Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Civils

Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Auria Torentia
IDENTITÉ
RACE ▬ Sang-mêlée sirène et demon.
AGE ▬ 18 ans.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Bisexuelle.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Frivole.
NATIONALITÉ ▬ Atlante.
FACTION ▬ Escalve.
MÉTIER ▬ Servante d'Alrun, la Gardienne d'Atlantys.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x x ○ ○ ○
❯ force ○ ○ ○ ○ ○
❯ endurance x ○ ○ ○ ○
MAGIE
❯ mana x x x x ○
❯ puissance x x x x ○
❯ contrôle x ○ ○ ○ ○
Auria possède une magie mêlant ses deux origines, se basant principalement sur les mots et leur signification.

Aura de vérité : Lorsque l'on se trouve en présence d'Auria, on se retrouve à dévoiler la vérité sans que cela paraisse étrange. Parfois cela peut toucher des personnes à qui Auria ne parle même pas mais qui sont à quelque mètres d'elle. En fonction de ses réserves magiques ce pouvoir impact une personne ou un groupe et peut faire effet de longues minutes comme quelques secondes.

Détecteur de mensonge : Vous voulez imposer un mensonge dans une conversation avec la sang-mêlée ? Dommage pour vous, elle saura immédiatement que vous mentez. Ce pouvoir lui permet de déceler les mensonges de ses interlocuteurs mais pas les mensonges partiels. Si ses réserves magiques sont très basses, elle ne se doutera de rien.

Promesse liée : Auria à la capacité de rendre l’exécution d'une promesse obligatoire pour son interlocuteur. Si ce dernier ne fait rien pour l'honorer, il en souffrira. Beaucoup. La jeune femme peut utiliser ce pouvoir sur une seule promesse par personne mais plus il y a de personnes touchées, plus elle use des quantités de magie. La personne qui se voit chargée de cette obligation peut à tout moment s'en libérer en la détournant, par exemple, ce qui fait que plus la promesse est précise, moins il y a de chances de la briser.
PHYSIQUE
Tout comme les sirènes, Auria possède un charme certains. Quelques soient vos goûts il y aura forcément quelque chose qui vous plaira chez elle. Elle a un corps fin, des courbes bien dessinées et plusieurs écailles recouvrent sa peau tannée à certains endroits. Elle a une taille moyenne, loin d'avoir une carrure d'athlète et sa démarche se veut assurée et lente tout en étant gracieuse.

Son visage est bien dessiné et s'accompagne d'un nez droit et fin, de lèvres pulpeuses souvent recouvertes de rouge à lèvre foncé et d'une paire d'yeux de la couleur de l'océan. Ses cils sont longs et épais, soulignant ses iris qui s'accrochent à tout ce qui les entoure.  Sa marque en forme de croissant de lune qui est ce qu'on le remarque en premier chez elle débute au niveau de son arcade sourcilière pour terminer sa course vers sa joue. Elle ne sait pas du tout d'où lui vient cette marque mais elle ne cherche pas à la cacher, trouvant que ça lui donne une certaine originalité bienvenue. Sa chevelure tombe dans une cascade ondulée dans son dos et est tout aussi céruléenne que son regard. Elle l'attache que très rarement, préférant les sentir se soulever au gré du vent et lui chatouiller le visage.

Elle aime porter des boucles d'oreille, de toutes formes et de n'importe quelle couleur, du moment qu'elle les apprécie. Souvent elle aime les faire elle-même, tout comme ses colliers qu'elle porte régulièrement. Il y en a un auquel elle tient particulièrement, qu'elle a confectionné vers ses neuf ans après avoir récolté des coquillages. Elle a offert son double à Alrun le lendemain. Pour ce qui est des vêtements elle apprécie lorsqu'ils sont légers et qu'ils ne collent pas à la peau. Elle préfère les tissus fins, souples et aux couleurs claires. Autrement elle peut porter une robe un jour et un ensemble pantalon-débardeur le jour suivant.

C'est une jeune femme féminine qui aime prendre soin de son apparence sans pour autant passer des heures à se préparer le matin et qui apprécie l’esthétique.
CARACTERE
Autonome - Charismatique - Espiègle - Manipulatrice - Vive d'esprit - Possessive - Mauvaise perdante - Ambitieuse - Débrouillarde - Bonne comédienne - Observatrice

Beaucoup pourraient se méprendre sur le caractère d'Auria, notamment dû à son statut d'esclave. On pourrait l'imaginer docile, attendant d'obtenir des instructions, loin de vouloir faire des histoires et pourtant. Elle n'apprécie pas de recevoir des ordres. Elle sait parfaitement ce qu'elle doit faire et le fait à la perfection sans que quelqu'un ne soit sur son dos. Elle s'occupe très bien seule, sait gérer ses tâches de la journée et se garde facilement occupée. Qu'on cherche à lui donner des directives ne l'enchantera guère.

Sa notion du bien et du mal est loin d'être développée ce qui ne lui pose aucune barrière pour certaines choses. Par exemple, elle ne se gênera pas pour manipuler quelqu'un afin d'arriver à ses fins ou simplement pour le plaisir malsain de se moquer. Elle est capable de faire tourner en bourrique n'importe qui en guise de revanche, de lui jouer des mauvais tours, Damaz étant l'exemple parfait. Si jamais elle désire quelque chose et que vous êtes amène de lui apporter, elle usera de ses mots, de son comportement et de son charme pour l'obtenir sans même que vous vous rendez compte être manipulé. Les activités illégales lui posent peu de problèmes et ne voit aucun mal dans certaines. Elle pourrait très bien faire de la contrebande.

Loin d'être bête, Auria possède un esprit toujours éveillé et vif. Elle apprécie glaner toutes sortes d'informations, que ce soit pour sa propre culture ou afin de les réutiliser plus tard ce qui la rend très observatrice. Elle prend souvent le temps d'analyser le comportement d'autrui ainsi que les petits détails qui entourent son quotidien. Elle met le doigts sur des détails que personne ne remarque. Son sens de l'observation et sa vivacité d'esprit lui ont permis de peaufiner ses talents de comédienne. Elle peut facilement se faire passer pour quelqu'un d'autre, s'inventant une nouvelle identité, un nouveau caractère, et mentir comme bon lui semble. Les mots et les attitudes sont comme des outils pour elle qu'elle maniement à la perfection. Son expression peut changer du tout au tout en paraissant parfaitement naturelle.

Auria aime être le centre d'attention des personnes qu'elle apprécie, auxquelles elle tient. Par exemple, si jamais Alrun se prenait d'affection pour une autre personne qu'elle, elle se mettrait rapidement en colère. Elle veut que ses proches lui appartiennent, bien que cela semble impossible. Elle veut être celle qui fera leur bonheur et non quelqu'un d'autre. De ce fait, les amis de ses amis ne sont pas vraiment ses amis. C'est également une mauvaise perdante. Qu'elle perde à un simple jeu de carte, qu'elle ne réussisse pas à manipuler quelqu'un, qu'on lui refuse ses avances ou qu'on lui signale un détail qu'elle n'avait pas remarqué, elle s'énervera. Sans doute coupera-t-elle court à la conversation, prétextant d'une voix froide qu'elle a autre chose à faire ou bien elle se mettra à insulter la personne, les possibilités sont nombreuses. Chose certaine, elle ne le prendra pas bien.

Sa loyauté pour la cité sous-marine est totalement inexistante et elle déteste une bonne partie de la population, qui ne fait que la regarder de travers à cause de son sang. Avec le temps, elle a apprit à ne pas répondre aux provocations et aux menaces. La plupart du temps. Parfois, elle ne peut s'empêcher de faire payer ceux et celles qui se permettent de la rabaisser. l'esclavagisme et le racisme sont deux choses qui la répugnent au plus haut point. Dans ses rêves les plus fous elle imagine les jeter aux oubliettes, changer cette mentalité qui ne fait du bien à personne. Elle-même ne supporte pas qu'on lui rappelle son statut d'esclave mais si elle est encore à Atlantys c'est uniquement grâce à la présence d'Alrun, pour qui elle se sent redevable et qu'elle apprécie énormément.
HISTOIRE
L'enfance laisse de bons souvenirs, en règle générale. On se souvient d'avoir ouvert les yeux pour la première fois sur des visages souriants devenus à présent familiers. D'avoir pousser nos premiers cris entouré par des bras rassurants. D'avoir fait nos premiers pas en serrant les doigts d'une main à la peau douce. D'avoir prononcé nos premiers mots sous les encouragements de voix joviales. Pourtant, Auria n'a aucun souvenir de la sorte.

Elle se rappelle du visage de sa mère, du regard qu'elle lui lançait. Ses traits étaient tirés, sévères, et ses lèvres formaient toujours une grimace de dégoût. Ses iris chargés de haine, nullement emplis d'amour, la sondait, la détaillait pendant quelques secondes avant de ne plus pouvoir supporter se spectacle et de détourner le regard. Ils étaient bleus, ses yeux. Aussi bleus que l'océan qui les entourait. Et elle était magnifique, comme la plupart des sirènes. Mais elle ne voulait pas d'elle. Auria avait beau tendre les bras lorsqu'elle était toute petite pour obtenir l'affection de sa mère, avec quelques gazouillis qui s'échappaient de sa bouche mais rien n'y faisait, tout ce qu'elle recevait étaient des insultes et des regards haineux.

Dans d'autres circonstances, elle serait morte. Sa mère l'aurait tué à son premier mois ou bien elle l'aurait laissé mourir à la surface, pour qu'elle se fasse dévorer par un Choupy ou qu'elle se dessèche d'elle-même. Mais non, elle a été épargné. Elle n'est pas morte de faim ou de froid, elle a eu un toit sur la tête, des vêtements, tout ce qui était nécessaire pour sa survie mais jamais elle n'a eu l'amour de sa mère. Quant à son père elle ne l'avait jamais vu alors inutile de compter là-dessus.

Elle fut donc nourrie et logée par sa génitrice mais ne grandit nullement comme une enfant normale. Elle ne reçut aucune éducation, aucun amour et restait la plupart du temps enfermée entre quatre murs. Sa mère lui donnait les soins nécessaires pour sa survie mais ça n'allait jamais plus loin. A quatre ans elle savait à peine marcher et parler. Tout ce qu'elle connaissait était la pièce qui lui servait de chambre, quatre murs ternes, sans vie, sans histoire. Un lit, quelques babioles qui lui servaient de jouets, notamment des coquillages, une fenêtre en hauteur qui donnait sur l'extérieur et qui laissait entrer un petit filet de lumière.

La petite se trouvait totalement isolée. Plus elle grandissait, plus le comportement de sa mère finissait par lui paraître normal. A ses yeux, tout le monde subissait le même sort qu'elle. A moins qu'elle cherchait simplement à se rassurer. Seul le besoin d'amour et de tendresse venait perturber cette certitude mais elle avait vite fait de ne plus y penser. Elle passait son temps à imaginer. La réalité était un enfer, qu'elle semble normale ou non, et  elle avait trouvé le moyen de s'en défaire. De quoi apaiser son esprit où un cruel vide s'était formé au fil des années. Cependant, tout se brisait lorsque sa génitrice pénétrait dans sa « cellule ». Son regard froid et emplit de dégoût suffisait pour la ramener à la réalité et à lui asséner une vive douleur dans sa poitrine. Sa mère marmonnait souvent lorsqu'elle s'occupait d'elle. La jeune sang-mêlée ne comprenait pas le sens de ses mots mais elle avait la certitude que ce n'était rien de bon.

Les années, les mois et les semaines passèrent jusqu'au jour où, peu après ses six ans, elle fut arrachée à sa routine monotone. Des hommes et des femmes vêtus de robes qui couvraient une bonne partie de leur corps, dont les couleurs différaient et qui possédaient des motifs plus beaux les uns que les autres vinrent la chercher. Auria ne comprenait évidemment pas malgré tout ce qu'ils pouvaient lui dire mais, de toute manière, ils ne parlèrent pas beaucoup. Ils la tirèrent vers la sortie, hors de la maison, dans le monde qu'elle n'avait encore jamais vu et elle s'en retrouva clouée sur place.

