Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Cour des Cendres

dancing in the starlight ☾ shaol

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

MÉRIDION SHAOL

Cour des Cendres - Courtisan

Identité

  • Race : Démon
  • Âge : Suffisamment vieux pour que ses pairs lui passent ses curieuses lubies. Suffisamment jeune pour ne pas être encore lassé de tout (~ 450 ans)
  • Orientation sexuelle : Volage
  • Situation personnelle : Dédié à son invocatrice
  • Nationalité : Akantha

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Promesse des Astres

Shaol, comme la plupart des démons, a une affinité profonde avec la magie, et plus particulièrement celle qui s’immisce dans votre esprit, vos pensées, vos désirs. Le pouvoir de Shaol se manifeste parfois physiquement et mentalement comme une aura sombre perlée d'étoiles, une sorte de trace, d'image qui reste un instant gravée dans votre esprit lorsqu'il y passe. D'où le nom plus ou moins théâtral de sa magie, d'ailleurs.

Murmures nocturnes
Grâce à ses dons télépathiques, Shaol est capable de souffler à votre oreille sans murmurer un mot, et ce sur plusieurs kilomètres de distance, pour peu qu'il se souvienne de votre esprit. Il peut également entendre les potentielles réponses lui étant adressées, mais trouve cela bien plus drôle de faire croire le contraire.

Ombres célestes
Shaol possède, depuis sa naissance, de grandes ailes membraneuses rappelant vaguement celles des chauves-souris. Elles lui permettent de voler et planer, mais représentent un point faible notable : il n'y a rien de plus vulnérable qu'un démon cloué au sol par le poids de ses propres ailes endommagées.

Crocs lunaires
Shaol est capable de s’immiscer dans l'esprit des gens, observer les pensées vagabondes, faire sentir sa présence comme un félin qui ronronnerait. C'est un pouvoir qui peut être léger comme une caresse ou aussi tranchant que des griffes, s'il le souhaite, forçant le passage dans un esprit en détruisant tout sur son chemin. Ce n'est néanmoins pas son genre de manquer autant de finesse, et de toute façon, l'effort le laisserait épuisé pour le reste d'une longue journée de repos. Il se contente souvent d'espionner les pensées égarées, c'est moins fatiguant.

Physique

« - Que devient une larme qui se brise ?
- Une poussière d'étoiles.
- A qui la nuit fait-elle peur ?
- A ceux qui attendent le jour pour voir.
- Que devient une étoile qui meurt ?
- Un rêve qui vit. »
─ Bottero

Shaol passe difficilement inaperçu. Il fait parti de ces démons qui, faute d'être effrayants, troublent par leur charme sauvage et leur beauté sombre. Le pas agile et la carrure svelte, Shaol possède une prestance naturelle, se drapant dans une grâce féline et une élégance innée. Il attise la curiosité et les regards, son sourire mutin toujours aux lèvres, son regard de velours glissant sur ses interlocuteurs. Ses traits sont fins et anguleux, finement taillés, ne laissant apparaître de son ascendance démoniaque que sa beauté surnaturelle, ses oreilles finement pointues et, surtout, l'immense pair d'ailes qui siège dans son dos. Membraneuses à la façon de celles des chauves-souris, d'un noir d'encre légèrement translucide, elles sont douces comme de la soie et étonnamment légères.

Toujours vêtu avec soin et minutie, dans une sobriété feinte ou une extravagance calculée, Shaol sait comment marquer les esprits et charmer les cœurs. L'apparence est une arme qu'il a depuis longtemps maîtrisée, tant et si bien qu'il n'a guère besoin de se concentrer sur quoique ce soit pour se mettre en valeur. Sa peau est légèrement tannée, son visage encadré par des cheveux d'un noir corbeaux à la couleur de ses ailes, dans un désordre savamment étudié. Ou du moins supposons-nous. Ses étonnants yeux, quand à eux, prennent l'étrange couleur de l’améthyste, parfois plus sombres, parfois plus clairs, dépendamment de la lumière qui les éclaire. Puits sans fond, on a tendance à considérer son regard comme étrangement hypnotisant. Ses épaules sont recouvertes d'un grand tatouage, recouvrant également une partie de son dos, volutes de fumées à la signification énigmatique.

Caractère

« On peut être à la fois sympathique et inutile.
Tous les idiots à la répartie facile ne sont pas des héros
. »
─ Sanderson

On qualifie Shaol de bien des choses, dépendamment d'à qui l'on s'adresse. Inconstant et léger sont cependant des termes qui reviennent très régulièrement, même chez ses plus proches partisans. Curieux personnage que ce démon au sourire charmeur et aux yeux miroitants, faisant écho aux astres de l’empreinte nocturne de son pouvoir : une énigme, selon certain, un simple courtisan à la langue bien pendue et à l'esprit vif, pour d'autres. Toute en finesse, courtoisie et douceur, Shaol évolue dans la Cour des Cendres comme un danseur expérimenté sur une piste de bal. Affable et éloquent, il fait montre d'une insolence qui fait parfois rougir, scandalise ─mais qui est toujours savamment dosée. Un prédateur espiègle qui observe sous une carapace de frivolité et de théâtralité, s'adaptant à ses interlocuteurs, jouant avec eux. Taquin, mais jamais cruel.

Shaol est de ces gens dont on ne peut saisir que quelques nuances à la fois, louvoyant et insaisissable, esquivant les interrogations d'une plaisanterie bien placée, cachant sa profondeur sous une couche de légèreté. Et peut-être n'est-il que ce qu'il parait être au premier abord, après tout : un courtisan fortuné et extraverti. Peut-être que cela lui convient de n'être traité que comme l'un de ces nobles exubérant aux lubies étranges et à la curiosité d'enfant. Cette dernière n'est cependant jamais feinte, rare honnêteté dans son jeu de mirages et de miroirs, de brumes et d'étoiles. Attentif et observateur, Shaol joue un jeu, dans un jeu, lui-même dans un autre jeu. Peut-être vous y invitera-t-il ─jouer seul est toujours un peu triste─ avec comme but ultime de tromper son ennui, de déjouer la routine. Appliqué, il ne laisse que rarement quelque chose au hasard.

Il aime faire les choses en grand, Shaol, aime la beauté brute et sauvage, les mots fins et les vers rythmés. Il aime la musique, la lueur de la voûte nocturne contre un étang solitaire, le paysage d'une montagne enneigée se découpant dans l'aurore d'un matin. Un brin mélancolique, Shaol, attentif à la symbolique des choses, amusé des farces parfois un peu triste que peut faire le destin. Taquin, mais jamais cruel.

Histoire

Gris, gris clair et gris sombre s'entremêlent sans fin. Des éclats, ici et là, mais la plupart du temps, l'obscurité terne et sobre, immense, étouffante, encombrante. Plate. Peu de distractions dans le monde des monstres. Il lance un galet d'un mouvement expert qui semble ricocher sans fin, rebondissant contre le liquide couleur encre, remuant après coup en cercles de plus en plus grands. Ploc, ploc, ploc. Et il rebondit, sans fin, éternellement, jusqu'à ce que le démon se lasse de le voir retomber, et rebondir dans mouvement égal qui ne s'arrêtera jamais. Le galet continue son chemin, comme animé par une propre volonté. Le temps n'a pas d'emprise en ces lieux, et jamais il ne retombera.

Shaloriel avait lancé assez de cailloux pour le savoir.

La ligne de l'horizon était lointaine, infinie, toujours distante. Inaccessible. Il avait pourtant essayé, longtemps, comme tous jeunes démons, d'atteindre le bout du monde. Le bout de leur monde. De nager à travers le liquide sombre, s'enfoncer, nager jusqu'à l'épuisement. Mais toujours, la plage de galets était en vue, et jamais elle ne s'éloignait. Et l'horizon restait lointain, infini, terriblement inaccessible. Puis venait le temps où l'ennui était tel que les plus anciens démons se souvenaient de la présence des plus jeunes, souvent pour le pire. Les conflits éclataient, par période régulière. Les démons innés sont les pires, issus des sentiments négatifs. La colère, l'envie, le meurtre. Ils sont violents, impitoyables. Intenses.

Et souvent très anciens.

Shaloriel, au moins, avait eu la chance de naître de deux parents démoniaques. Plus modéré. Plus doux. Plus humain ? Ironique. Malheureusement, ses parents étaient également des démons innés.

Et très anciens.

Son arrivée dans le monde astral fut une erreur, comme tant d'autres démons nés ici le furent, dans cet environnement de violence, d'ennui et d'infini. Il ne fut guère malmené, car bien que la légende raconte que les démons innés ne peuvent ressentir d'amour, sa mère le protégea bec et griffes, terrible dans sa colère. Peut être n'était-ce pas de l'affection, peut-être était-ce seulement l'ombre d'un sentiment possessif envers ce petit être aux ailes identiques et au regard d'aurore. Une revendication. Mais Shaloriel aurait juré voir ses yeux briller de tendresse, tandis qu'elle le berçait dans le monde terne, obscur, ennuyeux et infini de cet Enfer, chantonnant des mélodies inarticulées, sans paroles. Primales.  

Il n'y a que peu d'occupation dans le monde des démons, sinon celle d'écouter les histoires et les mensonges de ses pairs, sur leur création, leur dieu obscur, leur but final. Puis, alors que Shaloriel était encore jeune, vint les premières invocations. Rubans colorés dans la nuit grise et terne de leur monde, liens qui ne demandaient qu'à être tirés. Pour obéir et servir, dans un autre monde, un monde où le temps existait, un monde où la vie régnait. Le monde qui, peut-être, les avait engendré.

Ils partaient, au fur et à mesure. Et Shaloriel partit à son tour, lui aussi.

• • •

Shaloriel connu beaucoup d'invocations, beaucoup de maîtres et beaucoup d'époques différentes. Il ne restait que rarement longtemps dans l'Enfer gris des démons, toujours semblable, prison au goût d'éternité. Il se fit plus rusé, plus vif, plus désirable. Il apprit les codes de ce monde magnifique à la beauté primaire qui n'était pas le sien. Mais les hommes étaient tels que les démons : violents, hostiles et intenses. Destructeurs. Ses invocateurs étaient vénaux, ambitieux, parfois cruels. Alors Shaloriel apprit à masquer son aversion et ses envies de paix, car se montrer inefficace signifiait retourner dans le monde terne et sans fin.

Il connu la guerre, la mort, la famine. Mais aussi l'Amour, celui avec la majuscule, comme on en rencontre qu'un seul dans une existence. Une âme-sœur dont il assista, impuissant, au meurtre. Il remua terre et ciel pour la venger, dépecer vivant l'auteur du crime le plus terrible à ses yeux.

Puis, il préféra finalement s'enfermer dans l'ennui du monde terne et gris plutôt que subir l'horreur de ce monde trop vif et trop intense.

• • •

Et il était là, dans son univers de gris, gris clair et gris sombre, à lancer éternellement des galets sur le liquide opaque du rivage de la place, en deuil perpétuel. La brise douce et fraîche du monde d'au-delà lui manquait. Les couleurs nombreuses et pulsantes aussi. Mais ce qui lui manquait le plus, sans doute, étaient ces nuits étoilées, tranquilles et solitaires, secrètes et intimes. La musique, aussi, tant et si bien qu'il se prenait souvent à fredonner les mélodies d'une autre époque, sans doute désormais lointaines. Des siècles derrière lui. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vu sa mère aux yeux tendres, ses frères et sœurs éparpillés au quatre coins du monde. Cela faisait bien longtemps qu'il errait comme un fantôme, à la recherche d'une âme définitivement perdue. Il avait caressé l'idée d'attaquer l'une de ces odieuses créatures appelées anges pour mettre fin à sa longue éternité. Mais son impuissance face à la mort de sa compagne devait être punie, longtemps. Encore plus longtemps.

Il passa une autre éternité dans son univers monochrome, à se ressasser la mort de sa moitié pour toujours perdue, encore, encore et pour toujours.

Son Enfer personnel.

• • •

Il tenait entre ses doigts le long ruban d'un bleu anciennement intense, désormais faible et déchiré. Une invocation, un contrat à passer. Il ne voulait plus descendre en ce monde. Mais pourtant, le lien était chargé d'une émotion intense, brute, une tristesse sans fin qu'il ne distinguait que trop bien. Une détresse qui n'avait de limite que l'horizon de son monde infini. Shaloriel ne sut jamais vraiment pourquoi il accepta l'invocation. Peut-être reconnaissait-t-il une âme jumelle dans la peine et le chagrin.

Il apparu dans le cercle d'invocation, aveuglé par l'assaut des couleurs, de la mélodie discrètement du piano, de la lumière du soleil qui dardait un rayon timide contre la vitre de la fenêtre. Il se tourna vers son invocateur sans un mot, silencieux comme la mort, les paupières à demi-fermées.
Scrutateur. Prédateur.

Il cilla d'étonnement néanmoins.

Devant lui se tenait une vieille femme, un craie à la main, la stupéfaction affichée sur son visage faisant écho à la sienne. Elle était richement vêtue, et avait du être très belle autrefois. Sa stupeur fut cependant rapidement remplacée par un masque de marbre d'une neutralité absolue, sévère. Elle n'avait pas l'habitude de sourire, le démon pouvait le déduire aux coins affaissés de sa bouche, à la lueur d'acier dans ses yeux d'un beau azur. L'émotion qu'il avait cru discerner dans son regard avait complètement disparu.

Eh bien, voilà qui est étonnant. Je trace un cercle pour invoquer un démon inférieur et voilà qu'un gigolo ailé apparaît dans mon salon, lança la vieille dame d'un ton morne, un brin incisif.

Shaloriel cilla de nouveau. Il ne savait pas ce qu'était un gigolo mais il se doutait que le terme n'était guère élogieux. Avant qu'il puisse prononcer le moindre mot, la dame claqua brusquement de la langue.

Eh bien mon garçon, puisque vous êtes là, autant que vous serviez à quelque chose, gronda-t-elle, empoignant un balais et le lui lança d'un geste leste avant de tourner les talons.

Je ne-
Vous avez assez de travail jusqu'au matin. Il faudra faire le salon, la salle de réception, la cuisine, les trois chambres supérieures. Elle lui jeta un coup d’œil. Oh, et la salle d'eau aussi.

La surprise du démon laissa doucement place à une irritation piquante. Un grondement sourd le secoua tandis qu'il suivait les pas de l'invocatrice.

Je ne suis pas votre larbin, femme, je suis Shalo-
Peu m'importe votre nom, mon garçon, le ménage ne va pas se faire tout seul, lança-t-elle durement sans un regard vers lui, toujours impassible. Et faite moi plaisir, allez donc enfiler quelque chose, vous allez donner une crise cardiaque à ma nièce, ajouta-t-elle.

La porte se referma d'un claquement devant le démon, bouche bée.

Esmée de Mordria fit quelques pas raides dans le couloir avant d'oser laisser échapper un long souffle. Ses mains tremblaient légèrement, et cela n'avait rien à voir avec son grand âge. Comment diable les choses avaient-elles pu se dérouler de la sorte ? Pendant une seconde, elle avait cru le revoir. La chevelure noire, les traits fins. La ressemblance s'arrêtait cependant là. Elle eut un ricanement nerveux en repensant au visage stupéfait du démon. Ce n'était pas du tout son objectif d'invoquer cette créature. D'habitude, les seules qui se présentaient à elle étaient à peine assez intelligentes pour comprendre ses ordres.

Mais peut-être que celui-ci n'était guère mieux. Elle ne pouvait pas vraiment dire, étant donné qu'il avait passé la conversation à gober des mouches.

Et si ce n'était pas le cas... Avec un peu de chance, l'affront qu'il avait subit l'aurait incité à retourner dans son monde. Ou peut-être la brûlerait-il vivante. Elle compta jusqu'à dix, puis jusqu'à trente, puis enfin se retourna. Le piano retentissait toujours dans le vieux manoir, délicat entre les doigts de sa jeune nièce. Elle ouvrit la porte doucement. Nul trace du démon. Un petit soupire de soulagement lui échappa malgré elle. Elle fit quelques pas dans le salon. Le cercle luisait toujours d'une lueur diffuse. Un grand bruit résonna à l'étage, dans la pièce adjacente à l'escalier. Sa pièce. Elle se précipita. Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle fut effarée de trouver le grand démon ailé torse nu au milieu de vêtements renversés. Elle blêmit. Au moins avait-il trouvé un pantalon. Le souffle lui manqua cependant lorsqu'elle prit conscience de la chemise déchirée entre les mains de la créature.

Il coula vers elle un regard où elle aura pu jurer lire de la culpabilité lorsqu'il prit conscience de son visage scandalisé. Comme un chiot prit sur le fait.

Je suis désolé je ne voulais pas... Cela fait longtemps que je n'ai plus porté de vêtements humains et mes ailes sont... Il soupira, se reprenant doucement, comme si cela faisait longtemps qu'il n'avait pas autant parlé. J'ai... Mon clan a de l'argent, je vous rembourserais, dit-il doucement.
Silence, siffla-t-elle. Le mot raisonna dans l'air, comme une lame de violence. Sortez. Immédiatement.

Le démon l'observa un instant, ses yeux à la couleur inhumaine fixés sur elle. La jaugeant, certainement. Il n'en obéit pas moins. Elle aurait pu en être surprise si au moment où la porte se ferma silencieusement, elle ne s'élança pas vers les habits éparpillés. Elle les replia avec un soin religieux.

Shaloriel descendit sans un bruit l'escalier, troublé. Il avait blessé cette vieille femme, et il ne savait pas pourquoi. Quel impair avait-il donc fait ? Les humains n'aimaient pas qu'on détruise leurs possessions, mais celle-ci ne semblait pourtant pas manquer d'argent. Et pourtant. Il tendit l'oreille. Le son d'un piano raisonnait dans le manoir, mélodieusement, comme un appel. Rien d'autre. Pas de serviteurs. Pas de majordome. Il se dirigea vers la musique, chant de sirène à son cœur. Une enfant à la longue chevelure sombre semblable à la sienne se tenait sur le banc du piano, atteignant à peine la pédale. Ses yeux d'un bleu pur était concentré sur les touches et ses lèvres bougeaient en silence, comme si elle répétait la partition. Le même bleu que ceux de la vieille femme.

Shaloriel entra prudemment dans la pièce, qu'il devina être la salle de réception à la vue de sa grande taille. Elle ne lui lança pas un regard, concentré sur la musique, ses mains virevoltant au dessus des touches. Il s'adossa à un mur, fermant les yeux, se laissant bercer par la musique, oubliant où il était, oubliant qu'il était. La mélodie était douce mais puissante, élégante. Promesse d'un monde grandiose. Elle allait crescendo, dans un final sublime, qui fit débordé son cœur. Et sans doute un peu ses yeux également, qu'il sentait humide. Lorsqu'il les rouvrit, la petite l'observait. Shaloriel se contenta d'applaudir doucement et de lui adresser un grand sourire. L'enfant, après une hésitation, le lui rendit et fit une petite révérence.

Comment s'appelait cette chanson ? demanda-t-il doucement.

L'enfant se prit à la contemplation de ses petits souliers, pendant un instant, avant de faire un geste qu'il ne comprit pas. Il fronça légèrement les sourcils. Elle serra les lèvres.

Elle ne peut pas parler, lança une voix glaciale derrière lui.

Shaloriel cligna des yeux en se retournant vers la vieille dame. Sa tante, supposa-t-il, qui semblait avoir retrouvé son flegme qu'il devinait habituel.

Oh... Oh, fit-il simplement.

Alors, doucement, il fit appelle à son pouvoir, qu'il dirigea vers la petite fille, comme une main tendue. Il le glissa autour de son esprit. Cela fait longtemps que je n'ai rien entendu d'aussi beau, lui murmura-t-il par la pensée. Elle sursauta vivement, puis redressa la tête pour lui adresser un regard agrandit par la surprise. Il sentit son hésitation, la brutale montée d'émotions qui la traversa. La demande silencieuse qu'elle lui adressa.

Quelle était le nom de cette chanson ? demanda-t-il à nouveau. Son regard améthyste était plongé dans celui bleu pur de la jeune demoiselle, son pouvoir ronronnant autour d'elle. Songe d'une nuit étoilée, lui répondit-elle mentalement, incertaine. Il hocha la tête, goûtant au nom, à sa symbolique et à la voix douce de l'enfant qu'elle avait projeté à travers son pouvoir. Cela lui convient à merveille, souffla-t-il finalement vers elle. Ses yeux s’agrandirent encore.

Elle les tourna prestement vers sa tante, qui les observait avec suspicion. Ses mains virevoltèrent en de grands signes que Shaloriel devinait être son propre langage. Alors qu'il jugeait bon de s'éclipser vers son cercle d'invocation, la petite s'élança vers lui et lui retint le bras. La discrétion des démons, ce n'est plus ce que c'était. Attends ! lui envoya-t-elle, tandis que la voix de sa tante raisonnait dans grande pièce. Trop grande pour elles.

Une semaine, grogna-t-elle. Ton nom ? Pour le contrat.
Shaloriel.
Va pour Shaol.

Elle claqua des talons et s'en alla, tandis que l'enfant s'agrippait à son bras, une joie non dissimulée dans ses yeux. Apparemment, il avait été adopté.

Et une semaine passa.
Puis un mois.
Puis deux.

Pour le meilleur et pour le pire.

Profil

  • Pseudo : dancing in the starlight ☾ shaol 3622086245
  • Âge : Suffisant.
  • Tu nous as trouvé où ? Via partenariat, il me semble bien !
  • Un autre compte ? Je. Oui.
  • Personnage de l'avatar : A Court of Thorns and Roses ▬ Rhysand
  • As-tu lu le réglement ? Oui.
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom



Alors écoute. Je te pardonne à une condition : je vais t'invoquer et tu seras ma bitch.

Sinon je tue ta vieille dancing in the starlight ☾ shaol 266696654

PS pour Thorin : PREUM'S AHAHAH


dancing in the starlight ☾ shaol LIE
dancing in the starlight ☾ shaol Ensiegclopedie-54abf6c
Bienvenu happy

Mais je crois que tu t'es trompée dans l'orthographe de la faction tu as mal orthographié Ellgard dancing in the starlight ☾ shaol 3622086245
Sieg ─ tu n'oserais pas dancing in the starlight ☾ shaol 2937182982

Thorin ─ Je. dancing in the starlight ☾ shaol 3570137342

Merci à vous deux !
Mon petit... dancing in the starlight ☾ shaol 3622086245



#9900CC
:eury:
dancing in the starlight ☾ shaol 1840142158



De toute beauté dancing in the starlight ☾ shaol 3622086245


code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws
Je viens vous prévenir que la fiche est terminée dancing in the starlight ☾ shaol 697046714
Merci d'avance !



On passe vite te lire dancing in the starlight ☾ shaol 416246685
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé ! *lance des confettis festifs*

TEMPS FORTS ҨEnfin un p'tit Meridion en jeu! On va se mettre bien à la CdC, comme d'habitude dancing in the starlight ☾ shaol 3622086245 Jolie fiche sinon!

REMARQUES Ҩ C'était super émouvant comme histoire dancing in the starlight ☾ shaol 3178308903 Tu t'es arrêtée juste au bon moment aussi, on reste sur notre faim à propos de Shaol et ça donne envie de lire ses aventures inrp!

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !