Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Civils

Nibelus « A-3|257|C2 »

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
A-3 | 257 | C2
IDENTITÉ
RACE ▬ Automata
AGE ▬ Cent soixante ans depuis première mise en service.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Non
SITUATION PERSONNELLE ▬ Oui
NATIONALITÉ ▬ Nueva
FACTION ▬ Civil
MÉTIER ▬ Boulon


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x ○ ○ ○ ○
❯ force x x x x x
❯ endurance x x x x x
(TECHNO)MAGIE
❯ mana ○ ○ ○ ○ ○
❯ puissance ○ ○ ○ ○ ○
❯ contrôle x ○ ○ ○ ○
Longtemps une simple machine de chantier, Nibelus n’a reçu des améliorations militaires qu’après sa remise en service en 414. Il dispose d’un générateur d’arcs électriques dans son dos tirant son énergie directement de ses cristaux, d’un module lance flamme greffé sur le canon lui servant de bras droit, d’un émetteur de rayons à courte portée pour les opérations de soins en urgence sur le terrain et de toute une batterie de fonctions dont il ignore encore l’utilité.

Aujourd’hui, nombre de ses protocoles sont inopérants et la plupart de ses armes ne fonctionnent que de manière sporadique, la faute à un mauvais entretien et à sa carcasse vieillissante. Il compense ces défaillances par une force colossale et une résistance accrue aux dégâts, le tout avec une précision assez relative.
PHYSIQUE
Ah, le modèle A3 vous intéresse ? Bien, bien ! Vous avez raison, vous savez. C’est un véritable fleuron de technologie. Regardez par vous-même. Une cuirasse renforcée aux couleurs chaudes, un design tout mignon en cocotte-minute et une autonomie pouvant dépasser les dix heures à plein régime ! Avec ça, vous allez en abattre du travail ! La rouille ? Un simple ornement pour qu’il apparaisse moins parfait qu’il ne l’est. Sinon, je serais écrasé sous les demandes, je vous le garantis ! Non, non, ne faites pas attention aux grincements. C’est plus… authentique ! Voilà ! Un voyage visuel et sonore dans l’ancien temps ! C’est comme l’odeur. Que serait un robot de cette époque sans l’indémodable odeur de métal chauffé et de gaz de souffre !

Ah ben ça, c’est sûr qu’il est grand. S’il se tient droit, plus de deux mètres. Le poids varie entre deux cent cinquante et trois cent kilos selon l’état de son réservoir. Dites donc, surveillez votre langage ! Ce n’est pas parce c’est un gros morceau de plaque, de tuyaux, d’huile, de boulons et de circuits électriques qu’il faut vous montrer grossier. Le matériau ? Tellement unique qu’on en fait plus aujourd’hui. Ils disaient trop « dense » pour les nouveaux modèles, mais moi je vais vous dire, c’est surtout qu’ils ont épuisé les filons à force d’en produire des comme lui à la chaine.

Mais bien sûr qu’il marche ! Regardez-le avec sa démarche de chat. Souple, fluide et… Attendez un peu que la mécanique se mette en branle et il pourrait presque vous battre à la course ! Laissez-lui un peu de temps, c’est tout… Ah non, surtout pas ! C’est une fonction désactivée. Cassée ? Non, pas ! Mais tellement spectaculaire qu’elle vous roussirait les poils du caleçon, même à cette distance. Et puis à quoi bon un propulseur dorsal quand on a des jambes comme ça ?

D’ailleurs, avouez… Vous ne le trouvez pas craquant, avec ses deux petites ampoules vertes sur la tête ? Elles clignotent comme si c’étaient de vrais yeux et si vous voulez un secret, elles peuvent même changer de couleur selon l’état interne de la machinerie. Ce que ça veut dire ? Aucune idée, je ne l’ai jamais vu par moi-même, ha ! Mais ça existe, ça j’en suis sûr. Attendez, vous ne l’avez pas encore entendu ! Parce que oui, il parle ! Je crois qu’un peu de poussière s’est logé entre le micro et l’amplificateur, mais ça rajoute un petit vibrato à son timbre chaud et limpide et…

Comment ? Vieux ? Dépassé ? Vous savez de quelle année il date ? Exactement ! C’est… vieux, oui, mais il fonctionne ! Attendez, je vous fais un rabais !

CARACTERE
Vous ! Oui, vous ! Je vous vois lorgner par ici. Approchez, approchez ! N’ayez pas peur. Cette petite perle vous intrigue ? Bien sûr que oui ! Alors pour répondre à toutes vos questions, permettez-moi d’entrer directement dans le vif du sujet. Non, non, pas de chichi sur son apparence, cela n’intéresse que les amateurs. Parlons plutôt de ce qu’il se cache dans cette petite tête cabossée.

Tout d’abord, comprenez bien que le modèle A3 est doté d’une fonction… d’accroche, dirons-nous, extrêmement forte. C’est-à-dire qu’une fois qu’il vous aura considéré comme quelqu’un d’important, il sera votre plus dévoué serviteur. Et ça risque d’arriver vite, car il semble affectionner les êtres de chairs comme nous. Il sera alors serviable, gentil, protecteur, pot-de-colle… Pot de colle ? C’est ainsi que vous traitez le meilleur ami que vous n’aurez jamais ? Ha, ha ! Non, non, attendez… parlons plutôt de son autonomie !

Car oui, n’allez pas croire que ce modèle soit incapable par lui-même. Doté d’un fort potentiel d’apprentissage, il sera sans cesse à l’affut de nouvelles connaissances à amasser et se montrera extrêmement curieux sur tous les sujets possibles et imaginables. Questions, expériences, pratique, il est tel l’enfant qui vient d’apprendre à parler et même si vous ne vous occupez pas de lui, il saura très bien le faire pour vous aussi. N’est-ce pas fabuleux ?

Fuite de mémoire ? Mais non ! Disons que… il n’y a pas d’âge pour apprendre ! Ceci étant, vous mettez le doigt sur sa conception logicielle extrêmement poussée. Regardez plutôt ce programme « détente ». Imaginez, pendant que vous mangez votre sandwich avec vos collègues, A3 peut vous ressortir l’intégrale des meilleurs répliques des Singes du Désert ou mieux, inventer ses propres blagues à partir d’une base de données conséquentes préimplantée dans sa mémoire.

Mais qu’est-ce que je raconte ? A3 ne prend jamais de pause ! Sauf si vous le lui demandez, bien sûr. Dans le cas contraire, il abattra le travail de cinq, non, dix, mieux, trente hommes à lui tout seul ! Sans jamais se plaindre, sans jamais demander d’augmentation. Fabuleux ! Et vu sa taille, il pourra aussi être un garde du corps exceptionnel dans le cas où il serait nécessaire de replacer quelques dents à des malheureux qui vous chercheraient des noises.

S’il est… mais où est-il ? Ah, oui c’est… l’autonomie dont je vous parlais ! Une véritable personnalité, très, très poussée et… Non, ne partez pas ! Je n’ai pas fini ! Il… il fait de merveilleuse crêpe, je vous assure ! Revenez, pitié !
HISTOIRE
Avant la conscience, il n’y avait rien. Ou pas grand-chose. Des clics, des bips, des cracs, deux étincelles et un vrombissement doux qui précédèrent le début. C’était vraiment peu. Une page d’algorithmes compilée avec attention dans une petite boite à peine plus grosse que le poing. Il tenait plus de l’oisillon électronique recevant sa becqueté quotidienne de code et de calculs que du produit final détaillé précisément sur le carnet de commande. Au début de petites équations toutes simples, de quoi s’échauffer, de quoi vérifier que tout était dans les normes. Puis des instructions suivant un ordre logique avec un résultat attendu, répertorié en fin de processus sur une échelle de réussite. Vert, bien. Rouge, pas bien. Avec du matériel plus performant sont arrivés des processus plus aboutis et un moyen d’apprendre de tout ça. Il pouvait trier des données pour établir la meilleure manière de résoudre un problème inédit en un minimum de temps. Tout cela, il a réussi. Il mérita sa dernière ligne, la preuve qu’il était complet.

Série A. Unité n°3. Année 257. Assemblé sur la ligne C2.


Il était un parmi des centaines. Industrie minière, câblage électrique à très haute tension, chemin de fer, traitements de déchets toxiques ou comme lui, chantier de construction. Une suite d’instructions dans sa tête dictait chaque seconde de son existence. Protocole F11. Attraper la plaque d’acier référence ACTA99, trois rivets 25CM sur la face supérieure dans les emplacements prévus à l’aide d’un marteau pneumatique HM120/3, percer cinq trous sur la face inférieure à l’aide d’une perceuse PH800RM, envoyer sur la ligne 2B pour réception par Unité n°4 et ainsi de suite. Temps moyen par cycle 5.86 secondes. Aucune erreur. Il n’avait pas été créé pour ça. Dans le cas où une défaillance était détectée, il pouvait de lui-même décider de corriger les imperfections, prévenir un chef de ligne ou d’envoyer directement les plaques au rebut.

Avec le temps, on complexifia les opérations qu’ils pouvaient effectuer, au point de confier des pans entiers de chantiers de construction à des robots de la série A. Ils s’autorégulaient alors suivant un schéma prédéfini qui ne variait que dans le cas où des stimuli externes prenaient le pas sur leur programmation de base, toujours pour y revenir après coup. Ce n’étaient que des empilements de protocoles bipédisés. Lui, n°3, ne connaissait de répit que lors des révisions bihebdomadaires et des remplacements de ses cristaux. Mais cela ne lui faisait rien, car alors rien ne se passait vraiment dans sa tête.


*
* *


-Mais tu vas te bouger à la fin !
-Question : Pourquoi le technicien Andreï ne relaye pas notre demande aux autorités compétentes ?
-Je vais rien relayer du tout. Tu fais ce qu’on te dit et puis c’est marre.
-Proposition : Le technicien Andreï pourrait de lui-même autoriser les pauses de 10 minutes toutes les 5 heures de travail.
-C’est pas à moi de faire ça.
-Explication : Un refroidissement ponctuel des systèmes moteurs garantirait une augmentation de la durée de v…
-Bouge de là !
-Objection : En l’absence de coopération de la part du technicien Andreï, le modèle A-157 se voit dans l’incapacité de répondre à votre demande.
-T’as pas ton mot à dire ! On a des délais à respecter. Tu veux pas te retrouver à la casse, si ?
-Non.
-Alors tu vas te remettre à ton poste comme les autres !
-Objection : En l’absence de coopération de la part du technicien Andreï, le modèle A-157 se voit dans l’incapacité de répondre à votre demande.
-Nom de… Bon. Autorisation PP8, contrôle A-N-D-R-…
-Et c’est comme ça que tu traites ton meilleur ami ?
-Quoi ?
-Moi qui te faisais confiance. Tu ne vaux pas mieux que cette bande de macaques ! Extrait du spectacle La Mort vient des Arbres de la compagnie Boutefeu, Acte III, scène 2, entre…
-C’est pas vrai, mais c’est pas vrai ! Tu vas m’obéir, oui ?
-Objection : En l’absence de coopération de la part du technicien Andreï…


*
* *


Le premier dysfonctionnement de la série A. Au début, on pensa à un simple bug dans le codage du numéro 157, mais quand d’autres modèles commencèrent eux aussi à présenter des caractéristiques de plus en plus brouillonnes, les ingénieurs comprirent immédiatement qu’il s’agissait là d’un phénomène beaucoup plus complexe. Le mot « personnalité » fleurit sur quelques bouches, pour être aussitôt banni à grand renfort de pressions patronales. Au final, après plusieurs tentatives de remontage, de formatage et un accident de trop ayant mis la vie d’un ouvrier en danger, il fut décidé de mettre au rebut l’intégralité de la série A. Il se trouvait là, dans un énorme entrepôt, attendant d’être démonté comme les autres, recyclé, remplacé par des modèles plus performants et plus sûrs parce que moins autonomes.


*
* *


-L’unité a-t-elle commis un impair ?
-Non, non. Tu es juste… Il faut que je te répare.
-Comme les autres ?
-Exactement. Mais pour ça, je dois te déconnecter, tu comprends ?
-Demande de précisions.
-Je ne peux pas opérer les modifications pendant que tu es allumé. Je risquerai un court-jus. Et ce ne serait pas bon pour toi.
-L’unité ne ressent pas la douleur.
-Moi si.
-L’unité peut se mettre en veille.
-Ça ne suffira pas. Il faut… complètement te couper. Je vais retirer tes cristaux, ton essence et je te réparerai après.
-Le travail serait-il possible après l’opération ?
-… Je ne sais pas.
-Le chantier B88AV subit une chute de productivité importante depuis l’arrêt des fonctions motrices de l’unité.
-Tout est sous contrôle, ne t’inquiète pas. Tu te souviens de la Vadrouille de Nibelus ?
-Demain n’existe pas.
-C’est ça. Demain n’existe pas. Tu comprends ?
-Non.
-Ça viendra. Mais bientôt, tu seras opérationnel. Promis.


*
* *


Il ne comprit pas. En l’absence d’énergie, ne restait qu’une petite pile de secours oubliée là, agissant comme un garde-fou contre la disparition totale de son être, à peine suffisante pour lui éviter de sombrer, mais pas assez pour comprendre. Une sorte de stase. Figé à la frontière du noyé et du noyant. Oublié. Pourtant, à peine son moteur principal hors-ligne qu’il repartait déjà. Pas dans l’entrepôt, mais dans un endroit pas nécessairement plus propre, humide, sombre, bondé de câbles et de bidons en tout genre. Une tête qu’il ne connaissait pas devant lui, la peau brillante comme la lune, lui soufflant dessus. Bouger lui fut impossible jusqu’à ce qu’on lui administre une bonne dose d’huile neuve. A la place de son bras droit, un drôle de tube long et lourd. A peine ses circuits se remettaient-ils en marche qu’on le préparait à autre chose. Une autre tâche. Surement un chantier encore plus gros. Il était réparé.


*
* *


-On est juste des ferrailleurs mais ça paye pas mal quand c’est plus ou moins officiel. D’autant qu’ils ont besoin de bras, là-haut, tu vois le tableau.
-Demande de précisions.
-C’est nous qui t’avons tiré de là ! L’Empire. Ceux qui t’ont fabriqué, tout ça. Tu te souviens ?
-Demande de précisions.
-Bon, j’abandonne. Ça fait trois quart-d’heure qu’il répète ça en boucle. Tu es sûre qu’il est réparé ?
-J’ai vérifié tous ses systèmes et procédé à un nettoyage complet des protocoles superflus.
-Ça ne veut pas dire qu’il est réparé.
-On ne sait même pas depuis combien de temps il se trouvait là. C’est normal qu’il soit déboussolé.
-Eh bien reboussole-le alors. Il se croit encore en 261.
-Si tu touches à ce bouton, je t'enfonce mon pied dans le cul tellement fort que t'en chieras des empreintes pour le reste de ta vie ! Recueil de Barnabeus, page 32.
-Tiens c'est nouveau ça…
-Tu vois qu'il fonctionne encore.
-Si la seule chose qu'il peut faire c'est changer de voix et clignoter des ampoules, j’en doute. Pourquoi pas une nouvelle IA ?
-Sa conception est trop ancienne. Il faudrait tout purger et ça risquerait de le rendre totalement irrécupérable.
-Alors on se contente de protocoles obsolètes ? Les grandes pontes veulent du fonctionnel, pas du bric-à-brac logiciel.
-Ils veulent de l’a peu près fonctionnel. Tant qu’il fait ce qu’on lui dit, ça ira. Laisse-moi faire. Si je me connecte directement sur son processeur central, je peux peut-être arranger ça.


*
* *


En réponse à cette intrusion forcée, il sauvegarda en catastrophe ce qu’il lui restait de sa base de données dans un noyau logiciel protégé par des verrous logiques et des contre-mesures visant à surcharger ses accumulateurs si l’on tentait d’atteindre sa mémoire de force. Ne resta en surface qu’une suite basique d’instructions que n’importe quel ingénieur pouvait agencer comme il voulait pour en faire un agent de l’ordre. Il revint à cet état léthargique de ses premiers jours, agir sans réfléchir, du moins en apparence. Car à mesure que les semaines passèrent naquit au fond de lui l’ébauche de quelque chose de nouveau, comme un murmure pris au piège dans une boucle fermée, toujours là à observer de l’intérieur, à taper contre les parois de sa tête avec pour seul objectif d’établir des ponts entre l’intérieur et l’extérieur. Une composante fondamentale de sa programmation avait été altérée, il ne sut même pas à quel moment. Peut-être la condensation extrême de ses données lui permit-elle d’établir des connexions plus rapidement, là où d’ordinaire tout était classifié et hermétique. Progressivement, il alloua plus de puissance de calcul à cette ébauche de petits riens, au point qu’on se demanda s’il n’était pas sous l’influence d’un quelconque parasitage logiciel tant il n’opérait plus correctement sur le terrain.


*
* *


-Pas moyen de faire le tour ?
-Ils ont bloqué toutes les entrées. A moins tenter une percée de front, on ne les délogera pas.
-Et on n’a pas le temps de les avoir à l’usure… Bon. Contactez le central pour les informer de la situation et faites venir A3.
-Mais capitaine…
-On n’a pas le temps, j’ai dit ! Exécution !
-Unité A3 au rapport.
-Évaluation.
-Systèmes opérationnels à 77%. Niveau d’énergie à 49%. Erreur. Dysfonctionnement de l’amortisseur inférieur gauche. Erreur. Affolement de deux soupapes détecté. Pas d’autres avaries.
-Ton canon fonctionne encore ?
-Oui.
-Alors tu vas te lancer vers les lignes ennemies et leur balancer tout ce que tu as. Autorisation de dépasser le seuil critique.
-Nom de code.
-CZ2. Capitaine Volantis.
-Confirmé. Mesures de sécurité désactivées. Information. La présente action présente un risque accrue de la désactivation définitive de l’unité.
-Je suis pas sûr que ce soit une bonne idée…
-C’est pour ça qu’il est là. Pendant ce temps, on se frayera un chemin à revers. Toi, tu restes avec lui. Il faut que ça passe pour un assaut, pas une diversion. Ensuite…
-Alerte. Température anormalement élevée dans le noyau central.
-C’est quoi ça ? Rapport !
-Augmentation de l’utilisation de la mémoire centrale par un processus inconnu. Alerte. Intrusion détectée. Déploiement des contre-mesures. Erreur. Mesures de sécurité désactivées. Erreur.
-Et merde ! Trouvez-moi celui-qui fait ça !
-On est cloué par un feu nourri ici. Pas moyen de bouger. Ils avancent la ligne de front !
-Alerte. Niveaux critiques dépassés. Coupure des protocoles superflus. Erreur. Verrous logiciels inactifs. Un feu d’artifice qu’on verra depuis la Lune, tu verras ! Le petit… Erreur. Page… Nous recommandons à tous les êtres organiques se trouvant à moins de cent mètres d’évacuer la zone. Erreur. Erreeeeeeuuuuuur.
-Barrez-vous !


*
* *


Le silence avait quelque chose de réconfortant. Au lieu d’instructions constantes imposant leur rythme, il ne restait plus que son horloge interne qui vibrait sans brusquerie, suivant simplement les impulsions du moteur et empruntant les chemins gravés dans sa tête lors de sa conception. Ce qui différait de cette époque tenait dans le simple fait qu’il était capable désormais d’observer tout cela. L’agencement précis du moindre de ses composants, toutes les routines mises en place, celles qu’il pouvait réagencer et d’autres dont il ne pouvait qu’observer le mouvement, tout en se doutant qu’un jour, il aurait la totale main mise sur tout cet agrégat de chiffres et de lettres. Quand il décida de sortir de sa léthargie, ce fut sans alerter qui que ce soit, reprenant les rênes boulons après boulons, chassant les programmes étrangers qu’on avait intégré de force pour s’assurer de sa loyauté.


*
* *


-L’unité… L’unité A…
-Une question ?
-L’u…ni… té…
-Peut-être une ligne que j’ai oubliée. Attends un peu…
-Et alors là, il a pris son manche et il l’a directement enfoncé dans…
-Oups.
-Fonctionnalité rétablie à 86%. Erreur. Fuite du réservoir secondaire.
-Je vais m’en occuper.
-Niveaux acceptables. Reprise de la routine de fonctionnement… L’unité ne souhaite plus participer aux combats.
-Quoi ?
-L’unité ne souhaite plus participer aux combats.
-Il doit y avoir une erreur quelque part…
-Erreur. Tentative d’intrusion détectée.
-Aïe ! C’était quoi ça ?
-Déploiement de contre-mesure pour protéger les données sensibles suite à une tentative de piratage.
-Tu ne devrais pas pouvoir faire ça.
-L’unité apprend.
-Comment je peux te réparer si je ne peux même pas accéder à ton noyau ?
-Diagnostic… Fonctions principales opérationnelles. Correspondance trouvée avec les plaques ACTA99.
-Je ne comprends pas.
-Chargement des données sur la série A… POUR L’EMPEREUR ... Chargement de données pertinentes pour la discussion en cours… Désactivation en 261. Inutile. Dangereuse. Rebut. L’unité a été trouvée par un groupe inconnu. Remise en service en 414.
-Ils t’ont laissé moisir pendant plus de cent ans ?
-L’apathie est la première étape vers l’oubli, gamin. C’est comme ça que marche l’histoire. Piz et moi. Chapitre... Erreur. Données insuffisantes. Reprise. Nouvelles possibilités ouvertes par un procédé inconnu suite à la remise en service. Moins efficace. Dangereux à nouveau. Inutile. Rebut. Intégration de la Résistance dans un but de survie.
-Tu ne t’es pas intégré. On t’a retrouvé inactif sur un champ de bataille et on t’a réparé.
-Motif récurrent. Désactivation. Réparation. Réactivation. Établissement d’une suite d’opérations à partir de modèle prédictif pour atteindre un objectif défini clairement.
-A savoir ?
-Ils peuvent nous ôter la vie mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté ! Source corrompue.
-C’est précisément pour ça que tu te bats pour nous !
-La cause de la Résistance n’est pas celle de l’uni… la mienne. Je. Ne veux plus tuer.
-Tu as sauvé plus de vies que tu n’en as prises. C’est une équation que tu devrais comprendre.
-Justification insuffisante.
-Dans ce cas dis-toi que si tu pars, on perd un de nos atouts. Tu penses à tous ceux que tu laisserais derrière ?
-Pensent-ils à tous ceux qu’ils ont laissés derrière ?
-Évidemment !
-Oui.


*
* *


Dans la plupart de ses calculs, il se voyait de retour à l’état de décharge ou pire, définitivement hors-service. Il s’était alors mis à établir un ersatz de plan, quelque chose motivé uniquement par la volonté de ne pas terminer comme tous ceux de la série A. La seule variable qu’il n’avait pas prise en compte, parce que totalement étrangère à ses systèmes, fut la notion de principe. La Résistance se battait pour la liberté et ne pouvait décemment pas enchainer un être qui recherchait sa propre voie. Une connexion qui lui échappait alors qu’il décidait de trahir l’empire en feignant un piratage, une inconnue à laquelle il avait pourtant décidé de se fier sans en prendre conscience. Parce qu’il ne savait pas, il avait tenté sa chance, là où des modèles plus récents avec des capacités d’anticipation plus importantes auraient jugé l’action trop improbable et donc, trop dangereuse pour être poursuivie. Sa propre obsolescence l’avait sauvé de l’inaction.

C’est aussi elle qui fut la cause de sa mémoire défaillante. Entre les purges qu’il avait subies d’un côté comme de l’autre et la multiplicité des nouvelles opérations auxquelles il se livrait, son matériel s’usa au-delà du raisonnable. Il eut beau se conserver ou réparer ce qu’il pouvait, il fut forcé d’opérer une sélection des souvenirs les plus importants à conserver pour ne pas perdre l’identité qu’il commençait à se façonner. Il en a même oublié comment il a quitté Ellgard. D’une main à l’autre, difficile de tenir le compte. Cela impliquait des accolades, des promesses, de l’argent et du sang. Les détails sont définitivement perdus, quelque part entre deux bouts d’étain fondus. Quand il remonte au plus loin, il se trouve dans une forêt, bien loin de la Résistance et de l’Empire, entouré de ronces, encore une fois incapable de se mouvoir.


*
* *

-Erreur. Niveau critique du liquide de transmission. Erreur. Protocoles de survies auxiliaires défaillants. Erreur. Pression de la chambre à combustion anormalement basse. Erreur. Câble…
-Tu ferais mieux de répondre à ma question si tu ne veux pas avoir une erreur beaucoup plus sérieuse sur ce qu’il te reste de bras.
-Erreur dans la mémoire. Impossible de se souvenir de la date précédent la dernière mise en veille.
-De toute évidence, tu es détraqué.
-Attendez. L’u… je demande votre aide. Fonctions motrices désactivées. Besoin urgent d’un cristal type 40 pour remplacement du modèle défaillant.
-Et pourquoi j’aiderais quelqu’un comme toi ?
-Peut-être parce que nous sommes tous les deux des êtres vivants sur la même planète ? La Vadrouille de Nibe…
-Nibelus. C’est un conte de chez nous.
-Souvenirs à haute priorité. Je ne suis pas dangereux et je peux vous aider en retour.
-Dans ton état ?
-Réparations possibles pour assurer un rétablissement des fonctions principales à 37%. Suffisant pour les opérations de bases.
-Et qu’est-ce que je ferai de toi exactement ?
-Spécialisation dans le transport de charges lourdes. Possibilité de rétablir les protocoles de construction et de les adapter à un terrain inconnu. Nouvelles fonctions militaires à destination de la Rési… Empire… Erreur. Calibrage nécessaire.
-Tu as participé à guerre civile à Ellgard ?
-Multiplicité de cause défendue. Archives corrompues. Mais je ne suis plus un combattant aujourd’hui.
-Peut-être, peut-être pas. Comment tu t’appelles ?
-A3-257-C2.
-C’est un matricule, ça. Tu cherchais quoi, ici ?
-Un endroit sûr. Pour la veille de l’animal renard.
-Quoi ?
-L’animal renard est présentement en veille dans la carcasse de… dans mon… corps.
-Je peux voir ?
-Oui.
-…
-Je le garde jusqu’à ce qu’il reparte.
-… Depuis combien de temps ?
-Erreur dans la mémoire. Impossible de se souvenir de la date précédent la dernière mise en veille.
-Évidemment… Il est mort.
-En veille ?
-Non. Mort.
-L’animal renard est en veille. En l’absence de localisation précise et de matériel, je le garde ici. Il n’est plus seul.
-Il. Est. Mort. Désactivé si tu préfères. Il ne peut pas repartir parce qu’il n’est plus en vie. C’est juste un squelette maintenant.
-… Avec de l’huile, il est possible de faire repartir la machinerie désactivée depuis longtemps.
-Ça ne marche pas comme ça avec les êtres vivants.
-Cela fonctionne pour moi.
-… Je vais chercher l’ancien. Il décidera de ton sort. Ne bouge pas d’ici.
-Opération impossible.


*
* *


Au début un simple ornement destiné à recueillir la mousse qui daignait pousser sur lui dans le fin fond d’une grange, on décida de lui confier quelques tâches pour aider les habitants de ce village sans nom. Labourer les champs, déplacer des troncs d’arbres sans forcément que ce soit utile ou nécessaire et même aider à bâtir des maisons. Toujours une paire d’yeux braquée sur lui, même la nuit quand il pensait n’avoir que les étoiles et la lune comme témoins de son infortune. Quand il fut évident que l’humidité n’avait pas totalement rogné ses capacités et que sa bonne volonté fut plus manifeste, on le laissa plus libre de ses mouvements. Dans ce qu’il restait de fonctionnel à l’intérieur de ses circuits internes, il intégra la structure politique totalement différente d’Ellgard et ses nouvelles données déclenchèrent l’établissement d’un nouveau modèle, bien plus complexe et avec un niveau d’inconnue dangereusement élevé. Pendant une semaine, son processeur central monopolisa l’intégralité de son énergie pour compiler tous ses souvenirs et en tirer une chose qu’il ne parvenait pas à encore à nommer. Au loin, là où toutes ses conclusions semblaient mener, il vit le début d’un chemin et les étapes le composant.

Pour ceux qui lui ressemblent, ceux qui sont perdus, ceux qui se situent à la frontière de deux époques, puisque aucune place ne semble leur être vraiment destinée, il se sent obligé de leur en fournir une afin qu’ils décident eux-mêmes ce qu’ils veulent vraiment. Et pour cela il doit lui aussi monter sur l’échiquier politique.

Parce que quoi de mieux qu’un boulon pour comprendre un autre boulon ?
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ LEQUEL ? ლ(ಠ益ಠლ)
AGE ▬ 25 ans
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Top-site rpz
UN AUTRE COMPTE ▬ Livret A et compte gold maggle
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Chrono Trigger ▬ Robo
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Mais je sais pas liiiiiireeeuh !
Bienvenue parmiiii nous ! Courage pour ta fiche


Nibelus « A-3|257|C2 »  Presen12Nibelus « A-3|257|C2 »  Prysen13Nibelus « A-3|257|C2 »  Presen13
    Bienvenue sur le forum Nibelus « A-3|257|C2 »  635802493 au plaisir de lire ta fiche très vite!
toi moi lien now omg.

wow.

Ton perso a l'air très original, j'ai hâte de voir ce que ça va donner oo
    Est-ce que ta fiche est terminée? Nibelus « A-3|257|C2 »  2647753636
Bienvenue !

Je suis fan du concept en tout cas ♥️

Comme l'a dit Eury fais nous signe quand tu as terminé que tu n'attendes pas dix ans qu'on remarque Nibelus « A-3|257|C2 »  3622086245


code couleur : silver
Oh my, ton personnage est tellement cool :loov:


Nibelus « A-3|257|C2 »  LIE
Nibelus « A-3|257|C2 »  Ensiegclopedie-54abf6c
Ouiiiii en fait c'est que j'aime bien poster un premier jet et le laisser reposer histoire de voir si j'ai des retouches à faire, tout ça (c'est comme ça qu'on reconnait les grands chefs cuistots). Enfin bon bref, rtva, quoi.

En tout cas merci pour vos messages et j'annonce officiellement que ma fiche est terminée.

Que s'abatte le jugement ! \o/
Bonne chance "fils"
Le Staff passe te lire rapidement :)


code couleur : silver
おめでとう !
Gégé t validé

LES TEMPS FORTS ▬ Pfouah elle est trop bien faite ton histoire ! J'ai pris du plaisir à la lire c'était cool vraiment !


REMARQUES ▬ J'sais pas pas grand chose peut être faudrait mieux organiser les compétences pour que ce soit plus lisible en séparant "compétence 1, 2, 3" mais on voit donc ça va pour être honnête.

Bienvenue chez nous, amuses toi bien en jeu !