est d’arrache-pied qu’elle travaillera à renouer et rendre la foi à ceux l’ayant perdu.


Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] Hmhmhi10

Sappheire.
Bouquinant silencieusement dans la bibliothèque sacrée, elle peinait à se concentrer. Son esprit divaguait, s’arrêtant tantôt sur les gouttes de pluie martelant les vitraux, tantôt encore sur les bruits de pas des visiteurs. Il était toujours plaisant de voir du monde dans cet endroit, dans ce bijou national. Piété n’était revenue que depuis 10ans maintenant, et même si ses souvenirs étaient effacés, les livres lui permettaient d’emmagasiner de nouveau son savoir perdu. Un détail cependant échappait à tous les livres d’histoire : que c’était-il passé en 353 ? Sappheire comprenait bien la nécessité de cacher ses frères et sœurs corrompus aux fidèles, mais quelques informations dessus n’auraient pas été de trop. Après tout, les séraphs se remémorant la scission semblait peu enclin à en discuter. Enfin. Quoi qu’il en fut, pour les Vingt-et-Un restant, l’Ordre des Astres était une priorité, et la jeune femme ne pouvait qu’approuver. Le monde avait besoin de figures divines présentes, pour ne pas sombrer dans le chaos. Après tout, la foi, l’espoir, c’est ce qui force à se lever chaque matin, à trimer et à se battre pour vivre. Il était temps pour elle de sortir de la bibliothèque, de se confronter au monde et ne plus seulement se contenter des livres. Même si Sagesse était son préféré, elle avait un rôle, un devoir. Alors qu’elle reposait le manuscrit sur l’étagère, elle signala à une prêtresse la suivant comme son ombre de la conduire au dehors.

Elle passait le plus clair de son temps dans son enveloppe charnelle : un corps humain, c’est bien plus discret qu’une forme séraphique. Difficile de se mêler à la foule quand on est un sceau d’eau. Et puis, Sappheire avait constaté que cette apparence de femme frêle rassurait. Là, elle n’était qu’une simple prêtresse, officiant pour Piété. Les gens supposaient probablement que si un être si abîmé par la vie pouvait garder la foi, n’importe qui en était capable. Cela lui plaisait, d’inspirer de telles émotions, malgré le côté manipulateur qui pouvait en ressurgir. La plupart de ses journées, elle prêchait et écoutait les confessions des fidèles. Souvent, ces derniers se repentaient d’actions simples, tel qu’une colère mal maîtrisée ou une jalousie enfouie. Rien de bien dramatique, et souvent les douces paroles de Piété adoucissaient les cœurs, confortant les fidèles dans l’idée que vouloir s’améliorer était déjà un grand pas en avant et que, personne n’est parfait, le pardon étant divin.

Avec le temps, elle avait arrêté de poser des questions sur le passé, préférant se tourner vers l’avenir. Qui l’avait tué et pourquoi n’avait au fond aucune importance. Les réponses viendraient en temps voulues, les précipiter ne risquaient d’engendrer que malheur et tristesse. Ce n’était pas son genre de se morfondre, bien au contraire. Sappheire célébrait la vie, aimait la vie, adorait fouler l’herbe et sentir les embruns marins. Peu à peu, elle se fit moins présente dans le Sanctuaire, errant dans les rues, n’officiant que pour les cérémonies. Piété comprit que le contact avec le peuple était la clé, qu’ainsi ses partisans sentiraient sa présence à leur côté. Le côté divin l’ennuyait, trouvant que finalement, séraphs ou mortels, n’étaient que des êtres vivants sous les mêmes lois, les mêmes astres, arpentant le même sol. La seul différence étant la pureté et la vertu du séraph : éléments que ceux-ci tendent à oublier malheureusement. Il était hors de question pour Sappheire de se dénaturer : perdre la foi, ce serait se perdre, abandonner ce qui fait d’elle qui elle est – et surtout, manquer à son devoir. Impensable. Une telle situation ne pouvait se faire.

