Lost Kingdom  :: Ellgard :: Les Tunnels de la Résistance

It's all about trust / Xan

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
It's all about trust
ft. Xan

Les Tunnels de la Résistance - Ellgard
C'était toujours aussi chiant. Venir dans ces sombres tunnels. On te connaissait. Vaguement. On te laissait passer. A peine. On te faisait confiance. Presque pas. T'étais un monstre. Une traîtresse. Ou un mal nécessaire. Une femme que l'on ne désirait pas laisser bien longtemps dans ce lieu. Mais quelqu'un d'utile. Ta magie. tes connaissances. Et pour simple exemple l'automata se trouvant derrière toi, que tu venais de ramener. Après tout, ta force se trouvait là. EN plus de pouvoir réparer, inventer divers objets bien utiles, tu savais aussi comment libérer tes enfants des griffes de l'Empire, mais cela ne pouvait pas être aussi simple qu'appuyer sur un bouton. Bien évidemment.

Ainsi, on te demanda d'attendre, alors que le robot était amené. Puis une fois que l'autorisation te fut garantie, tu pus avancer, les suivre, et parvenir au devant de plusieurs autres machines. Réparées sur le tas, elle n'excellait en rien, mais au moins prenaient vie. Tu les regardais, les touchais. Tu les caressais. Et on t'attrapa le bras, tentant de t'en empêcher. Ce fut un regard noir, teinté de rouge, qui rencontra l'homme qui voulait t'éviter de toucher à ce robot à peine réparé, et il recula doucement, alors que tu effaçais toute traces de ton affiliation goule de ton visage, avant de porter ton regard dans celui de la machine. l'instant d'après, elle se mettait en route, se levait, et ouvrit la bouche pour parler.

_ Le Docteur Vi peut vous aider. Laissez lui l'accès.

TU étais muette après tout. Comment te faire comprendre de cette bande de pleutres organiques entassés telles de vraies sardines dans ces maudits tunnels, autrement que par la magie et la démonstration de tes talents. Chose qu'ils devaient avoir du mal à voir, ces petits co... *tousse*. Ah! Que tu détestais les organiques !

_ Rêve. Déjà, on accepte que tu viennes ici, tu devrais t'estimer heureuse., fut la réponse de cet idiot qui pensait toujours que tu étais nocive. Sans doute avait-il raison. Ah, bordel. TU ne pouvais rien faire. SI tu attaquais, tu serais mise en pièces avant d'avoir dit ouf -et vu que tu ne pouvais pas parler, de toutes façons...
Où se trouvait Ganner quand tu avais besoin de lui ? Au moins, lui pouvait facilement te laisser en compagnie de tes enfants. Lui était utile. pas comme cet idiot plein de graisse.

_ Le Docteur Vi peut vous aider. Laissez lui l'accès. relança la machine. Sa voix était très mécanique. Ce n'était pas de la bonne qualité. TU levas les yeux. Avant de les reporter sur la machine, laissant ta magie couler.
_ Pourquoi ne pas reconnaître que le Docteur Vi peut vous aider ?

Tu souris. La réponse était évidente.

_ Comme si on allait te faire confiance, Docteur. Une tarée comme toi. Une ancienne d'Ellgard...

TU soupiras. Une expérience gore, et la réputation tombait si bas. Pfff. Tu te demandais bien ce qu'il se serait passé si tu l'avais réussie. Sans doute que tous ces regards de cloportes auraient été admiratifs ?
Enfin.
TU ne pouvais rien y faire. T'allais devoir partir...

HRP
Vi étant muette, elle se sert de sa magie pour faire parler en rouge une machine à sa place. Si tu veux faire parler le mec de la résistance dont les paroles sont en bleu, fais toi plaisir xD.

Le développement de la dynamite de Lyrium avançait à bon train (nous étions à quelques mois d'un prototype fonctionnel) et j'avais donc reçu la mission de fabriquer un déclencheur pour celle-ci. C'était loin d'être ma spécialité, je n'avais donc pas réussi à faire quelque chose d'assez efficace à mon goût. Un simple déclencheur à retardement que j'avais bidouillé à partir d'une vieille montre ne serait pas suffisant. À mon plus grand étonnement, personne d'autre à la Résistance ne semblait avoir de connaissances plus approfondies que les miennes en la matière. J'avais donc dû me tourner vers nos contacts extérieurs afin d'améliorer mon prototype. Très peu d'entre eux avaient répondu à mon appel et une seule avait accepté de m'aider. Malgré le fait que je ne l'avais jamais rencontrée, on m'avait tellement parlé d'elle, en mal, que j'avais l'impression de déjà la connaître. Malheureusement pour mes collègues, je préférais toujours me faire une idée moi-même du tempérament des gens que je côtoyais. Elle avait réparé un automate pour nous et attendait l'autorisation de le ramener depuis des lustres. Le reste de la Résistance ne lui faisant que très peu confiance, ils retardaient l'invitation autant que possible. J'avais donc dû passer de longues heures à remplir de la paperasse avant que l'on me donne l'autorisation de l'inviter à la base.
_______________________________________________________________

Je marchai d'un pas rapide vers l'entrepôt. Elle était arrivée plus tôt que prévue, mais personne ne m'avait averti. J'avais appris la nouvelle grâce aux murmures des résistants. Ils n'étaient pas vraiment chauds à l'idée que leurs supérieurs aient acceptés qu'elle revienne. Tant de haine gratuite. Plus que quelques minutes et je pourrais moi-même me faire une idée sur cette personne.

À mon arrivée sur les lieux, mon contact semblait en pleine altercation avec un des gardes. On m'avait averti qu'elle était muette et j'avais donc pris la mâtiné pour apprendre le langage des signes au cas où ce serait nécessaire.

« Comme si on allait te faire confiance, Docteur. Une tarée comme toi. Une ancienne d'Ellgard... »

Comme prévue, même un garde ayant été prévenu de sa venue n'arrivait pas à garder son calme avec elle quelques minutes le temps que j'arrive. J'approchai d'eux en interpellant le garde.

« Ça suffit Euric. Ton manque de confiance ne devrait pas interférer avec le respect garanti à une invitée. De plus, tu sais très bien que plusieurs de nos membres sont aussi d'anciens d'Ellgard, ce n'est pas une raison pour l'insultée.

-  Xan Virlenis, dit-il d'un ton méprisant, tu la défends juste parce que t'es mage. Toi aussi t'es Ellgardien, même que ton père était dans l'armée. T'es p'tete un espion, pour ça que tu fricotes avec "ça", ajouta l'homme en pointant Vi. »  

Il osait m'insulter ? Alors que j'avais passé les quatre dernières années de ma vie à travailler pour leur cause et faire mes preuves. Euric était présent lors de mon entrée à la Résistance et savait très bien que je détestais l'organisation qui avait volé les rêves de mon père avant de lui prendre sa vie. Il avait clairement besoin d'être remis à sa place.J'ajustai mes lunettes avant de le fixer d'un regard froid et sans pitié.

« Mon cher Euric, dois-je te rappeler à qui tu parles ? »

La phrase, prononcée d'un ton neutre et sans émotion avait figé l'homme sur place.

« Je me demande ce que Knightwalker dirait s'il savait que tu ne laisses pas ton arme à l'armurerie après tes heures de rondes et que tu dors avec elle chaque soir depuis des lustres. Et si je lui disais aussi que tu es la source des rations manquantes au décompte parce que tu les donnes à manger aux chats errants du voisinage une fois par semaine ? Ou peut-être qu'il aimerait entendre que tu profites du relâchement de tes supérieurs pour dormir durant tes rondes de nuit ? »

Plus je révélais de ses secrets, plus Euric blémissait. Je lui laissai un temps de repos afin qu'il reprenne des couleurs et comprenne sa situation. Il marmonna quelques insultes étouffées puis se tourna vers l'invitée.

« Pardonnez mes manières... Madame. Je vous laisse aux bons soins de Xan. »

Le garde quitta les lieux en ronchonnant, hochant la tête dans ma direction quand nos regards se croisèrent. Il n'oublierait pas cette défaite de sitôt. Je tournai mon attention vers mon contact. Elle semblait très à l'aise en ces lieux, malgré la pénombre et l'odeur des machines. Elle avait un certain charme avec ses cheveux bicolores, malgré la teinte rougatre de ses yeux qui laissait entrevoir son héritage de goule. C'était tellement minime que n'importe qui ne verrait qu'une All'ombra ordinaire, mais je n'étais pas n'importe qui. Rien n'échappait à mon oeil analytique.

J'approchai d'elle afin de lui serrer la main.

« Bien le bonjour, je jetai un oeil à la fiche descriptive qu'on m'avait donné à son propos, Docteur Vi ? Heureux d'enfin vous rencontrer. On m'a beaucoup parlé de vous... pas qu'en bien malheureusement. Mais n'ayez crainte, je ne suis pas aussi borné que mes collègues. Je me présente, Xan Virlenis, branche technologique. »