Lost Kingdom  :: Akantha :: El deserto

[Chapitre 1] Le debut d'une épopée épique, une nouvelle page dans l'encylopédie du peuple. [pv Viladra]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant


« Les destins nous conduisent ; le rôle de chacun est fixr dès la première heure de sa naissance. Il fait souvent sortir un grand désastre d'une petite cause, tout comme il peut créer la plus belle des bénédictions d'un simple être. Bonne ou Malchance, Hyun, le destin semble t'offrir de l'encre sans réserve. »

Lorsque Hyun était encore un enfant, ce dernier repensait souvent à ces mots qui au travers les nuits lui offraient un certain réconfort ainsi qu'une source pour son imagination qui semblait infini, toutes ces paroles semblaient bien troubles pour le jeune garçon, Les notions de destin ou bien même de ces histoires héroïques lui échappait totalement surtout concernant le jeune enfant qu'il était, il avait beau avoir une certaine prestance ce dernier n'arrivait pas à voir en lui un héros, même s'il s'amusait parfois loin des regards indiscret à en rêver, une histoire dont il serait le personnage principal, plus qu'un simple spectateur devant le rideau qu'étais sa vie, mais bien le rôle principal, un véritable acteur.

Et ainsi devant ces images purs produit de son imagination, l'enfant fermait ses yeux, le sourire aux lèvres afin de poursuivre ces dernières dans le monde des rêves.

Le rêve de l'enfant, rejoignait maintenant la réalité des choses, ouvrant le rideau sur le premier acte sur l'épopée épique qu'attendait Hyun et même s'il ne le savait pas encore, ses compagnons.

Les saisons passaient et les paysages défilaient devant les yeux, maintenant plus mature de l'enfant qui maintenant était devenu un adolescent physiquement, mais beaucoup plus mentalement. En effet ce dernier semblait avoir atteint une certaine maturité en très peu de temps, cela faisait simplement quatre mois que ce dernier avait perdu sa route avec Viladra. La femme qu'il considérait comme sa mère d'adoption, mais pourtant ces 120 jours semblaient avoir eu l'effet de 120 années sur le mental du jeune homme qui avait parcourus toutes les régions à la recherche de savoir, de compréhension, simplement de réponses sur ce qu'étais le monde autour de lui et où il vivait.

L'adolescent avait fait le tour des grandes régions du globe, parcourant les recoins de ces derniers afin de mieux comprendre les choses, hélas de cette quête même s'il avait acquis la connaissance ce dernier avait beaucoup perdu, cela ne pouvait se voir physiquement au contraire, son corps semblait avoir hériter d'une certaine musculature et de traits doux et fins le rendent charmant, mais bien au niveau de ce qu'il était enfant.

En effet, en accumulant le savoir et les histoires des gens qu'il avait pus rencontrer sur son chemin, ce dernier avait perdu son innocence et surtout de son immature confiance au monde qui l'entourait voyant que ce dernier était loin d'être le cadre idyllique qu'il imaginait étant enfant, que la douleur et la souffrance étaient les choses les plus ressentis dans ce monde, loin de la paix et du calme comme il pouvait le croire.

Hyun, avait ainsi compris la chance qu'il avait par ses dons, par la puissance, voyant comment les gens normaux, eux subissaient les pressions des dirigeants démagos ayant soif de puissance et de sang, sachant que le leurs ne coulerait jamais sur leurs belles tapisseries.

Il avait cependant encore besoin de réponse, mais seule une personne pouvait lui offrir, Aetoith le maître du savoir.

Le jeune homme avait pris la route à la recherche d'indice sur ce dernier, même s'il avait une vague idée de comment faire pour le retrouver, il avait encore besoin d'information et il savait très bien où se trouvait sa derniere apparition, dans une zone isolée du désert d'Akhanta, mais hélas le destin en décida une nouvelle fois pour le jeune homme.

Une fumée épaisse s'échappait du moteur de son véhicule tendis que des petits bruits d'explosion étranges l'accompagnait, mais dans son malheur le jeune homme eut beaucoup de chance. En effet El deserto contenait des petits camps clandestin utilisant la technologie des débris des vaisseaux d'Ellgard afin d'en faire des objets utilises, il trouverait sûrement de quoi réparer son moyen de déplacement la bas, il faudra simplement pouvoir la pousser jusqu'au prochain camps.

Ainsi, le jeune homme quitta le confort de son véhicule, pour une bonne séance d'exercice sous le soleil ardent de la zone désertique d'Akhanta.

ft. Viladra

ft. Hyun

「nouveau départ」
Cela faisait longtemps que je n’avais pas remis les pieds dans le désert d’Akantha. Depuis les derniers évènements, j’avais passé beaucoup de temps aux alentours de la prison, soit pour troubler les négociations, ou bien afin d’aller libérer un camarade mage noir de la prison d’Erhen. Les choses s’étaient bien passées, la preuve étant que j’étais toujours libre de mes mouvements et que la jeune goule avait pu repartir à notre planque sans encombre. Maintenant, je reprenais une vie légèrement morose, terminant ce que j’avais à faire et jubilant intérieurement des premiers rouages que j’avais enclenchés. La guilde avait toujours été discrète, sa hiérarchie presque absente et ses objectifs absolument pas coordonnés. Nous n’étions qu’un groupe de renégats, de bannis et d’indésirables qui s’étaient attroupés pour ne pas rester seuls. Mais la dernière mission que l’on m’avait confié avait changé la donne, dans mon esprit… Je commençais peu à peu à œuvrer sérieusement pour notre cause, bien que j’avais exigé d’avoir un minimum de liberté de mouvement. Ainsi, en parallèle de mes agissements pour l’organisation, je continuais de déambuler suivant mes envies…

Je m’étais rendue dans un camp du désert afin de réajuster une pièce d’un de mes pistolets. Ellgard devenant une ville de plus en plus souillées, je n’avais guère eu l’envie de m’y rendre contrairement à mes habitudes, préférant la chaleur et la tranquillité des vastes plaines ensablées. Les bandits ou les marchands illégaux s’établissaient aux oasis afin de créer un circuit commercial discret où les forces de l’ordre ne risquaient pas de leur tomber dessus. A condition de se faire respecter ou d’être suffisamment fort, on trouvait presque tout ce que l’on voulait et leur savoir n’était pas moins bon que ceux des autres. De ce fait, j’étais restée dans un campement de taille moyenne le temps qu’un armurier clandestin ait fini de changer une pièce d’une de mes armes. Ceci fait, même si j’avais donné une somme suffisante pour bénéficier d’un travail bien fait, je préférai aller tester si tout fonctionnait bien, et je m’éloignai donc de cet attroupement afin de gagner les dunes désertes.

Alors que je tirais tranquillement, surveillant l’équilibre et la précision de mon arme, une silhouette ne tarda pas à se démarquer à l’horizon et je repérai ce qui semblait être un véhicule poussé par son pilote. Pointant mon arme dessus, j’estimai sa distance rapidement, analysant si je pouvais le toucher de ma position. Non, il était trop loin, il me faudrait user d’un portail si je souhaitais l’abattre. Ouvrant une faille devant moi, j’en ouvris une plus loin, dans le dos de l’inconnu, et braquai mon arme devant le passage. Mon  doigt sur la gâchette, j’eus tout juste le temps de reconnaître la personne qui poussait son engin pour m’empêcher de tirer. Mon dieu, qu’allais-je faire…

Une mère tout à fait indigne, murmurais-je ironique en désengageant.

Me dirigeant dans sa direction, je n’usai pas de la téléportation, découvrant peu à peu les joies de la marche bien que ma musculature peu développée ne me permettait pas de tenir des heures ainsi. Il ne tarda pas à remarquer ma présence et j’affichai un sourire lorsque je fus réellement à portée de vue. Il avait l’air d’avoir changé, son air constamment soucieux et apeuré l’avait déserté. Ce n’était plus un adolescent craintif et instable, il avait mûri et c’était plutôt une bonne chose…

Ca alors, l’abordais-je quand nous fûmes assez proches, de tous les endroits sur cette planète où nous aurions pu nous croiser, il faut que cela se passe dans un des zones les moins fréquentées du globe… Bonjour, Hyun, tu m’as l’air d’avoir un problème.

Effectivement, l’épaisse fumée qui se dégageait du capot en disait long sur l’état de son véhicule et je me demandais d’ailleurs pourquoi il s’encombrait d’un tel bazar au lieu de se déplacer dans son mécha. Puis je me rappelais que son mécha, c’était peut-être moi qui l’avais… J’avais tellement de choses dans ma dimension que c’en était devenu un foutoir complet.

Besoin d’aide ? Que fais-tu ici, d’ailleurs ?




L'exercice sous le soleil de plombs fatiguait énormément le jeune homme, ce n'était pas facile dans ce genre d'endroit, aucune route n'était faites pour ce genre de véhicule, mais ces quelques minutes difficiles valaient amplement le coup, car ce dernier avalait les kilomètres sans même s'en rendre compte lorsqu'il était au volant économisant ainsi énormément de temps entre deux destinations. Il était bien étrange au début pour le jeune garçon de voir la différence entre ses terres natales, Ellgard et le reste du monde, l'ensemble des civilisations ressemblait à un patchwork géant de différentes ères du temps, que le jeune garçon appréciait étrangement.

Une chose était sur pourtant, la différence technologique entre les nations était grandes et certaines des avancées de l'empire valait le détour, dont ce véhicule qui transportait Hyun. Au pire si toutes ces aventures n'étaient pas concluante, il aurait qu'à ouvrir son propre garage afin que ce genre de véhicule deviennent accessibles à tous, ainsi il pourrait se faire énormément d'argent et peut être rejoindre les hautes sphères de ce monde.