Ses yeux clignèrent pendant de bonnes secondes, s'adaptant à la nouvelle luminosité ambiante et une fois qu'elle put voir ce qui l'entourait correctement, ses jambes refusèrent de bouger. C'était tellement vaste ! Il y avait des gens avec des apparences différentes, des vêtements différents, du bruit qui semblait venir de tous les coins, des bâtiments gigantesques et juste au dessus d'elle, les yeux de sa mère. L'océan les surplombait, univers céruléen qui semblait n'avoir aucune fin. Mais à regarder ce spectacle, elle ne ressentait pas le même pincement au cœur comme avec sa mère, non. Une douce chaleur bienveillante s'emparait de son être et lui dessina un sourire sur ses lèvres. Peut-être que la vie n'était pas si mauvaise, après tout ? Peut-être qu'elle allait enfin goûter à tout ce que le monde avait à lui offrir ? Peut-être que sa situation allait changer, s'arranger ?

On avait beau l'avoir fait grandir dans une cage à l'écart de tout, elle restait une enfant et elle eu irrépressible envie de courir, de traverser les rues qui se profilaient pour découvrir toutes ces nouveautés. Elle était prête, elle s'était élancée mais on la stoppa net en lui saisissant fermement le bras. Peut-être qu'elle s'était trompée ? Des mots furent criés et sans plus de cérémonie on la tira loin de se spectacle pour l'emmener loin de toute ses animations, prenant plutôt un chemin qui serpentait la montagne environnante. La petite s'était bien évidemment débattue, souhaitant à tout  prix saisir cette liberté qui n'était qu'à quelques mètres mais elle ne réussit à rien. Elle ferma alors les yeux, espérant que tout cela n'était qu'un cauchemar, cherchait déjà à oublier ce qu'elle venait de voir.

Et après ce qui lui parut une éternité, on la posa au sol, ses paupières toujours fermées. Néanmoins, la curiosité était trop forte et après quelques secondes, elle décida d'ouvrir les yeux.Elle se situait dans une grande salle en cercle, où d'autres personnes se trouvaient, droites et impassibles. Une femme se trouvait au centre de la pièce et immédiatement, son regard nuageux et mystérieux la transperça. La petite ne put détacher ses pupilles de cette femme dont le physique ressemblait à ce qu'elle avait pu voir précédemment et voyait actuellement mais qui, à la fois, semblait différent. Et pas juste pour son apparence. Elle dégageait quelque chose. Quelque chose de puissant qui fit trembler la sang-mêlée. La jeune fille ne pouvait l'expliquer.

Puisqu'elle n'arrivait pas à bouger le moindre de ses membres, on la tira violemment par le bras pour qu'elle se retrouve en face de l'inconnue mystérieuse, quelques centimètres les séparaient à présent. Des paroles furent échangées mais Auria n'en saisit pas le sens. Elle se sentait piégée, pieds et mains liées, à la merci de ce regard qui traversait son âme. Elle n'avait aucune idée de ce qui se passait, ne savait pas la raison de sa présence ici et encore moins ce qui se racontait mais elle sentait que c'était important. Que quelque chose allait se passer, bonne ou mauvaise. Et oui, elle était terrifiée par la femme qui se tenait devant elle mais elle était tout aussi éblouie par l'aura mystérieuse qui se dégageait d'elle. Comme obnubilée.

L'étrangère l'observa un long moment avant de s'accroupir devant elle. Elle lui prit alors la main, doucement, et elle prononça quelques mots. Auria la fixait en retour de ses grands yeux clairs interrogateurs, perdue au beau milieu de cette situation qu'elle ne comprenait pas. Alors la femme lui sourit. C'était quasiment imperceptible, juste un léger étirement à la commissure de ses lèvres mais cela suffit à rassurer la petite fille. Elle ne savait même pas ce qu'était un sourire mais ça paraissait bien mieux que ce qu'elle avait pu voir jusqu'à présent.

Cela s'était avéré juste. Cette mystérieuse femme se révéla quelques temps plus tard être la gardienne d'Atlantys, créature mythique pouvant prendre la forme d'un serpent, également surnommée la Grande Dévoreuse. On lui avait amené Auria en tant qu'offrande, notamment à cause du croissant de lune marqué sur le visage de la petite, semblable au croissant que porte la protectrice, son symbole. Et cette dernière l'avait prise sous son aile, en faisant son esclave personnelle, bien qu'elle avait finit par se révéler être bien plus que ça. Une relation mère-fille, une vraie cette fois-ci.

Le Serpent Blanc lui apprit des tas de choses. Les rudiments pour commencer, parler, lire, écrire, et des choses plus complexes au fil de l'âge. Auria se façonna en sa compagnie, découvrit le monde comme elle l'avait tant désiré le jour où elle avait vu la lumière. Son aventure s'arrêtait aux portes de la cité, ne désirant pas s'éloigner d'Alrun et, techniquement, ne pouvant pas dû à son statut d'esclave mais elle s'en contentait. C'était mieux que rien. D'autant plus que, contrairement à d'autres esclaves, elle était privilégiée. Entretenant une relation maternelle avec la gardienne d'Atlantys, elle avait peu d'obligation et son statut semblait insignifiant à ses yeux. Elle s'épanouissait enfin.

Évidemment, elle avait finit par comprendre que sa mère s'était occupée d'elle uniquement par obligation, puisque sa destinée était de servir d'offrande une fois qu'elle aurait un peu grandit. Pour ça et pour le reste, elle la haïssait. Elle et tous les autres qui la rejetait pour simple fait qu'elle était une sang-mêlée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle devait être mise à l'écart pour quelque chose sur laquelle elle n'avait aucune emprise. Dans la rue elle en croisait, des regards haineux. Toute la cité connaissait son identité, la rescapée de la Grande Dévoreuse et ses origines n'étaient un secret pour personne. Au temple, là où elle résidait, le racisme était également présent. Surtout au début. Les prêtres et prêtresses regardaient cet enfant d'un œil mauvais et se disait qu'elle n'avait définitivement pas sa place ici. Néanmoins, au fil des années, certains et certaines s'entichèrent de la petite fille et de son caractère, oubliant le mélange présent dans son sang. Quelques sourires au milieu d'une foule sombre.

Autre point important, sa magie quitta son ombre. Elle s'en rendit compte aux alentours de ses dix ans, lorsque des voix lui murmuraient si telle ou telle personne mentait. Elle ressentait par ailleurs un voile magique qui l'entourait, comme une sorte d'aura, qui devint de plus en plus précise au fil des années. Elle finit par en découvrir la nature : cela lui permettait d'influencer les personnes autour d'elle, les poussant subtilement à favoriser la vérité plutôt que le mensonge. Pour finir, les promesses étaient devenues de véritables outils entre ses mains. Elle découvrit qu'elle pouvait forcer autrui à accomplir une promesse, la plus précise possible. Et elle ne s'en priva pas, bien qu'ayant des difficultés à contrôler sa magie.

Tout se passait relativement bien jusqu'à ce qu'un événement vienne bouleverser son adolescence. C'est à cette époque qu'elle apprit qu'elle devait sa survie uniquement à l'identité de son père. Elle vaquait à ses occupations dans le temple d'Aquaros, comme à son habitude et c'est en passant devant une porte entrouverte qu'elle entendit les messes-basse de deux prêtres. Toujours prête à écouter des conversations discrètement, elle se rapprocha à pas de loup de l’entrebâillement, tendant l'oreille. Et c'est là que la vérité s'imposa à elle. Son père était Vilhelm Meridion, Duc Ardent de la Cour des Cendres et Maître des Démons d'Akantha et des membres de la classe dirigeante d'Atlantys avait demandé à Alrun d'épargner la petite fille pour cette raison. Uniquement pour cette raison. Sa vie elle ne la devait pas à une quelconque affection de la protectrice mais seulement à son père et à son statut. Pour de la politique. Le soir même elle décida de s'enfuir.

Sa maîtresse s'était absentée ce jour là, elle avait donc le champ libre. La plus discrète possible, elle se faufila dans les rues de la cité sous l'océan, sachant parfaitement comment sortir de ce dôme qui les séparait de la grande étendue bleue. Elle n'était qu'à quelques mètres de son but, sa haine et sa tristesse guidant ses pas, lorsqu'elle fut arrêtée par un homme suspicieux à son égard. Très vite l'inconnu la reconnue et la ramena de force au temple. Cet homme était en réalité Damaz Aglaopeia, un marchand d’esclave et chef d'une puissante famille. A compter de ce jour, la sang-mêlée lui voua une rancune féroce, le haïssant de tout son être.

Le retour d'Alrun sonna le début d'une conversation avec une Auria contrariée. Elles prirent le temps de tout mettre à plat et l'adolescente finit par se rendre compte que la gardienne lui dédiait une véritable affection et que cette histoire autour de ses origines n'avait que peu d'importance à ses yeux. La jeune fille en fut soulagée. Elle n'aurait pas supporté d'apprendre que sa maîtresse n'avait en réalité que faire d'elle et qu'elle comptait seulement l'utiliser dans un jeu politique.

A présent, Auria se concentre sur la maîtrise de ses pouvoirs et songe de plus en plus à quitter la cité. L'idée de s'éloigner d'Alrun lui brise le cœur, cette dernière ne l'empêcherait certainement pas d'accomplir ses désirs, mais elle veut également rencontrer son père, obtenir des réponses, sans oublier qu'elle n'est nullement attachée à Atlantys dû au racisme qui y est omniprésent et aux mauvais souvenirs qui y sont attachés. Néanmoins, ça reste le seul environnement qu'elle connaît et s'imaginer le quitter lui fait peur.

Garder son petit confort ou tenter l'aventure. Abandonner son mentor, son modèle, sa mère pour partir à la recherche de son propre sang. Elle devait faire un choix.
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Elelia.
AGE ▬ 22 ans !
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ En traînant sur les top-site o/
UN AUTRE COMPTE ▬ Nop.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Janiysh dans Demonslayer de Phobs.
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Bien sûr !
    Bienvenue sur le forum! C'est Alrun qui va être contente! Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 2035097401
Bienvenue et vive atlantys Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 3622086245


Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] LIE
Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] Ensiegclopedie-54abf6c
Bienvenue !

Longue vie à Atlantys Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 3622086245


code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws
Bienvenue oé, bon courage chez les poissons oé.
Heya, bienvenue petit saumon !




Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 943054502

Bienvenuuuuue encore une fois Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 1786526449
Comme déjà dit, je suis l'infinie joie de voir Auria jouée par quelqu'un de motivé. Ce que tu as déjà écrit est d'ailleurs parfait, me concernant !

J'espère sincèrement que tu te plairas parmi nous et que tu trouveras le forum à ton goût.
Bon courage pour le physique, n'hésite pas à faire signe une fois la fiche terminée :D



   
   
   
Bienvenue parmi nous :D Si tu as des questions n'hésite pas ! Auria Torentia - L'envie de s'envoler [Terminée] 2877515312
    On passe vite te lire! happy
Merci beaucoup pour votre accueil ! :D

J'ai terminé d'écrire ce qui manquait, j'espère que tout sera bon !
JAYJAY !
Félicitations tu es validée ! *lance des paillettes sur la demi-sirène*

LES TEMPS FORTS ▬ Fiche très sympathique à lire, fidèle au prédéfini de base. Pas d'incohérence, une jolie plume, et beaucoup de potentiel. J'ai très hâte de voir ce que tu vas faire de notre petite Auria ! :D

REMARQUES ▬ Attention à ne pas trop abuser de ton dernier pouvoir, qui a gros potentiel niveau puissance. Pense à rester cohérente dans son utilisation, on te fait confiance là dessus *lève le pouce*






Achillée murmure en peru, Aster gronde en darkgrey.