Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Civils

KRYOS - Oracle des Abysses

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
KRYOS AGATHON
IDENTITÉ
RACE ▬ Triton croisé all'ombra.
AGE ▬ Inconnu.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Sans étiquette.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Seul.
NATIONALITÉ ▬ Atlante.
FACTION ▬ Civil
MÉTIER ▬ Oracle d'Aquaros - Beau parleur - Mystficateur - Conteur de légendes - Poète épicurien.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ● ○ ○ ○ ○
❯ force ● ○ ○ ○ ○
❯ endurance ● ○ ○ ○ ○
MAGIE
❯ mana ● ● ● ○ ○
❯ puissance ● ● ● ○ ○
❯ contrôle ● ● ● ● ○
TRANSPORTS DE L'ÂME
La magie de Kryos est très liée à l'essence des êtres vivants, à leurs émotions, aux traces qu'ils laissent ici et là et à la force des sentiments qu'ils dégagent. Il est à mi chemin entre l'influence de l'esprit et celle du cœur et sa nature de croisé triton-all'ombra n'y est probablement pas pour rien. De par son impact sur les autres et la façon dont elle peut altérer les comportements, ce pouvoir peut dévoiler une emprise terrifiante sur le libre arbitre d'autrui car il change les autres sur le long terme et finit par les façonner en un quelque chose de différent. Un outil de choix pour un mystificateur, mais qui demande néanmoins beaucoup de contrôle et de subtilité, sous peine de prendre le risque de briser le charme ou de se perdre soi-même dans les affres de l'âme humaine.

 ❯ EMPATHIE ▬ Kryos possède une faculté innée à ressentir les émotions d'autrui, qui s'est naturellement développée depuis sa jeune adolescence. Elle lui ouvre un univers inaccessible aux autres et dont ils sont pourtant le cœur. Il a une facilité accrue à comprendre les personnes et les sentiments qui les habitent, leurs motivations, les élans qui agitent leurs esprits et les influences subtiles qui affectent leurs comportements sans qu'eux-mêmes n'en aient parfois conscience. Ce n'est pas toujours évident ni simple à comprendre mais, avec un peu d'attention, il peut aisément deviner les faux-semblants, les espoirs, les détours et tous ces mécanismes invisibles du comportement. Cela ne le rend pas devin et ne garantit en rien une déduction sans failles car s'il peut connaître l'état d'esprit des gens cela ne lui indique pas ce qu'ils pensent, mais il vit avec depuis si longtemps que c'en est presque un sixième sens chez lui.

À vrai dire, cette faculté est active en permanence et s'est longtemps avérée être un fléau pour le triton. Il ne lui a pas fallu apprendre à la développer mais plutôt à l'inhiber. S'il possède un grand contrôle dessus c'est avant tout à cause du fait que ça lui a longtemps été un enfer. Il se restreint en permanence afin de ne pas être une éponge et de ne pas se perdre dans les sentiments des autres. Il lui est néanmoins difficile de s'en prémunir sur de longues périodes de temps car, à force, cela effrite sa volonté. Il lui est donc impératif de s'isoler régulièrement pour bénéficier d'un espace non pollué par les autres afin d'évacuer ces résidus pour se purifier l'âme. D'avoir en quelque sorte des moments de repos spirituel. Autrement, il devient de plus en plus vulnérable et perméable à leur influence et finit par se laisser dominer par les élans empathiques étrangers qu'il capte sans savoir s'ils viennent de lui ou des autres, le laissant dans une confusion difficile à rationaliser. À terme il peut facilement perdre pied pendant des durées indéterminées dont il lui est difficile de sortir et c'est une perspective qui l'angoisse réellement.

Les foules agitées sont difficile à supporter pour Kryos, surtout quand elle sont unies à travers un même sentiment. De plus, cette sensibilité empathique est exacerbée par le contact physique et demande alors un peu plus de concentration pour s'en prémunir. Les technogènes synthétiques, quant à eux, échappent à priori presque tous à cette perception.

  ❯ PSYCHOMÉTRIE ▬ Là où les gens passent, dans ce qu'ils peignent, sculptent, chérissent, détestent, touchent, ils laissent toujours une petite partie d'eux, à plus forte raison si cela ne les laisse pas indifférents. Ces fragments, Kryos peut les percevoir et y plonger son esprit. Cette faculté lui permet de lire le passé des lieux, objets et même des êtres vivants. Toutefois, ce n'est pas aussi simple que d'ouvrir un livre et d'en tourner les pages pour y lire ce qui est écrit. Si remonter quelques heures voire quelques jours en arrière n'est pas trop difficile et lui permet d'avoir une vision claire de ce qu'il s'est passé, au-delà cela s'affadit et disparaît et il doit s'impliquer avec plus de concentration et d'efforts. Il doit s'imprégner des résidus laissés à l'endroit ou sur l'objet en question, les ressentir, et plus ceux-ci ont accueilli des éléments spirituellement puissants et plus cela lui est facile de les accrocher. Les évènements très forts émotionnellement peuvent persister très longtemps selon leur ampleur et resteront plus ou moins lisibles en fonction. Par exemple, un lieu où il y a eu un massacre horrible permettra de revivre très longtemps la scène, un temple pourra résonner de résidus de prières et d'espoir, une arme du crime retenir la signature de sa victime et de son meurtrier pendant quelques semaines, une sculpture rester imprégnée des traces de l'inspiration de son auteur, etc... La netteté de la chose dépend de nombreux facteurs comme par exemple le temps passé depuis l'évènement, si les lieux ont été pollués par d'autres émotions, la complexité de celles-ci ou le temps que passe Kryos à se concentrer. Ça ne fonctionne pas toujours comme une vision mais peut être une suite de sensations ou d'intuitions lui donnant des indices.

S'il est facile de déterminer presque tout de suite un sentiment très fort attaché à un lieu ou objet, il faut souvent plusieurs minutes pour se familiariser avec. Pour connaître quelque chose de façon intime et infaillible il faut même plusieurs heures voire plusieurs jours ou semaines d'exploration dans le cas de lieux assez grands et chargés d'histoire. Par conséquent cette faculté fonctionne très peu ou très mal sur tout ce qui n'a jamais eu d'importance aux yeux des gens, sur les objets banals, sur les personnes extrêmement détachées et maîtresses d'elles-mêmes ou sur, à priori, la quasi totalité des technogènes synthétiques.