Un léger rictus s'échappa de la bouche du jeune garçon, rigolant de sa propre bêtise, tendis qu'il redoublait d'efforts à l'approche du prochain camps, où il pourrait faire une pause bien mérité et partir à la recherche des objets nécessaires à la réparation de son bijou de technologie Ellgardienne.

Rapidement une voix sortie le jeune garçon de son exercice, une voix en plein milieu d'un désert aride était étrange, mais une voix familière relevait parfaitement du miracle. L'adolescent ne baissait pas les bras de son véhicule continuant son effort tout en répondent à la jeune femme, affichant tout de même une mine assez souriante.

La zone la moins fréquentées du globe tu penses ?


Hyun continuait encore ses efforts, poussant toujours son véhicule alors qu'une certaine crasse, du au mélange de sable et de transpiration l'avait envahi, reprennent son souffle ce dernier reprit le court de sa phrase.

Je trouve qu'il y'a plutot beaucoup de monde, déjà toi et moi au milieu d'un tas de sable et tous les autres camps, ainsi que nos anciens amis les ver géants, j'ai connu plus désert que ça.


En finissant sa phrase ce dernier cessa ses efforts afin de faire face à la jeune femme, avec une certaine prestance ce dernier passa son avant bras sur son front afin d'y dégager la sueur, ce qui eut pour effet de dégager ses cheveux de son visage, dévoilant une structure plus mure.

Bonjour Viladra, il semble en effet que j'ai un léger problème, il semble que Ellgard n'est pas préparé ces véhicules pour une zone aussi chaude que le désert et que le moteur ait lâchés.


Il ouvrit d'un mouvement le coffre du véhicule et en sortis une gourde d'eau qu'il tendit à Viladra,

Tu devrais boire, sous ce soleil de plombs il est facile de feindre.


Il ne laissa pas vraiment le temps de répondre à la jeune femme, ce dernier saisit une seconde gourde qu'il utilisa pour se rafraîchir.

Sachant que mon moteur est en panne, pour le moment ce que je fais ici c'est, rechercher une façon de le réparer afin de pouvoir repartir et au niveau de l'aide c'est comme tu le sens.


Le jeune homme semblait plus confiant et sur de lui maintenant, après quelques secondes il retourna à sa tache poussant son véhicule, mais il n'en perdit pas la parole pour autant, reprennent ainsi sur ses mots.

Et toi qu'est ce que tu fais ici ? Dans cette fameuse zone la moins peuplées du monde ?

ft. Viladra

ft. Hyun

「nouveau départ」
Dès ses premiers mots, je compris que ces derniers temps loin de moi à arpenter le globe l’avaient changé au-delà de ce à quoi je m’attendais. C’était toujours un enfant, à mes yeux, mes quatre siècles faisant que je considérais la plupart des individus comme des nouveau-nés. Mais c’était un quelque de mature et de sur de lui que j’avais en face de moi, qui ne se plaignait plus et qui savait désormais se débrouiller par ses propres moyens. Ce n’était pas étonnant, après tout, car s’il l’ignorait encore, il restait un séraph, une divinité aux yeux de certains, une puissance pure au milieu d’une foule de médiocrité. Alors qu’il répliquait sur ma façon de voir le côté désertique de notre environnement, je laissai échapper un rire clair et hochai la tête en signe d’acceptation. Il était vrai que si le destin ne nous jouait pas des tours, cela faisait beaucoup de même au même endroit…

Effectivement, mais je suis ravie de voir que tu n’es pas tombé sur d’autres vers… Répliquais-je, amusée. Du moins, ravie pour eux, quelque chose me dit qu’une rencontre entre vous n’aurait pas été en leur faveur.

Marchant à ses côtés tandis qu’il continuait de pousser sa carcasse, je pouvais aussi constater que son corps s’était bien endurci, passant de jeune gamin fétiche à un homme bien constitué sans entrer encore dans les extrêmes. A ce rythme-là, il deviendrait bientôt aussi beau que fort et son charme ainsi que ses talents lui ouvriraient des portes inimaginables. Ah… Quel était cet étrange sentiment qui me gagnait, une espèce de fierté maternelle exécrable dont je voudrais bien me passer.
Lorsqu’il s’arrêta, il ôta la sueur qui maculait son front d’humain et me tendit une gourde que j’attrapai pas réflexe. Cela ne faisait pas longtemps que j’avais quitté le camp le plus proche, et je n’étais pas vraiment déshydratée. En revanche, une gorgée d’eau plus ou moins fraiche faisait tout de même plaisir et j’en avalai deux ou trois avant de lui rendre son objet une fois qu’il eut fait de même.

Ellgard et Akantha n’étaient pas suffisamment en bons termes pour qu’ils s’accordent sur les voies routières… Mais qui sait, avec les accords d’il y a quelques temps, peut-être que cela viendra et que tu n’auras plus à subir les caprices de la technologie.

Imaginer des routes de pierre en plein milieu du désert était aberrant, mais l’empire avait toujours eu la folie des grandeurs et j’imaginais très bien des travaux dédiés à cet effet dans le simple but d’épater les voisins. Voilà pourquoi je n’aimais pas spécialement cette nation, constamment à la recherche du progrès, aussi destructeur puisse-t-il être. Enfin, ce n’était pas mon problème…
M’approchant un peu de l’engin, je restai suffisamment à distance pour ne pas inhaler les fumées nauséabondes qui se détachaient du moteur. Même si je n’étais pas une experte en technomagie, j’avais néanmoins quelques notions pour savoir qu’il lui faudrait débourser une sacrée somme pour réparer son bolide.

Hm, ça me fait plaisir de voir que tu te débrouilles bien, je ne sais pas si t’apporter mon aide serait forcément nécessaire, mais peut-être que cela te ferait gagner du temps.

Il me demanda ensuite ce que je faisais là, reprenant la poussée de sa voiture tandis que je le suivais tranquillement à côté. J’hésitais à lui dire que j’avais failli lui tirer dessus pour le faire rire avant de me rappeler que mon humour n’était pas forcément au goût de tous. Raconter qu’on avait failli buter un ami était tout de même moyen pour renforcer les liens…

Je suis venue réparer une pièce d’une de mes armes et je me suis éloignée pour vérifier que tout fonctionnait. Et puis j’avais besoin de voir du paysage, les grandes villes sont épuisantes mentalement pour moi. Il faut croire que je me fais vieille…

Rigolant à nouveau légèrement, je m’approchai ensuite de lui et posai une main sur son épaule pour l’intimer à cesser ses efforts. Nul doute qu’il parviendrait à sa destination grâce à sa volonté et sa persévérance, mais à quoi bon perdre du temps quand on pouvait l’occuper à quelque chose de plus constructif… Je doutais fort que pousser un véhicule soit quelque chose de très intéressant et si je ressentais en cet être une certaine méfiance, il y avait néanmoins une pointe de tendresse qui avait fait le miracle de me rattacher un peu plus à ma personnalité humaine d’autrefois.

Laisse-moi te mener directement au campement, sinon à ce rythme tu en as encore pour une bonne heure. Ensuite, tu me diras comment ça se fait que toi, tu te retrouves dans un lieu aussi atypique que celui-là… Depuis le temps, je suis certaine que tu as plein de choses à raconter.

Et ouvrant un portail devant son véhicule, je l’enjoignis à le pousser à l’intérieur afin que nous puissions atteindre le camp rapidement. J’avais pu voir quelques marchands vendre de la ferraille, j’espérais pour lui qu’il trouverait un connaisseur et non un arnaqueur, là bas il y en avait foule…





Un léger sourire s'était emparer du visage du jeune garçon alors qu'il échangeait avec la femme qui l'accompagnait dans son calvaire, mais elle arrivait à rendre l'exercice plus agréable par sa simple présence. En effet, Viladra n'était pas qu'une simple personne pour notre héros, bien au contraire, ce dernier n'aurait jamais pus atteindre l'adolescence, ainsi que la soif de connaissance, de découverte, de voyage ainsi que cette précoce sagesse qui le caractérisait pour la simple et bonne raison qu'elle l'avait sans doute sauvé d'une mort certaine en le recueillant.

Elle lui avait offert une chance de rédemption, un nouvel essai pour découvrir réellement le monde qui l'entoure et non au travers des yeux d'autres lui guidant sa vie et ses choix pour le bonheur d'une nation, Ainsi elle avait pus faire éclore, d'un bourgeon condamnés une somptueuse fleur agréable et douce, tout en ayant une soif de connaissance sans limite.

Étrangement, malgré tout ce qu'elle avait pus faire pour le jeune garçon qu'il incarnait fut un temps, en le remettant sur pieds, lui apprenant les rudiments du monde et lui offrant une nouvelle liberté, ces derniers n'en savait pas énormément l'un sur l'autre malgré ce lien qui les unissaient tout deux. Il serait sans doute le moment d'en apprendre plus sur la main salvatrice qui l'avait sauvé, maintenant qu'il était plus à même de comprendre ce monde encore inconnu pour lui, il y'a si peu de temps.

Il laissa paraître un léger rire aux mots de la jeune femme, avant d'y répondre alors qu'il continuait toujours ses efforts dans cette zone aride.

Eh bien, tu serais sans doute surprise de tout ce que j'ai pus voir durant mes longs jours de voyage, les vers n'étaient qu'un prémisse à des choses plus exceptionnel et beaucoup plus impressionnant, mais j'ai appris étrangement à avoir un certain contact avec ces créatures étranges, tout comme tu as pus le faire avec moi précédemment. .


Il marqua une courte pause temporisé par son rire, puis reprit sur le ton de la rigolade.

Ne te méprends pas, cela ne veut pas dire que je sois une créature aussi, même si parfois on pourrait le croire !


L'adolescent reprit un air un peu plus sérieux, en effet les conditions géo-politique semblaient très importante pour le jeune garçon, un sujet que l'on ne pouvait pas prendre à la rigolade, sans doute des marques de son voyage suite à la compréhension de la misère humaine ou tout simplement des fantômes du passé qui hantaient toujours l'homme à en devenir qu'il incarnait.

Ces fameux accords hein ? J'aimerai vraiment que ces derniers soient durables pour être honnête, je souhaiterais vraiment qu'un jour le monde puisse atteindre une paix durable. Une période de félicité où le monde n'ait plus à payer les conséquences d'une soif de pouvoir d'hommes dont le sang n'atteindra jamais le champs de bataille ou bien leurs belles tapisseries.


Il marqua à nouveau une courte pause, puis afficha un nouveau sourire, comme s'il souhaitait que l'on change de sujet conscient du malaise qu'il pouvait crée par ses paroles sans doute trop idéaliste dans un monde beaucoup trop pervertis, tout simplement beaucoup trop réel ?

Héhé, faut bien pouvoir s'en sortir dans un monde comme celui-ci, hélas je ne pouvais pas être un enfant ignorant toute ma vie, il faut savoir prendre les rênes pour crée le monde dans lequel on souhaite vivre, donner vie à ses ambitions et ses rêves et c'est pour cela que j'ai décidé de devenir une personne forte. Nous, tout deux avons la chance d'avoir un potentiel que d'autres n'ont pas, ainsi nous pouvons faire entendre nos idées et nous défendre quand on veut nous faire taire, nous devons saisir cette opportunité qui nous est offerte pour faire changer les choses, et cela pour tout ceux qui ne le peuvent pas.


Une nouvelle fois, ce dernier se rendit compte qu'il avait sans doute mis à freins à l'ambiance des retrouvailles, ainsi ce dernier reprit d'une façon plus énergique loin de son précédent discours, où il adaptait une posture plus sérieuse, démontrant une certaine ambition, démontrant ainsi ces capacités de leader qui sommeillait en lui depuis bien longtemps.

Que avenir réservait le destin à Hyun, personne ne pouvait le savoir réellement, mais ses nombreux changement au niveau de son caractère, rendait petit à petit cette étrange prophétie le destinant à de grandes choses, véritable, tout simplement réelle.

Une arme ? Eh bien, il semblerait que toi aussi tu te portes bien Viladra, malgré ton commentaire sur ton âge.


Dit-il en rigolant avant de reprendre quelques secondes après.

Cela fait vraiment plaisir de voir que finalement après tout ce temps tu parcours encore ces contrées, tu n'as pas l'air d'avoir beaucoup souffert durant ton voyage, tu dois savoir te défendre à la perfection ou alors tu as eu la chance d'avoir une traversée tranquille ? La deuxième option me semble moins probables, mais pourquoi pas ? Le monde en dehors n'est pas aussi tragique que l'on pourrait le croire.


Il venait tout simplement de finir sa phrase au moment où Viladra déposa délicatement sa main sur son épaule, cet étrange avait eut un certain effet positif sur le jeune garçon, ce n'était qu'un simple mouvement, assez courant, comme il avait pus le vivre avant, mais venant de sa camarade cela avait un effet plutôt apaisant.

Elle n'eut besoin d'attendre plus pour que le jeune homme cesse ses efforts et écoute sa suggestion. Il affichait un certain sourire en voyant la dimension de la femme s'ouvrir sous ses yeux, c'était tout comme revenir à la maison maternelle, c'était comme le purgatoire, l'endroit où il eut la chance de pouvoir ouvrir ses paupières afin d'y accomplir sa rédemption vers une nouvelle chance pour découvrir réellement le monde qui l'entourait.

Avec une certaine discrétion, en baissant la tête alors qu'il poussait toujours son véhicule Hyun se prononçait.

Cela fait du bien de revenir à la maison..


La dernière ligne droite semblait être la plus simple, avec aisance ce dernier déposait le véhicule dans le portail, qui s'ouvrait vers le fameux relais qu'il visait un peu plus loin, il connaissait très bien ce dernier, cet endroit était le point de départ de son voyage initiatique. Il avait pus faire certaines connaissance et devenir un genre de célébrité local, cela changeait sans doute de la vision qu'avait Viladra sur le petit garçon qu'il était.

Le temps d'un clignement et ces derniers avaient rejoins la destination souhaitée, Hyun reprit ses efforts avec plus d'ardeur poussant le véhicule qui était le premier envahisseur, sortant du portail comme si tout cela était tout à fait normal, puis les deux compères suivirent, faisant leurs entrées dans l'havre de paix qu'incarnait ce petit village renégat.

Le jeune garçon cessa ses efforts une fois sortis du portail, tendis que le véhicule foulait un sol plus ou moins plat depuis un bon moment maintenant.

Il y'a un atelier pas très loin dans la ville, une bonne connaissance qui ma offert la chance de pouvoir prendre la route, nous y déposerons le véhicule si tu le veux bien et après nous auront tout le temps de discuter durant les réparations, il y'a une auberge honorable et très agréable nous y feront une escale le temps de..


Il marqua une courte pause.

Qu'est ce que tu en penses ?


Avec beaucoup plus d'aisance ce dernier entreprit son chemin en direction de l'atelier, étrangement en présence du jeune garçon le relais dégageait une ambiance plus agréable, comme accueillante et bien vivante comme si toute la méfiance avait disparus, rapidement des gens vinrent interrompre la progression de l'adolescent. Une tension s'installait l'espace d'un instant, jusqu'au moment où les grosses brutes prirent un ton plus amusant et taquin avec Hyun, des petites blagues, vannes ainsi que piques fusaient des deux côtés.

Après un échange fort en animation, l'adolescent présentait Viladra aux hommes qui s'inclinaient face à elle montrant une certaine forme de respect, puis afin d'allégé Hyun prirent sa place afin de déposer le véhicule jusqu'à l'atelier qui se trouvait plus loin en ville.

Après leurs départs, Hyun se tourna en direction de Viladra, tout en passant sa main derrière sa tête il reprit avec un air un peu embarrassé.

Ce sont des amis, ils m'ont beaucoup appris au début de mon voyage et même s'ils peuvent paraître un peu rustre, ces derniers sont assez gentils si tu as besoin de quoi que ce soit tu peux leurs faire savoir et ils feront de leurs mieux pour te rendre service.


Il dépoussiérait ses mains en se les tapant l'une contre l'autre puis reprit.

Même s'ils emmènent le véhicule, nous devons nous rendre à l'atelier afin de voir ce que nous coûterons les réparations, en espèrent que cela ne soit pas trop excessive afin que l'on puisse prendre la route le plus rapidement possible.


Une nouvelle pause interférait dans la fluidité du discours du jeune garçon.

Enfin... « On » Je ne pense pas vraiment que t'en ai besoin pour tes déplacements, tes portails semblent bien plus pratique et moins encombrant.. Nous prenons sans doute pas la même route d'ailleurs.


Il laissa paraître un petit rictus nerveux puis repris quelques secondes après.

Avant même de savoir où l'on vas, nous devons rejoindre le garage et après nous pourront rejoindre l'auberge où nous pourront discuter tout en nous reposant, après toute une journée dans le désert est loin d'être de tout repos.


Il indiqua une direction du doigt, puis tourna la tête en direction de Viladra.

Allons-y !


La traversée fut assez tranquille, les gens s'occupaient de leurs affaires n’importunent pas notre duo qui progressait au travers cet étrange village sans le moindre encombre. Il eut suffit de quelques minutes afin de rejoindre le fameux atelier, dont le jeune garçon parlait un peu plus tôt. Encore une fois le même cirque se déroulait devant les yeux de Viladra, un vieil homme semblait prendre un malin plaisir à échanger des paroles pouvant paraître blessante, mais loin de l'être avec Hyun, ce dernier semblait rire et bien s'amuser au contact de ces derniers.

Après quelques minutes, Hyun se retournait enfin vers son compagnon et lui expliqua la situation.

Comme t'as pus le voir, le vieux n'as pas vraiment le temps ce soir et nous tiendra au courant des dégâts demain matin, ainsi que la somme souhaités pour les réparations,  il ne sait pas encore d'où cela provient, mais cela promet tout de même d'être assez salé, en attendent nous pouvons nous rendre à l'auberge si tu le souhaites toujours.

ft. Viladra

ft. Hyun

「nouveau départ」
Ses dernières paroles avant de pénétrer dans le portail achevèrent de me réjouir lorsqu’il évoqua ses nouvelles capacités à rendre les vers de sable comme des adversaires insignifiants. J’avais hâte de voir tout ce changement en lui afin de contempler sa nouvelle maturité ainsi que ses prouesses récemment découvertes. Je me dégoûtais moi-même de penser ainsi avec autant de bienveillance, l’impression de m’affaiblir et de ressentir de nouveaux ces émotions futiles et horriblement humaines. Ah, la vie savait me surprendre et ce, même après quatre siècles.

Oh tu sais, on est tous des créatures de cette pauvre planète… Disons que certaines sont bénéfiques et d’autres, un peu moins…

Il me donna ensuite son avis sur la façon de voir le monde, à travers les guerres qui se déclenchaient régulièrement ou les accords tangibles qui ne duraient jamais bien longtemps. Je pouvais constater encore une part de naïveté dans son espoir qu’un jour tout cela s’arrête et que tous puisse prospérer en paix dans un environnement sain et agréable. Depuis la nuit des temps, que cela soit les hommes ou d’autres races, nous nous déchirions sans cesse, alpagués par l’appât du pouvoir ou de la richesse. A notre époque actuelle, ils ne dérogeaient pas à la règle… Que cela soit Ellgard et sa course au progrès, capable de déroger à toute morale en faisant des expériences aussi débectantes qu’immorales, ou Akantha qui se vantait de son service d’assassinat et qui en usait et abusait… Tous ceux qui ne suivaient pas leurs idéaux étaient souvent obligés de se cacher ou de se taire au risque de se faire traquer et de devoir lutter pour sa survie. Etre en habit de soie n’avait jamais offert une rédemption ou une excuse, les plus influents étaient souvent les plus vils et les plus cruels. Néanmoins, tout cela était une analyse détachée, cela ne m’atteignait plus et je me fichais qu’ils s’entretuent. Hyun était encore suffisamment humain et sensible pour qu’il se sente concerné, comme je le fus jadis.

Sa voix me ramena à la réalité tandis qu’il relevait le fait que j’étais nouvellement armée. Oui, à moindre échelle, j’étais comme tous ceux qui cherchaient à gagner en force et en puissance. Je n’étais pas dupe, mon anonymat était pour le moment mon meilleur moyen de défense. Je n’avais pas fait assez de vague pour que mon identité soit connue et j’avais ainsi restreint la possibilité de me faire bon nombre d’ennemis. Pourtant, plus les choses avançaient et plus je sentais que ma tranquillité serait un jour mise à l’épreuve ; je préférais donc prendre les choses en main et m’atteler à ma survie en avance…

Effectivement, répondis-je en souriant. Tu n’es pas le seul à avoir appris et à avoir progressé ces derniers temps. Quant à mon voyage, j’ai la chance de bénéficier de capacités qui m’ôtent les désagréments d’une longue et pénible traversée… Mais je dois t’avouer que le goût de l’effort vient à me manquer, dernièrement. Il est toujours plus ennuyeux d’accéder à la facilité plutôt que de se salir un peu les mains. Même si dans notre cas actuel, c’est tout de même bien pratique…

Ma réponse semblant lui convenir, il poussa alors son véhicule à travers ma dimension, ne laissant derrière nous que les traces longilignes de notre passage. Quand nous fûmes envahis par un air frais malgré m’obscurité qui nous entourait, je le sentis se détendre au moment même où il faisait part de son bien-être à revenir en ces lieux. Je ne créai donc pas immédiatement la sortie, lui laissant le loisir de pouvoir savourer ces sensations familières quelques instants.

Tu seras toujours le bienvenu, ici. Après tout, tu es chez toi…

Nous ressortîmes en plein cœur du campement, au milieu de quelques regards ébahis. La magie était présente sur ce monde, mais rares étaient ceux qui la maniaient, et encore moins ceux qui la maîtrisaient avec dextérité. Néanmoins, personne ne fit de commentaire et les civils reprirent leurs activités sans broncher tandis que Hyun m’exposait la situation. Il avait apparemment passé du temps ici, avant que je n’arrive, et s’était familiarisé avec les lieux sans problème. Sa nouvelle aisance dans un endroit fréquenté faisait plaisir à voir et ce fut sans surprise qu’il me proposa la suite des évènements. Hochant la tête au fur et à mesure de ses propositions, j’attendis qu’il termine pour donner mon avis.

Une auberge ? Ma foi, pourquoi pas. Etrangement il m’est toujours arrivé des bricoles dans ce genre d’endroits, peut-être suis-je un aimant à ennui, mais ici cela m’a l’air plus paisible. Ce qui est étonnant lorsque l’on sait que la plupart des marchands ici travaillent dans l’illégalité la plus totale et usent parfois de méthodes…. Disons, peu conventionnelles.

Il continua de pousser son véhicule, beaucoup plus aisément maintenant que le sol était suffisamment dur pour que le sable ne gêne plus le roulement. Nous fûmes bientôt alpagués par une petite bande et je contemplai en silence Hyun rire avec eux avant qu’il ne me présente. Mon visage, bien qu’ayant ôté toute la froideur qu’il pouvait avoir, devait être suffisamment fermé pour qu’ils se contentent de me saluer sobrement sans chercher à aller plus loin. Inclinant légèrement la tête en réponse, ils finirent ensuite par débarrasser le jeune homme de sa ferraille pour prendre la relève sur les réparations qu’il y avait désormais à faire. J’étais partagée, partagée entre la tristesse de voir que Hyun aurait été nettement plus heureux s’il avait été un simple humain. Et puis j’étais aussi amusée de me demander comment il évoluerait sachant que la corruption l’avait déjà gagnée. Qu’importe toute la sympathie que l’on avait, il y avait toujours cette graine de noirceur en nous qui ne pouvait être résorbée entièrement. Tout cela relevait uniquement de la maîtrise de soi, et il n’en avait même pas conscience…

Quand il me présenta ces personnes comme ses amis, je restai impassible mais je fus une fois de plus légèrement attristée en me disant qu’un jour, ces gens-là finiraient par mourir autour de lui tandis que le temps n’aurait aucune emprise sur sa vie. Il les perdrait, un par un, et il commencerait à comprendre le lourd fardeau de l’immortalité qui pesait sur nos épaules. Lorsque l’on arrive au monde en tant que dieux, on se fait peu à peu à l’idée mais à la première perte d’un être mortel qui nous est cher, il y a toujours une cassure dans notre esprit. J’espérais pour lui qu’il arriverait à l’encaisser sans trop souffrir, car même si je me savais condamnée à perdre les dernières bribes d’empathie qu’il me restait, lui n’était pas aussi atteint que moi et il avait encore la possibilité de vivre des années heureuses loin de la cruauté de notre race.

Je m’en souviendrai, répondis-je bien que je n’avais aucunement l’intention de me lier à ces gens, tu as effectivement l’air de bien t’entendre avec eux, ça fait plaisir à voir.

Lorsqu’il émit naturellement la possibilité que nous reprenions la route ensemble, je ne pus m’empêcher de sourire à nouveau. Au fond de moi, je ne sais pas ce que je souhaitais, si c’était une bonne chose pour lui comme pour moi de continuer à nous côtoyer. Il n’avait pas besoin d’une personnalité aussi trouble que la mienne à ses côtés, et son humanité flagrante pouvait me faire défaut. Une part de moi avait envie de l’abandonner ici, là où il se mêlerait à la foule sans problème et se créerait une vie simple loin de toutes les noirceurs du monde… Mais il était un séraph et sa nature le rattraperait tôt ou tard et je ne souhaitais pas qu’il tombe entre des mains manipulatrices et malhonnêtes de certains de mes confrères. S’il ne se faisait pas tuer ou emprisonner, il serait alors entouré de désillusion et sa joie de vivre disparaîtrait comme une flamme de bougie face à une tempête. Moi qui comptais le garder uniquement pour l’utiliser, voilà qu’une part protectrice prenait place dans ma conscience… C’était aussi répugnant qu’amusant.

Bon et bien, puisque tu me vantes tant cette auberge, je ne peux que te suivre pour en découvrir ses atouts ! Je te suis !

Et lui emboitant le pas, nous fîmes un bref passage à l’atelier où son gérant nous apprit qu’il ne pourrait s’occuper du véhicule que plus tard. Nous devions donc passer la nuit ici, même si la tentation de retourner dans ma dimension m’effleura quelques instants. Allons bon, il était toujours agréable de prendre un bain de foule…

Ecoutant distraitement l’échange entre Hyun et son interlocuteur, je ne fis aucune remarque lorsqu’il termina et qu’il m’annonça que la somme risquait d’être salée. De l’argent, j’en avais à foison mais je ne comptais pas proposer mon aide tant qu’il n’était pas au pied du mur. Après tout, peut-être avait-il réussi à réunir quelques économies pour lui permettre de se débrouiller seul, acte typiquement humain et dont je ne me souciais plus depuis longtemps. Je n’avais pas souvent besoin de matériel, la nourriture étant la seule denrée que j’achetais et cela ne me coûtait presque rien sur les récompenses que j’avais accumulées au fil de mes contrats. La notion d’achat et de vente était lointaine pour moi, je voyais presque tout cela comme un jeu.

Je te l’ai dit, je te suis, hâtons-nous avant que les dernières place soient prises, il serait dommage de se retrouver à la porte en plein milieu de nos retrouvailles.

Nous gagnâmes le centre du campement qui, au final, était bien plus étendu que je ne l’avais remarqué à mon arrivée. Un bâtiment de pierre, de bois et de sable séché trônait au milieu de plusieurs petites boutiques temporaires, ses flambeaux à l’entrée illuminant une terrasse joliment agencée où quelques badauds se détendaient autour d’un verre. Il y avait un peu de monde, mais ce n’était pas non plus bondé et je retins un soupir de soulagement à l’idée que je n’aurais pas à me serrer au milieu de corps étrangers. La nuit tombait peu à peu sur le désert, faisant chuter la température rapidement. Ici, les journées étaient brûlantes, mais lorsque le soleil se couchait, il y régnait un froid glacial et dormir dehors était désagréable même en étant bien couvert.

Pénétrant à l’intérieur, l’odeur de nourriture et le bruit de conversations nous envahirent d’un coup tandis que la chaleur causée par un grand feu de cheminée où rôtissait du gibier détendit mes muscles rapidement. Otant la capuche qui ne m’avait pas quitté depuis le début, nous nous dirigeâmes vers le comptoir où le tenancier nous apprit qu’il restait encore une chambre de libre. Sans réfléchir, je posai la somme devant lui, récupérai la clef et filai vers une table de libre dans un recoin de la pièce, non loin du feu. L’atmosphère était familière, les chaises étaient dépareillées comme dans une brocante, laissant parfois de simples supports en bois où de confortables fauteuils rembourrés. Quand nous fûmes assis, une jeune femme vint demander notre commande et je choisis une simple infusion, laissant Hyun donner son choix. Une fois qu’elle fut repartie, je posai alors mon regard sur le jeune homme devant moi, entamant la conversation d’un ton tranquille.

Effectivement, c’est un endroit agréable malgré une population constituée essentiellement de bandits et de chasseurs de primes. Relevais-je dans un sourire avant d’ôter ma cape. Alors ? Maintenant que nous sommes confortablement installés, tu vas pouvoir me raconter où tu veux te rendre ? Tu m’as l’air de t’être lancé dans une épopée épique et intéressante, j’ai hâte de savoir ce qui a bien pu te motiver à te chercher un moyen de transport aussi délabré.

Rigolant légèrement sans aucune moquerie, je fus interrompue par l’arrivée de la serveuse qui déposa nos commandes sur la table avant de s’éclipser. Attrapant ma tasse, je soufflai doucement dessus afin de rafraichir son contenu brûlant et repris la parole.

Tu me sembles être à l’aise dans ce genre d’endroits, ne t’es-tu pas demandé s’il n’était pas mieux pour toi de t’installer parmi ces gens ? Tu m’as l’air d’être un poisson dans l’eau et nul doute qu’ils t’accepteraient sans souci. Tes compétences et ta sociabilité leur seraient fortement utiles, il n’y aurait aucun souci à se faire là-dessus.



Les faubourgs de cette bourgade traçaient le début des lignes de l'aventure de notre groupe de héros comportant pour le moment le jeune homme, Hyun et la femme lui ayant offert une seconde chance dans la vie, Viladra une personne encore pleine de secret bien que familière. Un sourire trônant sur le visage du garçon, voilà ce que serait sans doute les premières lignes de cette épopée, mais hélas pour le moment nous étions encore bien loin de la véritable aventure. Ces derniers avaient mis un pied engagé dans ce qu'allait devenir leurs histoires, mais ils étaient encore bien loin de savoir tout ce qui pourrait les attendre au bout du chemin, ou tout simplement prochainement, mais c'était sans doute cela le goût de l'aventure et de la découverte.

Hyun, n'avait pas eu l'occasion d'avoir ce genre de discussion avec la femme auparavant, sans doute son manque d'expérience sur ce qu'étais la vie réelle, ainsi que les maux du mondes ou bien même son comportement encore enfantin du à son jeune âge l'avait empêché de crée un certain lien avec cette dernière par la discussion et cela malgré ce qu'elle avait fait pour lui. Il existait bien-sur une certaine union entre les deux compagnons, mais une part d'ombre régnait toujours, mais maintenant il serait le moment de remédier à tout cela et d'apprendre enfin qui ils étaient vraiment.

Un nouveau sourire apparut sur le visage du jeune garçon, tendis qu'il écoutait les paroles de jeune femme l'accompagnant, maintenant qu'il était à l'oasis ce dernier semblait beaucoup plus détendu, ainsi ce dernier se tournait en direction de son interlocutrice et répondis avec un certain panache.

C'est vrai que tes pouvoirs semblent plus utile que les miens sur certains points, surtout sur le déplacement comme tu peux le faire, tu n'imagines même pas combien de temps cela pourrait me prendre pour faire un voyage que toi tu ne ferais qu'en une seconde, mais...


L'adolescent marquait une pause, observant l'horizon qui se dressait face à lui par la chance d'une voie complètement dégagée.

Honnêtement, toutes ces heures de voyagent valent vraiment le coup Viladra, tu découvres des lieux, des animaux ou tout simplement des phénomènes hors du commun, des choses que tu n'imaginerais même pas et cela m'attriste de savoir que tu rates tout cela par ton don aussi exceptionnel soit-il.


Après quelques secondes ce dernier se tournait en direction de son interlocutrice, lui faisant ainsi face puis repris avec un air poussant à l'invitation.

Un jour crois moi, nous aurons la chance de pouvoir voyager ensemble et je te ferais découvrir toutes ces belles choses dont le monde pululle, toutes ces ressources que les gens oublient au profit de la guerre ou tout simplement de la misère.. Promis, ce voyage serait l'une des plus belles choses que tu aurais pus vivre au court de toute ton existence Viladra, et j'aimerai que tu partages ce moment avec moi.



Il affichait un nouveau sourire aux paroles de la jeune femme, ainsi qu'un léger frémissement qui accompagnait les mots de la jeune femme, car même s'il avait eut la chance de subir une certaine évolution au niveau de son caractère, le petit garçon qu'avait été Hyun était toujours présent sous cette énorme carcasse d'homme qu'il était devenus et ainsi il restait toujours aussi sensibles à ces mots que Viladra pouvait lui prodigués.

Rougissant légèrement, ce dernier ne se cachait pas vraiment, sans doute croyait-il que s'il assumait totalement sa position, nous pourrions croire que son visage écarlate était l’œuvre du soleil tapant fortement sur sa douce et fine peau immaculé d'un blanc parfait.

Eh bien, sans le moindre doute, je peux te promettre qu'il ne t'arrivera absolument rien dans cette auberge, c'est comme une seconde maison pour moi j'y ai fais mes premiers coups avant de prendre la route ! C'est ainsi que j'ai appris à connaître les autres marchands, ces derniers ne sont pas vraiment méchant, mais très méfiants suite à tout ce qu'ils avaient pus vivres. Une fois qu'on apprendre à les connaître, ces derniers sont comme tout le monde des personnes cherchent à survivre dans un monde assez rugueux, c'est de la que leurs vient cette manie des prix forts, faut bien de l'argent pour vivre, c'est un peu la clé de tout.


Les rayons du soleil berçaient leurs progressions, les minutes passaient, puis finalement les heures, tendis que ces derniers continuaient parfaitement de remplir leurs objectifs afin de conclure cette fameuse quête concernant le véhicule du jeune homme et ainsi pouvoir rejoindre cette auberge afin d'avoir le droit à une récompense, c'est à dire un repos bien mérité suite à un travail de bête sous un soleil de plombs.

Les étapes passaient, alors que le soleil lui trépassait au profit d'une lune pleine dans un ciel qui semblait d'un sombre infinis, malgré ces millions d'étoiles qui éclairaient le village à chaque heures qui défilaient. Rapidement les dernières personnes dans les rues, comme des soldats en proie à l’ennemie rejoignait leurs baraquements, le froid était un véritable fléau dans ces zones arides et même si des feux se trouvaient un peu partout dans la ville, rien ne valait mieux qu'un petit établissement où les cœurs joyeux réchauffaient en même temps qu'un bonne bûche dans la cheminée.

Nos deux personnages avaient rejoins rapidement le lieu de félicité qu'incarnait ici l'auberge, avec une certaine chance d'ailleurs, les chambres semblaient se faire vraiment rare, une seule avait eut l'occasion de survivre et tout cela pour leurs plus grand bonheur.

Après un échange assez complices de regard entre la serveuse et le garçon, ce dernier commandait « Comme d'habitude », cela pouvait être intriguant, mais Viladra aura sa réponse bientôt sans avoir même besoin de demander ce qu'elle était cette fameuse habitude.

Un nouveau sourire apparut sur le minois du jeune garçon, tendis qu'il écoutait et cela attentivement les paroles de Viladra, accompagnant ses paroles de geste des mains assez fluides et en accords ce dernier entreprit sa réponse.  

Ainsi tu peux voir par tes propres yeux que tu as eu bien raison de me faire confiance !


Il marquait une courte pause, puis repris quelques secondes après.

Eh bien pour être honnête, ce n'est pas vraiment aussi facile que cela peut paraître, bien au contraire même.. Comment dire..


Une nouvelle pause s'imposait alors qu'il recherchait ses mots, heureusement pour ce dernier la jeune serveuse arrivait au même moment, déposant ainsi deux assiettes contenant ce qui semblait être des morceaux de viandes, ainsi qu'une assiette content des fruits tous dégageant une odeur plus sucrée les uns que les autres.

Après quelques secondes, attendent que la serveuse reparte afin qu'ils soient tranquilles pour leurs discussion ce dernier reprit.

Actuellement, après avoir fait un certain du monde, j'ai appris beaucoup sur les mythes et légendes, ainsi que les histoires de ce monde que l'on ne compte pas dans les livres qui eux sont censé transmettre le savoir.


Il marqua la fin de sa phrase par une pause, puis reprit de plus belle.

Nous vivons dans un monde pleins de secrets, où des grandes nations semblent vouloir diriger en maître, tout en oppressent parfois la réalité des choses, mais ce ne sont pas vraiment les nations le soucis, mais avec le temps, les questions, ainsi que les réponses disparaissent et hélas pour moi, après tout ce que j'ai pus vivre en entreprenant ce voyage, je suis pleins de toutes ces interrogations.


Il affichait un léger sourire, comme un peu triste.

Aujourd'hui, plus personne ne connaît réellement la vérité et plus personne ne pourrait répondre à mes interrogations, mais heureusement pour moi les mythes et les légendes existent et la plus parts existent pour une raison, car ces derniers sont réels et quelque part dans le monde attendent d'être découverts à nouveau.


Il créa une certaine proximité en s'approchant un petit peu de la jeune femme.

Cela fait maintenant quelques temps que je suis à la recherche de, Aetoth que l'on surnomme le maître du savoir, un dragon qui serait toujours en vie après la chute de leurs peuples et qui d'après les légendes aurait un savoir sans limite.


Après quelques secondes il recula, terminant ainsi sa confidence, puis reprit comme si rien ne c'était jamais produit.

Il n'est pas très loin maintenant, il ne me manque que quelques indices pour savoir où je pourrais mettre exactement la main dessus, mais cela ma prit énormément de temps et surtout de nombreux voyages et c'est pour cela que mon véhicule semble être ma meilleure arme et mon seul compagnon jusqu'à la dans mon aventure.


Il affichait un sourire plutot tendre et nostalgique.

Ce véhicule est devenu un peu comme mon compagnon de route, depuis que mon mécha se soit éteint non loin d'Atlantys suite à un échange assez virulent avec le kraken, j'ai du trouver un nouveau moyen de transport et par chance j'ai eu l'occasion de tomber sur ce véhicule d'Ellgard un peu à l'abandon par son obsolescence technologique, mais moi il m'allait parfaitement..


Il écoutait les paroles de Viladra, puis émit un léger rire avant d'y répondre.

Eh bien pour être honnête, j'y ai déjà songer de nombreuses fois et aussi beaucoup du personnes du village voulaient que je reste avec eux, mais rapidement nous avons compris tous ensemble que mes ambitions dépassaient totalement ce cadre de vie. Je devais saisir la chance d'avoir ce don pour accomplir de grandes choses, comme le destin le souhaitait en m'offrant un tel pouvoir.


Il ria légérement à nouveau.

Mais, ne te méprends pas, ce n'est pas seulement pour moi tout cela, mais bien aussi pour toutes ces personnes qui comptent sur moi, j'aimerai un jour pouvoir être capable de faire entendre la voix du peuple, une voix qui souhaite la paix entre toute les nations, une voix qui dépasse même le concept de nation, où tout le monde serait réunis sous une seule et même bannière et que le choix de guerres de dirigeants démago n’influeraient pas sur la vie ou la mort des gens.


Il passa une main derrière sa tête comme un peu gêné

Cela peut sans doute paraître trop ambitieux pour une simple personne comme moi, mais même si je n'accomplis pas tout cela j'aimerai pouvoir apporter ma pierre à l'édifice qui est le rêve de ces gens.


Il marqua une courte pause, puis reprit de plus belle.

Et toi Viladra ? Qui es-tu vraiment ? Nous somme étroitement lié, mais pourtant je ne connais rien de toi, pourquoi voyage-tu et que recherche tu vraiment maintenant ? Tu sembles avoir beaucoup plus d’expérience que moi même si tu ne le montres pas, je suis vraiment curieux de tout savoir sur toi.

ft. Viladra

ft. Hyun

「nouveau départ」
Lorsque Hyun nota la tristesse de ne pas bénéficier de grandes escapades pour aller à la découverte du monde, je me rappelai qu’il ne connaissait au final rien de moi. Pour lui, je n’étais qu’une mage d’une petite trentaine d’années tout au plus, qui arpentait les terres de cette planète depuis peu. Comment lui dire que quatre siècles d’expérience et de voyage me précédaient et que jadis, si j’avais eu le goût du voyage, il m’avait déserté une fois que j’en fus totalement repue… Maintenant, seuls les habitants changeaient, mourant et naissant au grès du vent sans que je n’y accorde d’importance, les grandes villes s’étaient établies et ne bougeaient plus, les cités principales étaient bien installées et je n’accordais que peu d’importance aux villages nomades qui se déplaçaient selon les saisons. Il m’arrivait parfois d’ouvrir un portail sur une destination où je ne m’étais pas rendue depuis longtemps et de m’étonner d’y découvrir des infrastructures qui n’y étaient pas jadis, mais cela ne me choquait plus vraiment, j’étais devenue malheureusement totalement blasée.

Quand la commande de Hyun arriva, je remarquai qu’il avait choisi un repas complet et j’affichai un sourire poli même si mon estomac encore rempli de mon dernier repas, ne me permettrait pas de savourer l’intégralité de mon assiette. (t’as vu, je reviens dans le présent wlh) Attrapant une poire, je la tournai quelques instants entre mes doigts avant de saisir un couteau et d’en trancher plusieurs tranches que je replaçai distraitement sur le plateau en corolle. En dégustant une, je laissai la douce saveur sucrée gagner mon palais et écoutai ensuite ce que le jeune homme avait à raconter. Il m’apprit qu’il avait alors découvert pleins d’histoires et que certaines d’entre elles lui paraissaient être réelles. Il était avide de connaissance, envieux d’un monde meilleur et je ne savais pas si c’était une bonne chose. Bon nombre de tyran avaient réagi comme lui à leurs débuts avant de connaître les difficultés et les vices qui les avaient fait basculer de l’autre côté.

Certaines légendes sont effectivement basées sur la réalité…

« … pour en avoir rencontré les protagonistes… »

… Mais il faut savoir faire la part des choses, beaucoup d’histoires ont été embellies alors qu’au final, il n’y avait pas grand-chose.

Je marquai un léger arrêt lorsqu’il évoqua son envie de rencontrer le dragon de la connaissance. Il était de notoriété commune chez les mages noirs que sa position se trouvait à Fhaedren, en haut d’un volcan ou d’une montagne, mais personne n’avait cherché à le voir depuis que les rares s’y étant rendus n’étaient jamais revenus. Moi-même, malgré son pouvoir fantastique, je n’avais jamais eu envie d’y aller, mes questions recevant souvent les réponses que je souhaitais, et n’étant pas spécialement curieuse au point de vouloir avoir accès au savoir universel. De plus, on racontait que ses mots sortaient sous forme d’énigmes et qu’il était difficile de les interpréter, menant souvent parfois à des catastrophes lorsque leur sens était déformé.

Aetoth, hm… Belle ambition.

Buvant une gorgée de mon breuvage je le laissai poursuivre, m’apprenant la perte de son robot dans les eaux océaniques. Quelle idée de vouloir rencontrer le kraken tout seul, même pour un mage expérimenté, ce n’était pas une mince affaire, et cette créature totalement stupide ne cherchait pas à comprendre, elle tuait tout ce qui se trouvait à portée de tentacule. J’avais déjà eu l’occasion de le voir, mais je m’étais toujours gardée de m’en approcher, préférant directement filer à Atlantys où il était moins risqué de se faire dévorer sur un coup de tête octopusien…

Quand il poursuivit en parlant du fait qu’un lieu comme celui-ci, aussi convivial soit-il, n’était pas à la hauteur de ses projets, je ne pus m’empêcher d’approuver d’un signe de tête. Une part de moi aurait sans doute préféré le voir prospérer dans un cadre aussi tranquille, mais une autre aurait pris cela pour du gâchis, et il en avait conscience. A quoi bon se satisfaire de peu lorsque la grandeur vous tendait les bras… Il ne faisait pas forcément un bon choix, mais il n’était pas critiquable.

J’ai eu l’occasion de connaître ces légendes durant mon existence, celle du maître de l’air est aussi connu que mystérieuse. Je peux effectivement te confirmer qu’il existe bel et bien et que sa dernière position en date se trouve dans les terres hostiles de Fhaedren. Je ne sais pas si tu as eu l’occasion d’arpenter ces lieux, mais je les connais très bien et je peux te dire que ton véhicule aura besoin de quelques améliorations si tu souhaites le garder… Là bas il n’y a que plaines rocailleuses, forêts denses et jungles à foison. Quelques anciennes grandes voies sont encore praticables mais jamais pour aller bien loin et la faune et la flore rappellent rapidement qu’elles règnent en maître sur le continent maudit…

J’avais beau parlé ainsi de cet endroit, le royaume perdu était étrangement un lieu où j’aimais aller. Quand je m’y rendais, que cela soit pour les mages noirs ou pour mes objectifs personnels, j’avais l’impression de revenir chez moi. Son côté hostile dissuadait bon nombre de personnes de s’y rendre et il était d’ailleurs rare d’y croiser quelqu’un en dehors de l’un de mes confrères. C’était des terres indésirables que convoitaient jadis les grandes nations mais qui maintenant n’inspiraient que la crainte et la terreur, mythe soigneusement entretenus par ma guilde. J’avais foulé presque chacune de ses parcelles, connu chacune de ses créatures et combattus contre chacun de ses pièges, mais de nombreuses zones d’ombre restaient encore à découvrir que même plusieurs siècles ne pouvaient couvrir.

Je comprends que tu ne veuilles pas t’établir ici, mais c’est agréable de voir que tu as pu y trouver un peu de confort. Si tu as soif de connaissance, effectivement tu n’as pas le choix, il te faudra partir sans avoir de réels points d’ancrage, c’est la dure condition pour la course au savoir…

Souriant tout de même pour amoindrir la dureté et la fatalité de mes mots, j’attrapai un autre morceau de fruit que j’examinai quelques secondes avant de le déguster.

Je ne parle pas beaucoup de moi, je m’en excuse… Ce n’est pas particulièrement volontaire, mais comme tu l’as remarqué, je bouge beaucoup et ce n’est donc pas aisé de créer de véritables liens afin d’apprendre à mieux connaître les autres. Si tu as la moindre question, n’hésite pas, j’y répondrai sans aucun problème. Concernant mes voyages…

Je ne souhaitais ni le lier avec la confrérie, ni avec les séraph et je devais donc choisir mes mots pour que tout ce que je dirai sonne comme un objectif de vie personnelle.

… Disons que de part mes capacités, j’ai effectivement la possibilité de pouvoir aller partout sur cette planète comme je le souhaite. Mais je prends parfois goût aux longues escapades, délaissant ma capacité de déplacement afin de savourer tout ce que les aventures ont à m’apporter. Le temps et la curiosité m’ont donné une certaine expérience, il est vrai, mais je ne me lasse pas de découvrir de nouvelles choses.

