Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations en cours

what is wrong when right is out of sight - eslbeth

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Aller à la page : 1, 2  Suivant





   
   
   
ELSBETH FULLHELM
IDENTITÉ
RACE ▬ All'Ombra.
AGE ▬ 498 ans
ORIENTATION SEXUELLE ▬ pansexuelle.
SITUATION PERSONNELLE ▬ célibataire.
NATIONALITÉ ▬ Fhaedren était son berceau, elle a ensuite pérégriné çà et là et vit actuellement à Nueva
FACTION ▬ Mages Noirs.
MÉTIER ▬ Conjuratrice; Polymathe; scientifique intermittente et itinérante.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ◉ ○ ○ ○ ○
❯ force ○ ○ ○ ○ ○
❯ endurance ◉ ○ ○ ○ ○
MAGIE
❯ mana ◉ ◉ ◉ ○ ○
❯ puissance ◉ ◉ ◉ ◉ ○
❯ contrôle ◉ ◉ ◉ ○ ○
— Hématomancie —
La sève vermeille est ici élixir aux prouesses subjuguées par des aptitudes qui ont résisté à l'épreuve du temps, une lignée en imprégnant la prochaine, et ce, depuis la première sépulture élevée pour un V’Ornrym. Les millénaires ont ainsi vu les rituels ancestraux faire chorus, trouvant racine dans les sillons et ridules écarlates creusés par ces mêmes mains qui les sculptaient. Magie gourmande, amante à double-tranchant, sa pratique n'est pas sans risques et la folie se profile aux horizons, planant, sombre présage, sur ses adeptes les plus zélés: tourmente, fièvres, cachexie, hallucinations, maux lancinants et même trépas. La prudence est également de mise car ces talents drainent une quantité considérable d'énergie, aussi exemplaire leur maîtrise soit-elle.

ClairvoyanceLe sang parle. Bourgeons carmin fleurissant à la pulpe des doigts, portés à ses lèvres pour y lire l'essence même d'autrui. Messages en suspens, égarés, éclipsés par les occurrences affolées, paroles et serments oubliés. Les envies, les craintes, les désirs, les ambitions, tout un monde latent, chair sensible en pâture aux avides mandibules de son esprit. Et elle les dévore, ces mirages, s'en repaît, frénésie sous une équanimité laborieusement feinte. Infailliblement à la clef, le venin y trace ses chemins, colorant sa vue de javelots ardents, comme pour faire justice, suppliciant ses pensées en y semant délires et psychoses.

Effervescence sanguine Il s’enflamme. Il y a dans les ramures courant sous l’épiderme un fleuve qui ne tarit jamais, du moins tant qu’il est abrité sous cet empyrée de chair. Elle sait en galvaniser les flots par le feu de ses pensées, et par là-même faire chanceler et accabler. Peuvent s'en suivre des séquelles plus ou moins funestes et durables; anévrismes, atrophies artérielles, mort. Un usage bien plus éreintant pour Elsbeth que ne le sont ses autres aptitudes puisqu'elle doit y prêter toute son attention, faisant d'elle une cible commode et vulnérable.

GolemsIl asservit. Au front de la créature de pierre, elle laisse perler son sang et se fait seule arbitre de son destin. Celui-ci est scellé au sien; le golem ainsi assujetti l’assiste en tout point désiré, jusqu’à ce qu’elle n'y renonce et lui restitue son droit à l’errance. La créature se range à ses ordres et obtempère, sorte d’humble et silencieux acolyte qui lui fait également office de portefaix et de protecteur sur les longues distances à parcourir pour renouer avec la civilisation.

PHYSIQUE
Les lustres ont mêlé la teinte de la circonspection aux pigments verts et dorés de ses iris dont les artifices, enchanteurs, tendent à poudrer jusqu’à la plus nocive de ses pensées. La force en est fabulatrice et impénitente, aspirant à charmer pour enliser l’entendement des plus sombres desseins animant la délictueuse. Si à l’envers du décor le tumulte règne en maître incontesté, ces yeux révolus ne sont empreints d’aucune sorte de confession ni de résipiscence et se veulent être fidèles et imperturbables gardiens des dédales de son esprit. Ils n’écorchent en rien la liberté de s’y dérober, ne cherchent aucunement à pourchasser les regards fugitifs, eux-mêmes peu exempts de lâchetés et soucieux de ne pas être à leur tour cibles de représailles désarmantes. 
Pour autrui, ils sont ni plus ni moins que le reflet du monde et de ce qu’ils observent, se déposant sereinement, quoique simples visiteurs éphémères, sur toute chose. Jamais rien ne semble les captiver bien longtemps et lorsqu’enfin le regard suspend sa course minutieuse, c’est le vide qui en est le ravisseur, l’absence se lisant dans les tissus iriens, aussi interdits qu’un océan éteint tandis que sa conscience visite l’ailleurs. 

Les arcs onctueux de ses sourcils et l’ombre exubérante de ses rivages ciliaires dulcifient encore ses traits, les assortissant par moments de bémols las et mélancoliques à l’insu de son regard taciturne. De larges cernes bordent ses prunelles de leur spectre violacé tandis que sa peau est diaphane partout ailleurs. Des mèches éparses de cheveux bruns viennent effleurer les confins graciles et émaciés de son visage avant de se faire fleuve jeté dans l'estuaire chétif de ses omoplates. Parfois elle les relève en chignons hâtifs ou sophistiqués selon les circonstances, le drapé de ses vêtements dévoilant des bribes de sa nuque et de son dos.

Aux yeux des rues, places et autres lieux fourmillant de regards, l’allure se fait aussi humble que sa haute taille le lui permet, sous d’amples pèlerines et capuches bien souvent relevées. Celles-ci ne laissent paraître que de minces lèvres qu’on trouvera réduites en charpie si l’on y regarde de plus près. Les dents s’en font une lice et en arrachent des lambeaux tout entiers. L’agrume est écorché vif, la pulpe, éventrée. Autant de témoins d’une véhémence que le regard s’évertue pourtant à contenir. Économe en sourires, ceux-ci sont davantage manifestés par ses yeux que par ses lèvres éraflées. Et lorsqu’ils se traduisent effectivement par un haussement des commissures de ses lèvres, ils restent équivoques et chargés de mystère, alarmants presque. 

Quant à ses mains, elles pourraient tout autant avoir été baignées dans les eaux glaciales d’un lac gelé lorsque, vous effleurant, elles glacent votre peau. Ses veines, d’un bleu incisif, courent sous la membrane de minces poignets parfois sertis de bracelets délicats. Elsbeth n’est d’ailleurs pas insensible à l’attrait des bijoux, se parant elle-même les cheveux de cercles, quoique discrets, d’or ou d’argent, et de jolies chaînes de main qui apportent un semblant de couleur à une peau trop pâle pour être qualifiée d’enviable. 

La démarche est légère, et elle semble si fluette lorsqu’elle foule les distances, que ce soit en selle ou à pieds, aux côtés de son compagnon de pierre. Pourtant, lorsque ses traits sont découverts, on lui trouvera un port de tête altier, son menton lui conférant un air de noblesse qu’on pourrait bien assimiler à de l’orgueil sans craindre de la calomnier.
CARACTERE
Elle semble suivre la discipline comme une bonne étoile dans chaque chose qu’elle entreprend. Méthodique et attentive en ses gestes comme en ses paroles, elle parvient à saisir les filaments de la confiance en feignant la froideur et la neutralité, la rigoureuse et scientifique application des protocoles. Le temps lui a appris que les passions effraient plus qu’elles n’apaisent. Elle brode donc les mensonges par omission pour maquiller ses frénésies sans aucune forme de repentance lorsque cela lui est propice ou inéluctable. Sa voix claire se fait porteuse d’énigmes concises, de paroles sibyllines et évasives, et s’applique à ne rien révéler qui ne soit strictement nécessaire. C’est un rude hiver qui sévit en ses dires et en ses actions. Insensible et exigeante, la bienveillance et la compassion ne sont en elle aucunement cousues, n’y ayant jamais séjourné bien longtemps. Les seuls remords qu’elle éprouve sont envers les deux êtres qui lui ont tout donné et à qui elle a tout dérobé. 



Difficile alors de croire en l’enfer qui se consume derrière le voile morose de ses yeux et en dépit de son apparente sérénité. La raison et la folie lui sont en rapport intime l’une avec l’autre, toutes deux effleurant de leurs lèvres létales son front fiévreux, geôlières et rédemptrices faisant peu de cas de ses protestations silencieuses. Qu’elles aient été instillées en elle par son essence ou bien par son existence, sous ces traits austères et maniérés elles font d’elle une infusion d’amertume et de lypémanie, enfiellant peu à peu ses états d’âme. Elle les adule, pourtant, de tout son être, aussi opiniâtres et despotes soient-elles, leurs lames redoutables crucifiant les minces fils de sa destinée. Elle les dresse en idoles, serait bien en peine de se passer de la première et de renoncer aux sources de l’autre; cristaux qu’elle convoite et fruits de sa propre magie.

Son zèle et son égarement seraient assez pesants pour que l’on puisse la surprendre à creuser son sein, déchirant la peau, brisant ses côtes, à la recherche de son propre palpitant. L’on pourrait tisser une toile de ses apnées sentimentales; on l’y verrait trafiquer un feu fervent derrière vos vertèbres, s’amarrer à vos omoplates tel un voilier sinistré, déposer et border ses songes sanglants au creux de vos clavicules, si cela ne revenait à calquer sa mort sur la vôtre. On la sertirait d’un halo qu’elle répudierait aussitôt, peu soucieuse d’obtenir le pardon qu’elle-même, quoique peur vindicative, se refuse à accorder à quiconque lui cause du tort. 

Elsbeth se plairait à avancer que plus rien ne l’étonne ou n’attise sa convoitise, la vérité étant que des années d’isolement l’ont privée de bien des charmes et merveilles, que sa curiosité n’est en rien assouvie. Les bras ballants, grisée par la vie lorsqu’elle s’irise sous ses yeux sculptés pour l’aimer, elle et l’empyrée. Également ivre de ces mêmes pouvoirs qui l’enveniment, les doigts et ongles effilés de sa psyché, rongés par le désir, agrippent âprement l’objet de son caprice; chair, métal précieux, magie, avarice. Ils les lacèrent pour en choyer la gueule béante qu’est son envie, fournaise délirante dont ils attisent les braises. Voilà toute une gravité sidérale pesant sur une silhouette pourtant fluette et insignifiante, a priori peu apte à lui faire front et avançant, à pas qui se veulent tranquilles, vers sa propre perdition.

Si les anciens dieux bénéficient d’une part de sa créance, elle n’est véritablement dévote qu’envers les mânes de ses ancêtres, à qui elle doit ses aptitudes magiques. Elle se défie en outre des nouvelles déités qui, à ses yeux, usurpent leurs prédécesseurs et abusent de la crédulité des mortels pour leur propre et unique lucre.
HISTOIRE
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Kermit/Maudus.
AGE ▬ 20 ans.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ yé sé plou. Je crois bien que c'est via l'annuaire forumactif
UN AUTRE COMPTE ▬ nono.
LES PERSONNAGES DE TON AVATAR ▬ ChrisKimArt ▬ OC
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Pour sûr.
Bienvenue!!

_________________
       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
codage par LaxBilly
Merci beaucoup Zephyr!!
Oh hey bienvenue toi ♫ je stalkais je me demandais si t'allais faire androide ou l'autre

mais que c'est cool une all'ombra du coté des mages noirs, je veux la suite
Et goude luque pour ta fiche
Hahahaaa! Le pire c'est que l'idée de faire un androïde m'est toujours très alléchante je-
Merci beaucoup pour ces gentils mots en tout cas ♥
Bienvenue !
Très heureux que tu te sois inscrite comme déjà dis chez les invités !
Pressé de voir ce que tu vas nous faire avec ton all'ombra mage noir !

_________________
Merci beaucoup (et encore) à toi !
J'espère que ma fiche te plaira ♥
Oh là là le début est sexy !

Hâte de voir la suite. En tout cas bienvenue et bonne rédaction !

_________________

#667A9C #F1AB6B
Bienvenue parmi nous o/
Joli vava
Joli choix de musique
Un nouveau membre chez les mages noirs c'est cool
Merci à tous les deux, c'est trop gentil ce que vous dites, MISÈRE!
Bienvenue à toi mage noir !

Bon courage pour ta fiche, qui annonce du lourd ma foi °°

_________________
Hey l'ami, la route a été longue, pas vrai ?
Viens donc t'asseoir un peu, non loin du feu, et repose toi.
L'hiver est rude et la nuit va nous durer encore longtemps.
Mais n'ai crainte, nous occuperons le temps à discuter calmement.
Nous sommes de vieilles connaissances, rien ne presse.
Prends le temps. Allège ton cœur et révèle ton âme.
Apprends moi ton histoire.
    Bienvenue parmi nous! Une magie du sang, j'adore ça, un de mes personnages en avait une autrefois hâte de voir ta fiche terminée!
Magie du sang hein J’attendais avec impatience de voir ta fiche débarquée, tu Dieu quel personnage classe ! J’ai bien hâte d’en lire la suite, et je bave sur ton avatar !

Bon courage pour la suite ❤

_________________

MAIS Bon sang vous me faites fondre je-
Merci beaucoup à tous les trois
Bienvenue sur le forum. Ta présentation et ses couleurs sont forte plaisantes aux yeux. J'attends de pouvoir lire la suite avec impatience.

_________________
Syanna murmure en CadetBlue.
Bienvenue miss ! Content de voir une nouvelle dans notre camp Par contre, attention, aucune force et aucune endurance, la pauvre, elle va faire un mouvement qu'elle va déjà cracher ses poumons

En tout cas fiche très intéressante :)
Aww merci beaucoup vous deux ! ♥ J'espère que ce sera à la hauteur de vos attentes
Elemiah; la force et l'endurance c'est pour les faibles ok? Tu as raison, j'ai un petit peu rattrapé le coup, j'ai pas envie qu'Elsbeth soit reniée de sa faction parce qu'elle est une larve sur pattes
Jamais tu ne seras reniée des mages noirs tant que ta fidélité est absolue

La propagande étant faite, bienvenue à toi