Lost Kingdom  :: Nueva :: La Grande Forêt

[FLASHBACK] And it's only the beginning || Cieran Aerendir [2]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Cieran Aerendir

And it's only the beginning

Altruiste. Tu ne pensais pas rencontrer quelqu'un qui soit réellement comme ça dans ton existence. Habituellement, les gens sont trop égoïstes pour ne pas demander quelque chose en retour d'un service, généralement de l'argent ou bien une faveur. Mais lui ne faisait pas ça pour l'argent ou la renommé, simplement parce qu'il a pensé que tu avais besoin de ses services. Peut-être lui apprenait-on cette manière de penser dans sa « civilisation » ? Un étrange sourire vint orner ta bouche sans vraiment avoir une expression particulière l'accompagnant. C'est quelqu'un de bien, une personne honnête. Et toi tu l'utilises et tu lui mens. À quel point la vie t'a empoisonnée pour que tu deviennes ainsi ? Tu détournes tes yeux, regardant l'horizon sans avoir de réelles réponses à cette question. Peut-être à cause de ta mère...

Il s'avance pour regarder de nouveau la carte et tu l'observes faire, tes pensées prenant un autre chemin que cette femme qui n'est plus à présent, te concentrant sur cet instant. Il indique du doigt où pourrait se trouver un lac et tu lui offres un nouveau sourire. « On va dire que c'est ça. » Le besoin de reprendre ta forme originelle te démanges les écailles. Cela pouvait certes attendre encore quelques jours mais autant faire ça maintenant si cela est possible.

Deux heures de marche, deux heures où vous avez parlés d'un peu de tout et de rien. Tu te faisais une idée plus précise du personnage en échangeant des phrases avec lui et plus le temps passait, plus tu te disais que c'était un jeune homme vraiment bon. Il découvrait le monde sans avoir vu les mauvaises facettes, comme un enfant qui explorait un endroit rempli de vices derrière des masques souriants. Comme toi Stella, tu fais partie de ces gens qui ne montrent jamais leur vrais visages. Tu n'es pas méchante Stella, mais tu n'es pas gentille non plus. Tu n'es qu'une opportuniste qui ne pense qu'à toi et à ta mission, qui trompe avec un sourire et qui poignarde dans un rire. Et pourtant, ça te touche presque de voir qu'il est si... Innocent. Si vrai.

Tu n'aurais jamais pensée tomber sur quelqu'un comme ça.

Un animal interromps soudainement votre chemin et tu fronces alors les sourcils en le suivant du regard. Une gazelle ? Cieran te fait signe de le suivre et, restant silencieuse, vous arriviez au fameux lac. Tes yeux clairs semblent ravis et tu hoches la tête quand il parle, amusé et moqueur sur l'intonation de fin. « Je ne t'en veux pas même si la taquinerie est quelque chose de présent chez toi. » Tu prends le même air, rieur, avant d'attendre qu'il parte. Non pas que tu ais spécialement honte de ton corps, mais ta pudeur allait prendre une gifle si jamais il allait rester. Une fois bien sûr qu'il ne soit plus dans les parages, tu te mets face à l'eau en soupirant d'aise.

Tu retires tes vêtements, ne laissant plus que tes écailles sur ton corps et sans plus attendre, tu avances dans l'eau jusqu'à prendre ta forme de sirène.

Liberté. Un sentiment puissant qui t'assaille alors que tu nages, avant de plonger sous la surface en laissant tout ton être s'engloutir dans l'eau paisible du lac. Tu fermes tes yeux, toutes tes questions s'en vont alors que tu coules, elles s'envolent pour ne laisser qu'un vide dans ton esprit, pour t'abandonner avec un silence serein. Combien de temps aurais-tu pu rester ainsi ? Longtemps, très longtemps même. Il n'y a pas de danger, juste quelques poissons curieux qui s'approchent, qui t'analysent avant de repartir.

Pas de pensées, juste le silence absolu.

Tu restes ainsi pendant un long moment, perdant peu à peu la notion du temps cependant, tu te devais de sortir de là, de reprendre ta mission en rejoignant Cieran. Ouvrant tes paupières, tu te diriges donc vers la surface pour ressortir, l'air un peu boudeuse. L'eau est ton élément et tu devais toujours t'en séparer à contrecœur. Tu sors ta tête de l'eau, laissant ta chevelure d'or jouer avec la surface avant que ton corps entier suive pour aller prendre tes vêtements et te rhabiller. L'avantage de ton pouvoir c'est que tu n'as pas spécialement besoin de t'essuyer, tu absorbes l'eau naturellement ce qui te permet de garder une tenue sèche en toute circonstances. Tu te penches pour attraper ta cape qui cache le reste de ce que tu portais mais tu lèves la tête en entendant un bruit. Tu plisses les yeux, te demandant alors si ton guide serait assez pervers pour te mater ainsi. Non... Quand même pas.

Tu n'as pas le temps de trop réfléchir à la question car une patte velue sort d'un buisson. Puis une autre avant finalement que huit yeux te fixent, les crocs dégoulinants d'un liquide des plus douteux. Ton corps réagit plus vite que tu ne le penses et un cri t'échappe. Un cri de sirène presque mélodieux, mais un cri tout de même. Et tu te fiches bien de n'avoir qu'une cape pour te couvrir. Une araignée trop grande pour être normale avec du poison sur les crocs. Ton pire ennemi. Elle devait t'arriver au ventre au moins avec son gros derrière et d'un bond, elle se retrouve dans les airs, prête à te sauter dessus.

Tu entends les pas qui se rapprochent, ceux de ton allié, mais tu n'as pas le temps de l'attendre. Une bulle se forme et avant qu'elle ne te touche, elle se retrouve emprisonnée dans une cage liquide dans laquelle elle se débat, bougeant ses pattes horribles dans tous les sens. Un frisson d'effroi te traverse et tu serres encore plus ton morceau de tissu contre toi, ne détachant pas tes yeux de cette monstruosité. « … Elle est horrible. Horrible. » Et toi tu as bien faillie finir remplie de poison dans tout le corps. Tu te tournes à demi pour regarder le brun. « … Il y en a beaucoup ? » Autant demander. Parce que la nuit risque d'être mouvementée si vous tombiez sur des spécimens comme ça.

Enfin, ça serait plutôt elles qui allaient vous tomber dessus pour le coup.
(made by voodoo doll)



Deneb

XynPapple
"And it's only the beginning."
Chapter 1 : The march through the forest
Je l'ai laissée vaquer à ses occupations, m'éloignant dans un coin sous des arbres. Pas trop loin non plus, on ne savait jamais. Je m'assis en tailleur, poussa un long soupire et ferma les yeux pour en apprécier la brise sur mon visage. Puis je vint serrer le pendentif accroché autour de mon cou, et je commença à prier les dieux de nous accorder leur bénédiction pour notre voyage. C'était un rituel qui me paraissait nécessaire et auquel j'avais l'habitude de m'atteler régulièrement en plus de les honorer. Si j'en étais arrivé là, c'était en parti grâce aux divinités qui me protègent et me guident où que j'aille depuis ma naissance. Je leur confie les yeux fermés ma vie, mon avenir. Je sais qu'ils sauront faire le bon choix.

Je pensais aussi à mon village. Evidemment, je ne les oubliais pas. Tout ce que je voulais, c'était les savoir en sécurité et heureux malgré mon absence mais je doutais qu'ils puissent sourire en pensant à moi. Ma mère avait peur de ne jamais voir son fils adoré revenir. Mon grand-père  et mon beau-père, eux, auraient voulu que je fonde aussi une famille. Pourtant, je n'ai rien fait de tout ça et ils ne m'ont jamais renié pour autant. Je suis fier de d'où je viens. De qui je suis. Du sang qui coule avec vigueur dans mes veines. Moi Cieran, je ne fais que suivre le chemin vers lequel on m'a destiné. Si je suis parti, c'est parce que je le devais. C'était peut-être pour ça que l'on ne m'a pas retenu d'ailleurs.

A croire que l'héritage que m'a transmis mon père était celui de la témérité et de l'obstination.

Tout n'était que silence aux abords du lac. Un cri, perçant, effroyable me fit soudainement sursauter. En un rien de temps j'étais sur mes deux jambes, à chercher d’où ça venait. J'eue rapidement le réflexe de croire que quelque chose était en train d'arriver à Stella. Je me suis vite précipité en la cherchant du regard. A vrai dire, je n'ai pas mis longtemps à la trouver à se faire menacer par une arachnide géante face à une Stella nue et toute paniquée. Le seul moyen d'éloigner cette bestiole était au moyen d'un feu. Vu sa taille, une branche n'aurait pas suffit pour la prendre, sachant en plus qu'une morsure peut faire de sacrés dégâts et dans la majorité des cas, la mort. Il ne me restait plus qu'à détourner son attention et...En fait, je n'ai même pas eu le temps dé réagir qu'on l'enferma dans une bulle.

Écailles. Magie de l'eau. Aucune hésitation possible sur la nature de ma comparse;

— « Non c'est plutôt rare. Je crois que c'est ta nature de sirène qui l'a attirée en passant dans le coin. Pourquoi tu ne m'as rien dit ? » Du coin de l’œil, je voyais la reine à huit pattes s'agiter, sûrement en train de se noyer dans sa bulle.

— « Libère-là, tu vas finir par la tuer ! » Je cherchais quelque chose qui pourrait faire office de torche, vu tous les arbres, ça ne devait pas être difficile. « Fais-moi confiance, je sais ce que je fais et - »

Je leva la tête. L'araignée ne bougeait plus, ou plus précisément, elle avait l'air d'agoniser. Pauvre bête ! J'admets ne pas être particulièrement les adorer mais je préférais toujours éviter d'ôter gratuitement une vie. La chasse, c'est différent - à mes yeux - pour la simple raison qu'elle nous sert surtout à nous nourrir. Là je crains malheureusement devoir dire que les araignées ne sont pas comestibles.

— « Stella ! »
© 2981 12289 0

Cieran Aerendir

And it's only the beginning

Tu la regardes en train de mourir dans ta bulle, tu observes ses pattes remuer inutilement, pensant certainement qu'elle allait s'en sortir. Mais non, tu ne la laisserais pas s'échapper, laisser une telle créature vivre serait synonyme de ta perte. Car de par ce qu'elle avait sur ses crocs, elle est ton ennemi naturel. Tes yeux se plissent et tu regardes Cieran qui arrive, qui t'accuses de n'avoir rien dit sur ton identité.

Ton expression change, tu deviens boudeuse. « Je ne crie pas ce que je suis sur tous les toits parce que je ne pense pas que cela soit nécessaire. Depuis quand faut-il se présenter en dévoilant notre race ? » Question rhétorique. Non, tu ne dis jamais que tu es une sirène généralement parce que ton aura suffit à parler pour toi. Cette même aura qui a dû attirer cette... chose. Une main qui tient toujours la cape pour cacher ton corps, tu arques un sourcils face à sa demande. « Pardon ? Tu veux laisser cette... abomination vivre ? » Avait-il perdu la tête ? Voulait-il votre mort à vous deux ?

Tu hésites Stella, tu peux lui faire confiance pourtant. Tu le sais. Tu reportes ton attention sur l'araignée qui ne bouge plus et quand il prononce ton nom sur ce ton presque exaspéré, tu tiques et tu baisses le bras, la bulle disparaissant et laissant l'animal (?) tomber lourdement sur le sol. « Très bien, très bien ! Je vais la laisser vivre ! Mais si on retombe sur une créature pareille, je ne la relâcherais pas. » Sérieuse, tu passes ensuite une main dans tes cheveux en soupirant. Cette forêt a donc ce genre de surprise... Soit. Tu allais lui montrer que tu n'allais pas te laisser faire face à la nature.

Et que la prochaine fois, tu noieras tout sur ton passage.

Cependant, alors que tu le regardes un peu plus, tu commences à rougir en ayant un mouvement de recul. « … Sinon tu comptes rester ici jusqu'à quand ? Je te ferais remarquer que je n'ai pas de vêtements ! » Tu notes le manque de pudeur, à moins que le danger n'ai fait oublier ce détail. Tu serres un peu plus la cape contre toi en sentant tes pommettes chauffer et tu n'oses plus bouger. Enfin, jusqu'à entendre un petit bruit provenant de la chose qui était tombée. Un petit sursaut de ta part et tu lèves de nouveau ta main, prête à la noyer de nouveau. « … On ferait mieux de partir avant qu'elle ne se réveille. » Autrement dit, quand tu seras habillée. Et pour cette fois, tu sens que tu ne vas pas traîner.
(made by voodoo doll)



Deneb

XynPapple
"And it's only the beginning."
Chapter 1 : The march through the forest
Ma remarque sur sa nature n'avait pas l'air de lui plaire. Je haussa un sourcil. Visiblement, il y avait un malentendu que je n'ai pas tardé à dissiper.

— « Que tu sois humaine, elfe, sirène ou que sais-je, ce n'est pas ça soucis ! Le problème, c'est que je dois prendre en compte que tu puisses avoir des besoins vitaux de t'hydrater. Alors excuse-moi de vouloir être prudent et m'assurer que tu ne manques de rien ! »

Je répliqua, sur un ton légèrement agacé. Je parlais en toute connaissance de cause, ayant déjà connu des sirènes dans mon entourage et je savais que le manque d'eau pouvait leur être fatal. Alors oui, j'aurais voulu être au courant. Enfin passons, on avait plus important à régler avec la grosse bêbête à huit pattes.

— « J'admets qu'elle ne brille pas de sa beauté mais elle a le droit de vivre, alors s'il te plait. »

J'étais particulièrement pointilleux sur ça. Les gens de mon peuple considèrent n'importe quel être vivant comme des créations des Anciens Dieux que l'on se doit de respecter. Ils font parti de la Nature, notre harmonie. Notre entité protectrice. Pas sûr que Stella le comprenne, cela dit. Je la voyais hésiter et au regard insistant que je lui lançais, elle a fini par céder. Ouf.

— « Si tu ne les attirais pas comme des aimants aussi ! Non plus sérieusement... Je pense qu'il doit y avoir sa toile pas très loin. Elles aiment les points d'eau ou se cacher dans des trous. J'en ai rarement croisées, si ça peut te rassurer. »

Mon regard glissa sur la silhouette de ma camarade, comme soudainement happé vers elle maintenant que le problème de l'araignée était - plus ou moins - résolu. Ses boucles blondes qui descendaient en cascade sur ses épaules, dans son dos. Ses courbes délicates joliment dessinées, sa peau qui paraissait douce et soyeuse à donner envie de la toucher du bout des doigts. Si je devais choisir un mot pour la décrire, ça serait sublime. Je n'avais précédemment pas pris la peine de vraiment sonder ses traits et là j'étais comme hypnotisé, charmé. Je me sentais à la fois vide, et emballé. Cela s'expliquait peut-être par ce "pouvoir naturel" que les sirènes possèdent ? Pourtant c'était la première fois que je me sentais aussi...Secoué. Tout se passa en une poignée de secondes noyées dans le silence, que Stella brisa en exposant son embarras. Je sursauta, cligna des yeux en reprenant mes esprits.

—  « A-Ah...! Pardon, mais en quoi c'est un problème ? »

J'étais embarrassé moi aussi, à m'en frottaer la nuque. Pas vraiment à cause de sa nudité, mais plutôt pour avoir eu l'impression de ne pas faire ce qu'il fallait. J'allais m'éclipser, quand on vit une des pattes de l'araignée bouger. S'enfuir avant qu'elle ne se réveille ?

— « Bonne idée. »

Mes lèvres s'ornèrent d'un rictus, et je partis chercher nos affaires le temps que Stella finisse de se préparer. Encore perturbé par ce qui venait de se passer, j'avais du mal à me l'enlever de la tête. Je passa une main sur me visage, lâchant ensuite un grognement. Quand je disais vouloir me changer l'idée pour éviter de culpabiliser envers ma famille, je ne parlais pas de... ça. Allons bon, je relativisais : ça finirait bien par partir aussi vite que c'était venu.

Lorsque Stella réapparue, je l'agrippa par le poignet sans lui demander son avis, et la conduisit hors de cet endroit. Vite vite, je marchais jusqu'à retrouver du nez le petit chemin qui nous permettrait de retrouver le principal pour atteindre notre longue, très longue destination.

Une fois en sécurité, je la lâcha avant de soupirer et tenter de croiser à nouveau son regard :

—  « Ne le prends pas mal mais...S'il y a des choses que je devrais savoir comme le fait que tu sois une sirène, il vaudrait mieux que je sois au courant. Au moins que je puisse réagir au cas où, tu comprends ? Peut-être que je donne l'impression d'être trop curieux mais si jamais tu as des questions à mon sujet vas-y je t'en prie. Je n'ai rien à cacher de toute façon. »

Et j'étais sincère. Mon grand-père me disait souvent que l'honnêteté était la meilleure arme contre le mensonge, ouvrait les cœurs et les esprits.

Si seulement ça marchait à tous les coups.
© 2981 12289 0

Cieran Aerendir

And it's only the beginning

Tu l'as perçue, ce regard charmé qu'il avait eu en te regardant, en baladant ses yeux sur ton corps en le détaillant, en ayant cette lueur presque envieuse au fond de ses prunelles. L'aura des sirènes a cet effet quand on ne s'y prépare pas ou quand on baisse sa garde trop vite et il repart en approuvant l'idée de partir rapidement pour ne pas avoir à faire à l'arachnide. Tu t'habilles sans tarder, enfilant tes vêtements sans prendre le temps de remettre ta capuche, laissant tes boucles tomber dans ton dos et de rejoindre Cieran. Il avait déjà prit ses affaires et il te prit le poignet pour partir de là. Tu ne protestes pas, tu le laisses faire en suivant son rythme, laissant un silence entre vous deux.

Tu ne sais pas jusqu'où cela à pu l'atteindre, si ton aura l'a vraiment affecté ou non. Il finit par te lâcher avant qu'il ne parle à nouveau, plantant son regard dans le tien. Autre chose à savoir ? … « Je me suis assez hydratée pour le moment donc ça va aller de ce côté là. Je m'excuse, j'ai mal comprit ton attention de départ... Mais je ne pense pas qu'il y a autre chose à savoir de vitale. » Ça te touche quelque part qu'il puisse s'inquiéter de ton sort, et un sourire apparaît sur tes lèvres. Être ainsi ne te ressemble pas Stella, si gentille et presque sincère... Mais tu n'y penses pas, tu te sens juste bien avec le brun qui lui par contre, est plus honnête que toi. Et c'est justement à cause de ça que tu es à l'aise.

La curiosité fait place sur ton visage et tu reprends la route alors, pensive. « Tu n'as rien à cacher hein... » Faux. Tout le monde a un secret, un événement qu'on ne partage pas ou une nature qu'on n'ose dévoiler. Tu en es l'exemple parfait Stella car s'il te connaissait, il n'aurait jamais accepté ta compagnie. Personne ne voudrait d'une personne comme toi, menteuse et manipulatrice. Au vu de son physique, il devait être humain. Mais il devait avoir croisé des sirènes dans sa vie, elles sont plus répandues à Nueva qu'ailleurs. Enfin si, dans l'Océan. Tout en continuant la marche, tu te tournes pour le regarder, malicieuse. « Tu avais l'air assez secoué tout à l'heure et pourtant je suis sûre que je ne suis pas la première sirène que tu croises. Est-ce que les auras de ce genre t'atteignent si facilement d'habitude ? » S'il est plutôt résistant, l'idée de briser ses barrières te tente bien.

Infréquentable, vraiment. Et si tu es la première qu'il voit, ça ne sera que plus intéressant.


(made by voodoo doll)



Deneb

XynPapple