Malheureusement, j’en arrive souvent à un point où il m’est encore difficile de m’étonner. Tout me semble pareil, comme si rien ne se créait, mais que tout se transformait… Pourtant la magie avait cette capacité-là, celle de pouvoir faire surgir des miracles et des dangers incroyables. Seulement, depuis quelques temps, à croire même que cette planète se fatiguait, il ne se passait plus grand-chose. Finalement, accompagner Hyun dans sa quête pouvait être une bonne idée pour que je me dégourdisse les jambes…

Voyager à tes côtés me sera bénéfique et me fera plaisir, si tu le veux bien, je souhaiterais t’accompagner dans ta quête d’Aetoth, en mettant de côté ma capacité de téléportation. Tu as raison, j’y prends trop goût, dernièrement et à vouloir gagner du temps, peut-être que j’en perds plus qu’autre chose…

Laissant échapper un rire, je terminai ma tasse et la posai doucement devant moi.

Alors ? Qu’as-tu donc trouvé comme piste ? Un endroit en particulier où tu souhaiterais enquêter, ou une personne qui pourrait nous apporter des indices ?

C’était comme lorsque j’effectuais une chasse pour un contrat, le côté contraignant en moins, et l’aspect amusant en plus. Je ne croyais pas forcément au destin, mais le fait de s’être retrouvés ici dans des circonstances pareilles était décidément une excellente chose pour moi. Mon intuition me soufflait qu’une page venait de se tourner que qu’un nouveau récit s’inscrivait désormais dans le livre de nos existences.




Lentement, l'auberge semblait prendre une toute autre dimension, en effet une certaine ambiance intime prenait place dans cette petite bâtisse qui avait sans doute vus le jour au prix de nombreux efforts des gérants de l'établissement. L’origine de cette étrange bonne ambiance qui s'échappait des lieux, provenait peut être de tous les efforts, leurs rêves et leurs ambitions qu'ils avaient fournit afin de mettre sur pieds un tel projet. Cela avait sans doute hanté les charpentes et s'en échappait petit à petit afin d'envahir tous les personnes se trouvant ici au même moment, d'ondes positives chassant toutes ces idées dérisoires qui pouvaient hantée ces meutes de loups, qui en temps normal pouvait paraître beaucoup plus sauvage, mais le temps d'une boisson étaient doux comme des agneaux.

Cela pouvait paraître bien étrange comme idée, mais Hyun avait pus en faire les frais durant tout son périple, ce dernier n'en avait pas simplement découvert plus sur le monde qui l'entourait, mais tout autant sur la nature, ce qu'il était réellement. Bien loin de se douter de sa réelle origine, le jeune garçon en avait simplement plus compris sur ses pouvoirs, ses origines ainsi que d'où provenait sa puissance, comprenant par delà que ce dernier avait un intime lien avec la nature, qui comme une mère pouvait le faire avec son enfant.

La nature, lui offrait toute l'énergie et les ressources nécessaire par le biais de son mana, afin qu'il puisse vivre, grandir ainsi s’épanouir dans le monde qu'elle lui offrait, mais maintenant il lui fallait comprendre pourquoi il avait ces pouvoirs, sans doute une de ces raisons qui le poussait à voir le fameux dragon qu'il recherchait.

Rapidement, la voix de la jeune femme reconduisait Hyun dans le monde réel, ce n'était pas tant un défaut que cela, mais le jeune garçon avait tendance lors des périodes creuses à se perdre facilement dans ses pensées d'une grande ampleur.

Il n'osait faire aucune interruption à la jeune femme, en effet cela était un événement rare qu'elle se confie, elle même l'avait dit dans ses paroles, ainsi le garçon avait peur de faire disparaître ce doux moments éphémères en lui coupant la parole afin d’émettre des idées.

Étrangement, le temps paraissait beaucoup trop rapide quand cette dernière parlait, dévoilant petit à petit au jeune homme ce qu'elle était vraiment, partageant avec lui ses voyages, sa façon de faire et surtout de voir les choses comme lui avait pus le faire avec elle précédemment.

Lorsqu'elle eut fini de prendre la parole un certain silence s'installa dans l'auberge, cela permis aux deux compagnons de découvrir que cette dernière c'était bien vidé depuis le début de leurs échanges , même si ces derniers s'étaient rendu compte de la situation. La trêve dura encore quelques secondes jusqu'à que Hyun comprenne qu'elle avait bel et bien fini, un certain sentiment de vide envahissait ce dernier.

En effet, il aurait souhaité que ce moment dure éternellement, mais hélas comme toutes les bonnes choses de ce monde, cette discussion se terminerait bien un jour, mais cela ne voulait pas dire la fin bien loin de la, car ses mots rassuraient le jeune garçon, qui n'aurait jamais cru entendre cela un jour surtout provenant de la bouche de cette femme.

Une certaine mine ravis pouvait se lire sur le visage du jeune homme, ce n'était pas non plus évident mais cela pouvait se percevoir, ce moment, éternellement serait dans sa mémoire, le silence, le vide tout concordait pour dire que le monde serait à eux ce soir.

Après quelques seconde s'ajoutant au long silence les précédents, Hyun décida de prendre la parole unissant son courage ainsi que sa volonté afin de faire une réponse concrète à la jeune mage.

Eh bien.. Il faut que tu saches que cela serait un véritable plaisir pour moi que nous voyageons ensemble, cela pourrait nous faire découvrir de nouvelles choses qui, je le souhaites te feront sortir de cette mélancolique banalité qui semble t'envahir lorsque tu parles de découvertes et d'aventure.


Lentement ce dernier quitta sa position assise, afin de paraître debout de toute sa hauteur, il beau ne pas être l'homme le plus imposant du monde, ce dernier dégageait tout de même une certaine chose qui imposait le respect de ses pairs.

D'un mouvement ample et assez agile, ce dernier tourna le dos à la jeune femme afin de pouvoir reprendre sa tirade tranquillement, il savait pertinemment que cela n'était pas polie, mais c'était sans doute la meilleure façon de faire les choses.

Viladra.. Pour être honnête avec toi, mes choix ne sont pas vraiment une valeur sur, soyons sincère entre nous, dire que cela ne m'arrive jamais d'avoir des doutes quant à ma route serait le plus gros des mensonges.


Même de dos ce dernier continuait avec ses mouvements de mains fluides et doux accompagnant ses paroles, comme un véritable chef d’orchestre ses mains servaient à illustrer ses paroles et à guidés les prochaines afin qu'elle atteigne le but qu'il ait souhaités.

En voyant toutes ces personnes heureuses, je souhaiterais être comme eux, mais nous savons très bien toi et moi que les gens comme nous n'ont pas la chance de pouvoir vivre ce genre de vies. L'univers, tout simplement le destin nous a offert des dons pour que l'on sorte de l'ordinaire, afin de pouvoir mettre ces derniers au service des gens n'ayant pas la chance d'en avoir.


Lentement, il passa sa main dans les cheveux repoussant ces derniers de son visage vers l'arrière.

Nous avons le devoir de mettre au profit de notre potentiel, nous pouvons pas nous cacher éternellement, sinon les regrets nous poursuivront jusqu'à la fin de notre vie,  nous abandonnerons comme l'ont fait ceux de Fhaedren, c'est d'ailleurs la vision des ruines qui m'ont fait comprendre tout cela.. Rien n'est éternel, ni toi, ni moi, ni même notre héritage, mais ce que l'on peut faire c'est se servir des ruines, pour crée un meilleur avenir pour les autres, jusqu'à je l'espère un jour atteindre une félicité, pour que plus personne ait à prendre les mêmes choix que nous.


Il avança lentement en direction du feu, puis reprit.

Tu imagines, un monde où la magie ne serait pas une source de puissance, de rejet, ou tout simplement de peur, mais un outil d'amusement, de divertissement, un monde où les nations bien que différente s'accepte l'une et l'autre ? Un monde où la seule pré occupations c'est le temps qu'il fera demain, ou tout simplement l'état des récoltes.


Même si elle ne pouvait le voir, ce dernier affichait un certain air mélancolique.


Même si nous n'auront sans doute pas la chance de connaître ce monde, nous devons faire de notre mieux avec les dons que la nature nous offres pour mettre les premières pierre à l'édifice que ce sera le futur de cet endroit.


Une nouvelle pause.

Comme tu as pus le dire précédemment, il ne doit y'avoir aucun point d'encrage durant la course au savoir, c'est bien pour cela que je ne pourrais jamais m'établir ici ou bien nul part ailleurs, il est mon rôle d'être qu'une ombre au tableau de la vie, afin que les autres l'illuminent.


Il laissait paraître un petit rire, vide de joie, comme un simple rire jaune, rigolant de lui même et sans doute de sa propre naïveté.

C'est sans doute immature, mais c'est pour cela que je recherche le dragon, pour en savoir plus sur moi même et ces ambitions avant même d'en savoir plus sur l'histoire de ce monde, des clés importantes sont manquantes afin de mieux comprendre tout ce qui nous entoures et j'espère que le dragon saurait nous guidés vers ces dernières.


Il marqua une nouvelle fois une courte pause, détournant cette fois le visage en direction de Viladra laissant paraître ainsi une partie de ce dernier faisant paraître un mélange étrange de mélancolie et de sourire, qu'il forçait tant bien que mal à être présent au milieu de visage lentement conquis par le chagrin.

Le dragon d'après mes sources ne reste jamais en place, bien au contraire ce dernier vogue toujours au dessus de nos têtes, mais il préfère les zones loin du monde c'est pour cela que nous avons pus le voir aussi souvent à Fhaedren, mes recherches mènent à sa dernière position qui est non loin dans le désert, nous avons un peu de retards sur mon planning, mais si le départ est toujours demain, nous avons toujours l'occasion de le rattrapés.


Le garçon observait les environs, puis la lune dominant le ciel sombre parsemer  d'étoiles et enfin se retourna en direction de la femme qui l'accompagnait.

Nous devrions sans doute rejoindre notre chambre, c'est vrai qu'il se fait tard, quand nous discutions j'ai l'impression d'être dans une bulle intemporelle, où les caresses du temps ne peuvent nous atteindre, mais hélas ce dernier file encore plus vites.


un léger rire timide et exténué accompagnait les mots du jeune homme, qui regardait Viladra dans les yeux d'un air attendris, affichant un léger sourire en coin.

ft. Viladra

ft. Hyun

「nouveau départ」
Sans surprise, Hyun fut enthousiaste à l’idée que je l’accompagne dans son épopée. Je ne pus m’empêcher de sourire légèrement quand il souligna le fait qu’il souhaiterait que je retrouve le goût du voyage et des découvertes, mes paroles pleines de fatalité ayant du le surprendre. Comment lui expliquer que le poids de la vie commençait à peser sur mes épaules, que si fut un temps j’étais pleine de volonté et d’envie de découvrir le monde, ses vices et ses dommages m’avaient fait perdre plus ou moins foi en l’humanité. Je me considérais maintenant plus comme une spectatrice de ce qu’il s’y déroulait que comme une véritable actrice. Parfois je ne pouvais pas m’empêcher d’intervenir dans certaines circonstances, faisant parfois pencher la balance d’un côté ou de l’autre dans le seul but de me distraire. Mais était-ce réellement une bonne raison ? Je n’éprouvais plus vraiment de culpabilité à l’idée de jouer avec l’existence d’autrui, leur vie étant suffisamment éphémère pour que je ne leur accorde aucune importance. Comment lui expliquer tout cela sans qu’il ne me prenne pour une vieille âme corrompue et définitivement perdue…

Je n’eus pas à répondre qu’il se leva alors lentement, me tournant le dos comme s’il cherchait quelque part la force de pouvoir s’exprimer. Comprenant que c’était un moment plus ou moins solennel, je ne l’interrompis pas et écoutai alors son discours. Il était plein d’idéaux, d’envie de faire le bien et il s’estimait responsable de changer ce monde grâce aux capacités que la vie lui avait donné. Comme l’avait dit je ne sais quel grand philosophe d’un autre monde : de grands pouvoirs entrainent de grandes responsabilités. C’était assez inquiétant de l’entendre parler ainsi, car ses mots sonnaient presque fanatiques et bon nombre de personnes avaient sombré dans la folie en se rendant compte que malheureusement, le monde était peuplé d’êtres qui se fichaient éperdument de répandre la bonne parole et la bienveillance. Bien au contraire, certains abusaient de leur puissance pour assujettir les autres et les gens comme Hyun découvraient cette sombre réalité avec stupeur…

« Le revers de la médaille sera traumatisant…. » Ne pus-je m’empêcher de penser tandis qu’il se dirigeait vers le feu.

Il continua sur sa vision des choses, qu’il rêvait d’un monde où la magie ne serait qu’un outil pour atteindre des objectifs plein de noblesse et de charité. La magie était déjà un outil, ce n’était rien d’autre… On s’en servait comme les mortels utilisent leurs mains ou leur cerveau, à la différence qu’elle nous offre une largeur de possibilités bien plus vastes. J’avais longtemps œuvré pour les autres lorsque j’étais encore à trôner au milieu de pseudo-divinités. Maintenant, je n’agissais que pour moi, m’étant rendue compte que ceux à qui j’avais tendu la main n’avaient pas hésité à tenter de me l’arracher une fois que j’eus besoin de leur aide. Oui, j’étais fataliste, mais c’était ainsi que j’avais survécu jusqu’à présent.

Hyun m’expliqua alors qu’il cherchait le dragon pour en savoir plus sur lui, que sa nature lui était étrangère et que seul cet être pourrait lui en apprendre. Il était vrai que lorsque nous renaissions, nos souvenirs de nos vies antérieures s’effaçaient alors, et il ne restait plus qu’une coquille vide prête à se remplir à nouveau. Il ne connaissait rien de sa nature séraphine et je savais que tôt ou tard il lui faudrait alors l’apprendre et je me demandais quelle serait sa réaction. Il ne savait pas encore à quel point il avait été béni de magie, que sa vie ne pourrait jamais s’arrêter et qu’il serait condamné à revenir, encore et encore, et ce même s’il voulait en finir définitivement. Certains prenaient cela comme un présent divin, mais au bout de quelques siècles, il s’agissait plutôt d’une malédiction.

Le dragon voyage beaucoup, mais il est inutile de lui courir après. Sans connaissance de sa position, nous n’attraperons que du vent, il est plus prudent d’aller le chercher là où il se posera… Et ce sera très certainement dans les terres désolées de Fhaedren.

Souriant à Hyun quand il se tourna vers moi, j’hochai doucement la tête lorsqu’il me fit part de son impression lorsque nous étions ensemble. C’est vrai, le temps était moins agressif, je me sentais plus tranquille, c’était agréable.

M’étirant longuement, je sentis la fatigue pointer doucement le bout de son nez tandis que Hyun donnait écho à mes paroles en nous suggérant d’aller nous coucher. Approuvant l’idée en me levant, nous quittâmes la pièce commune et grimpâmes à l’étage jusqu’à la chambre que nous avions louée. Plutôt spacieuse, deux lits de taille appréciable trônaient au milieu, séparés par une table de nuit. C’était modeste et en dehors d’une étagère et d’un grand miroir, il n’y avait rien d’autre. Une simple pièce en retrait servait de salle de bain et la fenêtre donnait sur la cour intérieure de l’auberge. Jetant un œil à l’extérieur, j’aperçus quelques visiteurs qui s’y baladaient encore malgré l’heure tardive, puis fermai les rideaux afin d’être invisibles de l’extérieur.

M’asseyant sur le bord d’un des lits, j’ouvris alors un petit portail dans lequel j’engouffrai mes deux pistolets, mon sabre et quelques lames de jet avant de le refermer. Ne posant qu’un simple coutelas sur la table basse, je laissai échapper un soupir mêlant fatigue et bien être.

Bien, rien ne nous empêche d’aller jeter un œil là où sa position a été aperçue dans le désert. Mais je crains qu’il se soit déjà envolé d’ici-là… J’espère que ton véhicule sera prêt aussi. Je vais éviter de me téléporter pour profiter du voyage, mais marcher des heures au milieu des dunes ne serait pas une très bonne idée non plus…
Fhaedren hein ?


L'adolescent laissait paraître un certain sourire sur son doux visage, puis rapidement un léger rictus suivit le mouvement de l'expression précédente, démontrant ainsi simplement et parfaitement tout l'effet comique qu'avait pus avoir cette révélation sur ce dernier. En effet l'adolescent trouvait qu'une coïncidence comme celle si ne pouvait pas simplement être le fruit d'un hasard total, ce n'était pas possible et celui qui dirait le contraire serait sans doute le plus grand des imbéciles. La raison la plus simple pouvait tout simplement du à l'absence de civilisation dans les terres désolées de cette endroit du monde, c'était une raison logique, mais Hyun ne pouvait faire autrement que de voir cela comme un choix du Dragon dépassent outre mesure cette conditions dont il devait tout de même tenir compte. En effet ce dernier trouvait cette coïncidence vachement amusante, ainsi le dragon semblait avoir une dose d'humour ou bien de bon goût lorsqu'il avait choisit sa nouvelle demeure, les vestiges de l'une des plus grande décadence humaine, cité du savoir et du blasphème, Fhaedren.

Après quelques secondes, ce dernier se tournait en direction de la femme.

Avant que mon véhicule ne tombe en panne, le dragon était encore dans mon sillage, cela ne me surprendrait même pas que mon soucis mécanique ne soit pas qu'un simple fruit de l'environnement, mais une réelle volonté de sa part.


Il marqua une courte pause, puis finalement entreprit de prendre le chemin de la salle de bain, une journée épuisante se trouvait derrière lui maintenant, mais la crasse elle, était toujours bien présente.

 Mes informations proviennent simplement de récits que j'ai pus lire ou bien même entendre, mais d'une réelle poursuite que nous effectuons maintenant depuis plus d'une semaine, ce dernier semble savoir que je suis à sa recherche et me conduis toujours dans d'étranges situations, poussant la coïncidence au départ, mais rapidement.. J'ai cette impression qu'il sache pertinemment ce qu'il fait.


D'un mouvement rapide, au détour de la salle de bain ce dernier retira son haut blanc devenu gris au fil de ses aventures dans le désert en compagnie de son véhicule et finalement de Viladra.

J'aimerai voir ce qui nous attends à la prochaine étape avant de prendre la route pour Fhaedren, d'ailleurs..


Le bruit de l'eau coulant interrompit la parole de l'homme qui semblait se laver le visage.

Merci de prendre la route avec moi encore une fois, ne t'en fais pas pour ta magie, tu n'en auras pas besoin même si aujourd'hui elle n'est pas dans sa plus grande forme, cette voiture est assez solide et ma sortis du pétrin de nombreuses fois, ca sonne bizarre, mais elle est un peu comme un compagnon maintenant.


Il marqua une nouvelle pause avant de venir dans le cadre de la porte.

Ne t'en fais pas pour ce soir d'ailleurs, nous devrions être en sécurité normalement, même si ca peut paraître difficile dans un lieu que tu ne connais pas, fais de ton mieux pour dormir sur tes deux oreilles. Nous allons avoir besoin de beaucoup d'énergie demain bien plus que l'on pourrait le croire, les aventures ne viennent jamais seules et les événements aléatoires sont légions dans cette partie du monde, mais toi ayant bien plus d'expérience que moi tu dois sans doute le savoir.


Il affichait un léger sourire sincère, accompagné d'un doux regard avant de reprendre.

Bonne nuit Viladra, repose toi bien !


Habillement, ce dernier retournait dans la salle de bain, l'eau coulante accompagnant son absence quelques secondes après, berçant la pièce d'une douce ambiance calme et relaxante.