Son attitude vis-à-vis de la foi changea cependant, autour des années 400. La déesse ne s’était jamais vraiment questionnée sur sa vertu, trouvant globalement qu’elle coulait de source. Rendant visite à Sensibilité, elle découvrit une jeune fille, au teint mat, à la chevelure de jais et dotée d’une marque à l’oeil. Cette enfant répondait au nom de Rane, et bien que sous la coupe d’une divinité, semblait tout à fait opposé au concept de la foi. Quelle intrigante gamine, pensait Sappheire. Personne ne pouvait se détourner aussi bêtement des croyances, du moins elle n’avait jamais rencontré personne dans une telle situation. Les séraphs corrompus, à ses yeux, avaient seulement cédé à la toute puissance, s’enlisant dans le péché. Pour les humains, elle pensait qu’il n’y avait qu’une simple dualité : hérétique ou fidèle. Soit l’on croyait dur comme fer aux préceptes des séraphs, soit l’on s’opposait vigoureusement à eux, à la manière d’Ellgard. Et, du haut de ses 8ans, cette gamine fit voler en éclats les idées de l’être divin de 4 siècles. L’orpheline était neutre… étrangement et déterminément neutre. Les anciens dieux étaient du passé, et l’Ordre des Astres n’avait que peu d’intérêt pour l’enfant. Démunie mais pas résignée, Sappheire due se faire à l’idée que l’être humain était bien plus complexe qu’elle ne le supposait.
L’être humain avait des opinions moins tranchées qu’on ne lui répétait.
L’être humain n’avait besoin que de preuves, qu’on lui insuffle cette foi lui faisant défaut.
L’hérésie ne se résumait pas en une vive opposition et pouvait se traduire par l’indifférence. Piété réalisa d’ailleurs très vite que lutter contre ses opposants les plus enhardis n’avait aucune valeur. Le combat devait se faire auprès de ceux se jugeant comme désenchantés. L’indifférence est bien pire que la haine. Être ignoré signifie que l’on nie jusqu’à l’existence d’une chose.
Sa décision était prise, c’était donc auprès de ceux dépourvus de foi qu’elle opérera, et non pas ceux qui au final la reconnaisse, même en tant qu’ennemie.

Sappheire était déterminée à en savoir plus, à comprendre mieux l’esprit humain. Cependant, elle avait conscience qu’à Mearian ne se trouvait pratiquement que de fidèles serviteurs de l’Ordre et qu’on ne pourrait en aucun cas l’aider à tester sa capacité à insuffler la foi. Découvrir d’autres horizons, voilà ce qu’il fallait : s’aventurer au-delà des frontières de Mearian, elle qui n’a jamais mis les pieds à Akantha. En tant que simple prêtresse, voire même simple citoyenne du monde, elle ne risquait rien et personne ne pourrait se douter de ses origines divines dans son manteau de chair. Et puis, ainsi, peut-être pourrait-elle retrouver ses frères et sœurs corrompus, damnés pour l’éternité, et les guider sur le chemin de la rédemption. Au début, elle doutait vivement qu’un être embrassé par les ténèbres puisse un jour ouvrir son cœur aux divinités nouvelles et pourtant : au détour d’une allée, dans la bibliothèque sacrée, elle découvrit deux sœurs jumelles, happées par leur lecture. Curieuse de voir des individus croisés démons dans ses lieux, elle s’en alla leur parler. Ces deux femmes à l’ascendance démoniaque lui démontrèrent que la foi n’est pas le lot d’une seule race, mais se trouve inhérente à chacune. Au cours de la discussion, l’une lui fit part de son rêve d’enfant que de devenir Grande Prêtresse. Un rêve bien vite brisé, mais qui ne l’empêcha pas de se dévouer à la cause de l’Ordre. Comme quoi, juger sur les apparences ou les ascendances ne menait à rien.

Déstabilisée, elle l’était. Heureuse et confiante également. La vie lui démontrait qu’il ne fallait jamais perdre espoir et qu’au détour d’un couloir, un objectif pouvait apparaître. Sappheire n’avait pas la prétention de convertir le monde entier à la cause séraphique, mais si au moins, elle pouvait être capable d’inspirer, de donner la foi à toutes les personnes qu’elle rencontrera, sa mission sur terre serait un succès. Anciens ou nouveaux dieux, après tout, ne devraient pas être différenciés : les séraphs se tiennent sur les épaules des dieux primordiaux, bâtisseurs du monde, créateurs de la vie. Il ne s’agit aujourd'hui que de faire perdurer ce sentiment qui à fait s’élever les nations, construire des familles et fait de demain un jour meilleur : la foi en une vie meilleure.  

Profil

  • Pseudo : Cissy
  • Âge : 24ans
  • Tu nous as trouvé où ? Répondre ici
  • Un autre compte ? Ouais une madame tout feu tout flamme (Nephneph)
  • Personnage de l'avatar : Fate/Zero ▬ Irisviel von Einzbern
  • As-tu lu le réglement ? Oui
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom
Bienvenue madame Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 4234441333


Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] LIE
Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] Ensiegclopedie-54abf6c
:eury:
Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 416246685



Ma Cissy ~ Rebienvenue
ta fiche est une perle **
Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 1786526449
Rebienvenue m'dame !
Merci les petits chaaats Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 1786526449 J'espère que vous apprécierez ma p'tite Sappheire !
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé ! *lance des confettis*

TEMPS FORTS Ҩ Un Seraph que j'attendais particulièrement et qui n'a jamais encore pointé son nez depuis la création du forum, je suis émue! On ne déroge pas a la règle des Seraphs à la limite de la PLS dès qu'il doivent monter deux étages d'ailleurs c'est beau ça. Sinon le personnage est doux et poétique, hâte de le voir en jeu!

REMARQUES ҨJ'aurai pas dit non à un petit thème musical pour cette fiche mais je chipote! Toi tu as intérêt à rester parmi nous pour vivre de belles années d'aventure sur LK Sappheire - Pray until you start to believe [Terminé] 3622086245

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !