Lost Kingdom  :: Nueva :: La Capitale - Lelanaserine, cité des sages

Bienvenue à Nueva... [Pv Faun]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant


Te voilà partie. Postée à l’avant du bateau, tu guettes l’horizon, comme si tout ce qui venait de se passer ces dernières semaines n’avaient jamais eu lieu. Et pourtant, tant de chose s’était passé depuis ton départ de cette secte complétement corrompue. Tu t’étais même retrouvé une cousine. Cela n’avait certes rien changé a ton avis que tu te faisais de l’Empire, ni à la loyauté infaillible que tu dois à ton Seigneur, mais cela pouvait paraître… Divertissant de découvrir d’om l’on vient vraiment. Néanmoins, comme dis juste avant, cela n’a absolument rien changé à tes objectifs, et rien ne semble possiblement pouvoir te faire changer d’avis sur ce que tu à as faire. Il se dit souvent que, lorsque nous ne savons pas où nous allons, il est bon de regarder d’où l’on vient. Mais dès l’instant où tu connais parfaitement ta voie, tes racines ont-elles toujours un intérêt ?

C’est sur un tel débat philosophique avec toi-même que tu entrevois le futur pour toi ici, à Nueva, terre indépendante et selon les rumeurs que tu as entendu, beaucoup plus intéressante pour une personne comme toi, activiste de premier dans la réhabilitation des Vrais Dieux, pour pouvoir plancher sereinement sur la question. Néanmoins, tout n’est pas parfait semble-t-il ici, et à cause de la guerre mené en Ellgard et Mearian, les frontières n’étaient plus aussi libre qu’auparavant, et il allait falloir te trouver. Heureusement pour toi, tu t’étais fait une « amie » pendant ce voyage. Une Nueva avec qui tu avais pris ton billet, et auprès de qui tu avais pris des informations sur Nueva, et tu avais beaucoup de chose grâce à elle. D’ordinaire, tu ne prends pas d’amitié pour qui que ce soit, mais sur le coup, cela s’est fait beaucoup trop naturellement pour que tu ne puisses y mettre un terme sans fondamentalement le regretter. De plus, elle semble avoir des amis auprès des Sages régnant sur le pays, ce qui pourrait être très utile à l’avenir.  

Ainsi, l’arrivée à Nueva dans les meilleures conditions possibles, alors que tu rejoins ton amie, afin de te retrouver complètement perdue dans ce nouvel environnement. Après t’avoir fait un petit tour de la ville pour découvrir la « culture » nuevienne, en passant devant l'université et l'Opéra, qui semble être les deux fiertés de la capitale. Au bout de longues minutes, voir heures à marcher et découvrir pour ta part les moindres recoins de Lenasarine, vous finissez par vous posez à la table d’une terrasse où semble-t-il, elle avait une personne qu’elle devait rencontrer.

- Je vais éviter de te déranger plus longtemps alors, merci encore pour…
- Non mais reste, je suis sure que vous bien vous entendre, allez !

Abandonnant tout espoir de pouvoir te soustraire à la possibilité de rencontrer une autre personne, tu reposes tes fesses sur ta chaise, et attends patiemment la nouvelle personne que tu es censée rencontrer, priant tout de même pour que cette rencontre soit concise… Même tu n'y crois guère...
Spoiler:
 



Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
Maria n'était jamais très fiable, pourtant elle restait une bonne amie. Venue un beau jour au sein de ton dojo, tu lui avais enseigné la voie des armes. Maitrisant le katana rapidement, vous aviez passé de nombreuses heures à parler, plutôt qu'à vous entraîner, ou à parler en vous entraînant, jusqu'à ce qu'une amitié émerge. Aussi, il était presque habituel qu'au moins une fois toutes les semaines ou deux semaine,s vous vous rencontriez à une célèbre terrasse de Lelanaserine, connue pour ses plats traditionnels.

Aussi, finissant d'inspecter le dojo, tu mis sur tes épaules une veste, et sortis, en direction de la terrasse. TU étais habillée d'un haut blanc, d'un pantalon ample gris, et de ta veste bordeaux. Un habit simple, pour une journée simple. TU n'étais pas Nonus en ce moment, mais bien Faun Ferreira.

Arrivant à la table de Maria, tu vis bien vite qu'elle avait une amie à ses côtés, et alors que tu la contemplais, tu t'inclinas doucement.

_ Désolée, je suis en retard. Enchantée, je suis Faun Ferreira. Ravie de vous rencontrer.

Tu tendis la main à l'inconnue, alors que Maria voulait surenchérir.

_ Allons, ne fais pas ta modeste Faun. Il s'agit de la Sage Nonus, Karîn.

TU levas les yeux au ciel, avant de t'asseoir.

_ Alors, Maria, c'est ta petite amie, c'est ça ? Ou ta fiancée, peut-être ?

Elle leva les yeux au ciel.

_ Non non, juste une amie que je me suis faite en la ramenant d'Ellgard.

_ Ellgard ?!

La mention même de ce pays tétait presque insupportable, et serrant le poing, ta voix s'éleva.

_ Elle vient d'Ellgard ?!?

_ Oulah, calme toi ! Elle vient d'ELlgard, mais elle a fui Ellgard. T'inquiètes pas...

Tu soupiras de soulagement.

_ Ouf... Désolée Karîn... Ellgard est un sujet de discussion houleux avec moi... haha...

En même temps... Le pays concepteur de robots t'avait volé ton ami, il y avait maintenant bien longtemps... Une horreur infernale se tramait en ce pays du nord... E bien que Nueva comptait sur l'équilibre des nations pour prospérer, tu espérais qu'un jour, ELlgard soit éliminé de la carte... L'équilibre en serait bien sûr changé, mais bon... C'était la haine qui pensait...

_ Doonc... Karîn... que faîtes vous dans la vie ?

A part fuir le pire pays du monde. Quelle question banale... TU t'en voulais de ne pas avoir mieux à lui proposer... Il fallait dire que tu n'avais pas prévue de tomber sur une rescapé de l'EMpire en allant voir ton amie. TU espérais ne pas l'avoir blessée ou vexée...

HRP
En color=maroon | texte=gras , c'est Faun qui parle.

En color=red| texte=gras, c'est Maria

Alors que tu profites tranquillement de ton chocolat viennois, chose que tu « raffoles », pendant que tu écoutais les histoires de Maria, mais avec en tête l’idée de partir le plus vite possible, car tu as des choses à faire de ton coté, une personne fait irruption à votre table. Une jeune femme, qui semble être dans la fleur de l’âge, belle, pour le peu que ce mot ait un sens pour toi, vu le peu d’état d’âme que tu fais pour les sentiments et toute ces considérations. Néanmoins, tu ne te braques pas trop sur le coup, comme tu peux le faire en général lorsque tu rencontres une tête inconnue qui « s’impose » à toi. Mais là, c’était l’inverse avec le fait que Maria ne souhaitait pas te laisser partir sans rencontrer son amie, et donc paradoxalement, c’est toi qui t’imposais à elle. Et tu étais… Gênée. Oh cela se voyait pas car tu étais capable de parfaitement cacher toute émotion, positive ou négative, grâce à l’entraînement et le style de vie que tu avais dans ton ancienne « communauté ». Bien que celle-ci fût absolument exécrable une fois mise à jour, elle avait eu sans nul doute eu des effets positifs, dont celui-ci.

La jeune femme se présente à toi sous le nom de Faün Ferreira, et te tends la main. Là, de nouveau, une véritable épreuve pour toi, avec cette main qui t’es tendue. Tu ne connaissais absolument cette fille. Tu n’en avais absolument jamais entendue parler, et donc, théoriquement, l’inverse était très certainement le cas, ainsi, il n’y avait aucune raison qu’elle puisse avoir des arrières pensées ou des intentions malsaines à ton attention, pourtant tu bloques psychologiquement, tu poses tes yeux sur sa main, et essaye de comprendre le sens cette poignée de main, autre qu’une simple salutation de politesse, mais rien ne vient. Cela faisait surement des années que tu n’avais pas eu un contact physique volontaire de ta part avec une autre personne, et donc inconsciemment de nouveau, tu as du mal avec le coté spontané de sa proposition. Finalement, relevant les yeux vers ceux de ton interlocutrice, tu tends la tienne pour serre sa main et la relâcher au bout de quelques secondes. Etait-ce si difficile ? Non. Le referas-tu ? Tu espères que non. Heureusement pour toi, cela n’auras duré qu’une seconde dans ta tête, toute ces questions, et cela n’avait rien de véritablement étrange vu de l’extérieur, mais tu espères quand même pouvoir passer à autre chose le plus rapidement possible.

- Enchanté, Faün. Karîn. Karîn Skyel. Clair et concis. Et tu laisses rapidement les deux discuter, et tu découvres que cette jeune femme est une Sage. Voilà qui est intéressant. Oh. Mais vous semblez extrêmement jeune pour avoir un si haut rang dans la politique. Mais qu'importe, mes hommages.

Tu partais pour prendre une nouvelle gorgée de ta boisson chocolatée, lorsque Faün fait une proposition aussi hors de propos que complètement incongrue, qui voudrait que tu sois la « copine » de Maria. Tu manques de t’étouffer avec ton chocolat et te reprends immédiatement, lançant un regard noir mauvais à la dénommée Faün. De quel droit osait-elle présumer de ta vie ? Alors certes, c’était une question qui était destiné à Maria, mais tu étais inclus dedans, donc cela t’agace un petit peu.

Heureusement ou non, Maria met fin immédiatement au fantasme de la demoiselle en expliquant très succinctement mon histoire, ce qui amener un autre problème lorsque celle-ci évoque tes origines Ellgardiennes. Pris de colère pour des raisons qui te sont inconnus, tu ne peux t’empêcher de porter ta main à ton épée, au cas où il viendrait de mauvaises idées à la Sage, ce qui serait quand même paradoxale. Heureusement de nouveau, Maria calme les ardeurs de la dame en expliquant la raison de ma venue. J’avais fui Ellgard. Enfin, fuit étais un peu gros, j’avais plutôt décidé de quitter l’Empire afin de me rendre dans un territoire où je pourrais m’organiser et faire tout ce dont j’ai besoin sereinement, et clairement, Ellgard n’était pas du tout adapté pour le moment. Néanmoins, mon temple de Luménal s’y trouver toujours, et donc il n’y a aucun doute que j’y retournerais tôt ou tard.

- Je vous pardonne, je me doute qu’Ellgard n’est pas porté dans le cœur de beaucoup de gens, lui-même en son sein est très disputé. Néanmoins, je peux vous assurer d’une chose. Ellgard, tout comme l’Amour, pour rebondir sur votre précédente question, ne présente aucun intérêt à mes yeux. Donc rassurez-vous. Néanmoins, la curiosité me prend, mais pour quelle raison avait-vous tant de rage envers celui-ci… ? Si cela n’est pas trop indiscret. Tu prends un instant pour reprendre ton souffle, et de réfléchir à ce que tu allais dire pour lui répondre. Pour ma part, je souhaitais simplement quitter un pays en guerre, et continuer mes aventures pour découvrir le monde pour le moment. Je suis une aventurière, et donc si jamais vous avez du travail pour une personne ne demandant que ça, je suis à votre disposition
.
Une réponse simple, et classique, qui peut parfaitement passer, et qui est loin d’être fausse, même si la vérité est plus…vague. Difficile de dire à une personne dominant un pays que tu t’es exilé de celui-ci pour répandre ta foi et celle des Vrais Dieux en son sein et tenter d’éliminer le maximum de Seraph que tu croiseras. Pour cela, il faudra avant que tu sois sûre des motivations et des idées qui ont motivés cette jeune femme a grimper les échelons de la politique pour accéder au titre de Sage…




Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
Sa remarque te fit sourire. "jeune pour être à ce poste". Tu souris, touchée, avant de rajouter, dans un brin d'humeur joyeuse :

_ Merci bien. Néanmoins, je ne suis pas si jeune que cela.

Qui voulait être Sage ne le pouvait pas forcément. Après tout, en plus des études, et d'une partie de la vie passée à aider le pays, comme le faisaient les tribuns, les Sages devaient avoir au moins cinquante ans. Certes, alors, parmi les Sages, tu étais jeune. Mais pour de nombreuses personnes habitant cette contrée, tu avais l'âge de leurs parents.

_ Karîn... Faun a plus de soixante ans en fait...

TU arquas un sourcil. Généralement, un âge, surtout celui d'une femme, ne se divulguait pas ainsi, mais maria avait son propre mode de pensée, son propre fonctionnement, et tu aurais dû savoir, en commençant à en parler, qu'elle révèlerait à son amie la vérité. Aussi tu souris, et complétas :

_ Soixante six. Plus précisément.

Cela ne se voyait pas. Heureusement. TOn âge était bloqué depuis tes vingt cinq ans. TU ne vieillissais plus, avantage - ou inconvénient - de ta nature mythologique. Un être unique, mais un être destiné à ne jamais avoir de relations de sang... Bien heureusement, toi, tu avais trouvé une famille, et avec ta vocation, ton âge capable d'atteindre l'éternel - sans doute, tu n'avais pas encore vérifié - te permettrait de pouvoir aider à jamais ton pays.

Puis vint la suite. Y compris la remarque sur Ellgard, et la forte réaction? A cela, la demoiselle, nouvelle, y trouva de quoi poser une question, et tu te détendis doucement, soufflant un bon coup, avant de révéler que :

_ Disons que... Ils m'ont volée quelqu'un.

Cela restait difficile d'en parler. Tant parce que ton frère d'armes n'avait jamais mérité cela, mais en plus, parce que tu ressentais toujours la culpabilité peser sur tes épaules. Il t'avait sauvée; ce jour là. Après que ton flanc eut été transpercé par l'automata, il s'était jeté sur ce dernier, tout en l'occupant assez longtemps pour te permettre de te relever. Et à deux, vous auriez pu en finir...
Si seulement.
Lâche à ce moment l. Ou lâche depuis toujours. TU avais laissé l'animal en toi partir au loin, abandonnant le chevalier à son sort. Il t'avait sauvé, et tu l'avais abandonné entre les griffes d'une machine horrible. Venue du froid mordant du nord.

( Pfff... Ok, t'aimes pas Ellgard, mais ce qu'elle dit est totalement faux. La Résistance ne compte pas, donc Ellgard n'est divisé... )

TU sentais la colère de l'ex Guerre. Produit de ta magie, elle était une âme venue d'Akantha, ayant trahi le pays pour rejoindre Ellgard avant de mourir en octobre 417. TU devais avouer que c'était parfois bien dur de la supporter, d'autant plus que son amour pour ELlgard t'écoeurait. Heureusement qu'elle n'existait pour le moment que dans ta tête. Après tout, personne ne savait pour ta magie. A part ton père. Aussi personne ne pouvait devnier que tu avais des voix persistantes entre tes pensées.

_ T'en fais pas, Karîn. Faun semble dure, surtout sur ce sujet, mais elle reste sympa.

TU regardas Maria, tes lèvres se pinçant. Elle n'arrêtait jamais de parler celle la...

_ J'espère, en tout cas, l'être. par ailleurs, Karîn, ne vous en faites pas. Que ce soit en lelanaserine, ou ailleurs, Nueva apprécie toujours l'aide que l'on lui propose. Quels sont vos domaines de compétence ? Je pourrais peut-être vous aiguiller vers un établissement qui sera ravi de vous avoir en son sein.

_ Puis au pire, tu peux toujours faire le ménage au Dojo de Faun.

_ J'y pensais. Enfin, pas pour le ménage. Mais nous sommes toujours ouvert aux nouveaux épéistes ou combattants. De ce fait, si vous maniez une arme, même si c'est pour une fois seulement, vous pourriez peut-être nous rejoindre au dojo de l'étoile brisée. Nous serions ravis de vous voir à l'oeuvre. Ou de vous apprendre, sinon.

Maria sourit, avant de faire un sourire vainqueur et d'expliquer :

_ C'est Faun elle-même qui m'a appris à utiliser mon katana.

_ Oui, bon... C'est surtout mon père.

Maria acquiesça, avant de rajouter :

_ Oui, bon, ça revient au même. C'est un Ferreira. TU devrais y passer Karîn.

TU souris.

_ Avez vous trouvé un endroit où vous loger, par ailleurs, Karîn ?

Après tout, elle venait d'arriver. Non ?

HRP
En color=maroon | texte=gras , c'est Faun qui parle.

En color=red| texte=gras, c'est Maria

En ( color=blue| texte=italique ), c'est Vicky, dans la tête de Faun

Tu es légèrement surpris lorsque tu apprends le véritable âge de la Sage. Soixante ans. Soixante-six donc exactement. Très bien, cela fait déjà plus raisonnable pour une personne ayant atteint les hautes sphères de la société nuévienne. Elle avait exactement le triple de ton âge. Tu n’as que vingt-deux ans de ton coté. À côté d’elle, tu es une jeunette, et cela t’agace un peu. Étrangement, tu fais un petit complexe d’infériorité sur le moment, réalisant que même avec le poids des âges, elle restait aussi belle qu’à sa vingtaine, là où toi tu risques de vieillir sous le poids du temps de manière implacable. Tu n’es pas une personne donnant une quelconque importance à la beauté lorsque tu t’adresses à une personne, mais il serait fou d’insinuer que la beauté est sans importance dans ce monde. Même toi qui en fait pas une priorité, tu apprécies d’être bien habillé lorsque tu ne combat pas les ennemis de Luménal. Comme aujourd’hui par exemple, tu avais mis ta plus belle robe sombre et cramoisie pour honorer ta première journée en Nueva. Quiconque oserait dire qu’elle ne te va pas connaîtrais ton courroux, car tu restes une arme. Tu existes uniquement pour propager la foi des Vrais Dieux, et protéger ceux qui ne les ont jamais abandonnés. Mais bon, quitte à le faire bien, autant y mettre le fond et la forme n’est-ce pas ?

- Eh bien, il faudra que vous m’appreniez vos secrets pour rester aussi jeune physiquement aussi longtemps…

Ce jour est définitivement à marquer d’une pierre blanche, avec cette tentative de boutade de ta part. C’est sans doute la première fois de ta vie que tu tentes d’en faire une, toi qui d’ordinaire est incapable d’aligner deux mots sans qu’une intention belliqueuse ne s’y cache. Surement le vent du renouveau, ou seulement celui de Nueva qui te fait du bien et qui ne te pousse pas à te méfier de tout et de tous. Néanmoins, le moment de détente disparaît aussitôt lorsqu’elle évoque la raison de sa haine d’Ellgard. Elle y avait perdu quelqu’un. Une seule question s’était posé dans ta tête : Et alors ? La mort est une cause naturelle de la nature à tes yeux, quiconque se plaint de celle-ci doit se plan même de l’existence, ce qui serait absolument absurde. Ainsi, tu préfères laisser peser un petit silence plutôt que de dire des mots qui ne te vont pas. Maria tente de relancer la discussion, un peu malhabilement, mais tu ne lui en veux, d’autant que ce qu’elle dit t’amuse beaucoup, considérant son amie Faun comme « dure ». Il te serait compliqué de juger la personne en face de toi sur ce que tu as découvert, donc tu n’émettras aucune conclusion hâtive sur elle, mais en termes de dureté, tu as un exemple de qualité avec toi-même.

- Malheureusement, je ne sais que me servir d’une épée, avec tout ce que cela implique. Un dojo ? Je ne dis pas non, mais je doute que votre manière de vous battre soit la même que la vôtre. Mais je ne serais pas contre les confronter.

Cela ne te dérangerait pas plus que ça de devoir faire face à de nouvelles techniques et de nouvelles manière d’appréhender un combat. Néanmoins, tu aimerais éviter de faire appel à Aura pour te battre. Sa capacité t’est très, trop importante pour pouvoir la divulguer à la première personne venue.

- Un logement… ? Effectivement, je n’avais pas encore prévu cela. Il me reste de l’argent du reste de mes missions, mais à long terme, je risque de ne pas pouvoir tenir le rythme de vie à l’hôtel… Vous auriez des propositions à me faire d’endroit pas cher pour être logé ? Et non, je ne ferais pas le ménage. Ah moins que vous ne vouliez trouvé l’endroit plus sale qu’avant mon arrivée.

Comme ça, c’est dit.




Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
_ Oh, le secret est simple autant qu'il est incompréhensible. Il réside dans ma nature, et bien que je ne sache pourquoi, depuis que j'ai environ vingt cinq ans - je ne sais pas exactement quand ça a débuté - je ne vieillis plus. Du moins, physiquement. Je n'ai aucune idée de ce qui va m'arriver. Peut-être vais-je mourir de vieillesse avec un corps "jeune".

Tu avais laissé s'échapper un petit rire en répondant à cette question. Après tout, les mythologiques étaient des êtres uniques. Qui savait réellement ce qu'il se passait pour eux ? QUi pouvait être sûr que tu ne décèderais pas de manière tout à fait naturelle d'ici le lendemain ? QUi pouvait dire qu'il avait déjà étudié un être tel que toi ? C'était une perte de temps de chercher, la réponse était simple : personne. Tu étais unique en ton genre, et personne ne t'avais jamais examinée.