Sur les êtres vivants, cela fonctionne de façon un peu différente. Plus un être est émotionnellement complexe et plus cela rendra la chose difficile. De fait, les plantes et les animaux les plus primitifs ne laissent presque pas de traces. Toutefois, les animaux avec un niveau de conscience plus élevé et les humanoïdes sont des ensembles très complexes de sentiments actifs qui perturbent la lecture psychométrique. Lire un être agité ou sous le coup d'une émotion forte rend donc la chose difficile. De plus, si une analyse rapide permet d'obtenir des informations sommaires, du temps et du calme sont nécessaires pour établir une véritable lecture. Chaque être est différent et possède sa propre signature, influencée par son état d'esprit du moment. Plus Kryos est proche d'une personne, plus il la connaît depuis longtemps et plus il lui sera aisé de reconnaître cette signature et d'y naviguer. Il peut ainsi percevoir les évènements forts qui ont marqué une personne ou qui ont une signification particulière pour elle. Évoquer ces moments et se les remémorer rend le processus plus facile pour Kryos. De plus, posséder un morceau d'une personne - mèche de cheveux, fiole de sang par exemple - ou un objet fétiche qui l'accompagne depuis longtemps et auquel elle est est attachée comme à la prunelle de ses yeux permet même à Kryos d'établir un lien psychométrique avec elle, ce qui lui permet d'agir sur elle avec une distance bien plus importante. De tels fétiches sont toutefois rares, ce sont des objets qui doivent cristalliser l'essence de la personne comme par exemple l'alliance d'un amour perdu et douloureusement regretté.

Bien sûr, cette faculté nécessite d'être sur les lieux, au contact des objets ou dans une proximité immédiate des personnes, même si le contact physique rend la chose bien plus efficace. Elle n'est pas non plus sans danger et s'imprégner trop profondément dans des moments puissants du passé peut avoir des effets néfastes sur Kryos, allant de l'affaiblissement mental à l'évanouissement, en passant par la possession empathique, persuadé qu'il est de revivre certaines choses, voire d'en être l'acteur. Ce genre de transes peuvent être très dommageables, surtout s'il lit des signatures dangereuses comme celles d'un meurtrier ou d'un suicidé par exemple.

  ❯ FASCINATION INCANDESCENTE ▬ Peut-être la plus pernicieuse et terrifiante des influences que Kryos peut exercer sur la psyché des autres. La plus dangereuse, également. Il peut mêler le charisme envoûtant qui se dégage de sa part triton à l'occulte de son héritage all'ombra pour les amplifier. Ce faisant, il rayonne alors un halo surnaturel invisible qui suscite une fascination irrationnelle dans l'esprit et le cœur des autres. Usée de façon ténue et subtile, cette aura l'entoure d'un léger voile de mystère intriguant. Une curiosité suffisante pour provoquer l'intérêt, le désir ou attirer l'attention et se faire écouter. Usée de façon plus forte, c'est un envoûtement de l'esprit qui subjugue de plus en plus inconsciemment la psyché. Un beau terrifiant mais exaltant qu'il disperse et attise, qui en devient presque obsessionnel et douloureux. Ça n'est en aucun cas un contrôle mais plus une sorte d'hypnose, comme une flamme attirerait un papillon par sa lumière. À pleine puissance, cette fascination peut brûler l'esprit de la personne qui la subit, comme si ce qu'elle avait vu était inconcevable et tenait plus de l'inhumain que du mortel. Une sorte de féérie monstrueuse dont l'esprit ne peut concevoir l'existence et qui provoque alors une peur absurde menaçant de conduire à la folie.

Bien sûr, un individu avec une forte volonté ou résistance psychique magique pourra opposer une résistance à cet effet, de même que pousser cette faculté à son maximum demande un effort magique important et ne rend normalement pas aliéné pour toujours. C'est une vision traumatisante mais dont on peu se remettre avec un peu de temps. Aussi, ne pas regarder Kryos permet de mieux résister à cette force, mais il est bien plus intelligent de s'en servir de façon parcimonieuse pour induire une influence inconsciente qui ne se remarque pas. Bien modulée, cette aura instille quelque chose entre le désir et la crainte, mais les effets exacts dépendent avant tout et surtout de qui les subit et le triton ne les contrôle pas vraiment : cela peut aller de l'obsession à la révérence en passant par la jalousie ou l'angoisse. Il ne peut qu'orienter la chose et c'est ce qui peut la rendre très dangereuse. Provoquer une folie terrifiante dans une foule ou le désir compulsif de s'approprier Kryos mènerait probablement à des débordements excessifs en tous genres, menaçant son intégrité physique et mentale.
PHYSIQUE
L’éclat d’argent d’une chevelure atypique composée de quelques mèches sauvages qui accrochent la lumière, le teint mat de ceux qui paressent, indolents, au rythme lancinant des vagues sous le soleil des plages tranquilles de Nueva. Le moins que l’on puisse dire c’est que Kryos est facilement reconnaissable, même par ceux qui ne l’ont jamais vu. Il attire l’œil et se fait remarquer,  doté du charisme subtil et chatoyant propre à son peuple avec, peut-être, l’once d’un quelque chose d’un peu plus ombrageux. Une fierté farouche et charnelle qui se dégage de ses gestes, de cette façon abrupte qu’il a d’accrocher les autres de son regard et de leur sourire avec une insouciance indocile et charmeuse. Ses yeux sont d’un gris ténu, pâle, avec le reflet fade d’un bleu presque invisible. D’une taille moyenne, il dispose d’une corpulence légèrement étoffée mais qui témoigne de l’agilité de ceux habitués à fendre les flots. C’est le corps d’un nageur ou d’un danseur qui toujours explorerait les espaces insondables des profondeurs. Son apparence est celle d’un jeune adulte, plein de la fougue énergique des gens de son âge. Et pourtant, quelques fois, l’éclat nébuleux d’une langueur fugitive semble habiter son regard. Un trouble distant et bien trop profond pour ne pas laisser deviner les contours de mystères trop denses pour une vie si jeune.

Sous sa forme de triton, ses jambes laissent place à une formidable queue de poisson à partir du bassin, qui le fait passer d’un mètre soixante-quinze à presque deux mètres quarante. Compacte et effilée, elle possède une livrée d’écailles d’un bleu nuit dont les reflets scintillent parfois d’éclats vaguement pourpres. Une paire de nageoires pelviennes de taille moyenne est située là où auraient dû se trouver ses cuisses et l’opercule discret dissimulant des branchies peut s’ouvrir ou se fermer sur ses flancs, à l’endroit des côtes. Cette forme reste bien évidemment adaptée à la vie sous-marine et Kryos peut respirer dans l’eau douce ou salée, percevoir les mouvements d’eau proches et dispose d’une résistance accrue au froid et à la pression.

Il est de plus possible de noter, avec un examen attentif, que le corps de Kryos montre les signes du passage du temps. Des cicatrices, ici et là, discrètes et presque disparues avec l'âge pour la plupart, mais qui témoignent d'une longue vie ou d'épisodes intenses de celle-ci. Sur l'une de ses épaules peut se voir la cicatrice d'une brûlure vilaine mais passée, tâche indélébile qu'il s'est infligée pour faire disparaître les marques honnies de ses appartenances successives à quelqu'un d'autre.
CARACTERE
Méfiez-vous car sous ses apparences d'insouciance bienveillante et l'allure d'une jeunesse innocente, Kryos est un véritable parasite social et émotionnel. Un ver qui s'accroche et absorbe, ronge et obnubile. Un prédateur qui use d'audace et de mystère, dans le jeu terrible et destructeur des faux semblants et des apparences, des mensonges et de la domination. C'est un individu extrêmement égoïste, qui fait rarement quelque chose pour les autres gratuitement si cela ne sert pas ses propres intérêts. Il agit pour son bénéfice et conserve, en son fort intérieur, le détachement immobile de ceux qui regardent les autres s'agiter ou se débattre avec conviction. Sa capacité à ressentir les émotions des autres est une menace constante qu'il se doit de réprimer s'il ne veut devenir une éponge aux contact de ceux qui l'entourent, afin de conserver son âme vierge et nue de toute perturbation étrangère. Très doué pour percevoir, mentir et manipuler, il est capable de mettre en œuvre des trésors de patience et de subtilité pour façonner l'esprit de ses victimes. Jour après jour, creusant chaque fois un peu plus dans l'esprit de ceux qu'il a pour cible, afin de se nourrir de la substance qui fait ce qu'ils sont.

Il dévore les gens, Kryos, et si on le laisse faire il ne reste à la fin plus qu'une carcasse crispée et pleine du trouble de ceux dont l'esprit a touché quelque chose de brûlant. Et s'il faut trouver une raison à ce comportement, peut-être vous dirait-il qu'il le fait simplement car il le peut. La réalité est un peu différente et c'est en partie sa façon de combler les souffrances causées par son empathie extrême. Il a horreur d'être seul, d'être ignoré, d'être rejeté au ban d'une société qui peut vivre sans lui. Il est trop vieux, Kryos, pour son propre bien, pour conserver clairement dans sa mémoire les attaches qui furent les siennes et qui donnent un sens à sa vie. Il a peur de se retrouver là, perdu dans la solitude vaste, silencieuse et morne, d'où il sait qu'il ne reviendra pas s'il s'y perd. Il a besoin du regard des autres, Kryos. C'est viscéral, presque obsessionnel, et il n'a plus la patience et le savoir qui permettent de construire des amitiés et des liens puissants. C'est une entreprise longue et fastidieuse, trop longue pour lui. Car le triton est presque dépendant des autres et de cette attention qu'il réclame. Alors il use de cette fascination surnaturelle que la nature lui a donnée, pour subjuguer et briller, pour attirer le vol erratique de ces âmes-papillons. Illusion doucereuse qui se termine à chaque fois mal. C'est un jeu dangereux et destructeur, toujours, et qui finit en général dans l'amertume et la haine. Car Kryos n'est pas de ces génies froids et calculateurs qui analysent et prévoient, tirent les ficelles de marionnettes comme autant de paramètres. Non, le triton ressent les choses jusque dans les tripes, et parfois ce jeu se retourne contre lui. Il devient alors le pantin, désordonné et perdu dans la confusion des sens et des sentiments, à la merci du premier imbécile venu.

Son héritage all'ombra n'est d'ailleurs pas étranger à ce fait et, si l'amour ne le tue pas, il creuse dans sa poitrine un sillon profond dont il ne peut se défaire. Variante de la malédiction de cette race ténébreuse, c'est une vulnérabilité extrême dont il n'a qu'à demi conscience. Lorsqu'il tombe amoureux de quelqu'un, il crée un lien empathique entre lui et la personne, une exclusivité dévorante qui le ronge de l'intérieur et contre laquelle il ne peut rien. Ce lien peut-être source de joie et de félicité si sa moitié est bienveillante envers lui, mais hélas aussi une façon brutale de l'exploiter et contre laquelle il lui est presque impossible de résister si ce n'est pas le cas. Ça le laisse à la merci des autres, un envahissement de l'âme qui le rend trop souvent névrosé et malléable.

Sa vie entière est un mensonge et il ne vit plus que comme ça. Il ne se souvient plus vraiment de sa jeunesse et de ses parents, de ce qu'il faisait et de comment il s'est retrouvé là où il en est aujourd'hui. Bien sûr il conserve des éléments marquants de son passé, ces passages qu'il n'a pas pu oublier, ces moments qui parfois reviennent au détour d'une odeur ou d'un son, et ces regrets qu'il préfèrerait voir dégringoler dans l'oubli mais qui s'accrochent encore. Il ment depuis trop longtemps et lui-même ne saurait complètement démêler le vrai du faux. Est-il immortel ? Est-il croisé ? Est-ce là la malédiction des dieux qui l'ont puni pour avoir osé s'approcher du cœur d'Aquaros et pour avoir réveillé le titan qui dort ? Il ne sait pas. Il ne sait plus. Ironie terrible qui l'immunise à son propre pouvoir de psychométrie et l'empêche de se plonger dans son passé à lui pour le revivre. Sa vie est une cassette à usage unique, une fois la bande passée, elle finit par se consumer et n'avoir plus de sens que les marques qu'elle a laissées.

Mais il serait injuste de ne le dépeindre que sous les travers de l'artifice et de la mascarade. Car Kryos reste quelqu'un qui sait aimer et apprécier la beauté, la sincérité et ces choses qui se formulent autrement que par des mots. S'il entretient des relations très ambiguës avec les autres, il éprouve une réelle passion pour les traces qu'ils sont capables de laisser dans le monde. Il aime l'art et le savoir, la musique et le chant. Il aime les poètes et les danseurs, les statues et les orfèvres. Avide de connaissances et de beauté, c'est un esthète confirmé mais dont les goûts paraissent parfois particuliers aux yeux des autres. Il apprécie, en effet, les œuvres dans lesquelles leur auteur a laissé un petit quelque chose de lui, l'implication d'un sentiment ou d'une histoire, d'un quelque chose d'authentique. Kryos qualifie de tels objets de vivants et les autres de morts. Aussi, une peinture immonde saura trouver grâce à ses yeux pour peu que son auteur y ait mis de la sincérité, quelle qu'elle soit. C'est un épicurien qui maîtrise plusieurs arts avec talent mais dont le caractère dilettante ne lui fait s'y investir que par épisodes sporadiques, selon ses envies et ses humeurs. Il est très pudique là-dessus et c'est rare qu'il le montre à une autre personne. Enfin, il sait les contes et les mythes, les légendes, les rites et les chants. Il a accumulé beaucoup de connaissances sur l'ancien temps, et tout ce qui en a trait le fascine et éveille en lui un émerveillement sans pareil et une curiosité presque enfantine. Il aime l'histoire et les arcanes du passé ont peu de secrets pour lui. Sûrement ceci est-il dû en grande partie à tous ces monstres vipérins que sa route a croisés au fil du temps, et qui est également à l'origine de cette fascination craintive qu'il éprouve envers n'importe quelle sorte de reptile.

HISTOIRE
« Retourne-toi et tiens les yeux fermés ;
car si Gorgone se montre, et si tu la voyais,
tu ne pourrais jamais retourner là-haut. »
La Divine Comédie, L'Enfer - Dante.

[cf. prologue d'Euryale Helikonas ]




_ Comment t’appelles-tu ? »

L’histoire se répète, encore une fois.

_ Kryos monsieur. »

Le regard baissé, il n’a pas besoin de voir le visage de l’homme pour sentir dans ses yeux l’éclat d’un intérêt silencieux. Il répond d’un ton neutre et posé, calme, uniquement quand on lui pose une question directe. Une fois de plus.

_ Tu as quel âge ? »

C’est un nobliau aisé d’Akantha. Le genre suffisamment riche pour ne pas être qualifié de bourgeois, mais dont la vue reste néanmoins obscurcie par l’ombre des puissants qui jouent à l’horizon. Il fera très bien l’affaire, Kryos le sait. C’est pour ça qu’il l’a choisi.

_ Vingt-quatre ans monsieur. »

La politesse mesurée dont il fait preuve n’est qu’un artifice. Il perçoit, dans le cœur, la montée d’une convoitise farouche aux allures d’ogre. Il n’a pas besoin d’en faire beaucoup, à peine un léger frisson qui remonte le long de la nuque, un murmure inaudible qui chuchote les mystères exotiques d’un ailleurs qui restera à jamais inaccessible à la plupart des mortels. Un souffle chaud, qui s’écrase sur la peau avec l’ardeur d’un soleil.

_ Tu viens d’où ? »

L’espace d’un instant, la question tranche l’atmosphère et reste en suspens, le temps d’une hésitation. D’où venait-il ? L’éclat bref d’une nostalgie passe dans le gris des yeux qui fixent toujours le sol avec une certaine dureté. Cette question, sans cesse, revient sur le tapis comme la promesse d’une vielle ennemie toujours là pour le pourfendre. Tout le monde, tout le temps. Tu viens d’où ? Comme s’il n’y avait d’autres moyens de se définir que par son origine. Que par sa culture. Que par son passé. Que par ces stupides mensonges qu’il fallait sans cesse inventer. L’amertume d’un vague indéfini passe comme un trouble entre ses pensées, silhouette obscure et lointaine qui darde ses crocs à la lisière d’une conscience désordonnée.

_ D’Atlantys monsieur. »

Un instant de silence, comme une approbation secrète. Il l’observe, le jauge, pèse le pour et le contre. Qu’y a-t-il de mieux qu’un triton pour subjuguer les autres ? Il sent dans les gestes un intérêt séduit, captivé par les promesses d’une perle rare.

_ On m’a dit que tu étais doué, mais doué pour quoi au juste ? Qu’est-ce que tu sais faire ? »

La bête alanguie ouvre un œil, puis un second. Tapie dans les replis intérieurs de l’âme, elle reconnaît là l’esquisse d’un schéma familier. Déjà, sous le couvert anodin d’une nouvelle acquisition, elle est prête à s’insinuer, fouailler,  dévorer les morceaux tendres et vulnérables qu’on lui présentera petit à petit, pour ne plus finir par laisser qu’une carcasse vide et en proie à l’obsession. Mais pour le moment, elle fait bonne figure, gracile animal qui se laisse apprivoiser.

Il relève les yeux, écorche le regard de son vis-à-vis avec l’assurance élégante de ceux de sa race et, dans le gris de ses iris, brille l’espace d’une seconde un reflet brûlant et étranger. Un quelque chose de terrifiant, mais qui pourtant sublime et éclipse toute méfiance. Il n’a pas encore répondu qu’il sait déjà qu’il est en son esprit comme la babiole précieuse que l’on désire posséder. Il a trouvé son nouveau maître, un esprit facile et malléable. Un esprit qu’il finira par façonner selon son envie et aspirer jusqu’à la moelle, avant qu’il ne se lasse et change de propriétaire. Éternel recommencement. Mais chaque chose en son temps. Pour l’heure, il doit tâter le terrain. Apprendre et paraître.

L’ombre d’un sourire insolent fleurit sur son visage.

_ Chanter les louanges des puissants, monseigneur. »



Ô toi, céruléen colosse
Qui en ton sein comme en une tombe,
Dissimule serpents, titans, mythes féroces.

Il n’y a pas grand-chose à raconter, pas grand-chose à savoir. C’est une vie qui s’étire mais qui s’étiole, laissant sombrer çà et là les détails inutiles et le superflu encombrant. Il ne reste plus, dans le fond, que le relief de ces vestiges indélébiles, monolithes dressés vers la surface en autant d’idoles aveugles. Parfois, au détour d’un songe, d’un visage ou d’une nostalgie, resurgit des tréfonds la mémoire ancienne et perdue, qui s’impose alors de nouveau comme la visite passagère d’un vieil ami sur le retour. Ça dure quelques instants, quelques heures, quelques jours. Toujours on se promet de le conserver, mais toujours il finit par de nouveau repartir et s’enterrer sous des monceaux de poussière. Et sous la couche grise de ce manteau de cendres gisent parfois quelques trésors, mais ils ne sont plus que légendes qui, lointaines, se troublent peu à peu. Le temps passe et fait son office, déforme, dévore, inexorable et impérieux. Les attaches s’effritent, les gens se meurent, les lieux disparaissent. Et lui s’élance, avec la fièvre d’une insouciance médusée, sur cette route d’ivoire sans contours ni fin. Et au gré de ces faciès qui s’effacent, lisses et transparents, il se fait de moins en moins pressant de percer l’obscur des origines de cette route plutôt que d’en apercevoir enfin le terme.



Flot obscur et tumultueux
Dont le souffle agite houles et marées,
Reçois les rites, le faste et le majestueux.

« Par-delà ces récifs s’ouvrent les abysses interdites, le territoire maudit qu'Aquaros nous a défendu d'explorer. Seuls les élus sont à même de nager dans ces eaux, alors ne t'avises jamais d'y frayer car il ne contient que mort et désolation. »

Les paroles résonnent dans son crâne avec le solennel d'une condamnation. Il nage, depuis un moment déjà, fendant l'obscur des eaux avec célérité. Cet avertissement, il le connaît. Ils le connaissent tous. Et, pourtant, le voilà à transgresser la tradition, défier l'histoire plein d'une désobéissance adolescente et stupide. Il lui suffit de faire attention, d'y aller et de revenir sans s'attarder dans les grands fonds ni les crevasses béantes qui sont le territoire de créatures que même son peuple redoute. Il n'a pas peur, ou tout du moins ne veut-il pas l'avouer. Mais il veut savoir, trouver, comprendre. Qu'est-ce qui tient si éloigné un peuple de puissants élémentaires ayant partout colonisé la mer ? Comment quelque chose que personne n'a jamais vu, sauf peut-être de très rares et soit disant privilégiés, peut-il à ce point teinter de peur l'esprit de ceux qui en parlent ? Aquaros n'est plus, tout le monde le sait. Qu'il soit mort ou qu'il ait abandonné ses protégés ne change pas grand chose. Qui, alors, saurait ce qu'il est en train de faire ? Il veut y aller, voir la vérité nue et fade, et en revenir. Sain et sauf, avec en lui un fragment de cette vérité que l'ignorance enchaîne chez les autres : il n'y a rien de plus, là-bas, que le pouvoir des mots.

Les heures passent et rien ne saurait le faire remarquer dans les eaux troubles et faiblement éclairée, si ce n'est l'habitude d'une vie passée sous la surface. L'adrénaline du début s'en est rapidement allée à mesure qu'il découvrait la triste réalité. Du sable, des rochers et de l'eau. Comme partout ailleurs, sans monstres ni terreurs, sans idoles secrètes ou peuple caché. Rien que l'espace infini des flots sous-marins sans frontières ni limites. Et il aime ça, Kryos, cette solitude qui l'apaise et le purifie des affres empathiques qu'il accroche sans cesse parmi les siens. C'est ici un désert de l'âme qui ne se fait remarquer que par le limpide d'un silence qu'il accueille en son sein avec une quiétude certaine.

De tous les risques qu'il avait imaginé rencontrer, jamais il n'aurait pensé que l'ennui le ferait renoncer. Et pourtant, c'est ce qui manqua d'arriver peu de temps avant qu'il ne parviennent au bord. Au bord de quoi, il n'en savait rien, mais sous ses yeux s'ouvrait le gouffre le plus large et insondable qu'il ne lui ait jamais été donné de voir bien qu'il soit certes encore jeune. Déchirure béante et pleine de mystères, le spectre d'une peur primordiale lui emplit alors le cœur. Devait-il s'arrêter là ou poursuivre sa quête insensée ? Persistant dans son délit, il s'enfonça alors dans les abysses, au cœur des ténèbres, et sa silhouette disparut bientôt dans les tréfonds d'une cicatrice du monde.

Alors ce qu'il vit dépassa l'entendement de tout ce qu'on lui avait appris. De tout ce qu'on lui avait conté de l'extérieur, de ses dangers et de ses merveilles. Les vérités et les mensonges, les croyances et les traditions, balayées d'un revers de la main par le formidable témoignage du temps des dieux qui se dressait devant lui. Entre deux masses cyclopéennes, il était là, rayonnant de lumière et de puissance, en une douce pulsation chatoyante. Beauté et terreur réunies, promesse terrible d'un secret enfoui sous les océans depuis des temps immémoriaux, protégé de la convoitise avide des mortels. Qu'était-ce, sinon le cœur d'Aquaros lui-même, cette source magique que dépeignent les légendes et les mythes ? Un cristal cyclopéen, posé là comme un joyaux de pouvoir fascinant et éthéré.

Il resta longtemps à admirer ce bleu lancinant chatoyer, se refléter sur son corps et ses écailles, dans ses iris clairs et fascinés, à se laisser subjuguer par cette puissance brute chantant l'empathie d'un monde sans âge sous la paume de sa main. Le cœur et l'esprit débordé par les sensations incompréhensibles d'un autre temps, il finit par percevoir autre chose. L'ombre d'une forme toute aussi colossale, baignant les lieux d'une façon ténue et à peine perceptible, mais dont le battement de cœur résonnait aux frontières de sa perception. Il y avait quelque chose, là, quelque part, qui émanait une force puissante et sauvage. Indomptée. Toute notion de prudence avait alors quitté Kryos, envoûté par une euphorie monstrueuse sans précédent, et il se mit à rechercher l'écho de cette réminiscence qui se dégageait. Bien vite, il se rendit compte que ça venait de partout et nul part à la fois. Du lieu ? Peut-être pas.

Remontant l'apathie d'un flot du passé dispersé et épars, il distinguait, à mesure qu'il s'y familiarisait, l'épreuve extraordinaire qui se dressait devant lui. C'était les réminiscences d'une montagne de sauvagerie indolente, de violence tyrannique et d'une possessivité cruelle. Un quelque chose de cauchemardesque, au sens propre, était passé ici et avait laissé une trace indélébile et pleine de prédation. Dans le sol, dans l'eau, dans la pierre. Alors, Kryos se demanda l'espace d'un instant si les légendes qui expliquaient pourquoi les lieux étaient maudits pouvaient avoir un fond de vérité. On parlait d'Obscural et du cœur arraché du dieu des eaux. De l'Hydre titanesque scellée dans un tombeau de cristal, endormie et n'attendant que de s'éveiller de nouveau. Du Léviathan, perdu dans les flots et duquel surgissait les tempêtes agitant les nuées. Mais aussi de la Grande Dévoreuse, celle qui avait englouti les étoiles et ravagé les pays.

Son cœur se nourrissait des restes d'un monstre endormi, sa tête s'emplissait des chimères de la domination des eaux, du fantasme de sa propre puissance et de la hâte avide d'à nouveau semer la terreur dans les âmes des mortels. Il glissait, insidieusement, possédé par les résidus d'une conscience qui n'était pas la sienne et qui dépassait son propre entendement. Ce cristal était sien, et il ne laisserait personne d'autre s'approprier son pouvoir. Il rôdait, prêt à dévorer, et trouva finalement le terme de son chemin. Un récif à moitié enfoui sous le sable, aux roches noires et âpres, qui dégageaient la même chose que ce qu'il ressentait : une harmonie subtile et atavique. Ceci serait désormais sa demeure, ainsi en avait-il décidé, et il déchirerait de ses crocs quiconque s'y opposerait.

Peut-être fut-ce son chant, l'aura terrible de fascination et de crainte qu'il dégageait, d'avidité et de peur. Peut-être, inconsciemment, le monstre perçut-il ce concurrent intrépide qui avait l'arrogance de venir le défier sur son territoire. Ou tout simplement cette mouche insignifiante le perturba-t-elle dans son repos. Toujours est-il que tout bascula quand la montagne ouvrit son œil en face de lui. Son regard était tel la pointe d'un tison acéré et ardent, formidable, jaune et terrible. Fendu en son centre par une crevasse de noirceur, Kryos se perdit l'espace d'un instant interminable dans les abysses de ce brasier. Son cœur s'arrêta, et il comprit qu'il venait de déclencher la malédiction, quelle provienne des dieux ou de tout autre cauchemar. L'esprit brûlé par cette vision, il venait de réveiller le titan qui sommeillait.

Le sol trembla, les eaux s'agitèrent. Le grondement sourd d'un quelque chose de cyclopéen résonna dans toute la région. La tempête émergeait de sa torpeur et elle inonda les fonds marins d'un tumulte aveuglant et sans fin de sable et de poussière. S'accrochant à la première chose qui lui vint sous la main, le reste ne fut plus que chaos, effroi et panique. Désespoir. Ce qui s'en fut par la suite, il ne saurait vraiment le dire, mais l'expérience le marqua pour toute sa vie et on le retrouva prostré quelque part, aux abords d'une plage nuevienne avec, entre ses doigts serrés et écorchés, l'éclat d'obsidienne d'un fragment d'écaille aux proportions titanesques. Dans son esprit n’existait alors plus rien d'autre qu'une seule chose. Le Dévoreur. Le Jörmungandr.



Onde pure et primordiale
Voici l’offrande, le chant, le sang ;
Entends ma prière car je suis ton féal.

Il sent le regard inquisiteur de l'homme se poser sur lui, le jauger, tourner autour comme on estime un bien d'une manière critique et sévère. Il perçoit dans ses gestes l'assurance d'un quelque chose de supérieur, une vanité farouche aux reflets d'orgueil.

_ Quel âge as-tu, esclave ? »

Un regard sceptique mais intrigué, probablement par le frémissement subtil et frissonnant qui fait la renommée des sirènes.

_ Vingt-quatre ans monsieur. »

L'histoire se répète, encore une fois.

_ Esclave d'agrément, donc. Dis moi, pourquoi t'acheter toi et pas un autre ? »

L'ombre d'un monstre insolent passe l'espace d'un instant entre les pensées du triton, avant de s'en retourner dans les abysses dont il est issu. Le teint mat de sa peau, la couleur improbable de ses cheveux et le charisme léger qui émane de lui, tout le désigne comme un quelque chose de différent. De mieux ? Rien n'est moins sûr pour autant. Kryos sent la certitude tapie dans le fond du cœur de son interlocuteur. Un homme vénal et qui en impose malgré son jeune âge, mais qui reste méfiant, doué dans ce qu'il fait et dans le commerce d'esclave. Ce n'est pas le premier qu'il examine et ça ne sera certainement pas le dernier.

Un bourdonnement familier résonne aux oreilles du triton, imprégnant sa peau comme un parfum précieux et intriguant, accentuant avec subtilité la convoitise et l'attention. Juste ce qu'il faut de magie, pas plus, pas moins. Le prédateur en lui s'éveille et, à son tour, jauge et juge. Il a pour lui l'expérience et le temps, le doigté de ceux qui ont mené plusieurs vies. Il veut voir ce qu'il a en face de lui, et laisse échapper le frémissement d'un trouble insolent sur un visage toutefois neutre et mesuré.

_ C'est exact monsieur. Mais vous devriez vous demander combien plutôt que pourquoi. »

L'agitation ténue d'un quelque chose de froid et contrôlé remue les échos empathiques qu'il reçoit. Une réaction qui ne laisse rien transparaître sur le visage mais qui pourtant existe. Voilà venir encore une fois le jeu stupide et dangereux des masques et des intentions cachées. Kryos allait le dévorer, comme il avait dévoré la plupart des autres de l'intérieur, ne laissant qu'une carcasse hantée de tourments et de névroses. Réduire la volonté à presque néant, peu à peu, qu'importe le temps que ça demandera, et prendre le contrôle pour lentement détruire avant de se lasser. Avant de regretter.

_ Hm, manque flagrant d'éducation. Je suis un peu déçu. »

Sa dernière remarque est silencieusement adressée à la femme qui se tient un peu en retrait et qui lance un regard meurtrier à Kryos. Si ce dernier se dévalue sciemment pour faire capoter la vente et la décrédibiliser, elle le tuera de ses propres mains. Ou peut-être n'est-ce qu'une remarque stratégique pour tirer le prix vers le bas.

_ Ne le prenez pas mal seigneur Aglaopeia. C'est justement son côté... Malicieux qui saura, j'en suis sûre, faire fureur durant vos réceptions. »

L'homme renifle d'un air peu convaincu, presque suspicieux. Kryos sent l'intérêt, là quelque part, mais ne sait pourtant pas ce qu'il pense. Peut-être se demande-t-il à quoi pourrait bien lui servir un énième meuble dans sa demeure ?

_ Tu viens d'où, esclave ? »

Une question presque anodine, posée là par hasard. La réponse est toute prête et il l'agrémente d'un petit frisson de fascination supplémentaire. Comme un coup de théâtre pour subjuguer les mortels des promesses d'un exotisme rare mais certain.

_ De la grande Atlantys monsieur. »

Une réaction brusque qui agite le cœur en émoi, avec la couleur d'un quelque chose d'énervé. Une colère froide et que Kryos semble concentrer. Il doute alors, la réponse n'ayant pas eu l'effet escomptée, au contraire. Détestait-il les élémentaires ?

_ Tu es un triton ? »

L'impatience dans les mots, que discerne Kryos avec expertise.

_ Du sang le plus pur monsieur. »

L'histoire se répète. Une fois de trop.

Le pincement des lèvres de son interlocuteur ne laisse rien présager de bon, et l'ombre d'un quelque chose d'orageux s'installe encore un peu plus dans sa poitrine. Il y a anguille sous roche, et Kryos commence à comprendre que les choses ne tournent pas comme il l'entendait.

_ De quelle famille ? »

Intérieurement, Kryos se crispe. Ce n'est pas le genre de question qui est posée habituellement. A-t-il des contacts là-bas ?

_ Agathon monsieur. »

L'énervement ressenti dans l'âme de son interlocuteur ne s'est pas calmé pour autant, il le sent tourner et retourner comme un animal en cage. Il est exaspéré.

_ Jamais entendu parler. »

La voix tranche, sèche et directive. Un frisson remonte le long de l'échine de Kryos qui relève alors instinctivement les yeux vers ceux de son vis à vis. Un élan de crainte l'étreint tandis que sa figure exprime une certaine confusion.

_ À partir de maintenant tu m'appartiens. Sois heureux, tu rentres en Atlantys. »

Le doigt glacé d'un quelque chose de spectral et de mort depuis longtemps se retourne alors dans sa tombe et embourbe le cœur de Kryos dans une substance poisseuse et écœurante. Il déteste Atlantys et ceux de son espèce. Il déteste ce racisme hautain et radical qui les exulte dès lors qu'il faut sacrifier un croisé à la gloire de la pureté du sang. Il déteste cette cité car la vérité est là : il est bien trop vieux pour être tout à fait triton. Bien trop ambigu pour ne pas flirter avec la souillure dans sa lignée. Peu importe la vérité, qu'il porte dans ses veines l'héritage d'une autre race ou qu'il ait réellement été touché par la grâce du cœur d'Aquaros ne change rien : un triton qui ne vieillit pas n'est pas normal. Un triton qui n'est pas normal est un élémentaire mort.

Un signe de tête vers le bas en signe de respect. Pour camoufler l'éclat dans son regard.

_ Je saurai vous satisfaire maître. »

L'amertume et la crainte vulnérable dans ses mots nécessitent toute la force de son expérience pour être contenues et ne pas transparaître sous les travers de servilité. En son fort intérieur, il entre déjà en guerre. Voici tout ce qu'il ne veut pas : être découvert et rejeté. Être seul.



J’invoque ton nom, Aquaros
Pour que ces ennemis disparaissent
Emportés dans le gouffre, l’abîme et la fosse.

Qu'y a-t-il de plus fascinant que les mythes des anciens temps ? Le savoir, l'histoire, toutes ces traces qui sont laissées et qui vous font vivre même après votre mort, en autant d'échos déformés et vivaces, qui brûlent dans le cœur des mortels et se transmettent de génération en génération. Les autres ne peuvent pas l'entendre mais pourtant il est là, il résonne dans les oreilles et dans l'esprit de Kryos, lancinant et plein de grâce, comme ces litanies d'autrefois qui saluaient la venue de l'aube de voix claires et cristallines. Parfois beau, parfois terrifiant, il est comme le mouvement invisible du monde, un chant qui fluctue mais jamais ne s'arrête, l'amalgame de tous ces chemins tissés un peu partout comme la toile formidable d'une œuvre titanesque. Celle des dieux.

