Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations en cours

Son père humain. [TERMINÉE]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Kalatelrina Kalem

Mage noir - Enseignant en histoire antique

Identité

  • Race principale : All'ombra
  • Race secondaire : Humain
  • Âge : 464 printemps
  • Orientation sexuelle : Bisexuel, cependant, manque d'intérêt pour les relations sexuelles depuis quelques décennies déjà.
  • Situation personnelle : Célibataire
  • Nationalité : Maerien

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Compétences [2/3 slots]

Volonté de la mère : Cette magie héréditaire et venant de la mère est unique en son genre. Cette dernière est un héritage spirituel de la génitrice jamais plus revu depuis l'accouchement et qui s'est développée au fil de la croissance du croisé. On peut dire qu'elle a atteint une sorte d'apogée depuis maintenant une centaine d'années et n'évolue plus, du moins pour le moment. Sa particularité est sa manifestation qui se fait de manière impromptue la plupart du temps ou bien le contrôle exemplaire nécessaire afin de manifester les effets de cette magie. Elle consiste majoritairement en des effets protecteurs.

RÉGÉNÉRATION SPONTANÉE :
Découlant de la "Volonté de la mère" et se manifestant assez fréquemment, cette compétence magique consiste en la recomposition méthodique des tissus et des cellules épithéliales. Il en résulte une régénération des tissus accrue et des signes de vieillesse inexistants. Le phénomène est toutefois lent -une blessure ne guérira donc pas en une minute mais en une semaine au lieu de deux- et n'altère pas l’espérance de vie de Kalem. |Espérance de vie = ~ 540 ans|

SECONDE PEAU :
Découlant de la "Volonté de la mère" et se produisant une à deux fois par jour, cette compétence magique consiste en la création d'un bouclier fin et transparent se confondant avec la peau. Sa texture se comporte tel un liquide non-newtonien. La seconde peau a cependant des défauts et est parsemée de zone d'inconsistance, laissant la peau à découvert. Son effet dure de façon aléatoire mais la variable temps est contenue dans l'intervalle 10 à 30 minutes en moyenne.

Physique

Il est dit qu'il existe un temps pour tout : un seul pour naître, un unique pour être jeune, un exclusif pour flétrir et un ultime pour pourrir. Certains sont exempt de cette règle immémorial, non pas un ni une, plusieurs, quelques. Avant l'attente du corps, la croissance a eu lieu et puis désormais, plus rien. La stabilité de l'être, la jeunesse éternelle, mais l'approche certaine de la mort à petit feu, nul est immortel parmi les mortels. La sensation du cœur ayant de plus en plus de mal à battre, des muscles qui se flétrissent et de l'endurance qui se perd, mais, a contrario, le sentiment que son âme devient plus grande et que les liens spirituels se renforcent.  
Le gras et le muscle qui disparaissent au fil des années font apparaître un corps de vieillard sans rides à l'échine légèrement courbée vers l'avant.
Lors des jours pluvieux, une canne confirme les signes avant-coureur de la mort attendant sa tâche.

Un teint pâle, des nuances de mana et de cristaux au sein du pelage bref. Une peau changeante, une seconde sèche puis la seconde suivante : visqueuse, collante, impénétrable, pour finalement se dissoudre de la même façon que les All'ombra fuyant dans la forêt, refuge de la mère.
Fumée éthérée qui rappelle l'origine de l'être.
Les traits sont fins, toujours jeunes, les yeux sont farceurs, charmeurs, mensongers, ils sont gardiens de mille expressions pour chacune des émotions du vivant.
Le sourire s'étend sur les lèvres pulpeuses et dévoile parfois des dents d'une blancheur de nouveau-né venant de téter le sein de sa nourrice.
Le nez droit est porteur d'une conviction sans vergogne, toujours la même depuis des siècles.

Caractère

Il est connu de tous que l'homme est avide et que l'All'ombra est sage. Un enfant n'est pas forcément l'exacte moitié de chacun de ses parents même si dans certains cas, le mixte père/mère est le parfait résultat de la conception. Dans ce cas-ci, le croisé sera sage et avide.

Avide de connaissances, avide de revoir son père, avide de cristaux, avide de temps, avide d'aventures, avide d'émotions, de pulsions, d'amour, d'âme sœur jamais trouvé.
Avide d'oublie, avide de larmes qui ne coule plus, avide d'une colère qui n'est plus alimentée depuis des siècles, avide de promesse concrétisée, avide de la folie des hommes.
Avide de sa propre folie.

Malgré ce défaut qui pousserait n'importe qui à la vie limitée à faire des choses incroyables, la progéniture n'en ferra rien. Elle s'abreuvera de connaissances à foison, les redistribuera à qui veut l'entendre et attendra son heure dans sa librairie ou sa salle d'étude au fond du magasin telle une bête attendant son repas. Elle analysera les affluents de là où il se trouve et collectera ses désirs petit à petit.

À ces caractéristiques s'ajoutent quelques petits plus qui sont soit héréditaires soit purement exclusif à la nouvelle génération telle que les yeux et les expressions variés du père qui permette de manipuler ou de mentir sans grand mal sans que ce soit une chose dont elle usera expressément qu'elle soit au courant ou non de ses dons en matière de faire transparaître des émotions sur son visage. À ceci s'ajoute l'entraînement d'une vie si longue, tel que savoir se débrouiller vis-à-vis de tels ou tels aléas de la vie. La curiosité sera bien évidemment quelque chose d'inné que la mère lui aura transmis sans que l'un ou l'autre parti le sache. On parle plutôt ici d'une évidence génétique dû à la race. Il faut bien comprendre que mêmes si les humains sont avides et les All'ombras sages, ils possèdent d'autres caractéristiques variés qui se retrouveront à certains moments chez l'enfant engendrés par une femme et un homme.

Histoire

Fhaedren en -48 avant l'an 0

Le père est un jeune homme de seize années, c'est un humain comme on en verrait tant dans les tréfonds de la campagne, ressemblant à tous ceux de sa classe sociale. Il possède une pilosité naissante au-dessus de ses lèvres rougeâtres d'enfant un peu trop grand pour câliner sa mère. La pauvreté lui a fait don de traits marquant les os de ses pommettes ainsi que ceux de sa mâchoire. Son corps n'est ni grand ni petit et est comparable à celui de son paternel travaillant dans les champs. Celui même l'ayant engagé depuis trois années afin de l'aider à nourrir ses nombreux frères et sœurs plus jeunes que lui, l’aîné. La famille vit dans un village aux bordures du royaume, non loin de l'océan. Il s'apprête à partir, seul, vers la capitale.
La grande question de sa famille et de son père fut le simple mot barbare : "Pourquoi ?"
Il en résulta une pensée profonde et longue que les parents n'eurent pas le temps d'écouter. Le temps était primordial ici-bas, grand bien lui fasse de partir, à ce fils infidèle, ils avaient autre chose à faire. La vérité toute trouvée est la suivante : quelques jours auparavant, un soldat de la capitale était venu dans l'espoir de quelques engagements militaires afin d'agrandir les rangs de l'armée. Certains jeunes ingrats étaient partis avec celui-ci, mais l'adolescent était resté en proie à de mures réflexions.

C'est ainsi que de fil en aiguille, le fils et futur père marcha ou voyagea en calèche grâce aux petits cristaux que ses parents lui avaient donné en partant. Ça traînait sur un meuble, personne ne pouvait s'en servir, mais ça se vendait bien en dehors du village alors "ça tombe bien" qu'ils avaient dit en se débarrassant de l'un et de l'autre, du fils et du caillou. "Ça tombe bien", qu'ils avaient dit et répété sûrement tout bas après avoir observé leur enfant aller au bout du chemin après lequel on ne verrait plus la silhouette ingrate, celle qui ne voulait plus travailler, mais celle qui n'était plus à nourrir avec les dures patates ramassées.
C'est vrai qu'ils étaient utiles, ces petits cailloux qui ne servaient à rien entre ses mains, ils payaient la calèche, l'auberge, le repas. Et c'est ainsi que jour après jour, il parcourait les kilomètres le séparant de la ville de la majesté le roi. Il traversait tel ou tel fief et retrouvait toujours les mêmes personnes lui rappelant sa famille. Quand il était questionné, le fait qu'il allait rejoindre l'armée lui permettait de traverser le royaume sans trop d'accroches. Après tout, qui oserait barrer la route à un serviteur de l'Etat ? Malgré ce prétexte, il lui était arrivé de tomber sur tel ou untel con et la course à travers la forêt était inévitable.  

C'est d'ailleurs lors d'un de ces moments pittoresque que le père rencontra sa destinée, la mère. Ou alors fusse plutôt le contraire puisque dès que le regard des deux êtres fut prononcé, la femme éthérée tomba dans un profond et unique amour comme les All'ombra en connaisse qu'un au long de leurs vies. Peut-être le jeune homme ne le savait pas, peut-être que la nature même de l'humain est celle de n'avoir aucune barrière et aucun lien qui ne peut se défaire, peut-être aussi que le destin est un lien qui ne se défait pas et que le destin de ces deux individus à l'espérance de vie différente n'était que de passer un bref moment ensemble. Cette fois-ci, un simple regard, un simple jugement de l'un et de l'autre, un signe de tête en guise de bonjour et une reprise de la course. Il ne savait pas, mais elle, si. Elle savait qu'il était un homme et qu'ils se reverraient, car dès qu'elle avait vu les yeux malins et charmeur, elle était tombé amoureuse, c'était lui, l'âme sœur à qui elle donnerait sa vie.  

1 ans plus tard

Et ils se revirent. Enfin, après l'attente interminable de la femme qui en rêvait chaque nuit, qui lisait et imaginait des scènes d'amour avec le jeune homme qui partageait la jeunesse qu'elle possédait du haut de sa centaine d'années. Le garçon quant à lui était devenue un soldat auquel une mission avait été confié à lui et son groupuscule. Il devait mener des recherches sur une population d'All'ombra, des êtres fort discret, intelligent et vivant depuis des siècles pour certains dont il n'avait même idée de l’existence jusqu'à maintenant. Ils étaient apparemment une race très curieuse qui passait le plus clair de son temps à s’abreuver de connaissances, ce qui pouvait être très intéressant en ce qui concerne l'étude des cristaux par le royaume de Fhaedren. Le but de l'ouvrage des guerriers partis pour l'occasion à la campagne n'était pas de les forcer, mais de rester dans le fief du seigneur où ils étaient logés afin de les approcher et d'apprendre à les connaître, voir de les amadouer si l'occasion s'en présentait. L'échec était permis, la récolte d'informations était prioritaire au reste. Et puis fut le moment.
- Tu me reconnais ? demandait la fille aux cheveux noir de jais, au teint pâle et aux membres vaporeux.
Nul n'est sûr de la réponse, toujours est-il qu'il dut la trouver d'une beauté non-contestable puisque même ses yeux apportaient un sourire charmeur.
[...]

Des moments d'amour et une mise à bas après, le père fêtant ses dix-huit années se vit remettre un enfant qu'il allait devoir élever seul. Sa femme ne voulait, comme ses compatriotes, rejoindre la capitale humaine. Le départ était imminent, ils avaient reçu de nouvelles instructions. Celles de revenir, car l'étude des All'ombra avait assez duré et les résultats étaient suffisants pour le moment. Personne ne sait encore si la mère concluait cette fois-ci une nouvelle fois à une future rencontre et si elle espérerait pour un siècle ou si elle s'était laissé mourir dans les bras de sa propre mère en regardant les deux êtres de sa vie partir. C'était elle qui avait choisi le prénom de l'enfant : Kalem.
On aurait pu se demander pourquoi elle n'avait pas simplement suivi ceux qu'elle aimait, jugeait-elle que c'était son destin ? Ou bien était-elle restée pour fuir les humains avec sa patrie lorsqu'ils les attaquèrent en clamant de les accompagner sans faire de scandales afin d'abreuver les connaissances du Royaume. Peut-être que tout était question de destin et de secret bien gardé, de paroles qu'il ne fallait pas dire, de pressentiment envers la race humaine. L'amour était chose faite, désormais, gardons nous loin l'un de l'autre, ne soyons pas triste tout les deux lorsque ta fin approchera et que je resterais. Et enfin, vis ta vie.

An -1

Le père était devenu fou. Il promettait de retrouver l'amour perdu, d'avoir l'éternité pour le faire, de bientôt devenir immortel grâce aux cristaux, aux merveilles dont les fous se débarrassent, tels ses parents. Il insultait ceux-ci morts depuis longtemps et il criait sur son fils d'une quarantaine d'années qui avait encore l'apparence d'un adolescent.
- Tu me rappelles ta mère, mais tu n'es qu'une copie ignoble !
- C'est à cause de toi que je suis plein d'entraves et que je ne peux rien faire !
- Tu as gâché ma jeunesse et ma vie !
Et d'autres encore, mais pourtant, comme enchaîné à cette chaise et à la maison, on pouvait voir les pieds qui marquaient la poussière de la maison. Tous les soirs, les insultes fusaient et attaquaient hardiment, mais pourtant les sentiments restaient les mêmes malgré les larmes. L'amour et l'espoir dominaient lorsque le bilan de la journée était fait avant le repos réparateur.
Puis vient les coups qui faisaient de plus en plus de bleus au fil que la folie progressait, et ce fut le déclic, le moment où vient la pensée suivante : "Ma mort est proche si je ne fuis pas".
Tout comme la mère et le père avant lui, la progéniture courra avec des cristaux de malheur qui avaient coûté la santé mentale à des milliers d'hommes et de femmes de toutes races.
Et la course effrénée se termina en dehors du Royaume quand l'accident de l'humain avide eut lieu.
"PAPA !!"

Profil

  • Pseudo : /
  • Âge : 18 ans
  • Tu nous as trouvé où ? Top site
  • Un autre compte ? Pas pour l'instant
  • Personnage de l'avatar : Tower of god ▬ Koon Aguero Agnis
  • As-tu lu le réglement ? Oui
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom
Bienvenue coupain à moitié All'ombra **
Bienvenue parmi nous :D
Par contre, attention, tu as un point de trop dans tes points de caractéristiques, c'est 12 points (pour ta race, 2 points sont déjà attribués et donc, il t'en reste 10 a redistribuer)

Bon courage pour ta fiche o/
    Un prof! Bienvenue parmi nous
Merci à vous trois !
Oui, dans ma tête ça faisait douze, merci de m'avoir prévenu !
Bienvenue parmi nous et bon courage pour le reste de ta fiche :3 Je trouve ta magie très intéressante !

_________________

Bienvenue parmi nous :) Je trouve ton personnage très intéressant !
Merci à vous deux, j'entame ma fiche petit à petit pour vite venir RP avec mon petit prof !
EDIT : Voilà qui est fait !
    Le staff passe vite te lire

_________________