Lost Kingdom  :: Administration :: Encylopédie de Lost Kingdom :: Annexes supplémentaires

Annexes de l'armée impériale Ellgardienne

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

COMMANDEMENT DE LA MORT

Branche inquisitoriale de l'armée impériale

HISTOIRE

Au cours de l'année 414, l'organisation connue sous le nom de « Résistance » met en œuvre une attaque coordonnée sur la capitale de l'Empire d'Ellgard, Keivere, visant à assassiner la famille impériale et le haut du commandement de l'état dans le but de prendre le pouvoir. Cette entreprise fut - entre autres - permise par l'action d'agents intérieurs au sein même de la hiérarchie militaire ellgardienne. L'Inquisiteur Guerre d'alors, Liam M'fale, depuis déclaré traître à la nation, fut l'un des protagonistes les plus déterminants pour permettre cette hérésie grâce au pouvoir hiérarchique dont il disposait. Toutefois, ce putsch échoua et fut avorté par les forces militaires fidèles au couple impérial. S'ensuivit alors une purge drastique visant à assainir les rangs de la Guerre et de nombreux dissidents furent traqués, interrogés, tués ou envoyés dans les camps de travaux forcés des confins du nord pour le reste de leurs vies. Qu'ils soient militaires ou non.

Il apparut ainsi rapidement la nécessité de lutter contre cette forme nouvelle de rébellion qui, loin d'être inoffensive, venait de prouver qu'elle pouvait agir d'une façon qu'il n'était plus permis d'ignorer. Si, à l'origine, le mouvement pacifiste duquel émergea ce groupuscule avait des revendications où la violence n'avait pas sa place, il s'est vite avéré que cette dissidence n'avait plus grand chose à voir avec ses attaches premières. Pire, c'était une voix qui s'élevait à l'encontre de celle du couple impérial et semait ainsi discorde et chaos dans cet empire où l'idée même d'opposition politique était une hérésie. Pour le gouvernement, c'était proprement inadmissible et il fallait étouffer dans l’œuf cette promesse de guerre civile avant qu'il ne soit trop tard afin de préserver le caractère absolu du pouvoir en place. L'Empire ne pouvait se permettre d'afficher autre chose qu'une apparente perfection et unité, comme à son habitude, ni d'accéder à un quelconque chantage surtout si celui-ci devait lui faire perdre la formidable force de travail que sont les intelligences artificielles. Officiellement néanmoins, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et la présence d'une quelconque Résistance est systématiquement niée par l'Empire. La portée des actes de tels individus est écrasée sous une propagande de désinformation martelée avec force et conviction pour les faire passer pour des agissements isolés d'individus déséquilibrés, pour des accidents ou même parfois tentatives de déstabilisation maladroites de l'Ordre des astres. Ellgard est une dictature militaire dans tout ce qu'une telle chose a de plus écrasant et part du principe que ce qui ne se sait pas ne peut pas exister. Il en résulte un climat qui oscille entre la terreur de se voir mêlé, même de loin, à de quelconques suspicions et un contrôle quotidien de la pensée qui passe par la propagande, le patriotisme et le culte de la personnalité du couple impérial.

Aussi l'état d'urgence décrété se transforma-t-il en la création d'une cinquième branche de l'armée : l'inquisition de la Mort. Un rôle destiné à lutter contre la menace interne, la dissidence et la gangrène de la trahison. Mais, avant toute chose, à lutter contre l'espoir induit par des idées révolutionnaires déviantes. Plus que des individus et des actes, c'est un cancer de l'esprit qu'il faut combattre. À peine quelques mois après le putsch avorté de 414 fut donc annoncé un nouveau général pour prendre la tête de cette nouvelle organisation : Erwann Daniels, héros de guerre et premier Inquisiteur Mort. Ses nouvelles troupes furent issues en grande partie des réserves de soldats de Guerre et, dans une moindre mesure, des hommes de Pestilence.

S'il fallait craindre les propos séditieux avant, depuis ce jour la surveillance de l'Empire et de sa population ne s'en est qu'accrue. Dénonciations, arrestations, interrogatoires et fouilles sont monnaie courante et il arrive que certaines personnes disparaissent mystérieusement pour ne plus jamais réapparaître.

OBJECTIFS ET ATTRIBUTIONS


─ L'objectif de l'inquisition de la Mort tient en quelques mots : le conflit avec la Résistance. C'est l'organe militaire qui s'occupe de gérer la guerre civile ellgardienne avec pour mission la traque, la capture et l'interrogatoire des dissidents ou de quiconque aurait un lien avec eux, de près ou de loin, et qui leur porterait assistance. De fait, ils ont toute prérogative sur l'ensemble du territoire ellgardien pour mener à bien leur mission. Car cette dernière va bien au-delà de simplement mettre aux arrêts quelques individus : Mort est la police de la pensée et du comportement et est l’œil qui voit tout et l'oreille qui entend tout. Elle a en charge l'ultra surveillance de la population ellgardienne et le maintien de l'ordre de ses citoyens. Aussi son armée contrôle-t-elle Keivere, le centre névralgique majeur du pays, afin de saper les mouvements protestataires qui pourraient voir le jour, quels qu'ils soient, et d'étouffer avec la force qu'elle juge nécessaire toute tentative de soulèvement. Au final, quiconque ne se plie pas à la volonté du couple impérial est un résistant et s'opposer au bon déroulement de la marche d'Ellgard c'est faire acte de dissidence.

─ Son action ne s'arrête toutefois pas aux portes de la capitale et elle agit jusque dans les confins gelés du pays si nécessaire, bien que les petites villes et les villages isolés soient en général beaucoup moins sujets aux troubles politiques que ce que l'on peut trouver dans la capitale. L'investigation de Mort ne connaît pas de limites et elle est à même de mettre son nez partout où elle le juge nécessaire, y compris - d'aucuns diraient surtout - dans les autres branches de l'armée et jusque dans les hautes sphères du pouvoir si elle le souhaite. C'est un sujet sensible et de telles ingérences ne sont jamais perçues d'un bon œil, mais s'y opposer c'est présenter un comportement suspect et c'est prendre le risque de se voir embarquer pour opposition à la volonté de l'Empire.

─ De fait, c'est cette armée qui fait office de police civile dans tout le pays. Elle gère les conflits, crimes et autres atteintes à l'autorité et à l'ordre public. Parler de justice serait toutefois d'une grossière naïveté et très souvent les affaires sont jugées par des officiers selon leur bon vouloir. L'armée ne prend la peine de faire de réel procès que lorsqu'il s'agit de personnes trop influentes pour être ignorées ou, au contraire, lorsque l'état souhaite faire un exemple public. Bien souvent les opposants sont jugés de façon à ce que tous soient témoins de leur opprobre et du sort qui leur est réservé afin de saper le moral de leurs sympathisants. Bien sûr, la plupart du temps c'est une propagande éhontée qui ne sert que le propos impérial. Les citoyens anonymes, eux, sont souvent jetés en prison sans autre forme de procès et leur sort dépend entièrement de l'intégrité et de la moralité de l'officier qui les ont en charge. Pour les crimes les plus graves, ils sont envoyés directement dans les camps de travaux forcés des confins du nord, ce qui constitue la plupart du temps un aller simple. Parfois, quand un sujet est prometteur, il peut se voir transférer dans la quatrième légion de Guerre : Fureur, afin de transformer une peine de perpétuité en quelques années de missions suicidaires au service de sa patrie.

─ Mort incite les citoyens à rester vigilants et à dénoncer tout acte pouvant porter atteint à l'intégrité impériale, récompense à la clef la plupart du temps. En outre, elle se charge également d'étouffer toute propagande illégale issue des dissidents et peut émettre sa propre propagande , aussi bien à destination des citoyens que de l'armée.

─ La Mort a également toutes prérogatives pour la traque et la capture des technogènes synthétiques : tout androïde ou automata dysfonctionnel, rebelle ou présentant des programmes séditieux peut être saisi afin d'être démantelé, reprogrammé ou recyclé. Tout technogène doit obligatoirement appartenir légalement à quelqu'un qui en est responsable ou bien sera considéré en situation illégale. Leur liberté n'est pas autorisé et ils ne peuvent en aucun cas racheter eux-mêmes leur propriété ou celle d'autre technogènes. L'arrestation d'une personne entraîne par défaut la saisie de tous les technogènes qui sont sa propriété. Les individus laissant trop de libertés à leurs technogènes ou les traitant avec une humanité excessive sont souvent surveillés ou même dénoncés. Si Mort utilise beaucoup de méthodes de renseignement et de surveillance qui sont technomagique, la politique impériale quant aux droits des technogènes est très claire et leur nie complètement le statut d'êtres vivants. Ils ne sont même pas des esclaves, ce sont purement et entièrement des objets d'un point de vue légal, moral et civique. La politique de production et d'usage des technogènes dans Mort fait l'objet de restrictions sévères qui se sont récemment vues renforcées sous le commandement de l'Inquisiteur Dankmar. Ces règlementations peuvent se trouver dans la publication de la circulaire inquisitoriale .

─ Cette inquisition prend également en charge une partie des citoyens effectuant leur service militaire. Requis pour deux années chez les hommes à partir de 16 ans dans le but de soutenir l’effort de guerre. Le principe est surtout d’envoyer les jeunes inexpérimentés dans des zones avec peu de risques (patrouilles de la capitale, soutien logistique, protection des grandes lignes ferrées, etc...) pour leur donner un goût de ce que fait l’armée et une possibilité de s’habituer à la hiérarchie en priorité. Cela fait également soutien pour l’armée de métier qui peut alors se concentrer sur les tâches critiques de lutte contre la Résistance ou l'Ordre des astres. Si besoin est ils peuvent être envoyés au front, mais presque jamais la première année pour éviter d’en faire de la chair à canon inutile. Dans ce cas, ils passent alors sous l'égide de l'inquisition où ils atterrissent. À l’issue de ces deux ans ils peuvent retourner vaquer à leurs occupations civiles ou peuvent se voir proposer une carrière dans l’armée. Dans le cas où l’armée de métier est insuffisante, le gouvernement est en mesure de conscrire selon les besoins toute personne que l’État juge apte à combattre. Seuls les hommes sont obligés d’effectuer un service militaire mais les femmes ont également accès aux carrières militaires, peuvent s’engager dans l’armée et se voir conscrites, bien que cela soit en général en dernier recours. Il est possible de se voir déroger au service militaire pour des raisons médicales ou socioprofessionnelles. La désertion entraîne toutefois la perte de tous les droits civiques tant que la situation n’est pas réglée.

CENTRES DE COMMANDEMENT

Keivere - Le centre névralgique est situé ici, au cœur de la capitale, et le quartier général est situé non loin du palais impérial. C'est un bâtiment militaire dont la force première est le secret qui l'entoure. Très bien gardé, peu de gens osent s'en approcher et il se murmure que l'entrée n'est qu'une façade dissimulant le véritable quartier général, ailleurs. On n'y pénètre pas sans une autorisation militaire spéciale ou sans avoir des choses à se reprocher. Des cellules renforcées sont prévues à cet effet et situées dans une zone séparée du reste du complexe pour ne pas prendre de risques. Ce centre fonctionne beaucoup sur le cloisonnement de l'information afin que chacun de ses membres n'ait besoin de savoir que ce qu'il doit savoir, rien d'autre, par pure mesure de sécurité. Il assure également une présence de troupes à proximité immédiate du palais impérial en cas de besoin.

De plus, des postes militaires sont présents dans chaque district de la cité et de nombreuses cellules annexes ou planques sont disposées ici et là dans la gigantesque capitale. Parfois secrètes. Elles servent de point d'action secondaire pour couvrir la plus grande partie possible de la ville.

Base militaire d'Ellgard - Second centre principal des opérations militaires de l'inquisition de la Mort. C'est ici que sont entraînées les nouvelles recrues ayant décidé de rejoindre cette inquisition et les soldats, que repose une partie des forces armées de la Mort et que l'on peut trouver matériel, véhicules, maintenance et technomagie que le manque de place de Keivere ne permet pas d'accueillir. C'est le point de chute dès qu'il s'agit de mener des opérations dans le reste du pays ou même parfois illégalement à l'étranger, bien que ce soir rare. Les prisonniers les plus dangereux ou les plus précieux sont retenus confinés dans cet endroit imprenable. Une partie des archives les plus sensibles également.

FORCES ARMÉES NOTABLES


─ Il existe plusieurs unités spécialisées au sein du commandement de Mort et réussir à y rentrer dépend des affinités, compétences et états de service de chaque soldat. Avoir fait ses armes dans l'une ou l'autre confère en général une expertise bien précise qui est appréciée à sa juste valeur.

Unités de Surveillance et de Transport Aéroporté - Une unité spécialisée dans l'utilisation et la manœuvre des zeppelins. De petits modèles sont en usage à Keivere, qui permettent une surveillance aérienne et le transport rapide et sécurisé de matériel et de troupes. Ils sont souvent utilisés dans des opérations spéciales de nuit pour larguer des commandos sur les lieux d'opération. Ils permettent de très facilement coordonner l'action de troupes au sol pour le repérage et la traque de fugitifs. Leur bombardement chirurgical (de matériel ou de troupes) est remarquable, au point que l'expression « Il va pleuvoir » est synonyme de problèmes imminents dans le milieu clandestin.

Unités des Forces Spéciales d'Intervention - Comme leur nom l'indique, ce sont des forces spéciales d'élite à l'entraînement extrême, qui sont envoyées sur le terrain lors d'interventions délicates nécessitant un certain doigté précis, brutal et expéditif. Prises d'otages, assassinats, exfiltrations, désamorçage technomagique, descente de résistants, captures de technogènes dangereux... Une discipline et un sang-froid extrêmes sont nécessaires car leurs interventions sont un risque de tous les instants et une erreur peut non seulement vous coûter la vie mais aussi celle de beaucoup d'autres, civils comme militaires. Ces unités sont constitués de spécialistes et ont accès au meilleur matériel dont ils ont besoin. Ce sont en général eux qui sont parachutés par les unités de transport aérien.

Unités Mobiles d'Intervention et de Patrouille - Il s'agit des unités capables de réagir rapidement en misant sur leur vitesse d'intervention et la manœuvrabilité de leurs effectifs, que ce soit en zone urbaine, rurale ou même en pleine montagne. Ils sont en effet uniquement constitué de cavalerie. On y trouve des chevaux classiques pour une grande partie, mai également une cavalerie d'hippogriffes assez développée, très efficace dans les terrains montagneux glacés d'Ellgard ou dans la capitale. On peut également trouver des montures plus exotiques - bien que plus rares - telles que des chevaux-automatas, qui présentent l'avantage d'être inépuisables, insensible à la douleur et d'avoir une intelligence artificielle permettant une coordination redoutable avec son cavalier. Toutefois, ils présentent le désavantage de tous les automatas : leurs batteries possèdent une autonomie limitée qui doit être rechargée par du mana régulièrement. Certains officiers y montent même des armes technomagiques. Enfin, certains des officiers préfèrent le vivant à la machine et utilisent des montures issues directement des expériences mêlant eugénisme et technomagie des laboratoires d'Ellgard. Ce sont des chimères impressionnantes dont la diversité n'a d'égale que la folie des scientifiques de l'Empire. Néanmoins, ce genre de créature reste très rare et il ne s'en trouve qu'une petite fraction.

Unités des Tirailleurs Avalanches - C'est un regroupement de spécialistes du terrain très particulier d'Ellgard qui sont experts de la survie en milieu hostile (montagne, glaces) et du camouflage, qui peuvent effectuer des actions de reconnaissance, de secours ou de harcèlement éclair à l'encontre de toute force ennemie. Leurs connaissances du terrain et des dangers de la montagne les rend redoutables et ils ne sont pas à sous estimer. Ils fonctionnent très bien en coordination avec les unités d'hippogriffes où la capacité à voler est un avantage tactique considérable en montagne. Ils ne portent pas le nom d'Avalanches pour rien.

Unités d'Espionnage et de Renseignement Tactique - Ce sont les yeux et les oreilles de l'Empire, majoritairement concentrées dans la capitale, mais pas que. Surnommés les Fantômes, ils ont en charge tout ce qui relève de l’ultra surveillance : observation, récolte d'information, écoute, surveillance d'individus ou de lieux précis... Leurs planques sont secrètes, souvent mobiles, et ils bénéficient d'experts en infiltration capables de jouer autant de rôles que nécessaire. Souvent les missions de leurs espions durent des mois entiers voire des années durant lesquels ils n'ont que des contacts très furtifs avec le commandement afin de transmettre leurs rapports lorsque c'est nécessaire. Les plus émérites sont infiltrés à des postes clefs de l'Empire : autres branches de l'armée, familles influentes, puissants industriels, scientifiques du Ragnarok, miséreux des bas quartiers, etc... Ils ont, pour ainsi dire, mille visages. C'est dans cette unité qu'on trouve l'usage le plus important de technomagie. Et notamment des androïdes hyperréalistes dont l'interchangeabilité des parties du corps présente un avantage indéniable. Plus d'une cible s'est vue épiée pendant des mois et des mois avant de se faire brusquement kidnapper puis remplacer par l'androïde l'ayant espionnée. Les différences physique sont alors quasiment indiscernables et la mascarade presque parfaite. Ce genre d'opération nécessite toutefois énormément de temps, de logistique et de précision. Enfin, les télépathes sont très prisés dans ce genre de service. Ce service est sous les ordres direct de l'inquisiteur et la culture du secret y est très prononcée, personne ne doit savoir plus que ce dont il a besoin. Ce sont aussi eux qui ont les interrogateurs les plus expérimentés et qui sont aussi très souvent versés dans l'art de la torture. Les androïdes qui y servent voient leurs noyaux mémoriels effacés et sont reprogrammés systématiquement entre chaque mission. Ces derniers restent en permanence très surveillés.

COMMANDEMENT

─ Si la population Ellgardienne civile est constituée à une majorité écrasante d'humains qui voient d'un très mauvais œil sa part de population non humaine, l'armée échappe toutefois à ces préjugés et entretient une culture méritocratique de l'effort. C'est le meilleur vecteur d’ascension sociale du pays et, bien qu'elle ne soit pas exempt de luttes d'influence, il est rare qu'un soldat ayant fait ses preuves se voie discriminé pour sa race ou son nom. Elle veut ses meilleurs éléments en haut et tant qu'un soldat est efficace et sait tirer parti de ses atouts, il peut continuer de grimper sa hiérarchie. De plus, l'armée n'échappe pas à l'existence d'une noblesse d'état dans la culture ellgardienne. Tous les grades à partir des officiers supérieurs sont également des titres de noblesse et octroient une parcelle de terre plus ou moins importante à leur obtention.

─ Toute la hiérarchie est sous les ordres de l'Inquisiteur qui en réfère directement à l'Empereur et/ou l'Impératrice et participe au Conseil de Guerre des inquisiteurs. De plus, le titre de Premier Chevalier est attribué à un officier choisi par l'Inquisiteur pour être son bras droit. Le rôle de cette fonction est d'assister l'inquisiteur, de gérer les affaires courantes en son absence et de pouvoir gérer l'armée en cas d'incapacité temporaire ou définitive de l'inquisiteur le temps que l'Empereur en choisisse un nouveau. C'est une véritable extension de l'autorité de l'inquisiteur.

─ La Mort est connue pour posséder des effectifs qui font preuve d'une loyauté indestructible envers l'Empire et le couple impérial et, assurément, c'est une valeur essentielle pour quiconque souhaiterait en grimper les échelons. Plus que dans toute autre branche de l'armée, la trahison ou la dissidence y est perçue comme une opprobre qui sème le déshonneur et l'indignation.

─ Le statut de Chevalier est un titre à part de la hiérarchie. C'est une distinction honorifique qui désigne des éléments particulièrement émérites, efficaces ou qui ont su se démarquer du lot. C'est un honneur et également un titre de noblesse, il octroie une autorité supplémentaire au sein de l'armée et permet souvent d'agir avec un peu plus d'indépendance ou de liberté, permettant généralement de pouvoir commander sa propre unité d'hommes choisis. Néanmoins, ce n'est pas sans venir avec son lot de responsabilités supplémentaires et ils se doivent d'être les parangons des valeurs du noble Empire d'Ellgard. Accéder à ce titre se fait en général dès la formation et passe par un entraînement drastiquement rigoureux qui destine les novices à devenir d'emblée des officiers. Ce titre peut également se voir attribuer en récompense à un soldat, peu importe son grade, après des états de service particulièrement impressionnants ou des hauts faits le méritant. C'est souvent cette formation que tentent de suivre les fils et filles de familles influentes. Sans garantie de succès cependant.

─ La hiérarchie est relativement classique et on peut trouver, du bas de l'échelle au plus haut : militaire de terrain ; caporal (militaire vétéran) ; sergent (chef d'une équipe de 5 à 10 individus) ; capitaine (chef d'opération) ; colonel (haut gradé et souvent conseiller des généraux) ; général (se répartissent le territoire d'Ellgard sous les ordres direct de l'inquisiteur).

SOLDATS ET CIBLES

La liste des effectifs appartenant ou ayant appartenu à l'inquisition de la Mort (PJ ou PNJ) ainsi que les cibles prioritaires de celle-ci peut être trouvée ici . Elle est mise à jour régulièrement mais n'hésitez pas à envoyer un MP à Sieghart Dankmar pour tout oubli ou question.

Copyright ©️️ Maître du Jeu de Lost Kingdom

Commandement de la Guerre

Branche inquisitoriale de l’armée impériale

HISTOIRE



En l'an 407, Mearian déclare la guerre à Ellgard, comptant profiter de l’effet de surprise de leur déclaration pour que leur agression renverse les forces impériales. C’était sans compter sur la prévoyance de l’Empereur, qui avait vu venir l'agression de Mearian, et avait en réaction créé un organisme capable de lui répondre avec toute la brutalité nécessaire. Guerre voyait le jour, une Inquisition ayant pour but de rassembler les forces vives de la nation afin de lutter contre et de briser l’envahisseur. Marquant définitivement un virage militariste dans la politique Impériale, il ne fallut que peu de temps à l’Inquisition pour jeter son dévolu sur le continent de Fhaedren. Si le conflit devait au début n’être l’affaire que de quelques semaines, ils trouvèrent dans leurs adversaires des résistants fanatiques et opiniâtres, et le conflit dégénéra rapidement en guerre de tranchée, les deux camps s’enterrant rapidement dans leurs positions respectives.

Actuellement, dix ans après le début du conflit avec Mearian, la branche Pestilence est supprimée lors de sa fusion avec Guerre, et l’Inquisiteur Hallgrimr a pris le contrôle du nouveau bras armé de l’Empire. L’Inquisition doit donc maintenant assumer de nouvelles fonctions, parmi lesquelles la propagande, le renseignement et la protection de l’Empereur. Le service autrefois exclusivement concentré sur l’opposition armée aux ambitions de Mearian a donc dû, et doit encore subir de nombreuses transformations pour s’adapter à ces nouvelles exigences.

OBJECTIFS ET ATTRIBUTIONS



─ Depuis la dissolution de la branche Inquisitoriale de Pestilence, Guerre s’est vue chargée d’assurer ses précédentes fonctions. C’est donc sur deux axes complémentaires que s’oriente au quotidien son action. Elle doit en premier lieu s’assurer du bon déroulement du conflit avec les forces armées de Mearian, et de la sécurisation du territoire de Fhaedren. Si son objectif final dans le conflit qui oppose les deux nations est bien évidemment la complète soumission de leur ennemi juré, l’urgence de la situation présente les force à tourner leur regarde vers le continent désolé de Fhaedren, ses riches gisements de cristaux et les secrets de ses ruines anciennes. La situation diplomatique avec Nueva étant également délicate malgré les liens commerciaux qui unissent encore les deux pays, les frontières terrestres de l’Empire sont également très surveillées.

─ Outre le pan militaire de ses opérations, Guerre assure aussi d’autres fonctions moins connues du grand public. La garde d’honneur responsable de la sécurité de la famille impériale dépend de Guerre, et la grande majorité des services de renseignement (à l’exception notable de ceux chargés de rassembler des informations sur la Résistance) dépendent de cette Inquisition. Ayant récupéré les anciennes fonctions de Pestilence, Guerre est donc sans conteste le service le plus important des quatre Inquisitions, au moins en termes de personnels et de moyens.

LIEUX D'OPERATION



─ Le premier théâtre militaire de l’Empire reste Fhaedren, le conflit les opposant à Mearian s’étant enlisé depuis longtemps sans qu’aucun des deux camps n’arrive jusque-là à remporter de victoire décisive. C’est une guerre d’attrition et de tranchées qui s’est engagée entre les deux rivaux, mais la résolution inébranlable de l’Empire et l’impérieuse nécessité de récupérer les cristaux et l’héritage des civilisations anciennes maintiennent leur moral haut et leurs troupes vaillantes. Le travail extensif de propagande qui est fait et les punitions qui attendent les déserteurs et les couards jouent également un rôle important dans le maintien de leur armée.

─ L’intérieur de la mère-patrie n’est lui-même pas en reste, et l’armée assure une présence renforcée depuis que ce dernier est sous le coup d’attaques directes ou indirectes venues de l’extérieur. Si les forces policières à proprement parler relèvent de la responsabilité de Mort, Guerre patrouille néanmoins avec une grande vigilance le territoire impérial pour lutter contre d’éventuelles intrusions, leurs services de contre-espionnage s’efforçant de faire preuve d’une méticuleuse ardeur. Les récents changement dans la ligne directrice de Guerre voient d’ailleurs une attention toute particulière se poser sur les services de propagande et de renseignement, ces derniers étant dorénavant appelés à jouer un rôle central dans la destruction des ennemis de l’Empire.

─ Les eaux voisines du territoire d’Ellgard sont également sous le coup d’une surveillance rapprochée, afin qu’aucun vaisseau non-autorisé ne puisse pénétrer le domaine souverain de l’Empire.

─ L’Empereur dispose d’une garde personnelle d'élite, composée d'une dizaine de soldats triés sur le volet, l’accompagnant dans le moindre de ses déplacements, que ce soit sur le territoire ou à l’étranger. Ces derniers sont régulièrement appelés à se déplacer, et ont pour mission suprême de préparer et de sécuriser le terrain avant et pendant les visites de leur meneur.

─ De la même manière, Ellgard dispose de service de renseignements surveillant de manière extensive le territoire des autres nations, alliées comme ennemies. Bien qu’officiellement inexistants, leurs espions sont omniprésents et se retrouvent dans toutes les strates de la société, du serf le plus humble d’Everbright au conseiller le plus respecté de Nueva.



DIVISIONS PARTICULIERES



─ L’armée d’Ellgard est divisée en légions, elles-mêmes divisées en cohortes. L'élite de chaque légion est rassemblée dans une cohorte spécialisée dans un domaine et les unités standardisées étant généralement encouragées à apprendre de leurs spécialistes.

Légion I : Saccage

Saccage est la légion qui possède dans ses rangs la cohorte dédiée au sabotage, et concentre donc sans grande surprise ses efforts à entraver les efforts logistiques de Mearian. Que ce soit par la destruction de leurs armes, l’empoisonnement de leur eau ou l’attaque de leur points logistiques à Fhaedren.

Légion II : Tempête

Spécialisée dans les opérations éclairs, Tempête a acquis les services d’un régiment de chasseurs aériens légers et de dirigeables capables de parachuter leurs hommes. Ils allient généralement leurs efforts à ceux d’une autre légion, profitant de la distraction offerte par cette dernière pour attaquer l’ennemi par derrière, s’assurant de sa vulnérabilité avant de délivrer une frappe chirurgicale aussi précise que violente.


Légion III : Cyclone

C'est la légion qui englobe le gros de la flotte Ellgardienne, aussi bien de l'aviation de moyenne taille assurant le service logistique que leurs grands dirigeables de transport des troupes et possédant l'artillerie lourde de guerre. Leur rôle principal est d'harceler les troupes ennemies clouées au sol en les bombardant depuis le ciel. La plupart du temps, au vu des coûts de maintenance de tels engins, ils ne sont mobilisés seulement en cas d'escalade possible dans la guerre.


Légion IV : Fureur

Fureur est constituée en grande partie de prisonniers et d’anciens criminels, s’étant vu offrir une place dans les rangs de la légion en échange d’une peine réduite. Il est ainsi possible de changer une condamnation à perpétuité en un service militaire de quelques années. Hélas, les missions de la quatrième sont souvent extrêmement risquées, et peu survivent jusqu’au terme de leur sanction. De nombreuses mesures sont prises pour s’assurer de la fidélité des soldats de la légion, que ce soit par le sort qui attend leur famille en cas de désertion jusqu’à la pose d’un collier capable d’exploser si son détenteur décide de déserter. Malgré les efforts insidieux de l’ennemi, aucun soldat n’est jusqu’ici parvenu à quitter Fureur sans son accord.

Légion V : Hurlement

Le tonnerre des canons, l’odeur de la poudre, le contact froid de l’acier. Des sensations avec lesquelles les ingénieurs de siège de hurlement sont très familiers. La doctrine de cette légion est extrêmement simple, et il suffit de les voir à l’œuvre quelques instants pour la comprendre. Ils démarrent leurs engagements en pilonnant leurs adversaires, avant de laisser leur infanterie lourde piétiner les survivants. Souvent surnommée le « poing de l’Empereur ».

Légion VI : Toxine

Les magiciens de l’Empire n’ont de cesse de prouver leur supériorité scientifique, souvent au grand désespoir de leurs misérables adversaires. Si chaque membre de Toxine a dans son équipement un masque à gaz, ce n’est pas pour rien. Ils agissent généralement loin des autres divisions, choisissant un terrain propice à l’exécution de leur sinistre stratégie, avant de noyer l’ennemi sous un déluge méphitique de fumées et de poisons.

Légion VII : Éclat

Sans doute la légion comptant le plus d’androïdes, Eclat a la réputation de servir de laboratoire en plein air aux magiciens de l’Empire souhaitant tester leurs dernières inventions mécaniques. Plus que de vaincre Mearian, le but d’Eclat est de fournir un environnement adapté aux tests dont ont besoin les scientifiques afin d’exprimer pleinement leur créativité et leur potentiel.


─ La garde personnelle de l’Empereur se compose d’un effectif réduit d’hommes soigneusement sélectionnés autant pour leur compétence que pour leur indestructible loyauté. En petit effectif, c’est une affectation extrêmement prestigieuse qui a pour but d’assurer la sécurité du souverain, autant en jouant un rôle de garde du corps lors de ses déplacements qu’en anticipant d’éventuelles menaces. Ils sont à ces fins munis d’un sceau leur permettant de réquisitionner n’importe quel moyen, qu’il s’agisse d’un bien ou d’un civil.

─ Les bureaux secrets n’existent officiellement pas. Désignés simplement par des lettres, ils s’occupent des affaires les moins licites de l’Empire, et s’assurent que les taches nécessaires ne pouvant cependant pas être exécutées en pleine lumière soient tout de même accomplies. S’ils dépendent principalement de Guerre, la nature de leur mission les amènent régulièrement à coopérer avec les autres branches de l’Inquisition. Ils s’occupent principalement du renseignement, mais ne sont pas limités par le cadre de leurs attributions, et sont libres de prendre les mesures qu’ils jugeront nécessaire pour sauvegarder les intérêts de l’Empire.



COMMANDEMENT



─ Guerre est sans doute l’endroit qui exemplifie le mieux l’idéologie méritocratique de l’Empire. Malgré une hiérarchie extrêmement rigide, punissant avec une sévérité disproportionnée tout acte d’insubordination ou d’incompétence, c’est l’endroit où le racisme propre à la population Ellgardienne est le moins présent, et dans lequel un soldat faisant preuve de compétence pourra le plus facilement gravir les échelons.

─ Le commandement est assuré par le l’Inquisiteur Holker Hallgrimr. Ancien Chevalier au service de Pestilence, il a repris les rênes de Guerre à la fusion des deux services. Guerre ayant une longue tradition d’Inquisiteurs se révélant décevants ou tout simplement traîtres, le sieur Hallgrimr sent sur ses épaules peser une pression certaine. Le fait qu’il soit un hybride ne le rend pas non plus particulièrement populaire auprès du grand public (sans compter sa tragique réputation et son historique chargé), ce qui ne l’a pas empêché d’entreprendre de lourdes réformes pour moderniser son service. Il ne demande que deux choses à ses subordonnés : une efficacité sans faille, et une loyauté absolue à la cause. Le sort réservé aux personnes ne réussissant pas à satisfaire l’une ou l’autre de ces exigences n’est généralement pas abordé lors des diners les plus élégants.

─ En-dessous de lui se trouve son bras droit, agissant principalement comme ses yeux et ses oreilles, assurant la liaison entre lui et les membres moins haut-gradés. Les personnes les plus médisantes l’appellent l’âme damné de l’Inquisiteur, et son nom inspire souvent plus de peur que celui de son supérieur. En effet, si ce dernier se cantonne souvent aux tâches administratives et purement stratégiques que requièrent sa fonction, le Premier Chevalier a souvent un rôle beaucoup plus direct et violent, son apparition quelque part présageant souvent un conflit sanglant.

─ En dehors de ces deux figures de proue se trouve toute une organisation militaire composée de généraux, d’amiraux et de colonels très classiques. L’armée fonctionne dans les faits comme une noblesse d’Etat, et progresser dans ses rangs s’accompagne souvent d’avantages honorifiques et matériels, pouvant aller jusqu’à l’attribution de terres ou d’esclaves. Les chevaliers ont un rang très à part dans cette hiérarchie, en ce qu’ils peuvent cumuler ce titre avec un autre, s’ils en ont les compétences. Bénéficiant de plus de libertés que leurs pairs, ils voient aussi peser sur leurs épaules de plus lourdes responsabilités, et sont souvent impliqués de manière très personnelle dans les affaires de l’Inquisition, l’honneur de leur fonction s’accompagnant de devoirs plus pesants.

─ En dehors des chevaliers, qui vont et viennent au gré de leurs attributions, le commandement de l’armée d’Ellgard est très défini. Son armée se divise en légions, chacune commandée par un Legatus. Chaque légion est divisée en cohortes, commandées par un Centurio. De nombreux grades subalternes existent, que ce soit pour désigner l’officier chargé des communications ou celui en charge des médecins. Cette hiérarchie complexe a pour but premier de rendre plus efficace les différents soldats et officiers en leur attribuant des rôles précis et en encourageant la spécialisation, mais elle permet également de stimuler l’esprit d’avancement des soldats, même le moins ambitieux d’entre eux pouvant espérer monter quelque peu en grade s’il consent à s’appliquer avec ardeur dans ses fonctions.

─ Il est à noter que chaque légion dispose d’une identité propre, non seulement au niveau de sa spécialisation mais aussi au niveau de son identité culturelle, et qu’il existe une véritable rivalité entre les hommes des différentes légions. Si ces dernières coopèrent toujours entre elle, cela a donné naissance à un véritable esprit de corps, les légions les plus performantes pouvant se voir récompensées par l’Empereur lui-même.

SOLDATS DE GUERRE









Copyright  Maître du Jeu de Lost Kingdom

COMMANDEMENT DE LA CONQUÊTE

Branche inquisitoriale de l'armée impériale

HISTOIRE

Il n’est pas sans savoir que l’Empire possède un intérêt profond dans la recherche de cristaux, essentielle dans son avancée technologique. Si cela était un objectif toujours réel sans pour autant être extravagant avant les confrontations avec Mearian, il devint un but à part entière en 407. 

La découverte du gisement de cristaux sur Fhaedren, et résultat de la guerre avec Mearian, a ainsi été le point de création de la branche inquisitoriale. L’observation scientifique des cristaux avait ainsi commencé pour mieux offrir des résultats impressionnants. L’évolution militaire s’en faisait plus impressionnante avec la création de psyphers ou encore l’amélioration des prothèses. La valeur de ces gisements miraculeux fut alors vue comme un bénéfice important de l’élévation de l’Empire, et surtout son objectif de succès contre Mearian. Le besoin était simple ; il fallait plus de cristaux, pour emmener la technologie au summum de sa perfection. 

L’extraction de cristaux prit donc une place à part entière dans le gouvernement et les objectifs de l’Empereur. Il fallait mieux les comprendre, pour mieux les obtenir. C’est ainsi que la branche Conquête vit le jour, réunissant des individus aptes à remplir ces objectifs à la perfection. Etudier, chercher, découvrir, obtenir, étudier. Des gens capables de s’adapter à tout type d’environnement, pour se rendre sur n’importe quel territoire en mission. Le but premier n’est pas la confrontation, mais bien l’extraction rapide et non sue des cristaux si la monnaie ne peut l’acheter. 

En 418, avec les tensions nouvelles akanthiennes, les demandes de l’Empereur ne sont devenues que plus exigeantes envers toutes les branches inquisitoriales. Cela se ressent chez Conquête par une accélération du processus. Il faut associer rapidité à quantité autant qu’à qualité. Un procédé complexe pour aider autant Ragnarök dans ses recherches qu’approvisionner les branches Mort et Guerre de nouvelles technologies cristallines sanguinaires. Et pour cela, tous les moyens, des plus douteux aux plus monstrueux, ne sont pas à laisser pour compte.

En mai de cette même année, la place d’Inquisiteur étant libre, et avec les récents évènements de Fhaedren, l’ancien bras droit Jor’ R. Hallvaror – créature mythologique Jörmungandr -  est devenu le chef de la branche. Cette décision a été prise par l’Empereur lui-même, pensant que la créature mythologique a fait ses preuves et est sous son joug. Mais aussi parce qu’il n’y a rien de mieux qu’un monstre pour gérer des êtres aussi douteux que ceux de Conquête. Cela permettra aussi de l’enfermer plus encore dans le système de l’Empire. Néanmoins, le bras droit choisi aura pour mission de surveiller son supérieur pour éviter toute rébellion.

OBJECTIFS ET ATTRIBUTIONS


– Depuis sa récente création, Conquête s’étale sur bien des plans. Ils doivent récupérer le plus de cristaux possibles, avec ultime objectif la source puissante et ancienne de Fhaedren, énumérée dans certains ouvrages de l’ancienne cité. Si cela n’est qu’un mythe pour beaucoup, il est néanmoins pris au sérieux par cette branche inquisitoriale. 

– Comparée à une toile d’araignée, il n’est pas surprenant de comprendre que Conquête doit pouvoir agir sur tous les continents, et en particulier Fhaedren composé de riches gisements. Ce pourquoi une de leurs attributions est de travailler en partenariat avec Guerre sur ce point précis de la carte. Si cette dernière citée s’occupe du conflit avec Mearian, Conquête doit se glisser entre les mailles pour obtenir autant d’informations sur les gisements du Royaume Perdu et ramener des cristaux. 

– L’un des autres objectifs de cette branche inquisitoriale est d’aussi chercher les meilleurs moyens pour localiser et obtenir les dits cristaux. Si cela se base sur les différents outils technologiques, cela s’applique aussi sur les êtres vivants. Ainsi Conquête est toute aussi intéressée par les individus capables de diverses prouesses liées à la nature des cristaux.  Ils recrutent, comme ils peuvent forcer autrui à agir en leur sens. Il n’est donc pas rare de les voir traquer des créatures mythologiques pour s’en servir dans leurs objectifs. Ce sont souvent eux qui sont donc envoyés à cette tâche.

– S’ils travaillent main dans la main avec Guerre sur Fhaedren, certains aspects de la branche inquisitoriale le font aussi avec Ragnarök. Ils fournissent ces derniers en cristaux et autres demandes de la dite faction. L’échange de bons procédés implique aussi les informations obtenues par les scientifiques aux membres de Conquête, afin de mieux remplir les objectifs de l’Empire. 

– La branche Conquête a pour mot d’ordre de tout faire pour conquérir donc. Et leurs méthodes ne sont pas discutées, car ils ont carte blanche. Tant qu’ils ne provoquent aucun conflit majeur avec une autre nation et travaillent dans la discrétion extrême, les membres de Conquête peuvent tout faire pour obtenir ce qui doit être obtenu. Et par pouvoir, il s’agit en réalité de devoir. C’est donc sans surprise que Conquête est composée d’êtres qui ne reculent devant rien, à tuer un nouveau-né sans hésiter. L’efficacité prime sur la manière de faire. Les membres de Conquête sont donc souvent vus comme des individus sans pitié, parfois même malsains. Il n’est donc pas rare que ses membres soient d’anciens criminels graciés pour leur magie, ou bien des êtres sanguinaires et contestés.

Keivere  - Le bâtiment de Conquête est pour ainsi dire très proche du palais royal. Principalement pour rester proche du centre d’actions de Ragnarok, et en second pour prêter main forte à Mort si jamais la Résistance se fait trop nombreuse. Ainsi, le bâtiment est moins imposant que ceux des deux autres branches inquisitoriales, faisant plus office de centre de repos et de formation. Car les membres de Conquête sont constamment sur le terrain, ne revenant que quelques semaines à la fin de leur mission sur le sol mère, pour mieux en recommencer une autre. Le bâtiment sert aussi pour les réunions des hauts gradés de la branche et son Inquisiteur.

Base militaire d’Ellgard – Ici pour autant se tient un bâtiment plus important où les recrues sont formées efficacement, via la manière théorique avant d’être envoyée sur le terrain sous la tutelle d’un membre de Conquête plus expérimenté. 

Le Monde – Là se joue le véritable poids géographique de Conquête. Ses membres sont ses lieux, et ils infestent chaque partie des terres en petits groupes bien restreints, voir en solitaire. Nomades, ces membres de l’Empire font de ces kilomètres de terre et d’eau leur base. Cela peut se trouver dans une cave d’une maison abandonnée comme dans le désert. L’objectif étant la rapidité, l’efficacité et la discrétion, ils changent constamment de lieu de vie et de réunion. Leur maison mère se trouvant à Keivere, ils n’y rentrent que pour des rapports finaux, et surtout pas bredouille. 

COMMANDEMENT

Telle une toile d’araignée, Conquête possède divers postes et points centraux qui, en remontant jusqu’à la base de cette organisation, deviennent plus importants. Etant donné que les objectifs de cette branche inquisitoriale demandent un certain savoir-faire et une résolution des buts bien précis, il existe plusieurs sections pouvant abriter différents rôles, les uns s’associant aux autres, pour obtenir un pourcentage de réussite le plus élevé possible. 

Vis-à-vis de l’enrôlement, ce dernier ne se base ni sur la race, ni sur la valeur sociale. Elle se base sur les capacités magiques ou technologiques de l’individu, ce qu’il ou elle peut apporter à Conquête quant à l’obtention de cristaux. L’enrôlement peut être voulu comme forcé… Conquête n’hésite pas à utiliser le chantage pour qu’autrui travaille pour eux, même si leur appât premier est celui du gain avant celui du chantage. 

A chaque membre de la branche inquisitoriale est assigné un dossier calculant précisément le taux de réussite plausible pour une mission si cet individu y participe. Il y fait mention de ses précédentes expériences sur le terrain, de ses qualités premières, de ses défauts, de sa race, de tout ce qui pourrait jouer dans la découverte et l’obtention de cristaux. 

Ainsi, il est facile de comprendre que plus le taux de réussite de l’individu est élevé, plus il aura de chance d’être assigné à la mission voulue, et surtout, plus il aura de valeur aux yeux de l’Empire et de sa branche Conquête. Plus de valeur signifie un salaire plus élevé, un grade important, des appartements plus luxueux, ou bien toute autre chose que l’individu souhaiterait et que l’Empire puisse offrir. 

Si cela peut aller dans ce sens, il peut aussi aller à son opposé. Un taux de réussite est assigné à chaque membre donc, mais aussi un taux d’échec calculé sur ses missions précédentes. Plus ce dernier est haut et moins le membre aura des privilèges. Cela peut aller, pour certains cas forcés, à la mort et à la disgrâce. Conquête est donc un moyen intéressant pour monter dans la hiérarchie, mais aussi d’y descendre drastiquement. 

Chaque membre fait parti d’une division précise énumérée plus bas, choisie en fonction des capacités du membre. Chaque division est sous la tutelle d’un chef référent. Ce dernier possède une autorité sans faille sur ses membres, et surtout une responsabilité. Il a acquis cette place en tant qu’ancien membre au taux de réussite le plus excellent possible. Sa place est de nouveau contestée si sa division n’obtient pas un taux de réussite conséquent. Il choisit en fonction de la mission, quels dossiers proposés durant les brèves réunions avec l’Inquisiteur. Il vaut donc mieux bien se faire voir par son supérieur hiérarchique si l’on veut participer aux missions les plus intéressantes. 

Plus un membre possède un taux de réussite élevé et plus il possédera une certaine autorité sur les autres de sa division. Il lui est aussi choisi des nouveaux membres sous son aile. Il aura alors pour devoir de les former et de leurs apprendre les ficelles pratiques de Conquête. Il lui est demandé à chaque mission finie, de donner non seulement un dossier complet sur toute sa mission, mais aussi sur ses « élèves » en formation. 

L’Inquisiteur actuel et son bras droit supervisent toutes les décisions prises. Certains contestent sous cape la nomination curieuse du mythologique à la tête de Conquête. Plus que du respect, c’est la peur viscérale qui inspire les membres de Conquête à obéir et à faire de leur mieux. Car l’Inquisiteur actuel  possède un appétit certain pour rabaisser et détruire lorsque cela est nécessaire.

DIVISIONS


La découverte et l’acquisition des cristaux se fait en plusieurs étapes. Pour chaque étape une division a été créée et sera utilisée ou non en fonction de la situation. Afin d’offrir le meilleur taux de réussite pour la mission, une équipe est créée, mélangeant un, deux, voir trois membres de chaque division, ces derniers choisis par l’Inquisiteur, son bras droit et les chefs de division. 

Division de chasse : les chasseurs sont divisés entre chaque pays, ils sont déjà sur place, souvent en solo. Ils collectent les informations, les rumeurs, décryptent le terrain. Leur rôle est d’analyser et rechercher la présence de cristaux. Les membres de cette division possèdent des magies ou aptitudes directement liées à ce but. Leur rôle n’est lié qu’à la recherche. S’ils savent se battre, ils ne doivent utiliser l’attaque ou la confrontation qu’en dernière nécessité. Ce sont autant des chasseurs que des assistants de chercheurs, des chercheurs eux-mêmes. Ils font les rapports de leurs théories, sélectionnant les preuves les plus plausibles et utiles à l’Empire. 
Chef de division : Libre
Membres : 

Division de récupération : souvent en partenariat étroit avec les chasseurs, ils sont envoyés lorsqu’il a été validé par la première division l’absence de danger ou de complication. Leur rôle est simple : récupérer les cristaux, analyser plus précisément leur source, voir comment les obtenir dans leur meilleur état. Ici, ce sont des chercheurs et spécialistes, s’entendant plutôt bien avec le Ragnarök, partageant leurs observations avec ce dernier. Leur magie peut être en lien avec les cristaux, ou tout du moins ce sont des personnages aux connaissances très fournies sur le sujet. 
Chef de division : Libre
Membres : 

Division de protection : ce nom a été soigneusement choisi pour éviter de donner une impression de violence tout à fait véritable. Ce sont des individus choisis, aptes à se battre si jamais les ennuis venaient à commencer. Ils servent souvent de gardes du corps aux divisions les moins armées. Si les chasseurs sont des chiens de meute, les protecteurs sont les bergers allemands prêts à tout pour qu’une mission se passe au mieux. Ils sont formés à répondre rapidement en cas d’attaque ou de danger réel. 
Chef de division : Libre
Membres : 

Division de diplomatie : car la violence ne peut résoudre tous les conflits, ceux politiques ou financiers sont gérés par cette division. Si un gisement de cristaux se trouve sur un territoire au propriétaire peu réceptif. L’argent fait le bonheur, autant que la diplomatie. Ce sont des membres charismatiques, rusés, très observateurs. Le chantage est aussi leur source première de réussite. Lorsque l’on veut aussi éviter tout conflit diplomatique entre deux pays, ils sont envoyés tels des ambassadeurs ou assistants d’ambassadeurs de l’Empire. 
Chef de division : Libre
Membres : 

Division d’urgence : celle-ci est bien particulière et utilisée qu’en dernier recours. Les membres sont des individus qui ne jouent pas dans les règles. Ils sont spécialisés dans la discrétion, souvent des assassins ou anciens espions. Ils travaillent sous cape, lorsque la diplomatie n’a rien donné. Leur objectif est d’obtenir les cristaux par tous les moyens possibles, souvent les plus horribles. Assassinat, viol, torture, leurs méthodes sont vivement contestées… Mais comme leur taux de réussite atteint presque la perfection, rien n’est forcément fait pour les encadrer. Ils sont vifs, immoraux, tout pour satisfaire l’Empereur. Ils laissent un sillage de sang derrière eux, mais sont formés pour ne jamais laissés ces événements s’affilier à l’Empire. 
Chef de la division 
Membres :

Copyright ©️️ Maître du Jeu de Lost Kingdom