_ Du coup, cela va être difficile de vous apprendre.

( Impossible surtout )

Archibald avait totalement raison. Cette âme là, à l'inverse de Victoria, était bien plus calme. Habitué depuis bien trop longtemps aux situations impossibles, et aux obstacles bien trop grands, il en était venu à la conclusion que les émotions les plus fortes ne valaient pas la peine d'être ressenties. Une sorte de bonne parole derrière ta tête qui te permettait d'évaluer sans mal les différentes situations. Et effectivement. Il avait raison. TU te demandais bien si Karîn se sentait mal de savoir qu'elle ne pourrait peut-être jamais avoir son corps actuel dans quelques décennies, mais tu ne pouvais rien pour elle sur ce point là.

_ T'as trop de chance Faun. J'aimerais avoir ton âge et être aussi bien conservée... mamie

Tu arquas un sourcil, avant de répondre à ton amie :

_ Eh bien non, gamine. TU seras toute fripée et lorsque je viendrais te voir, si je suis encore de ce monde, je me moquerais, tiens.

_ Tu vises la vengeance dans quelques décennies ? T'es sûre que tu devrais ? TU vas pas te dessécher avant ? L'ancêtre ?

Maria éclata de rire. Et il fallait dire que son rire était contagieux. Sans la mention d'Ellgard par Karîn peu de temps après, peut-être serais tu encore en train de rire.

Puis cette dernière parla de sa maitrise de l'épée, tu souris. ELle parla de se confronter aux maîtres du dojo, et tu souris.

_ Nous serions ravis de nous confronter à vous. La découverte de nouveaux styles de combat est toujours appréciée.

Après tout, c'était là l'un des buts d'un dojo. Une école, un lieu de rencontre entre maîtres, et de découverte. Loin d'être une compétition acharnée, il s'agissait d’affûter les compétences de chacun, et de laisser les danses des bretteurs s'exprimer. D'autant que plus les ennemis étaient variés, plus le style personnel grandissait. TOut le monde y gagnait.

_ Par ailleurs, je suis un maître dans l'art de manier deux lames à la fois. je serais moi même enchantée de m'opposer à vous. je suis certaine que j'apprendrais énormément.

TU étais sincère. Et tu l'étais encore dans la suite.

_ Et si vous cherchez un logement permanent, Lelanaserine dispose de simples habitations, mais toutes en accord avec notre belle nature. Je suis certaine que vous en trouverez une à votre goût. Cependant, j'ai une autre proposition. Si vous le désirez, le temps que vous trouviez ce que vous voulez faire, vous pouvez habiter au Dojo, en échange de quelques petits services pour mon père, par exemple. Cela dépend surtout de votre capacité de paiement. Et de vos envies.

Après tout, le Dojo était aussi là pour aider les personnes dans le besoin. Et bien que vous ne pouviez ramasser tout le monde et les loger et nourrir, une rescapée d'Ellgard ne pouvait être abandonnée.

_ Qu'en dîtes vous ?

TU osais lui accorder tant de confiance. Mais surtout parce que Maria lui faisait confiance. Après tout, l'amie de ton amie ne pouvait être que ton amie, non ?

HRP
En color=maroon | texte=gras , c'est Faun qui parle.

En color=red| texte=gras, c'est Maria

En ( color=green| texte=italique ), c'est Archibald, un ex esclave lycan, dans la tête de Faun

Alors comme ça ce serait lié à sa magie ? Hmm, tu ne sais pas trop comment réagir à cela. Lorsque tu entends parler d’être immortel, tu penses immédiatement aux Seraphs. Mais elle ne semblait clairement pas en être une, si cela avait été le cas, certaine ou non, elle aurait déjà fini avec ta lame au fond de la gorge. Tu avais beau passer un agréable moment en compagnie de ces femmes, tu es et restera à jamais l’arme de ton Seigneur avant tout. Mais à l’instant T, il ne te semble pas qu’il y ait une menace pour l’instant, alors tu prends la chose de manière plutôt compréhensive. Mais de ceci te vint à l’esprit une info cruciale que tu avais déjà oubliée.

Tu mourras. Tôt ou tard, et si ce n’est pas les Seraphs qui t’auront ce sera le temps ou la maladie. Il y a mille et une manière pour que tu meurs avant d’avoir achevé ta quête et pire encore, ne l’avoir tout simplement commencé. Alors que tes « amis » rigolaient des effets de la vieillesse et de la manière dont il se tolérerait à ce moment, pour ta part, tu étais complétement plongée dans cette idée de devoir combattre le temps t’agace au plus haut, et tu commences déjà à réfléchir à comment le contourner. Le « pouvoir » de Faun semble très utile, mais tu doutes qu’elle partage son secret aussi facilement, alors il te faudra trouver une autre solution, ils existent beaucoup de possibilités concernant des rumeurs afin de devenir immortel, toute plus étranges et malsaines les unes des autres, mais si il n’y a pas le choix, tu n’hésiteras pas à les considérer.

Après d’aussi sombres pensées, tu es ramenée à la réalité par Faun, et qui semble plutôt prendre agréablement bien ton offre de duel. Soit, après tout, il n’est jamais inutile de se confronter amicalement, cela entretien le corps, l’esprit et les relations, qui même si tu l’avoueras jamais, pourrait amener à une belle amitié si elle partait sur de telles intentions.

- Nous pouvons y aller quand vous le souhaitez. Dis-tu en finissant ton chocolat d’une seule traite. La laissant continuer, cette fois-ci sur le thème du logement, le temps de réfléchir un instant sur sa proposition, tu enchaînes ensuite. C’est très gentil de votre part, mais je ne suis pas sure de pouvoir rembourser de quelques manières que ce soit dans l'immédiat, je ne peux que vous être redevable, et vous retourner un service en retour. Je ne sais rien faire d’autres que tenir mon épée, comme expliqué plus tôt. Abandonnez l’idée que je puisse faire des tâches ménagères ou autres, j’en suis incapable. Littéralement, je suis une arme, rien de plus.

Il pensait surement que tu rigolerais du manque d’utilité au point de te considérer comme un vulgaire objet inerte, mais c’est exactement ce que tu es, et ton expression du visage, impassible lorsque tu évoques ceci le prouve parfaitement.

- Dormir à la belle étoile n’est pas un souci pour moi, j’y ai pris le gout et l’habitude ces dernières semaines. De plus, mon intention est bien, à termes, de retourner à Ellgard récupérer ce qui m’est dû, de gré ou de force, donc êtes-vous vraiment intéressée par le fait de garder une personne qui compte retourner là-bas ?

La question mérite d’être posée.




Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
Il fallait dire que Maria avait le don de la conversation fluette. TOujours prête à utiliser les mots et les arguments de son entourage pour blaguer, ou détendre l'atmosphère. Bien qu'elle s'avait être sérieuse, et tu l'avais à quelques reprises vue concentrée sur un objectif si bien qu'elle en oubliait son humour. Ainsi, c'était tout de même avec l'esprit plus léger que tu avais proposé à Karîn ton logement. Après tout, tu étais sûre que maria ne lui faisait pas confiance en vain. Ce n'était pas son genre. DOnc cette femme méritait ta confiance.

