Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Mages Noirs

Arcania - Seraph de la Léthargie [Terminé]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Arcania Nemoris
Seraph de la Léthargie
RACE ▬ Seraph de la Léthargie
AGE ▬ Quatre siècles et quelques
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Asexuel
SITUATION PERSONNELLE ▬ Seul
NATIONALITÉ ▬ Apatride
FACTION ▬ Mages noirs
MÉTIER ▬ Aucun


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ○ ○ ○ ○ ○
❯ force ○ ○ ○ ○ ○
❯ endurance ○ ○ ○ ○ ○
(TECHNO)MAGIE
mana ✪ ✪ ✪ ✪ ○
puissance ✪ ✪ ✪ ✪ ○
contrôle ✪ ✪ ✪ ✪ ○
Première compétence : L'Aura de Morphée
Arcania est entouré d'une aura qui peut s'étendre jusqu'à deux mètres autour de lui. L'effet de cette aura permet de faire somnoler et s'endormir les personnes qui s'approchent de lui. Plus la personne est proche du Seraph et plus elle sombre dans un sommeil profond. Ce sommeil peut être altérer de différentes manières (il faudra tenir compte du bruit ambiant, d'éventuels gestes pour un réveil, etc.). Toutefois, compte tenu du caractère d'Arcania, celui-ci l'active que dans de très rares cas, en particulier lors de combats importants ou de situations d'extrêmes urgences.

Deuxième compétence : Immiscion cauchemardesque
Cette compétence requiert une certaine concentration, ainsi le seraph devra rester immobile à proximité de la cible envoûtée par l'Aura de Morphée (dans ce cas, à deux mètres maximum de la personne, l'Immiscion cauchemardesque se rompt dès qu'il sort de ce périmètre ou que la cible en sort). L'immiscion cauchemardesque permet à Arcania de rentrer dans les rêves de la personne ciblée. Une fois dedans, comme dans un rêve lucide, il modélise ce qu'il s'y passe à sa guise et selon sa volonté. Aussi il contrôlera le moindre détails de vos cauchemars mais aussi, les dégâts éventuellement causés lors de l'Immiscion se répercutent dans la réalité. Il faut noter que les dégâts éventuellement causés peuvent être affligées aux deux parties. Ainsi, si le Seraph peut blesser une personne, l'inverse est tout autant possible sachant que la cible sera pourvue de toute ses capacités cognitives - comme dans une expérience de rêves lucides.

Troisième compétence : L'Ankylose déferlante
Sous forme de trois épées colorées d'une teinte violette, l'Ankylose déferlante permet, au contact d'un éventuel adversaire, d'infliger des afflictions. Si la première épée touche, la cible sentira ses membres s'engourdir. Si la deuxième touche, la paralysie viendra sur le membre toucher. Et si la troisième atteint sa cible, celle-ci se verra tétanisée sur place, sans aucun moyens de s'en sortir à part attendre que l'effet disparaisse (au bout de cinq minutes). Bien évidemment, pour que les états se cumulent, il faut que les épées touchent une à une leur cible, chose bien peu évidente à faire en combat mouvementé. Arcania ne peut les utiliser q'une fois par combat; le temps de recharge étant long, il devra attendre une demie-journée pour pouvoir les utiliser à nouveau.  
Portrait sous l'arbre aux feuilles tâchées de rouge
Sous l'arbre aux feuilles rougeâtres s'étale un homme qui dort d'un sommeil profond. De grande taille, sa silhouette s'allonge sur un sol dépourvu d'herbe, comme brûlé. Svelte et élancé, il semble paisible et détendu. Ses bras et ses jambes sont bien proportionnés. Rien ne se démarque et tout s'égalise pour donner un personnage qu'on pourrait qualifier d'équilibré. Ce n'est pas un géant mais il s'en approche de par ses pieds et ses mains supérieurs à la moyenne. Ses cheveux sont noirs; noir comme le plumage d'un corbeau.  Rampant par terre, à l'image des serpents de Gorgone, ils lorgnent ici et là, avec une incroyable longueur.  Il porte des vêtements ample et léger, que l'on pourrait apparenter à un hakama et dont le dessus arbore le symbole d'une pleine lune rouge.

Et je dois vous faire une confession. Cet homme, assis sous cet arbre, possède une autre transformation. Celle d'une divinité déchue qui aurait pu inspirée Lovecraft. Son visage n'est autre que celui d'un squelette dont les orbites vides semblent aspirer toute la vitalité des hommes pour ne laisser qu'un noir pesant. Sur ce crâne, des stigmates qui lui rappelleront la douleur d'une blessure passée. Ses membres sont désorganisés, son bras droit est levé et bloqué vers le ciel tandis que l'autre oscille comme le pendule d'une horloge. Son torse, lui, n'est qu'un ramassis de distorsion, gonflé sur le haut du torse caverneux alors que le bas disparaît au profit de quelque chose de bien singulier. Oui, une sphère, juxtaposée à ce mélange incongru, gravite autour de lui. Que signifie-t-elle ? Je ne sais pas. On pourrait croire en un trésor qu'il garderait pour lui mais celle-ci est bien trop vague, bien trop étrange pour être comprise. Est-ce son coeur ? Son cerveau ? Son ancienne vitalité qu'il aurait perdu ? Qui sait. Toujours est-il que c'est un être bien étrange.

étude d'un être corrompu
Le Seraph n'a jamais été ce qu'il est aujourd'hui. Autrefois, c'était un être pourvu d'énergie et plein de vie. Chaque jours, il célébrait sa naissance et aussi la vie de ceux qui le chérissait. Positif, il aimait veiller sur les fidèles et guettait intensément leurs vies frêles mais pourtant si résistantes face aux aléas funestes du destin. Chaque jours, il redoublait d'efforts pour guider les suivants de la nouvelle foi. Accompagné de ses frères et soeurs, il aimait cette position de bienfaiteur. Quelque peu hypocrite, il n'aimait pas les manières avec lesquelles le nouveau culte s'était forgé.

Puis tout cela changea après l'événement ô combien important. Ce qu'il incarnait n'était plus et la force de sa vitalité s'était petit à petit estompée. Il était devenu une réincarnation où s'entremêlait à la fois la noblesse, la volonté de changer des choses et la fatigue, le pessimisme. Mû par la vengeance, il abhorre sans anciens frères qu'il considère comme vils et machiavéliques personnages, voulant manipuler le peuple pour des fins pathétiques. Déterminé à ruiner leurs images de saints protecteurs, il n'hésitera pas à utiliser tout les moyens pour y parvenir. Un peu obsessionnel sur les bords, Arcana a perdu le sommeil depuis longtemps, passant ses nuits à réfléchir sur le monde et ses coutumes. A vouloir trouver une solution pour tout les problèmes au point d'en devenir fou et violent. Il éprouve une terrible aversion pour Mearian.

Souvent, on le voit comme une personne calme et silencieuse. Jamais il n'approchera un problème sans avoir trouver plusieurs solutions et, tacticien dans l'âme, il trouvera toujours les bonnes personnes pour soutenir sa quête. Parfois il est mélancolique et aime se remémorer de bons souvenirs, souriant sous la lune et méditant sur ses souvenirs les plus chers. Il est bon de noter aussi qu'il n'aime plus les humains et que leurs vies ne valaient pas mieux que celles des fourmis que l'on écrase.
Un conte sous la lune nébuleuse
« Approchez les enfants, il est l'heure de vous raconter une histoire...

Les enfants se ruèrent vers l'homme, traçant un arc de cercle parfait autour de lui. Celui-ci, sourire au visage, tenait en ses mains un livre aux reliures rouge pourpre. Les yeux des marmots s'illuminaient sous l'attente d'une histoire incroyable et épique. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que l'histoire qui allait suivre était tout sauf épique, mettant en scène la débâcle d'un homme.

Il y a fort longtemps, dans un lointain royaume, vivaient un peuple de souris. Ces souris, principale population, se voyaient régulièrement confrontées à d'autres créatures. Comme les lézards par exemple. Mais, courageuses et futées, elles avaient toujours réussie à s'en sortir. Par la suite, des événements bousculèrent leur quotidien déjà bien animé. Pris d'un élan de liberté, les souris et autres petits cousins rongeurs voulurent chacun leurs libertés. Après moult conflits et discussions, les souris parvinrent à se mettre d'accord et à créer leur propre cité, le Gruyère.

A l'époque, les souris avaient une dévotion toute particulière pour les Anciens Ragondins. Ces Ragondins étaient en fait des entités qui devaient leurs procurer richesse et bonheur. Elles prièrent, prièrent mais les attentes des souris ne furent comblées. Le chaos venait et balayait toute leurs espérances, leurs prières. Mais hélas, les souris détournèrent le regard des Ragondins. Et c'est à ce moment-là que, petit à petit, un nouvel Ordre caché dans l'ombre devint la nouvelle priorité. L'Ordre des Chats Divins. Ils étaient là, les nouvelles entités que les souris vénérèrent et qui incarnaient chacune quelque chose de particulier. Les jours devenaient meilleurs avec eux et tout semblait aller pour le mieux.

Et c'est parmi ces Chats Divins que se trouve le personnage qui nous intéresse. Celui qui incarnait la Vitalité. C'était un matou plein de vie et qui aimait ronronner sa joie aux souris. Il aimait leur venir en aide et soutirer des sourires de leurs parts. Mais, car il y en avait un, l'utopie des Chats Divins ne pouvait durer plus longtemps. Vitalité, à force de de donner, n'y trouva pas assez de contrepartie. La foi des souris n'était pas assez pour lui, jamais assez. Il en voulait toujours plus. Et, comme d'autre de ses comparses, il semblait sombrer dans une folie maladive, jour après jour. »

Les mômes semblaient tous intrigués par cette histoire. Silencieux, leurs yeux suivaient chaque mouvements de lèvres et de gestes du conteur d'histoire. Comme ils buvaient ses paroles, l'homme était satisfait d'avoir canaliser leurs énergies. Il reprit donc après avoir reprit sa respiration et but quelques gorgées de son eau.

« Une partie des Chats divins devinrent fous et un combat s'en suivit entre ceux qui étaient restés auprès du peuple et eux, les rebelles. Hélas, ils perdirent la bataille et, blessé à la fois dans son estime et physiquement, Vitalité  se retira de Gruyère, dans un exil qui allait se poursuivre durant des années. A la suite de cette bataille, il perdit son titre et il devint un chat errant, oublié des souris qui détournèrent leurs regards de ces sacripants.

Peu de temps après, blessé dans son estime et physiquement, Vitalité vint se poser dans une contrée appelée L'herbe verte, une contrée où la nature prédominait. Il vécut isolé du monde, dans la grande forêt, méditant sur sa vie, sur ses échecs et sur les solutions qu'il devait apporter au monde.

Puis, un jour, il fit la rencontre d'une souris, ce qui le perturba au plus haut point. Pleine de fraîcheur, elle venait lui apporter ce qu'il lui manquait : La vie. Lui, l'être déchu qui sommeillait dans les bois comme un mammifère faisant son hibernation. Il voulait être tranquille mais elle avait insisté pour lui tenir compagnie. Chaque jours, elle venait là où il méditait, entre crise de folie et lucidité. Faignant, il ne cherchait même pas à changer de coin et bien évidemment, elle le retrouvait à chaque fois. Pour quelles raisons aimait-elle sa compagnie ? Par amour peut-être ? Il ne le saura jamais. Les jours s'écoulèrent et il s'était épris d'elle, au point de quitter la grande forêt pour la rejoindre, dans sa tribu.  

Hélas, la folie du Chat devenait de plus en plus présente ! Les souvenirs de sa défaite revenaient sans cesse dans sa tête et, en peu de temps, sa mentalité se dégradait. Entre rêves et réalité, il ne savait plus faire la différence et c'est une nuit de pleine lune qu'il sévit. Prenant la tribu et la souris qu'il chérissait pour les traîtres qui l'oublièrent, il leurs affligea une violente sentence : Le sommeil éternel. Eux qui n'étaient que des êtres fébriles ne tinrent pas très longtemps face à sa puissante magie. Debout devant les corps silencieux, il se jura - encore - de se venger et de faire tomber ses frères et leurs fidèles. Comme un cycle qui se répète inlassablement, il prit la fuite vers la capitale d'Herbe Verte.

Et c'est là-bas qu'il se rapprocha d'un obscur groupe appelé les Chatpardeurs, trouvant dans ces membres un moyen de parvenir à ses fins. »

L'homme finit par refermer son livre et se lever. D'un sourire paisible, il salua les gamins d'un geste de la main. Ceux-ci semblaient peu à peu basculer dans les bras de Morphée, sans doute fatigués par la lecture d'une si grande histoire avec peu d'intérêt pour eux.  Marchant entre les marmots, il finit par atteindre la porte et, se retournant vers eux, il adressa ses dernières paroles.

« Faites de beaux rêves, enfants de Mearian »


Est-ce qu'il y a des choses à savoir ?
PSEUDO ▬ Cyssyam
AGE ▬ Quelqu'un doit le savoir
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Le membre doit sans doute savoir
UN AUTRE COMPTE ▬ Quelqu'un en a peut-être connaissance
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ OC ▬ Sakimichan
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Le staff doit avoir la réponse, peut-être
Rebienvenue copain Arcania - Seraph de la Léthargie [Terminé] 3622086245
Tu connais déjà la procédure, bon courage pour l'écriture de ta fiche !



   
   
   
Bienvenue sur Lost Kingdom Arcania - Seraph de la Léthargie [Terminé] 635802493
Bloup par ici !
Tu viens d'arriver aux deux semaines accordées pour la création de la fiche : as-tu besoin d'un délai supplémentaire ?



Ouip, j'aimerai bien vu que je terminerais ça d'ici peu - peut-être très peu - de temps, merci !
Ça marche, tu as donc jusqu'au 8 Avril pour terminer !



Voilà, petit up pour dire que c'est terminé !


« Even if the morrow is barren of promises,
nothing shall forestall my return
»
« Invité, tu es le prochain sur ma liste »
Ils reviendront un jour ;) Quand j'aurai le temps de refaire la fiche et de changer quelques points mais ils sont gardés bien au chaud, t'en fais pas.


« Even if the morrow is barren of promises,
nothing shall forestall my return
»
« Invité, tu es le prochain sur ma liste »
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé !

TEMPS FORTS Ҩ De façon totalement subjective et arbitraire, tu es un séraph corrompu et rien que ça : c'est un point fort /PAN/. Histoire racontée de façon originale et personnage intriguant :D

REMARQUES Ҩ J'aurais personnellement peut-être aimé avoir un peu plus de détails, mais ça ne tient qu'à moi. Oublie pas de pinger les poto's pour faire des liens huhuhu

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !