Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Empire

(autoP) Aerith • every man's life ends the same way.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant



AERITH FAALENAS
esclave de « Guerre »
RACE ▬ Mythologique « Satan » (Draco Magnus, dragon rouge de l'apocalypse)
AGE ▬ Immémorial
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Asexuelle
SITUATION PERSONNELLE ▬ Solitaire
NATIONALITÉ ▬Inconnue
FACTION ▬ Empire
MÉTIER ▬ Esclave


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ☢️ ☢️ ☢️ ☢️ ☢️
❯ force ☢️ ☢️ ☢️ ☢️ ☢️
❯ endurance ☢️ ☢️ ☢️ ☢️ ☢️
MAGIE
❯ mana ♢ ♢ ♢ ♢ ♢
❯ puissance ♢ ♢ ♢ ♢ ♢
❯ contrôle ☢️ ☢️ ☢️ ♢ ♢
COMPÉTENCES RACIALES
Son affinité à la magie n’est plus. Peut-être autrefois était-elle d’une atroce puissance soulevant vents et marées, à l’heure actuelle aucune énergie magique ne s’approche de son entité.
Cependant, elle est devenue un Monstre.
D’effrayants muscles sillonnent son corps blafard, atroce témoin de sa puissance colossale.
Résistance et force de frappe dépassant l’entendement.
Qu’était-ce ?

MASCARADE - Intrinsèque capacité de se métamorphoser en humain ou en dragon. Elle a, au commencement développé des capacités à prendre une forme humaine aux caractéristiques plus ou moins démoniaques. Peau blafarde, de nombreuses traces de sa nature subsistent encore. Ses pieds sont d’affreuses pattes aux griffes imposantes et crochues, recouvertes d’écailles jusqu’au haut de ses cuisses alors que ses mains et bras semblent avoir subit le même sort - recouverte de cette nouvelle peau à la solidité incroyable et capable de parer les assauts les plus violents, alors que l'extrémité de ses mains assaillies d’imposantes griffes rétractiles semblaient être capable de trancher même la plus solide des matières. Deux imposantes cornes sinueuses sont encastrées dans son crâne, ayant résisté aux violences du temps et des hommes. Une enveloppe charnelle qui n’a d’humain que la constitution. Cependant une telle apparence ne passant pas inaperçue, elle a réussi à dissimuler cette essence mythologique auquel on n’accorderait pas l’once d’une confiance. Ainsi elle peut revêtir d’un derme aux teintes plus vivantes - cheveux blonds et yeux violacés dégageant une innocence magnifiée par la rondeur de son visage et ses airs d’ingénue. Une enveloppe charnelle loin d’être effrayante qui lui permet de se glisser çà et là sans attirer l’attention des foules. Un bon mage serait cependant capable de s’apercevoir de la supercherie sans forcément pouvoir poser de mots sur ce qu’elle est véritablement.
Sa forme draconique, elle est bien plus chaotique. Étrange croisement entre dragon et wyverne de par son apparence et sa posture, il semble être entouré d’un linceul ténébreux teignant sa robe en un noir profond lui permettant de se glisser dans l’obscurité avec une aise déconcertante. Il possède six membres en comptant les étranges ailes griffues sur son dos, griffes n’étant rien d’autre que des pouces opposables permettant sa stabilité, sa course et peut-être utiles dans une optique plus offensive. Ses ailes sont recouvertes d’une fourrure obsidienne semblable à une cape en lambeaux, semblant être plus fragiles et pourtant plus épaisses que celle d’un dragon ordinaire. L’intégralité de son corps est recouverte d’un exosquelette, caractérisé par l’absence d’yeux visibles (et par extension une vue très faible) et de crocs ainsi que la rétraction de ses cornes contre son crâne. Il est plus petit qu’un dragon ordinaire de par sa posture et surtout de sa nature, mais reste plus grand qu’un être humain et surtout doté d’une force herculéenne de par ses caractéristiques. Hélas cette force consomme beaucoup trop d’énergie qui ne peut pas être épaulée par une consommation de magie et demande ainsi un temps de repos immense durant lequel le dragon est vulnérable en plus d’être affaibli.

TOXIC - Forme toxic
Toujours dans sa forme draconique, cette capacité résulte de plusieurs facteurs. En effet, il faut dans un premier temps remuer son instinct de survie et le mettre dans une situation de danger dans laquelle il sait qu’il n’en sortira pas indemne. Il doit également être dans un état mental décadent, c’est à dire un état de colère extrême. Autrefois entre les mains des mages noirs, il semble que cet état se déclenche à l’odeur d’un Seraph.
Ses cornes se déplient, ses yeux brillent d’une lueur violacée de la même couleur que l'entièreté de son derme, ses ailes et ses cornes, elles sécrètant un poison corrosif totalement défensif. Son état mental altéré, la créature reste cependant très violente et même si le poison ne peut à proprement pas ronger l’os et directement tuer, il peut suffisamment attaquer la peau à une vitesse hallucinante pour la réduire en lambeaux jusqu’à ce que l’assaillant ne change d’avis. En temps qu’esclave, cette capacité semble cependant être bridée afin que le dragon ne se retourne pas contre son maître avec ou sans cette intention.

FAIM SANS FIN - Aerith est atteinte d’une malédiction qui serait davantage caractérisée de pulsions obsessionnelles et paranoïaques. Itérativement victime de soifs incontrôlables (une fois tous les ans), le seul moyen d’étancher cette appétence serait la dévoration abondante de tout ce qui serait constitué de chair, de sang et de viscère - animaux, ou même ce qui serait doté d’une conscience c’est à dire les enveloppes plus ou moins humanoïdes trainant sur ces terres. Plusieurs légendes circulent sur cette faim destructrice. Un contrôle de ses pulsions cependant lui permettent de combler cette faim sur des bestioles plutôt que sur des mortels - étant au courant des préjudices que cela aurait pu lui causer. Il lui arrive également de se repaître de cadavres. Elle n’éprouve plus véritablement d’inclinaison pour ce qui est végétal sans que cela ne devienne toxique pour elle.

PURGATOIRE -Certains organes de la gueule d'Aerith sont désormais fonctionnels. Aerith peut à présent de nouveau jouir d'une de ses capacités innée et propre a chaque dragon. Elle peut ainsi cracher en colonne des miasmes similaires à ceux qu'elle possède, seule différence étant que ceux-ci sont hautement inflammables et qu'elle peut ainsi les transformer. Le feu est classique et ne possède aucune propriété magique, sa seule particularité étant qu'il est toujours infesté de par la présence du poison en quantité drastiquement moindre cependant - cela rendra l'air par exemple plus compliqué à inhaler et les flammes un peu plus coriaces. Cest une capacité puisant continuellement sur l'énergie vitale d'Aerith qui peut rapidement, malgré son endurance être à bout de force et se détransformer automatiquement. Par ailleurs, il lui est impossible de brûler ses miasmes une fois qu'ils se répandent dans l'air. Cette réaction ne peut se faire que lorsqu'ils sortent de sa gueule.
Elle ne peut souffler que quelques flamèches sous forme alternative, la taille de l'orifice au fond de sa gueule ne lui permettant pas ces prouesses. Cela sert à allumer un petit feu, par exemple mais rien de bien menaçant.

MARCHE DE L'OMBRE - Une simple pensée, une simple idée.
Aerith n’est pas réputée pour être discrète, mais les temps changent.
Il ne lui suffit qu’un ordre impérieux de son esprit pour que son corps, sous forme humaine ne soit recouvert d’épaisses écailles de toutes parts, le seul endroit épargné étant ses yeux. Sa bouche est recouverte de cette matière, totalement scellée - il lui est impossible de parler, désormais. Sa chevelure est aussi avalée dans ce tourment obsidien, ne laissant sur son crâne que deux épaisses cornes. L’intégralité de son corps ne laisse qu’une surface écailleuse noire de la même matière que celle qu’elle possédant sous sa forme draconique. Sa nouvelle peau semble plus solide que l’ancienne, mais ce n’est pas sa particularité première.
Dès qu’un brin d’obscurité se montre, Aerith se fond dans l’obscurité. Ses écailles obsidiennes épousant ses formes embrassent l’absence de lumière, et elle s’en sert pour se fondre dans l’obscurité avec une aisance monstre paraissant plus ou moins visible en fonction du manque de luminosité, évidemment. Elle file. Ses pas sont discrets, même si on entend le léger tintement de ses griffes contre le sol. Ses yeux opalins, eux, sont visibles et brillent dans le noir, deux lanternes d’une mort avenante. Elle parvient aisément à effacer sa présence, mais puisque ce n’est pas une aptitude magique, les yeux les plus perçants arriveront à déceler dans cette obscurité une forme imposante, là, tapie dans l’ombre. Dans le noir complet, il est quasiment impossible de la repérer. Il est évident qu’elle reste toujours matérielle, et qu’il est possible de la toucher sous cette forme.
La fatigue se fait ressentir au bout d'un certain temps, qui dépend grandement de la luminosité (plus il fait noir, plus cela puise sur son énergie).

PHYSIQUE
« Et, mesdames et messieurs, voici le clou du spectacle ! Notre plus belle prise à ce jour. Elle a été attrapée à Akantha et formée pendant trois ans dans l’unique but de vous satisfaire vous, oui, vous ! Une créature sublimée et formée pour qu’elle puisse vous offrir tout ce dont vous désirez, sans la moindre limite. Un esclave de qualité, puisque c’est une créature mythologique. »

Le linceul ténébreux voilant l’épaisse cage de métal fut ôtée, trahissant la silhouette huilée et sublimée de la bête, dénudée. Les murmures narquois des acheteurs masqués emplissaient la salle.

« Oui mes amis, c’est une créature sexuée ! Une femme resplendissante, bien qu’elle ne semble totalement humaine. Une merveille de la nature. Notons dans un premier lieu ces attributs qu’elle possède. L’homme s’était approché de la cage et avait glissé sa main entre les barreaux, agrippant une des immenses ailes de la femme. Il la déplia, dévoilant ses membranes et son tissu obsidien. Observez la puissance de ces appendices tout droit venus des enfers. Capables de balayer l’air pour s’envoler, de soulever des charges lourdes, ou à simple fins décoratives. Il lâcha le membre qui se rétracta d’une lenteur golémique. Ces cornes et ces griffes acérées, non, ces bras et ces jambes couverts d’écailles nous prouvent bien sa nature. Personne n’est dotée de tels atouts, si singuliers. Personne sauf ces créatures damnées ou bénies par les anciens dieux ! »

Tous gloussaient, jubilaient.

« Bien évidemment, elle a la fabuleuse capacité de cacher ces attributs. Hélas pour ce soir nous ne pouvons vous faire démonstration de ses autres formes. Mais peu importe, braves gens, peu importe ! L’homme masqué s’empara cette fois du menton d’Aerith, sans que cette dernière ne montre la moindre marque d’animosité. Il agissait avec ostentation et mettait en valeur les atouts de la créature nue, dans le simple but d’attiser l’intérêt du plus grand nombre. Un visage angélique, peut-être un peu placide, mais capable d’exprimer les émotions les plus pures comme les plus sombre. Elle possède des traits fins, une chevelure longue et immaculée. Certains d’entre vous ne voient pas très bien ses yeux, mais vous qui avez la chance d’être proche, observez ; perdez-vous dans ce regard opalin, presque blanc s’il n’était pas un véritable kaléidoscope. »

La foule flamboyait, comptait ses écus. Ils étaient prêts.

« Un visage harmonieux, la plus belle femme qu’il m’ait été donné de voir - et les Dieux savent à quel point j’en ai vues ! Le public ria faiblement, et il reprit. Une peau résistante, diaphane et douce ; glabre, pour le bonheur de certains et le malheur d’autres. Observez, son corps est constellé d’écailles qui ne nuisent pas à sa beauté. »

Il lâcha le visage, glissant ses doigts sur le buste.

« Des traces carmin. Ce ne sont pas des tatouages, on pourrait le penser au vu de la régularité du tracé… Il recouvre, comme vous le voyez son buste, et descend jusqu'à son pelvis, de façon extrêmement géométrique. Chers clients hélas, nous n’avons réussi à lui ôter, malgré tous les moyens que nous avons employé pour ce faire. Mais n’est-elle pas magnifique ainsi ? Elle possède des courbes avantageuses, peu importe le régime alimentaire dont nous parlerons un peu plus tard. Une poitrine imposante et une taille fine, des hanches larges et des cuisses pleines. N’est-ce pas là ce que chacun de vous désire ? Une créature esthétique, tout autant qu’elle est utile pour tous vos travaux ? Oui mes amis, Aerith est véritablement une très belle prise, il faut en prendre le plus grand soin ! Aimez, choyez-la comme nous l’avons choyé pendant ces trois années. Mais tenez-la solidement en laisse, ou elle vous dévorera. »

Le tintement d’une cloche sonna, et l’homme tapa dans ses mains, ajustant le masque de fer qu’il portait sur sa face. Il déposa sa main contre la cage, et de son autre effectua un mouvement large et théâtral en direction de l’assemblée.

« Maintenant que les présentations sont faites mes bons amis, passons au moment que vous attendiez tous. Combien le mythologique du Draco Magnus difficilement acquis coûte-t-il ? Combien coûte une créature ancestrale de plusieurs millénaire, qui a vu et vécu l’explosion de Fhaedren ? »

Il tira sur la petite cordelette à côté de lui, la cage s’élevant difficilement dans les airs afin que même les clients placés au niveau des balcons soient capable de la voir de plus près.

« Commençons avec la maudique somme de 8 000 000 d’écus d’or. »
CARACTERE
Nous avons faim.
Sont-ils prêts ?
Ils vont périr.

Je suis toi, Satan.
Tu es moi, Aerith.
Nous ne faisons qu’un, alors pourquoi sommes-nous si différents ?
Parce qu’il le faut. Comment les dévorer, si nous ne venons pas à eux ?
Je ne peux pas venir à eux, Aerith.
C’est la raison pour laquelle je suis là. Je les amène à toi, je les amène à nous.
Nous les dévorons.

Cette faim ne va-t-elle pas nous consumer ?
Non, nous vivrons. Peu importe le prix, peu importe les moyens utilisés.
Allons-nous tuer ?
Oui.
Allons-nous torturer ?
S’il le faut.
Allons-nous brûler ? Écarteler ? Éviscérer ? Violer ?
Nous le devons. Pour survivre.

Comment vont-ils nous voir ?
Très mal, sans doute. Ils vont nous haïr, nous allons être chassés, persécutés. Mais jamais nous ne plieront l’échine face à eux, ils ne sont que poussière. Nous sommes une figure chryséléphantine intacte face au temps, pendant que les mortels fanent et s’enlaidissent à vue d’oeil.

Je suis le Draco Magnus, je suis Aerith.
Je ne suis rien.
On ne peut m’associer à rien.
J’ai été créée dans l’unique but de détruire. Je dois les détruire.
Mais comment puis-je ?
Ils m’ont scellée.
Ils m’ont humiliée.
Je ne suis plus rien, désormais.
Non.
Cela ne durera pas.
Je récupérerai mon pouvoir.
Tous seront annihilés.
...Presque tous.


Pourquoi hésites-tu ? Aimes-tu, toi qui n’est que chaos ?
J’aime.
C’est parce que tu les côtoies bien trop régulièrement.
Il le faut. Comment les dévorer, si nous ne venons pas à eux ?

Tu veux récupérer ton pouvoir, mais tu as peur de ce dernier, et de Lui.
En as-tu réellement envie ?
Tu ne sais toi-même pas qui tu es.
Trouve-toi, Aerith. Mais ne te trompe pas de chemin, parce que tu connais que le sort qui t’attend si tu persistes dans ton erreur.
Tu te penses rusée.
Maligne.
Intelligente.
Manipulatrice.
Tu te penses puissante.
Imperturbable.
Indifférente.
Mais tu es faible.
Névrosée.
Instable.

Resserre la bride autour de ton cou. Tu en sortiras nouvelle.
Changée.
Mais n’oublie jamais ton dessin, Aerith.
Je n’oublierai pas, Draco Magnus.
HISTOIRE
Dans une petite bourgade perdue dans la forêt se trouvait une maisonnette faiblement allumée à l’étage - la source de lumière n’étant rien d’autre qu’une bougie qui se consumait au fil des minutes passées à remplir sa tâche éphémère. Au fond d’un lit douillet se trouvait la silhouette d’un enfant.

« Mamie, raconte-moi l’histoire d’Aerith ! »
« Cette vieille histoire ?...Tu vas faire des cauchemars, hihi ! »
«  Je n’ai jamais fait de cauchemars, il y a juste toujours beaucoup de vent dehors et j’ai un peu peur. S’il te plaît ! »
Un sourire résigné déforma les lippes fripées et fatiguées par le temps de la grand mère… Elle eu un certain temps d’arrêt, le temps que l’histoire en question lui revienne intégralement en tête puis laissa le concerto débuter.
« C’était il y a bien longtemps déjà. Avant même la création de Fhaedren, lorsque la nature avait pleine possession des terres que nous foulons en masse à l’heure actuelle. Les seules espèces humanoïdes présentes à ce moment là ne ressemblaient en rien à ce qu’elles sont actuellement, certains les définiraient comme ancêtres des elfes ou peut-être était-ce une race toute autre qui fut éteinte sans que nous ne sachions quoi que ce soit à son propos… Le ciel était constellé de dragons qui régnaient maîtres sur le ciel et la terre. Seulement, une étrange manifestation magique semblait apparaître sur un morceau de terre défrichée d’un des champs. Les hommes ne l’avaient pas senti, mais l’émanation magique de la terre prête à être cultivée alerta bien rapidement les créatures légendaires qui furent attentive au moindre changement du flux que la magie suivait. Ce jour arriva bien rapidement, lorsque ledit flux s’affola - ils n’avaient jamais rien vu de tel et la méfiance était de mise. Tous préparé à un éventuel assaut pour repousser une menace imminente, quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’ils ne vit qu’un dragonnet aux teintes obsidiennes étalé sur la terre ? Tous se regardèrent, puis ils emmenèrent la créature énigmatique jusqu’à l’un de leurs repères. Ils la nommèrent Aerith.
Après une réunion, ils conclurent que la bête n’était pas menaçante, mais si elle ne l’était pas elle était également bien loin d’être un individu de leur espèce tant elle dégageait une odeur nauséabonde jamais connue auparavant. Cependant, bien curieux d’apprendre davantage sur la nature de cette chose, ils décidèrent de l’élever comme s’il était l’un des leur. Plus le temps passait, plus la bête dégageait une aura destructrice et peu rassurante qui ne rassurait pas les dragons les plus sages. Pourtant, il grandissait comme un dragon ordinaire malgré le fait que son apparence atypique prouvait de plus en plus qu’il n’appartenait pas à leur communauté. Le dragon possédait six pattes, était à moitié aveugle et se tenait d’une manière bien peu noble - courbé comme si le temps déjà assénait des coups sur sa colonne vertébrale. Et pourtant, le petit Aerith n’avait de chaotique que sa forme - son caractère était d’une surprenante gentillesse et sa taille au départ peu imposante lui permettait d’effectuer quelques besognes pour les habitants de certains villages, si bien qu’il s’était lié d’amitié avec beaucoup d’enfants qui s’amusaient à grimper sur son dos ou utiliser l’étrange douceur de ses ailes comme lit lorsque le créature se reposait. Sa taille devenait de plus imposante, sa croissance était deux à trois fois plus rapide qu’un dragon ordinaire. Malgré le caractère déviant des dragons, ceux-ci s’étaient cependant accordés sur le fait de n’attaquer les villageois que s’ils mettaient en péril leur existence ou portaient atteinte à un membre de la communauté draconique. Chose qui n’est jamais arrivée. Aerith suivait avec joie ce protocole, et même lorsque les enfants étaient violents ou agressif, la bête les réprimandait seulement d’un coup de museau léger et doux, rempli d’une affection pure et sincère.
Plus le temps passait, plus il grossissait. Plus les autres s’en méfiaient, c’est pourquoi il passait plus de temps en compagnie des mortels que des “siens” qui avaient fini par rejeter sa présence sans ouvertement le montrer. Peut-être un peu attristé au départ, l’amour que les villageois lui portaient cependant comblait ce vide grandissant dans son coeur.
Il faisait nuit noire lorsque les yeux de la créature qui avait pourtant une forte inclinaison pour le sommeil s’ouvraient. La créature était remuée d’une sensation qui lui tordait les tripes de l’intérieur et l’empêchait de se rendormir - petit faim passagère, il eu la force de bouger afin d’aller chasser quelques bêtes et repaître sa faim pour retourner se coucher. La faim ne semblait pas disparaître, mais le sommeil était plus accessible.
Ces réveils tourmentaient régulièrement la bête, de plus en plus souvent. Il ne décida de ne pas en parler aux membres de la communauté draconique cependant, puisqu’ils semblaient déjà l’observer d’un oeil méfiant et vigilent, si bien que parfois dans le ciel certaines silhouettes l’épiaient.Ce jour-là, Aerith avait emmené une dizaine d’enfants du village au beau milieu d’une clairière puisque telle était leur volonté - désireux de se baigner dans un étang. Les observant se deshabiller et plonger dans l’eau entouré d’un décor idyllique, les éclaboussures se mêlaient aux cris joyeux des gamins, tandis que la forme ancestrale se tenait allongée sur le côté, prête à plonger dans les bras de Morphée.
Réveillé par le contact et la voix d’un des enfants, il ouvrit les yeux, ses pupilles reptiliennes détaillant sa silhouette essoufflée et trempée qui lui hurlait joyeusement des choses qui faisaient écho dans son esprit encore embrumé par ce réveil trop violent à son goût. La silhouette d’Aerith se leva alors paresseusement - de toute sa hauteur, ils n’étaient que des microbes. Exhalant une bouffée d’air faisant frémir les buissons et feuilles devant lui, il éleva sa monstrueuse patte au dessus du sol pour l’écraser violemment de nouveau contre, fissurant les rochers surplombant l’étang, causant un tremblement qui ne laissa pas les enfants inaperçus. Lorsqu’ils tournaient la tête, leurs visages semblaient s’être illuminés par un spectacle illusoire et proche du surnaturel.
Sous la patte de la créature se trouvait quelques salves carmines qui n’avaient rien d’anodines. Une fois que le membre obsidien du dragon quitta le sol, des lambeaux de peaux et de viscères s’en détachèrent pour s’écrouler sur la roche, sur laquelle se trouvait un corps méconnaissable, écrasé sous une pression qu’il n’a pas pu endurer et qui le tourna à un état ordurier. Les enfants hurlaient, affolant les volatiles perchés dans les arbres. Le dragon ne mit qu’un temps à réagir - et la première réflexion qu’il eu n’était pas le pourquoi il avait fait une telle chose mais ce qui lui arriverait si jamais les enfants parlaient. Ils allaient parler à leurs parents qui allaient parler aux dragons, qui eux-mêmes allaient peut-être même le tuer ! Sans plus de cérémonies, sa queue balaya l’endroit - le choc réduisant les petites silhouettes en bouillie qui fini par se déverser dans l’eau de l’étang - celui-ci prenant une couleur cramoisie, laissant à sa surface remonter les restes organiques autrefois retenus par une prison de chair et d’os… »
«  Ouhahhh, j’adore ce passage... trooop gore ! Pourquoi Aerith a fait ça alors qu’il était gentil avec les gens ? » questionna l’enfant.
« Personne ne sait ce qu’est Aerith, la seule chose qu’on sait c’est qu’il n’est pas un dragon… Mais on raconte qu’il était maudit d’une faim sans fin qui le faisait dévorer tout ce qui passait, et cette pulsion était hors de son contrôle… » déclara la grand-mère d’une voix calme et posée.
«   Que s’est-il passé après ? »
« Les dragons l’ont trouvé, ont scellé ses pouvoirs pour qu’il ne porte plus atteinte à personne jamais. Tout est devenu minable chez lui, comparé aux autres dragons. Par la suite, il a beaucoup erré. Il était le seul survivant lorsque les dragons périrent… Un jour, il découvrit qu’il était capable de se changer en humain, c’est ainsi qu’il prit l’apparence d’une petite femme et découvrit ce qu’était la civilisation, l’humanisation, la véritable vie autre qu’en hermite. »
«   Mais c’est un homme ou une femme ? »
« On raconte que c’est une femme. Que malgré les âges, sa beauté reste intacte. Mais à l’origine, je ne pense pas qu’il était possible de poser un sexe sur ce qu’il était. »
«   Et après ? C’est un cannibale non ? En humain, il est pareil ? »
« Peu avant la révélation des Seraphs au reste du monde, il commit une grave erreur qui causa son exil et par extension bannissement à Mearian. On dit qu’il dévora par dizaines des anges, que à part une série de disparition, pendant des années personne n’était au courant de l’identité de l’auteur de ce carnage jusqu’à ce qu’on découvre le pot-aux-roses. »
«   Il est mort ? »
« Non. Un moment après, il montra son museau du côté des récents Mages Noirs qui décidèrent de modifier sa constitution draconique pour qu’elle se dresse naturellement contre les Seraphs - ce fut un échec, la seule chose qu’ils purent en tirer était une sorte de radar pour détecter les Seraphs et activer une certaine forme, mais comme la volonté d’Aerith resta intact, c’était inutile. »
«   Et ensuite, qu’est-ce qu’il a fait ? »
« Personne ne le sait. On raconte qu’elle a longtemps erré sans véritable but et que partout où elle passait, la mort n’était pas loin. Quelques rumeurs racontent qu’il a été aperçue dans les quartiers rouges d’Ellgard. Elle n’est reconnaissable que par les espèces de tatouages qui ornent l’intégralité de son corps, mais que ceux qui l’eurent vu… » Les doigts fripés de la mamie fendirent latéralement son cou, sous la stupeur du gamin qui couvrit sa bouche de ses mains.

« Mais mon enfant, je vais te raconter quelque chose… Moi, je l’ai vu. »
« O-Où ça, mamie ? »

Sous la chaise, un appendice touffu battait le sol, alors qu’un maigre sourire ornait les lèvres de la grand-mère. Ses doigts vinrent caresser les oreilles plantées sur son crâne à moitié dégarni.
« Au marché noir d’Akantha. Il vient d’être vendu à un prix exorbitant à un certain monsieur Holker Hallgrimr… Chien de l’Empire. »
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Anshu/Oubli
AGE ▬ 18 ans
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Raph
UN AUTRE COMPTE ▬ Non
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬Amira - Shingeki no bahamut (+ OCs dragons)
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Nan
Bonjour Anshustraza, ta musique m'apaise bocou. (autoP) Aerith • every man's life ends the same way. 3622086245
coucou.
j'espère que tu la mets avant de dodo.
(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. 3622086245
(NieR Automata (Voice of No Return))


(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Aejor2
Alextraza est meme tier, il faut le savoir. Bienvenue quand même.
Ah Nier Automata, magnifique jeu :3 (mais je préfère le premier niveau histoire)
Bienvenue parmi nous o// Jolie mise en page dis donc :D
Bienvenue, ne tarde pas trop pour ta fiche (autoP) Aerith • every man's life ends the same way. 3622086245
Ouiiiiiiiii. Toi non plus Yuki. :huhu:

Merci pour l'accueil. ♥️ :*


(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Aejor2
Bonjour, ta fiche de présentation a passé le délai imparti que nous accordons sur le forum; est-ce que tout va bien?  

Si tu as besoin d'un délai supplémentaire n'hésites pas à nous le signaler, ou si tu es absent à aller poster dans la partie appropriée.

Tiens nous au courant happy
J'aurais besoin d'une petite semaine supplémentaire, je sors de partiels demain et je devrais finir très rapidement. ♥️


(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Aejor2
Double poste pour signaler que j'ai terminé


(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Aejor2
(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Francky-vincent-zizi

My nigga !
Tu vas tellement souffrir. Tu sais pas encore.
❤️❤️❤️. :huhu:
Je suis curieuse de voir ça Holker, héhé.


(autoP) Aerith • every man's life ends the same way. Aejor2
C'est dans la boîte! !
Gégé t'es validé !

LES TEMPS FORTS ▬ Groar les dragons c'est cool en plus tu donnes des coups de poing sisi

REMARQUES ▬ J'aime pas trop le manque de division claire entre les trucs sur la fiche MAIS BON.

Plein de mystères ce petit perso ! Amuses toi bien (enfin lol) sur le forum !