Le triton évolue lentement, le faible chatoiement des eaux se reflétant sur sa peau mate et accrochant d'éclats fugaces l'argent de ses cheveux. Il papillonne, ici et là, voguant avec distraction dans cette cave au trésor, attiré par les babioles entassées là comme autant de reflets brillants aux promesses silencieuses. Il fouille avec curiosité, observant, tournant et retournant avec une précaution extrême, comme si chaque élément était la découverte d'un quelque chose de nouveau. Ici une perle nacrée, là une fourchette, le plastron d'une armure rongée par le sel ou la tiare abîmée de ce qui avait dû être, autrefois, un bijou d'exception. La plupart de ces objets sont morts, étalés sur un lit de pièces et de pierres précieuses. Pourtant, quelque part, il le sent. La pulsation familière et endormie d'un quelque chose d'encore un peu vivant, quelque chose qui brille dans son esprit d'une chaleur bienveillante. C'est ça qu'il cherche, Kryos, à fouiner secrètement dans les trésors d'Alrun la Grande Dévoreuse, protectrice d'Atlantys. Elle le tuerait probablement si elle le découvrait à saccager ainsi l'intimité des offrandes qui lui ont été faites au fil des ans. A moitié enfouis sous le sable, quelques uns semblent pourtant entretenus avec beaucoup de soin.

Alors il la trouve, cette chose inconnue et perdue dans les sédiments. La nageoire frétillante, il déterre un collier étrangement bien conservé par le temps, au bijou d'obsidienne et gravures d'or. Il le dévisage avec un émerveillement presque enfantin, n'ayant aucune idée de ce dont il s'agit ni des raisons pour lesquelles y sont encore accrochées ces écharpes de sensations. Il le touche, s'en imprègne et s'apprête à plonger dans les tréfonds du passé quand, soudain, un frisson glacial parcourt l'échine de son dos nu. L'ombre d'un quelque chose d'orageux passe dans l'obscur environnant. Un gouffre agacé qui brusquement l'enserre et le draine, froid et prédateur, bien trop ancien pour appartenir à un mortel. Brutalement écrasé par une masse d'eau le projetant au sol, le choc résonne dans ses os, le souffle coupé. Il sent la peur grandir en son sein tandis qu'une possessivité sans bornes envahit les lieux. Enfin, il aperçoit la silhouette, à la peau pâle et lunaire, le front orné de ce symbole reconnaissable entre tous dans la cité sous marine. Les yeux d'opale le foudroient sur place tandis qu'Alrun s'approche d'un mouvement éthéré et gracile, portée par un courant invisible et mesuré. Elle est comme l'ange émergée du tréfonds des abysses, portant en elle la lumière diaphane de la lune. Les yeux écarquillés, Kryos s'effondre à l'intérieur. Elle n'était pas censée être là. Elle n'était pas censée être éveillée. Le qui, le quand, le pourquoi et le comment se rompent brutalement alors que, déjà, il se devine terminer en sacrifice entre ses crocs ivoirins. Pris la main dans le sac, l'affront ne sera jamais pardonné, et le blasphème du vol de la protectrice ancestrale d'Atlantys un stigmate qui sûrement le condamne à mort.

Alors son esprit tortueux et délirant accouche avec empressement de la seule chose qui, peut-être, peut le tirer de là. Le plus gros des mensonges possibles auquel il se raccroche, l'enfonçant six pieds sous terre sans espoir de revenir en arrière. Peu importe, il doit juste se faufiler entre ses doigts le temps de s'enfuir. C'est tout ce qui subsiste dans la purée qu'est son esprit actuellement. Les pupilles étrécies, la figure empreinte d'une panique mêlée de crainte et de respect, il babille alors l'excuse improbable.

_ Grande Dévoreuse.... C-C'est... Je peux tout expliquer ! »

Rien, il n'y a rien dans le vide de son crâne sinon le seul nom derrière lequel il puisse se cacher. Encore une fois, on en revient là, au pouvoir des mots.

_ Je l'ai vu en rêve, il s'en revient parmi nous ! Je vous jure ô Grande Dévoreuse, il m'a montré le chemin à suivre, j-je dois l'aider à accomplir la prophétie... S'il vous plaît... »

Les paroles glissent comme un flanc raté le long d'une assiette trop penchée. Elle ne dit rien, le silence profond, abyssal. Mais elle n'en ressent pas moins, et c'est ce qui le terrifie.

_ Aquaros est de retour. »



Mer déchaînée, Océan cruel
Car sous les tempêtes et nuées
Rôdent les dévoreurs, la gueule pleine de fiel

Il est là, l'âme agitée, le regard incertain, imposant à sa figure la mesure d'un quelque chose de convaincu et déterminé. Un quelque chose d'halluciné tandis qu'il monte le chemin conduisant à l'ancien temple du dieu tutélaire comme il marcherait vers la mort. Le dieu oublié, le dieu perdu. Celui qui n'est plus qu'une ombre projetée dans l'Histoire et les contes pour enfants. A-t-il seulement un jour existé ? Kryos en est convaincu. Est-il seulement mort ? Il n'en sait rien. Mais tout ceci n'importe plus. Son temple n'est plus qu'une demeure vide occupée par un serpent géant, possessif et vorace. Un protecteur, qui dévore et gronde, amasse les trésors et traverse les âges comme les flots. Une idole troquée contre une autre. Elle ou un géant de tempêtes et de marées, quelle différence ?

« Au faîte de chaque pleine lune, la conscience du dieu resurgira. Mais il sera plongé dans les affres des abysses et, autour de lui, ne règneront que l'obscur et la mort, le sommeil et l'oubli. Incapable de voir, à jamais perdu il sera. Et chaque soir passé enfoui dans l'ignorance le rendra plus aveugle et imbécile. Jusqu'au jour où une voix s'élèvera, chantant les louanges et les rites de l'ancien temps. Ses mots perceront l'obscur et la mort, le sommeil et l'oubli. Alors, de nouveau Aquaros surgira des profondeurs, régénéré et plein de vie. »

Voici les mots qu'il avait tenus devant la Grande Dévoreuse, des prédictions floues et génériques, sans preuves ni certitudes. Juste l'audace d'un doute placé dans son cœur, de quoi lui donner un peu plus de sursis. Et maintenant ? Il marchait jusque vers l'autel, la lune brillant haut et pleine dans le ciel. Un doute terrible résonnait dans son cœur mais il avançait sans faillir, le port fier et l'allure altière. Il sentait dans son dos le regard suspicieux et terrible d'Alrun, suivant de loin pour s'assurer de ses dires, et quelques curieux se demandant ce qu'il se passait. Ce soir elle aurait sa réponse. Ce soir le jeune homme aux cheveux d'argent serait soit consacré soit dévoré. Et dans ses mains dévotes, tenues bien en évidence, trônaient les offrandes et les rites, perles et coquillages, encens et couronne de myrte. Ce soir, il devrait faire venir Aquaros, ou bien c'en était fini de lui.

Alors, devant l'autel, il procède à sa manière, un respect craintif dans le mouvement de ses gestes pleins de silence. Il reproduit un simulacre de l'ancienne prêtrise, un quelque chose d'approximatif et d'arrangé à sa manière. Il s'inspire des traces rémanentes de piété qui imprègnent les lieux en ruines, les pierres et le sol. Il s'inspire de l'histoire et du folklore, de son propre savoir. Enfin, voici venu le temps de chanter. De porter les mots par delà les océans pour en appeler à Aquaros. De percer l'obscur et la mort, le sommeil et l'oubli. Il simule à merveille le jeune élu peu sûr de lui, face à tout ce qui fait l'héritage des coutumes de chez lui. Peut-être, après tout, parce qu'il ne joue pas vraiment totalement.

Sa voix s'élève. Doucement au début et, s'il manque d'assurance, bien vite elle se raffermit, pleine de l'expérience des rhapsodes et des grands poètes. Il monte, peu à peu, chantant les louanges de l'ancien temps, inspiré par les lieux et les antiques litanies qu'il interprète à sa sauce, déforme et arrange pour les embellir selon lui. Rapidement il se prend au jeu, théâtral spectacle que celui d'un oracle qui naît, empreint de la force de son propre chant qui fascine et envoûte, disperse dans les esprits ça et là un trouble dans le cœur, un quelque chose plein de l'admiration et de la crainte des légendes et des mythes. Kryos fait de grands gestes, interprète sur son visage la douleur du dieu aveugle et perdu, abandonné par les siens. D'autres sirènes et tritons affluent, attirés par l'étrange énergumène. Il raconte son histoire, il invective et s'engage, déterminé, dans une lutte sans merci contre l'obscur et la mort et le sommeil et l'oubli. Alors il triomphe, au prix d'un effort monumental, et la terre tremble. La poussière et le sable glissent entre les ruines, le grondement cyclopéen d'une force sans précédent se fait entendre tandis que le jeune triton entre littéralement en transe en criant la venue d'Aquaros parmi les siens. Les yeux écarquillés, il assiste au déploiement d'un pouvoir qui n'est pas issu de lui. Un pouvoir sans commune mesure et qui donne presque vie au temple, à ses statues, ce parvis et ces colonnades qui lentement sortent du sol, ruines ramenées des tréfonds de l'oubli pour relever des vestiges enterrés. Et du sable émerge la silhouette titanesque de la statue du dieu ressuscité, pierre qui s'anime tel le miracle promis, s'extirpe des fondements dans lesquels il était tombé, pour venir de nouveau se dresser de toute sa splendeur au-dessus des mortels incrédules, reprendre la place qui était la sienne.

Alors, de l'entrée du temple serpente, scintillant et fantastique, la silhouette filiforme d'un serpent de métal et d'argent. Symbole nouveau qui s'en vient à la rencontre de Kryos. Il reconnaît la relique, pour l'avoir utilisée des décénnies auparavant dans ce même temple, pour réaliser l'invocation des sœurs Gorgones. Il comprend alors le cadeau que lui fait Euryale et qui contribue à lui sauver la vie. Elle lui confie son compagnon, pour mieux tromper les sens et les gens, pour qu'il démontre le pouvoir d'Aquaros aux incrédules. Le serpent d'argent, nouvel attribut qui sera le sien, et non sans être perçu comme un signe le rapprochant d'Alrun. Car la terrible constatation est là et flotte comme une épée de Damoclès au-dessus de l'ancienne prêtresse de Lumenal, un avertissement qu'elle n'oublie pas et qui l'a poussée à l'aider dans cette mascarade, petit coup de pouce magique : si Kryos meurt, elle s'en retourne à sa terrible et éternelle condition de maudite d'Obscural.

DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Red.
AGE ▬ 27 ans.
TU NOUS AS TROUVÉS OU ? ▬ J'ai été séquestré par des naines.
UN AUTRE COMPTE ▬ Certainement.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Siren's Lament ▬ Ian
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Oui.



#9900CC
KRYOS - Oracle des Abysses 169599609



   
   
   
Bienvenue Petit Triton tout appétissant huhu

KRYOS - Oracle des Abysses Giphy

Voilà bisou sur ta fesse gauche ❤


KRYOS - Oracle des Abysses LIE



KRYOS - Oracle des Abysses Aejor2

Signas:
 
BLOBLOBLOBLOBLOUBLOUBLOUGLOUGLOUGLOU

Bienvenue mon gros poisson




Moooh mes deux gros serpents d'amour on va former une belle famille ça va être cool vous allez voir KRYOS - Oracle des Abysses 943054502 (oui si vous n'étiez pas au courant, c'est le cas maintenant). Merci pour vos petits mots et Amalia puissè-je ne jamais croiser ton chemin irp KRYOS - Oracle des Abysses 2364450196. bloblote quand même



#9900CC
    Blobloblo *souffle des bulles dans l'eau*
Mon grosss ♥️
ENFIN !!


code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws
"Enfin" le mec il lui a fallu 10 jours pour voir que j'étais inscrit et que j'avais posté un début de fiche KRYOS - Oracle des Abysses 266696654.

MAIS OUI JE SUIS LÀ ET PRÊT À FAIRE DES BÉBÉS À TOUT LE MONDE GRRR KRYOS - Oracle des Abysses 2018221633

Et Lycoris ouiii viens faire des bulles dans l'eau promis je ne te noierais pas KRYOS - Oracle des Abysses 416246685

En tout cas ma fiche avance bien, j'ai rempli pas mal l'histoire même si je n'ai pas terminé, et il restera encore le mental et ça sera bon KRYOS - Oracle des Abysses 3622086245 !



#9900CC
Calme toi esclave sinon ça va se terminer en fessé chez mamie Alrun KRYOS - Oracle des Abysses 3622086245


code couleur : #0B3861

KRYOS - Oracle des Abysses 246135rpconte
Cet affront envers notre divinité tutélaire ne saurait rester sans réponse. Les augures de la prochaine Lune fixeront le prix à payer pour que la famille Aglaopeia s'acquitte des mots de trop grande légèreté qu'elle a eu envers le culte. En attendant, je vous invite, éminent triton, à vous repentir avec ferveur dans le temple d'Aquaros pour plaider en votre faveur lors du prochain oracle.



#9900CC
*grignote les restes d'un sang-mêlé sacrifié*
Et sinon c'est quand que tu finis ta fiche ?



   
   
   
Bientôt Grande Dévoreuse, les offrandes seront faites avant la prochaine lune !



#9900CC
Le staff passe te lire rapidement ♥️


code couleur : silver
J'AI TERMINÉ !

Et tout tiens en un seul post, je suis fier de moi KRYOS - Oracle des Abysses 3622086245

Edit : wtf j'ai même pas eu le temps de poster ici que t'es déjà au taquet xDD. Bonne lecture KRYOS - Oracle des Abysses 1786526449 .



#9900CC
Tu es validé !
Coucou à toi ! Je t'annonce que tu es officiellement validée ! Tu auras d'ici peu ton rang et ta couleur, ainsi tu pourras partir à l'aventure !
POINT FORT  Ҩ Fiche en béton, je suis absolument fan de tout, la magie, l'histoire d'un escrocs devenue Oracle d'Aquaros pour sauver son petit cul de triton de la mort. BREF Je suis fan.
REMARQUES Ҩ On se croise en Atlantys, je vais te mater tu verras. Ah et croque voulait absolument faire le message, mais elle pouvait pas :/

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage, désormais obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Je te souhaite de te plaire parmi nous, et puisses-tu semer le chaos éternellement !


code couleur : #0B3861

KRYOS - Oracle des Abysses 246135rpconte