Elle répondit positivement à ta proposition, et tu t'inclinas comme un accord, avant de dire :

_ Bien, dans ce cas, je peux vous montrer le dojo là, si vous êtes partante.

Après tout, pourquoi rester assises à la terrasse, lorsque l'on pouvait s'amuser et se détendre en tenant une - ou deux, pour toi - lames. Mais avant de te lever, tu l'entendis sur ta proposition de logement, et tu eus un petit sourire avant de la rassurer - ou de tenter de la rassurer -.

_ Mon père est le maître du dojo. Si vous effectuez des services pour lui, ce sera sans aucun doute lié à votre épée. Maintenant, ce n'est qu'une proposition, ne vous en faîtes pas, je ne vais pas vous forcer la main. Ce serait d'un irrespect profond, et je n'ai même pas cette autorité.

Bien vrai. Tu étais quelqu'un de plutôt honnête, ou du moins te plaisais-tu à le croire. Tu préférais parler sans filtre, mais avec attention afin de ne pas froisser, plutôt que de cacher dans l'ombre de tes mots des significations plus mauvaises.

Vint finalement la question de savoir si tu accepterais d'héberger au dojo quelqu'un qui voulait retourner en ELlgard, et avec un grand sourire, tu lui répondis :

_ Vouloir retourner en Ellgard et croire en Ellgard sont deux choses différentes, non ?

Après tout, sa phrase laissait à penser qu'elle avait été "volée" par l'Empire, et qu'elle allait reprendre ce qui lui revenait de droit. Ces pensées n'étaient pas celles que tu détestais, puisque tu ne haissais que l'Empire. Elle avait fui l'EMpire, et voulait y retourner non pas pour se soumettre, mais pour se rebeller. C'était un geste noble, selon toi, qui méritait à la fois ton respect et ta sympathie.

_ Donc je n'aurais aucun problème.

Puis tu te levas, avant de les inviter à faire de même.

_ Si vous voulez bien me suivre, je vais vous conduire au dojo. Pour notre duel. Si ensuite, l'envie vous prend d'accepter mon offre, ce sera avec plaisir. SInon, vous pourrez bien évidemment partir.

_ TU vas voir Karîn. Le Dojo de Faun est franchement pas mal. Bon, il est assez simple, mais je sais pas... on s'y sent bien.

Maria avait raison. Du moins, selon toi. Mais ce genre de sentiments était très subjectif. TU espérais que Karîn aimerait.

HRP
En color=maroon | texte=gras , c'est Faun qui parle.

En color=red| texte=gras, c'est Maria

En ( color=green| texte=italique ), c'est Archibald, un ex esclave lycan, dans la tête de Faun


- Je ne crois qu’en le Seigneur Lumière et les Vrais Dieux.

Elle semblait être très… Arrangeante. Presque trop pour une personne qui dit haïr Ellgard jusqu’à la moelle. Mais pour le moment tu ne vas pas trop t’en plaindre, et simplement profiter.

- Soit alors, j’accepte votre offre.

Tu te fichais littéralement du type de sale besogne que pourrait bien te donner à faire, car hormis s’en prendre à des sympathisants de ta foi, tu n’auras aucun remords si cela se concrétise par des demandes d’assassinats. Tu ne les feras pas forcément avec plaisir, mais clairement pas à regret. Il y a aussi la possibilité que tu sois « recrutée » comme professeure, et là, il y aura un gros souci. Tu n’es clairement pas assez sociable et patiente avec les autres pour faire ce travail. La pédagogie ne serait pas un souci, même si ta manière de faire est plutôt brutale, mais au moins tu saurais t’y prendre. Après donc avoir profité de ce moment de répit autour d’une terrasse de café, vous vous levez toutes les trois, afin de rejoindre le dojo de Madame Ferreira, qu’elles semblent absolument te vendre.

- Nous verrons donc cela de plus près.

Pas plus intéressée, ou en tout cas tu ne le montres pas autant que ça, tu te lèves, dans la continuité de Faun, immédiatement suivi par Maria. Pendant le trajet menant vers le dojo, tu observes longuement les habitants de Nueva, tentant d’y trouver un possible stéréotype, ou quoi tout simplement pour laisser tes yeux vagabonder, mais tu es surprise par la pluralité des genres de personnes que tu rencontres.

- … Nueva à l’air d’un pays plutôt cosmopolite… Cela n’engendre-t-il pas des tensions entre toutes les différentes races et cultures qui s’y trouvent ?

Tu poses la question, car clairement, il te semble qu’Ellgard n’est pas du tout sur la même longueur d’onde concernant la tolérance, les tiens, fidèles aux Vrais Dieux, devant se cacher et fonder des sectes afin de continuer à vivre leur culte. Mais cela ne le restera pas bien longtemps, on peut te faire confiance pour changer ça. Tu découvrais une nouvelle manière de gérer les différences entre les peuples et cultures, difficile pour toi de savoir lequel des deux avaient raisons au final, il te faudrait plus de réponses à tes questions. Arrivant au Dojo, tu suis simplement les consignes que te donnent Faun, tout en ajoutant une plus spéciale pour ta part.

- Cela est peut être évident, mais je préfère être sure : Nous utiliserons des armes en bois n’est-ce pas ? J’aimerais éviter d’utiliser Aura dans un combat qui n’en ait pas vraiment un. Question de principe.

Et de stratégie surtout, ton arme ayant des propriétés très spéciale, tu aimerais éviter que tout le monde les découvrent…



Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
TU souris en entendant parler du Seigneur de la lumière, Lumenal. TU croyais en lui aussi, et rejetais aisément les seraphs de l'ordre. Aussi, cela te conforta. Même si la tolérance faisait partie de toi - sauf pour ELlgard n'en demandons pas trop -, tu te sentais mieux face à quelqu'un qui pensait comme toi. Etait-ce un mal ? TU ne le savais pas vraiment. Mais ce n'était pas grave.
Elle accepta ton offre, et tu fus satisfaite. TU venais d'offrir un toit à une nouvelle arrivante ayant fui ELlgard, et qui semblait intéressante. Tu savais, au fond de ton être, que c'était une bonne chose. Bien que tu devais encore le confirmer, mais cela viendrait avec le temps. AInsi, vous bougeâtes, et la demoiselle trouva curieux que diverses races cohabitent ainsi.

_ Parfois. Mais ce ne sont pas vraiment les races qui solnt en tort, mais les personnes. Bien sûr, certains ne sont pas vraiment contents d'avoir pour voisins des goules, par exemples, mais Nueva se veut une terre d'accueil. D'autres ne sont franchement pas à l'aide avec les technogènes. Mais Nueva est souvent le seul endroit où toutes les races peuvent se sentir libre, donc lorsque quelqu'un n'apprécie pas une race en entier, il ne peut que se trouver un autre endroit pour vivre, ou déménager à l'autre bout des villes.

Tu avais parlé des technogènes, et des goules, mais dans ces deux là, les goules étaient vraiment mal vues, et avaient des règles spécifiques pour manger. Les technogènes non.

_ J'en déduis qu'en Ellgard, c'est différent ?

TU n'y étais jamais allé" après tout. TU avais eu vent des constructions, tu savais pour la tyrannie, mais tu ne connaissais pas en détails les différentes races qui y habitaient.

_ C'est vrai que les technogènes y sont esclaves ?

TU serrais les dents. TU n'aimais pas particulièrement les automatas, qui comptaient dans les races technogènes. mais malgré ta haine, tu pouvais tout de même trouver en ton coeur un soupçon d'empathie pour ces machines, juste parce qu'elles étaient forcées de suivre une programmation ou les ordres de leur maître. Mais, juste un soupçon.

Une fois que vous arrivâtes au dojo, Karîn expliqua qu'elle ne voulait pas se servir de son épée, et demanda si vous alliez utiliser des armes en bois. TU souris, avant de confirmer :

_ Bien entendu. Je ne voudrais ni me blesser, ni vous blesser trop gravement. Nous en avons plusieurs. Vous pouvez choisir la votre. Prenez celle qui correspond le mieux à votre épée, en terme de longueur et de masse. Néanmoins, je dois vous prévenir, si effectivement vous acceptez mon offre de logement, que plusieurs entrainements sont fait avec de vraies armes. Mais, rassurez vous, tant que vous faîtes attention, cela ira. Les élèves sont habitués à ne pas blesser avec. VOus vous y ferez.

Une fois à l'intérieur, tu allas dans la première salle d'entraînement, et tu déposas tes chaussures dans l'entrée.

_ Si cela vous dérange, vous pouvez garder les votres.

Tu retiras ta veste, avant de l'accrocher sur les portes manteaux, avant de chosiir deux armes en bois, correspondant plus ou moins bien à tes lames doubles en longueur et masse. puis tu te plaças au centre de la pièce, commençant à échauffer tes chevilles et tes poignets.
Maria regardait.

HRP
En color=maroon | texte=gras , c'est Faun qui parle.

En color=red| texte=gras, c'est Maria

En ( color=green| texte=italique ), c'est Archibald, un ex esclave lycan, dans la tête de Faun

Vous voilà donc partis pour rejoindre le dojo de Faun. Et tu avais engagé une discussion que tu jugeais intéressante sur la coexistence des races dans une communauté. Pour ta part, seul la foi importait, et dès lors qu’il suivait l’un des cinq, peu importe ce qu’il pouvait, ils étaient forcément dans le vrai, quand bien même tu devais les éliminer car étant adorateur du Seigneur Obscural si c’était le cas. Mais il n’y avait aucune haine lorsque tu le faisais, tout comme lorsque tu élimineras les membres de l’Ordre et les Seraphs. Ils étaient dans l’erreur, indubitablement, mais cela ne veut pas forcément dire que tu dois les haïr pour autant. Tu n’as ni haine, ni rancœur ni quoi que ce soit contre eux, simplement, ton devoir, en tant qu’arme de ton Seigneur est d’éliminer les hérétiques et infidèles le défiant. Ni mettre aucune émotion, ni mettre aucune possible intention personnelle, seulement ton devoir divin, voilà ce que c’était à tes yeux, d’être l’arme de Luménal.

Puis vient à son tour des questions, concernant les automatas. Malheureusement tu ne connaissais pas grand-chose sur ces créatures, hormis qu’elles étaient une création de l’Homme. Tu ne saurais donc dire si tu ressens de la pitié ou du dégout pour elle, d’avoir été conçus à l’image d’une créature aussi imparfaite que celle qui peuple majoritairement Ellgard, et donc plus hérétique, que ne le sont leurs créateurs. Néanmoins, une chose chez eux les sauve, et c’est le fait de ne pas avoir de véritables âmes et donc de ne surement pas pouvoir prétendre à la protection de Luménal. Dire que tu étais peu tolérante les concernant était un euphémisme, sachant qu’ils ne devraient même pas exister.

- Je ne saurais vous dire, je n’ai jamais cherché à m’intégrer à la société d’Ellgard, donc aucune idée de la manière dont il tolère les différentes races. Concernant les automatas, hormis dire qu’ils sont la création des Ellgardiens, et donc tout ce qui en découle, je ne préfère pas vous donner d'avis tranché, sachant que je n’en connais aucun personnellement. Mais oui, il y a de fortes chances qu’ils le soient, mais nous sommes tous l’esclave de quelque chose de plus grand que nous.

Tu y croyais dur comme fer à ton idée, mais n’est-ce pas là le principe d’une croyance envers une force supérieure ? Ces questions étaient posées, quand bien même la réponse t’était totalement évidente. Vous arrivez donc enfin au fameux dojo dont Maria te rabattait les oreilles. Celui était très sobre à tes yeux, mais cela suffisait amplement et tu te sentais prise par l’atmosphère qui habitait les lieux. Après avoir obtenu l’accord pour un combat aux armes de bois. Tu hoches calmement la tête en remerciement, et la suis jusqu’à la salle où vous allez vous amuser. Tu tiques néanmoins sur ce qu’elle te dit. Ses élèves, te blesser ? T’a-t-elle prise pour une épéiste du dimanche ? Qu’il existe des combattants plus talentueux dans le monde, cela est une possibilité, mais des élèves d’un dojo ?

- Ne vous inquiétez pas, j’essaierais de ne pas me montrer trop agressive, mais je ne promets rien. Après tout, chacun à sa manière de combattre.

Une manière de la préparer à vos petits duels. Ainsi, après avoir rejoint la salle principale, ou tout du moins ce qui te semble l’être, Faun enlève ses chaussures, tu fais donc de même, par politesse et « civilité », car malgré tout, tu n’en eus pas totalement été dépourvu, quand bien même elle te proposait de les garder. Une fois ceci fait, tu retires veste et pull, pour être le plus à l’aise possible lors de votre combat. Tout ton style de combat se base sur l’agilité, donc autant être aussi légère que possible. Puit vint finalement le moment de détacher ton arme de ta ceinture. Tu n’es clairement pas à l’aise sans elle près de toi, et cela se ressent directement. Tu ne te sens pas très bien, et avant même de la poser, tu préfères aller récupérer l’arme en bois avec laquelle tu vas te battre contre Faun, avant de déposer ta véritable arme sœur près de ta nouvelle « amie ». Néanmoins, même avec une autre arme en moins, tu n’arrives pas forcément à te sentir mieux intérieurement. Comme si un lien spécial te liait à cette arme. Cela te fait bizarre, car il ne te semble pas avoir fait quoi que ce soit de précis pour en arriver à une telle conclusion. Mais tu ne pouvais pas perdre ton temps sur ce genre de chose pour l’instant, et devait te concentrer pour ton combat amical.

- Je suis désolée d’avance, je n’ai pas l’habitude de combat amical, donc si je vais trop loin, n’hésitez pas à me reprendre.

Une fois ces paroles-là émise, tu observes ton adversaire.

- Deux lames… Je n’ai jamais vu quelqu’un se battre avec deux épées… Je suis curieuse de voir cela…

Une fois les belles finies, pendant quelques secondes avant que tu ne considères que le combat peut être lancé. Ainsi, tu prends d’assaut immédiatement Faun, plaçant ta lame haute, au niveau du cou, pour porter une attaque placée pile dans le creux de la gorge, à deux mains. Bien évidemment, si tu remarques que Faun ne peut pas suivre, tu ne termineras pas ce mouvement, tu ne veux pas non plus la blesser, mais cela te décevrais grandement de sa part, et au cas où le combat devait continuer tu te prépares à contrer ses assauts du mieux que tu pourras, car une lame contre deux, cela risque d’être très… compliqué.




Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
La pauvre ne semblait pas bien à l’aise avec un poids en moins, son épée. Tu pouvais le comprendre, tes lames te suivaient bien souvent et sans elles, tu savais que tu n’étais pas autant en sécurité. Néanmoins il y avait des lieux, comme ta belle cité, qui te permettaient l’audace de ne pas être accompagnée de ce métal.
Tu la regardas donc poser son arme, tandis que tu terminais l’échauffement de tes articulations. Tu étais ce genre de combattants qui utilisaient la vitesse et l’agilité pour attaquer. Tu n’étais pas là force brute ou la défense implacable. Et grâce à la présence d’une lame de plus que l’adversaire - généralement - tu donnais cette impression d’aller encore plus vite. Un calvaire si mal géré de la part de l’opposant. Mais les vrais, les bons épéistes savaient s’en sortir. C’était surtout une question d’habitude, de réflexes et d’expérience.

Alors que Karîn te prévient qu’elle n’a pas l’habitude des combats amicaux, tu souris, avant de lui répondre.

_ Ne vous en faites pas. J’ai l’habitude des vrais duels aussi. Je saurais vous faire face. Que je gagne ou non.

Alors Maria, assise sur le côté, leva les bras.

_ Vas y Karîn ! Bats la !

Tu regardas ton amie en levant un sourcil.

_ Wow. Merci Maria. dis tu en riant, alors que celle ci te tirait la langue.

Puis ce fut à la blonde d’ajouter un mot, pour montrer sa surprise face à tes deux armes.

_ J’essaierais de ne pas vous décevoir alors...

Tu te mis en garde, alors qu’en tete te revenait ce qu’elle avait dit quelques instants plus tôt. Comme quoi elle ne s’était jamais intéressée à la société Ellgardienne, qui était pourtant son pays d’origine. Que ce soit pour le faire tomber ou vivre c’était bien étrange. Mais sans doute aussi part de la raison qui l’avait poussée à fuir. Néanmoins, tu revoyais Karîn dire ceci, et les questions naissaient dans ton esprit, alors que tu la voyais charger. Tu avais l’impression que la blonde était plus que ce que tu savais du coup. Et alors que la « lame » de ta partenaire de combat s’approchait de ta gorge, tu laissas ton corps se plier, ton dos se rapprocher du sol, alors que tu esquivais le coup, pour rouler sur le côté et te relever. 

Sa façon d’aborder le combat était intéressante. En prenant une garde haute tout en chargeant, tu te demandais si elle espérait arriver si vite à son adversaire que jamais le bretteur ne pouvait se servir de l’énorme ouverture, risque de l’attaque puissante, ou s’il s’agissait d’un piège. Tu avais déjà combattu avec un maître dés espiègleries, laissant traînées d’ouvertures ou de faiblesses illustrées et « cachées », pour reprendre le dessus une fois que ton épée était venue toucher ces failles qui n’en étaient pas. 

Ainsi, d’un sourire, tu engrangeas la contre attaque, te propulsant vers elle, une lame devant toi, l’autre traînant derrière. Ton but était de la forcer à se focaliser sur l’une des armes pour l’avoir avec l’autre. Néanmoins, vu que l’expérience aidait souvent tes bons partenaires à ne point se faire prendre dans un tel jeu, tu prévoyais d’utiliser l’avantage des deux armes pour ensuite, si - quand - la ruse venait à échouer, pouvoir surpasser l’obstacle qu’elle deviendrait.

Arrivant sur elle, ton arme traînant s’abattit par le haut, alors que tu poussais l’autre au devant, tentant de passer outre sa défense. C’était une action risquée néanmoins. Car tu perdais ta garde. Mais il te fallait voir laquelle des deux épées ton adversaire avait le plus à l’œil, et généralement la réaction à cette double attaque te menait sur une potentielle réponse. 
En espérant que cette dite réponse ne te fasse pas perdre par un retour de force plus puissant qu’estimé.


HRP
Bon t’as plus besoin de ce qui est normalement écrit ici xD

Tu ne sais pas vraiment comment prendre les encouragements de Maria. Déjà d’une, tu n’es absolument pas familière avec ce genre de pratique, ainsi tu n’affiches pas forcément de réponse positive ou négative à lui renvoyer, même si tu es persuadée que ces encouragements sont plus pour contrarier Faun qu’autre chose. Mais soit, la vengeance est un sentiment que tu ne connais que trop bien, tu n’as aucune raison de lui en tenir rigueur. Néanmoins, en ramenant ton attention vers ton adversaire, tu ne peux t’empêcher de remarquer que son attention semble portée sur autre chose que votre combat, ce qui t’offense tout de même un peu, mais qu’importe pour le moment.

Inutile de dire que tu ne fus pas surpris qu’elle réussisse à esquiver ton coup. Celui-ci était grossièrement qu’une mise en bouche pour que vous puissiez tout deux prendre du rythme et donné un peu d’intérêt à ce combat, et obtenir une information importation importante : elle était au moins aussi rapide, si ce n’est plus, que toi et posséder surement une agilité du même acabit. Tu n’avais aucun doute sur le fait que son style était clairement pas sur la force brute ou la défense, sinon elle n’utiliserait pas deux lames, mais tu avais le même style qu’elle sans avoir les mêmes armes, et c’est là que c’était marrant de voir les styles se confronter. Pourtant sa contre-attaque, bien qu’astucieuse, te semblait un peu « retenue ». Pas forcément de manière volontaire, mais il t’est difficile de ne pas remarquer le manque de fermeté dans les coups, ce qui te permet de facilement contrer le premier coup, sans avoir à trop t’inquiéter du suivant, te suffisant d’un petit bond en arrière pour esquiver celle qu’elle te cachait, tu prends un instant pour la défier dans les yeux, frustrée, alors que Maria vous applaudit. Mais tu n’as pas le cœur à t’amuser. Tu es quelque peu vexée.

- Vos coups ne semblent pas précis, et sont très facilement esquivable ou facile à contrer si nous sommes un tant soit peu entrainé, j’en attendais plus de la part d’une sage, je dois l’avouer. Tu prends une seconde pour reprendre ton souffle, avant d’enchaîner. Mais vu le peu de détermination que vous mettez dedans. Soit quelque chose vous perturbe, une blessure ou autre, soit vous me prenez pour une combattante de seconde zone, et dans ce cas-là, je préfère m’arrêter avant de devenir mauvaise.

Ton regarde se veut aussi inexpressif que possible car tu souhaites à tout prix ne pas paraître agressive, car là n’étais pas ton but, à moins qu’elle ne te prenne pour une idiote, mais tu n’avais pas pour habitude de taire les choses qui te dérangeaient contrairement, ainsi tu préférais crever l’abcès immédiatement sur les raisons de ses soucis actuelles pour pouvoir avancer, et reprendre ce combat dans l’aisance… Préférablement.






Spoiler:
 




Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3
Bienvenue à Nueva
ft. Karîn

Lelanaserine - Nueva
Le combat avait commencé. Ou... plutôt... Le combat commençait en deux temps. Le premier était l'attaque de karîn, qui lui servait de test, afin de voir comment tu répondais; C'était une base, dans tout combat. Nul ne se jetait dans un combat sans estimation des forces et faiblesses de l'autre, à moins d'être dans un déni total de la possibilité d'être battue, ou dans une idiotie magistrale. Tu n'étais aucun des deux, aussi ta réponse se fit du même montant, et tu retins ton coup. TU ne voulais pas l'attaquer ainsi, parce que, comme elle auparavant, tu voulais savoir comment elle se comportait lorsqu'attaquée. Si tu avais mis de la vigueur dans ce coup, tu aurais perdu de l'endurance inutilement, et dans un duel basé sur l'agilité, c'était une grave erreur. TU aurais pu, si Karîn se battait à la force brute. Si elle était lente. Ce qu'elle n'était pas.

Néanmoins, elle sembla vexée, te faisant une remontrance, et si d'ordinaire, tu n'aurais pas répondue, concentrée sur le duel, tu trouvas nécessaire de clarifier les points.

_ Vous n'avez encore rien vu et vous vous permettez déjà de sous estimer mes capacités ? Tu souris. C'était au choix, ou de la provocation, ou un manque de jugement. Les deux pouvait s'expliquer. Le premier, car dans tout combat, c'était normalement la vie en jeu, et quiconque maitrisait le mental de l'opposant maitrisait aussi le jeu qu'il utilisait. Le second choix pouvait provenir de Maria, qui la déconcentrait peut-être. Si c'étalt le cas, c'était bien dommage, car cela voulait dire qu'en situation réelle, un rien pouvait la conduire sur le chemin d'un jugement erroné.
_ J'ai pourtant fait exactement comme vous. Une mise en bouche, pour voir votre réponse. N'était-ce pas le but de votre première attaque ?
Tu espérais que c'était de la provocation. Pour elle, surtout.

Alors, pour repartir dans l'ambiance, tu frappas tes deux lames de bois entre elles, provoquant un son que tu répétais, alors que tu tournais, la laissant toujours en face de toi. C'était une technique secondaire, mais bien utile par moment. Les sons répétés des lames provoquaient chez l'ennemi une accoutumance, la plupart du temps. TU l'habituais aux sons. Aussi, le manque de ceux ci pouvait par la suite la désorienter, ou alors l'amplification. Généralement, face à des bretteurs, tu feintais, frappant non pas leur corps ou leur arme mais les tiennes, pour effacer toute traces de précautions, puis tu leur assénais le coup final, ou un coup bien porté.
C'était une technique de fourbe. Pourtant, elle n'était pas sans honneur. Elle était représentative de ton style. Tu étais rapide et agile. Tu te battais en trouvant des angles morts, plus qu'en forçant ton passage, et il était donc normal que tu apprennes, lors de ton long entrainement, à créer toutes sortes de ces ouvertures.

Et soudain, tu exécutas le premier rang de la technique. TU fonças sur sa gauche, et ta lame vint brutalement frapper ton autre lame, mais vers elle. Bien entendu, l'attaque, bien que rapide, aurait été facile à contrer ou esquiver. Mais ainsi, tu lui dévoilais à la fois ton plan, et ta détermination, en plus de ta maitrise de l'environnement, que ce soit le terrain, ou les sons.
Tu étais toujours prête à parer, et les sons revenaient. Et tu portas un coup d'estoc bien trop court, à première vue, avec ta lame gauche. Néanmoins, tu avais remonté ta prise sur la poignée, et tu ne tardas pas à la descendre rapidement, formant un rapide petit coup de surprise, basé sur la perception. Ce coup là porterait-il ses fruits ? il n'était pas dangereux, mais il jouait durement avec les sens, les mettant en doute bien généralement s'il parvenait à faire mouche.

HRP
Bon, alors, pour réexpliquer, si jamais c'est peu clair.

1 - Faun tente de t'habituer à un son régulier, qu'il soit lorsque vous vous tournez autour, ou lorsqu'elle feinte.

2 - ensuite, elle monte doucement la prise sur la poignée de son sabre, et porte un coup d'estoc qui ne pourrait jamais te toucher. Puis elle fait glisser sa main pour reprendre une prise normale, et du point de vue de quelqu'un juste devant la pointe de l'epée, c'est comme si celle ci s'rallongeait. J'ai vu une représentation dans le manga Xblade, et je voulais tester. C'est un coup facile à esquiver, mais ça peut cachement tromper les sens de l'adversaire, de "voir une épée s'aggrandir" xD alors que c'est un jeu de main quoi xD.

Elle met ça sur le compte de ton arrogance supposée. Avec ceci, tu ne peux t’empêcher d’échapper un petit rire satisfait. Personne n’est aussi éloigné de ce trait que toi. Tu connais trop bien l’instinct de mort, pour savoir que rien de ce que ce vice est beaucoup trop dangereux pour en être affligé. Non, ta vexation venait d’autre chose.

- Vous avez mon coup qui n’était pas forcément très dangereux certes, mais votre esquive fut encore plus étrange. Je ne pense pas donner l’impression d’être une force irrésistible. Et donc mon coup, bien que plus ou moins bien placé, aurait pu être paré par une esquive toute basique ou être déviée par une de vos lames puis attaquer immédiatement derrière, or vous êtes partie sur une esquive pour avoir la certitude de ne pas être touché. Auriez-vous peur d’être tué par du bois ? Mais qu’importe, continuons.


Tu reprends le combat, un peu avec des réserves, persuadées que quelques choses clochent, mais tu ne vas pas plus loin pour l’instant, d’autant qu’elle semble s’être concentrée sur votre combat. Prenant une posture de défense, tu l’as remarques faire des gestes étranges avec ses épées, tentant de faire du bruit. Pourquoi ? Tu n’en avais strictement aucune idée, mais tu n’allais clairement pas la laisser faire, d’autant que tu as une tolérance exécrable au son, donc tu avais toutes les raisons du monde pour ne pas la laisser faire. Plongeant vers elle, la lame glissant sur le tatami comme pour « annuler » celui du claquement des lames de Faun. Sur l’offensive, tu continues de l’agresser en la forçant à reculer sans pouvoir tenir compte de la distance qui l’a séparé du mur, avant de finir par placer un coup au niveau des genoux pour la forcer à sauter, et ainsi avoir luxe de la frapper dans sa redescente d’un coup de pied pour la coincer contre le mur. Bien sûr ceci ne pourra arriver que si ton adversaire n’a pas eu la possibilité de trouver une meilleure solution, mais avec une Sage, sait-on jamais.

- Éviter de jouer sur le son lorsque nous combattons. Je déteste ça, et sort facilement de mes gonds, désolée si j’y suis allée un peu fort, mais je ne connais pas la demi-mesure. Le sang Ellgardien surement.

Tu te recules, pas forcément mal à l’aise de ce qui a pu se passer, mais simplement car il est inutile d’aller plus en avant. Après tout, Faun était coincée contre le mur ? A elle de s’en dégager.



Thanks à Circë pour cette signa de qualitay :3