Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Ordre des Astres

I'm only honest when it rains || Stella

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Stella « Deneb » Pluviam
IDENTITÉ
RACE ▬ Sirène.
AGE ▬ Vingt cinq années.
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Hétérosexuelle.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Célibataire.
NATIONALITÉ ▬ Mearienne.
FACTION ▬ L'Ordre des Astres.
MÉTIER ▬ Archmagister, « Deneb ».


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x ○ ○ ○ ○
❯ force ○ ○ ○ ○ ○
❯ endurance ○ ○ ○ ○ ○
(TECHNO)MAGIE
❯ mana x x x x ○
❯ puissance x x x x ○
❯ contrôle x x x x ○
L'Eau, élément vital à la survie de tous, elle est connue pour son hydromorphie et surtout le fait qu'elle ne craint pas l'eau, mais qu'elle est aussi l'eau.

❯ CORPS D'EAU : Sûrement le sort qui la caractérise le plus au combat. Il contient un passif et un actif. Son corps redevient normal si jamais elle est déshydratée ou si elle utilise ses compétences au delà de ses limites.

• Passivement, son corps ne peut être touché par une arme physique quelconque. Que ce soit des couteaux, des balles d'un fusil, des flèches ect... S'ils n'ont pas de propriété magique ils ne font que la traverser comme si c'était une flaque d'eau. Cela compte aussi pour les armes magiquement créées. Si par exemple une lance faite de glace ou autre est dirigée contre elle, cela va la traverser car ce n'est rien d'autre qu'un morceau de glace. Mais, si jamais l'arme magique gèle ou autre au contact, cela peut l'atteindre. Si l'arme contient du poison, ce dernier l'atteint sans pour autant que l'arme ne la blesse. Elle évite cependant les armes électriques ou bien qui peuvent foudroyer.

• En actif, son corps se transforme en eau des pieds à la tête, la rendant beaucoup moins facile à toucher physiquement mais devient plus sensible magiquement parlant. Elle se mouve comme de l'eau vivante et est également capable d'augmenter sa vitesse de déplacement. Cependant elle a plus de mal à utiliser cette technique selon le climat dans lequel elle se trouve. Si c'est dans un désert, elle ne pourra pas l'utiliser très longtemps à cause de la chaleur et si elle se trouve dans un lieu froid, elle risque d'être plus lente ou même de devenir un glaçon géant (Elle ne sait pas vraiment elle n'a jamais essayée).

❯ BULLE : Elle fait apparaître une bulle d'eau autour de la victime, l'enfermant dans une cage liquide avec au choix un petit espace sur son visage pour le laisser respirer. Si elle est proche d'une source d'eau, elle peut l'utiliser pour prolonger la cage. Une bulle dure en moyenne 5min maximum. Dans une utilisation de soutien, elle peut créer une bulle d'eau pour permettre à d'autres personnes de respirer sous l'eau et n'a pas vraiment de limite vu qu'elle se trouve dans de l'eau pour créer la bulle. Donc elle absorbe l'eau autour d'elle pour maintenir la bulle.

• Sous CORPS D'EAU ACTIF : Son corps s'enroule autour de la victime pour l'enfermer dans une bulle d'eau vivante, elle peut l'immobiliser à l'intérieur et décider au choix de la laisser respirer. Elle peut maintenir une personne pendant 4 min maximum vu qu'elle utilise beaucoup plus d'eau sous cette forme.

❯ ABSORBTION : Son corps absorbe automatiquement l'eau quand elle est en contact avec cet élément. Si jamais on lui lance de l'eau ou que ses vêtements sont mouillés par exemple, elle aspirera l'eau jusqu'à ce qu'il y en a plus. Cela lui sert beaucoup quand elle est blessée car elle peut guérir en utilisant cette technique. S'il y a une quantité importante d'eau près d'elle, le contact n'est pas obligatoire et elle peut aspirer le liquide à distance pour guérir, cela prendra juste plus de temps que si elle touchait l'eau directement.

• Sous CORPS D'EAU ACTIF : Elle peut utiliser cette technique autant pour guérir que pour prolonger sa forme active. Cependant elle aspire beaucoup plus d'eau sous cette forme que l'autre et donc doit faire attention. Plus elle a besoin d'eau, plus elle en aspire rapidement. Si elle se trouve dans un océan ou sous de la pluie, son corps aspire automatiquement l'eau autour de lui pour se guérir ou pour rester plus longtemps aquatique et le processus serait donc moins long que la normal.
PHYSIQUE
Stella. Une étoile qui brille de sa beauté et de sa grâce.

Son visage est doux dans son expression souriante, elle aspire la confiance avec ces grands yeux à la fois bleu et violet montrant que curiosité dans ce qu'ils regardent. Un petit nez, une bouche pulpeuse, son faciès trompe toutes ses viles attentions dans une mine angélique et écartant tous les doutes à son égard. Entouré de ses mèches blondes, sa chevelure est toujours attachée d'une manière sophistiquée sans tomber dans son dos. Lâche, ils arrivent alors jusque le milieu de dernier en une cascade dorée et ondulée.

Son corps est élancé, finement taillé dans une peau délicate et lisse, il comporte quelques écailles irisées sur ses hanches, ses bras et ses cuisses. Ses mains sont assez petites, ce qui contraste avec ses longs doigts de pianiste. La jeune femme possède une poitrine moyenne, des hanches marquées des gambettes fines... On pourrait croire qu'elle ne complexe pas sur son corps. Cependant il y a bien des choses qu'elle n'aime pas. Son cou qu'elle trouve trop long, ses épaules  un peu trop carrées, ses fesses qui n'ont pas trop de formes, ses pieds qui sont un peu trop grand pour une femme... Mais elle ne préfère ne pas y penser. Si on ne pense pas aux défauts, les autres ne le verront pas non plus. C'est ce qu'elle se dit. Surtout en ce qui concerne cette cicatrice dans son dos, celle qui le parcours en diagonale, l'ayant marquée à jamais.

Côté vestimentaire, Stella s'habille légèrement. N'aimant pas avoir des vêtements qui la gêne dans ses mouvements, ses jambes sont généralement libre sous une robe ou une jupe. Portant rarement des pantalons, elle aime paraître féminine et avoir l'attention des autres. Son aura joue beaucoup sur ce dernier détail mais cela ne lui pose pas vraiment de problème. Elle aime bien porter des bijoux simple et léger, ne voulant pas se démarquer de sa richesse mais surtout de ce qu'elle est. Une chose que l'on retient d'elle aussi, c'est son parfum assez particulier.

En effet, elle a une fragrance de pluie qui la suit partout.

Pour son corps de sirène, ses jambes sont remplacées par une queue aux écailles irisées aux reflets bleutées. Ces dernières sont présentes aussi sur ses bras, sa poitrine pour la cacher, son cou et une partie de sa mâchoire. Ses doigts sont palmées et ses oreilles et ses avant-bras possèdent des nageoires.
CARACTERE
❯ QUALITÉS : Confiante • Douce • Fidèle • Charismatique • Sage • Sensible • Souriante • Calme • Patiente • Éloquente • Intelligente

❯ DÉFAUTS : Imposante • Tenace • Sadique • Susceptible • Fière • Rancunière • Rusée • Égoïste • Indiscrète • Capricieuse • Menteuse

❯ UNE HABITUDE? : Apparaît souvent quand on s'y attends le moins • Adore les fruits de mer • Lit beaucoup de livres d'histoire • Passe plus de deux heures à se laver • Joue souvent du piano avant d'aller dormir • Veut toujours donner une première bonne impression • A horreur de la chaleur • Est très sensible à l'art en général • Dessine dans ses temps perdus • Adore danser •


Stella, c'est la fille que vous penseriez gentille en la voyant sourire, qui dégagera quelque chose qui vous attire vers elle, qui vous poussera à aller lui parler. C'est celle qui rira à vos blagues, qui vous dira que le monde n'est pas si triste, qu'il ne faut pas voir que les mauvais côtés, qui devinera vos doutes et qui les dissipera en même temps sous ses belles paroles. C'est celle qui vous promettra monts et merveilles, qui vous vendra du rêve sous ses airs remplis d'innocence.

Stella, c'est celle qui joue un double-jeu, qui ne pense qu'à l'opportunité que vous pourriez apporter si jamais elle vous range de son côté, c'est celle qui une fois lassée vous ignore car vous n'avez plus d'intérêt. C'est celle qui vous dira que le monde est rempli de trahison et d'amertume, qui vous fera comprendre que la vie n'est qu'une suite d'épreuves et que celle-ci vous rendra plus méfiant et moins naïf. C'est celle qui deviendra impassible et froide si jamais vous l'ennuyez trop car finalement, vous ne valez pas mieux que les autres.

Stella, c'est celle qui prends son travail à cœur et qui fera tout pour réussir, c'est celle qui ne veut pas décevoir ses supérieurs et qui serait capable de tout faire pour que leur but soit accompli. C'est celle qui est sérieuse sur le champ de bataille et qui ne rigole plus quand le moment est venu, c'est celle qui est responsable et qui accepte toutes les tâches qu'on lui confie même si cela ne lui plaît pas forcément. C'est le bon petit soldat qui ne remet jamais en doute les décisions prises car elle sait qu'ils sont infaillibles.
HISTOIRE
Essoufflées. Pourtant il n'y a pas d'air dans l'océan seulement la fatigue te fais perdre les mots tellement vous nagez vite toi et ta mère. Vous fuyez car le Kraken est de retour et il n'est pas content. Pas du tout. Vous avez perdus les autres de vue, vous vous êtes écartées du groupe et maintenant vous êtes seules. Obligées de fuir vers la terre. « Plus vite Stella, il faut qu'on regagne vite la surface pour quelques jours ! » Tu peines à répondre, te contentant de serrer sa main dans la sienne pour ne pas lâcher prise.

Vous arrivez finalement à la surface, vous respirez l'air avant de gagner la plage sans voir s'il y a des personnes aux alentours. Ce fut une première erreur de votre part. Il fait nuit, vous êtes épuisées et vos queues se changent tout juste en pieds qu'un bruit étrange se fait entendre. Tu tournes la tête mais tu ne vois qu'un éclat avant de tomber, inconsciente. Tu te réveilles faiblement, enchaînée et tu vois alors d'autres personnes autour de toi. La chaleur est insupportable et tu regardes ta mère. Les éclats de voix te font comprendre alors que tu vas avoir des problèmes. C'est un marché d'esclave. Et vous étiez à Akhanta.

Quelques heures plus tard, vous étiez vendues toi et ta mère à un homme très riche pour le prix qu'il a mit sur vous. Le lendemain, vous étiez à Ellgard.

* * *

Tu avances, la tête basse tandis que vous marchez dans la rue remplie de monde. Tu suis désormais cet homme alors qu'il fait ses emplettes au marché, cela fait maintenant 38 jours que vous êtes ici. « Relève la tête esclave. Regarde l'Empire dans son plus beau jour et sois admirative de sa puissance. » Obéissante, tu as très vite compris qu'il ne fallait pas le contrarier. Tes yeux se relèvent pour voir ces personnes qui déambulent avec leur richesse, parlant de marchandises ou de ragots, tout n'est qu'ostentatoire. Cependant ton regard croise celui d'un autre enfant. Sans t'arrêter, tu continues de l'observer alors qu'il fait la même chose. Ses vêtements montrent qu'il ne doit pas faire partie de ces gens riches et arrogants mais il attire ta curiosité. Tu ne fais plus attention à où tu peux marcher et sans t'en rendre compte tu percutes ton maître qui s'est arrêté. Il se retourne, mauvais, et son coup résonne dans tes oreilles. Personne ne te regarde, personne ne fait attention. Comme si c'était normal. « Je n'ai pas dépensée mon argent dans de l'incompétence ! Il va falloir que je vous montre les bonnes manières à toi et à ta mère... » « Pa-Pardon maître... Je ferais plus attention. » Il grogne avant de reprendre sa route. La tête de nouveau basse, tu avances sans plus regarder ce monde qui n'est qu'horrible à tes yeux. Cependant, tu tournes légèrement tes yeux qui pleurent pour vérifier si le petit garçon est là. Et, en continuant ton chemin, tu te dis que tu aimerais bien aller le voir cet enfant.

Tu le suis, tu ne sais pas où vous allez car tu ne regardes pas le chemin, juste tes pieds qui ne demandent qu'à nager. Et pourtant il s'arrête dans une drôle de ruelle et attache la chaîne à poteau près d'une porte sombre. « Je reviens. N'essaie pas de t'échapper sinon... C'est ta mère qui paiera le prix de ta bêtise. » Un frisson te parcours et tu baisses la tête alors qu'il claque la porte, te laissant seule. Tu as un frisson dans le dos en entendant un bruit et tu tournes la tête, effrayée par ce que ça pourrait être. Un drôle d'animal passe, il est gracieux dans sa démarche et sa longue queue reste dans les airs alors que ses prunelles te fixent, curieux. Tu te baisses aussi, c'est la première fois que tu vois un tel être et tu tends la main vers lui avec un petit sourire. Il te tiendra peut-être compagnie le temps que ton maître revienne. Il avance doucement et tends le museau pour sentir ta main. Il fait demi-tour pour reculer ensuite, comme alerté, et cette fois-ci c'est une personne qui arrive de nulle part. Des cheveux sombres, un regard qui semble surpris, tu l'es tout autant en reconnaissant le garçon que tu as aperçue avant. « Oh... Bon-Bonjour ? » Tu souris timidement mais il ne bouge pas tout de suite, tu peux voir une lueur d'incompréhension dans son regard quand il approche. Tu restes immobile alors qu'il avance et qu'il regarde cette marque sur ta joue. Trop lentement, il lève la main et le bout de ses doigts se posent sur ta peau rougie et, sous la surprise, tu ne bouges même pas. Tu le fixes sans oser parler mais le bruit derrière la porte sombre te fait sursauter. Il en fait de même et tu écarquilles tes yeux avant de prendre la parole doucement. « Attends ! … Comment tu t'appelles ? » L'innocence ne te permet pas de te méfier, au contraire ça te pousse même à vouloir le connaître. Il ouvre sa bouche et un murmure en sort. « … Hyun. » Il doit avoir peur, alors tu lui montres un air chaleureux. Peut-être qu'il pourrait être ton ami ! « Enchanté Hyun, je suis Stella... » Tu tournes la tête en entendant un fracas derrière la porte et, soudainement paniquée, tu te tournes vers Hyun. « Vite ! Pars ! » Il écoute et disparaît derrière un coin de ruelle avant que la porte ne s'ouvre et que ton maître ne te fixe. Il avait l'air satisfait. « On rentre. » Il te détache dans un rire bruyant et te ramène avec lui sans faire attention quand tu tournes la tête pour regarder si le garçon est toujours là. Tu ne le vois plus et tu te demandes alors si tu le reverras. Peut-être, qui sait.

* * *

Une semaine passe. Ton maître vous a autorisé à toi et à ta mère de reprendre votre forme. Il a une pièce spécial dans le fond de son immense maison qui comporte des bassins ce qui vous permet de nager un peu avant de devoir reprendre votre forme humaine. Tu vois bien son regard avide quand il voit ta mère reprendre ses deux jambes et tu as un sentiment de dégoût quand tu t'habilles. Il te regarde ensuite, hautain et presque agacé de ta présence. « Je vais te donner une liste de courses et tu vas aller me chercher ce qu'il y a dessus. Si tu ne reviens pas, tu sais ce qui arrivera. » Un ricanement et tu pars de la pièce avec la fameuse liste qu'il te lance presque dans la figure. Tu la prends, tu regardes ta mère mais tu ne restes pas longtemps dans la pièce. Tu sors et tu regardes autour de toi. Tu mémorises avant de partir pour ne pas te perdre et tu trouves rapidement la place centrale. Tu vérifies la liste, tu soupires sans vraiment savoir où tu pourrais tout trouver et tu le vois. Un peu plus loin, tu es certaine que c'est Hyun. Un sourire aux lèvres, tu vas vers lui, contente de le revoir. « Hyun ! » Tu aperçois l'ombre d'un sourire qui se fait ensuite plus présent en te voyant. « Stella... » Tu t'approches avant de lui faire un grand sourire. « Je suis contente de te revoir ! Je pensais que tu n'allais plus te montrer et te cacher. » Tu es gentille avec lui, tu es heureuse de pouvoir être avec un autre enfant de ton âge. Enfin, il semble plus jeune mais ça ne t'importe pas. « Noon, Hyun est content de te voir aussi ! » Tu mets ta main devant ta bouche, touchée par ces propos innocents et tu lui prends ensuite les poignets. « Eh ! Tu viens avec moi ? Je dois chercher des trucs mais je sais pas où aller, c'est grand et je vais me perdre et ça fait peur d'être seule ici... » Il hoche la tête et tu sautilles presque en balançant ses bras entre tes mains. « Merci t'es trop gentil ! »


Tu rentres chez toi en lui faisant un signe discret de la main à Hyun en ouvrant la porte et tu fais face alors à ton maître qui claque la porte dans ton dos. Il te fixe, mauvais et tu aperçois ta mère qui tremble à côté. « Tu es en retard. Il faut t'apprendre la ponctualité on dirait... » « Mais... J'ai rapportée ce qu'il y avait sur la liste... » Il sort un espèce de bâton sombre de sa poche et tu te mets aussi à trembler. Il appuie sur un bouton et de la foudre apparaît dessus. Une matraque électrique. « Non... Non pitié... » Un premier coup. Un cri qui ne se fait entendre que par ceux qui sont à l'intérieur de la maison. Et de la douleur.

* * *

Les années passent, tu grandis en étant esclave, en obéissant tout en évitant les punitions, la tête basse et sans résistance face aux coups que tu prends. Cependant quand tu sors faire les courses de ton maître, tu as droit aux instants de calme et d'oublie avec Hyun. Tu trouves ça un peu perturbant qu'il ne change pas physiquement contrairement à toi qui grandit mais tu ne lui poses pas la question. Non, ce qui compte ce sont vos moments enfantins en train d'apprendre à lire, de manger des bonbons que vous avez volés en secret dans un magasin ou encore les moments où vous riez de tout et de rien. Et un soir, dans votre chambre, ta mère vient te parler. À cet heure, vous saviez que vous ne risquez pas de vous faire surprendre par votre maître et vous aviez prit l'habitude de discuter pendant un moment. « Stella... Tu dois faire plus attention quand tu sors maintenant. » Tu te tournes vers elle pour la regarder, les sourcils froncés. « Maman ? … Tu ne lui as pas dit hein ? » « Non ma chérie... Mais il a remarqué ton air joyeux quand tu rentres et même quand tu essais de ne pas l'être, tu as toujours un petit sourire. Il se méfie, il m'a déjà posé des questions... » Ton air devient anxieux. Tu te redresses avant de la prendre contre toi. « Maman... Je suis désolée. Mais je peux pas ne plus le voir... Il me permet d'oublier un peu tout ce malheur. C'est mon seul ami, je ne veux pas le laisser tomber... » Elle te rends ton étreinte chaleureusement et te caresse le dos, chose qu'elle fait souvent pour te rassurer quand tu fais des cauchemars la nuit. « Je sais ma fille... Je te demande juste d'être prudente. Si jamais il l'apprends... Je ne serais pas en mesure de te protéger de sa colère. » Tu fermes les yeux. « Je sais maman. Je ferais plus attention. »


« Hyun, il faut que je te dises quelque chose. » Tu as une mine sérieuse alors que tu es assise dans cette ruelle, loin des regards de ces personnes qui peuvent te reconnaître. Tu le regardes et tu soupires, tu ne veux pas qu'il soit triste, et tu ne veux pas qu'il pense que tu veux le laisser. Car ce n'est juste pas le cas. Mais il faut le prévenir. « Je vais devoir faire plus attention quand je viendrais... Mon maître a l'air de soupçonner quelque chose. Je viendrais toujours, je ne te laisserais pas Hyun, mais je vais devoir être plus prudente. » Tu le vois à son air qu'il est un peu déçu, et tu ne peux t'empêcher de le prendre contre toi. « Non Hyun sois pas triste... » Il y a un petit silence et finalement tu t'écartes, un petit sourire. « Tiens je sais ! Tu te souviens de ce qu'on avait eu comme idée ? D'écrire un livre tous les deux ? Eh bien pour te prouver que je te laisserais pas, on va l'écrire ! » Son air s'illumine avec le tien. Jamais tu ne le laisseras.

Jamais.

* * *

Tu te ronges les ongles. Cela fait presque une semaine qu'il ne vient plus. Ton cœur est serré, ce n'est pas normal. Où peut-il être ? Les sourcils froncés, ton air anxieux n'est que plus présent et t'envenime de plus en plus. Où est-il ? Tu te retournes en entendant un bruit mais ce n'est qu'un chat qui passe. Tu avais bien vu auparavant qu'il avait un air plus pâle que la normal. Tu avances, décidée. Tu hésites pourtant en arrivant devant le grand bâtiment clair qui prends toute la place. L’hôpital. Tu n'aimes pas cet endroit et pourtant, tu as bien faillie y rester quelques jours une fois. Tu ouvres les grandes portes pour aller vers l'accueil, sans vraiment savoir quoi demander. Tu restes quelques minutes mais ton inquiétude te pousse à aller parler à la dame, qui ne semble pas si méchante que ça. « Bonjour... Je cherche quelqu'un qui pourrait être ici... » « Votre identité ? » « Je m'appelle Stella... Je suis l'esclave de Monsieur Caliban O'Conell. » Tu regrettes tes paroles, peut-être qu'ils allaient le lui dire que tu étais passée. Mais c'est trop tard à présent. « Et vous cherchez ? » « Hyun. Hyun Hae-Jin. » Tu ne donnes pas plus de précisions, tu as l'adrénaline qui monte dans tes veines alors qu'elle regarde les informations sur son écran. « Il est bien ici. » Elle ne rajoute rien de plus, ne faisant que te fixer. « … Mon maître désire que j'aille vérifier son état de santé. Il n'a pas le temps de le faire en ce moment donc il m'a envoyé à sa place. » Elle plisse les yeux mais ne rajoute rien de plus. « Très bien. Un infirmier va vous accompagner jusque sa chambre. Si vous voulez bien patienter. » Tu hoches la tête en guise de remerciement et tu vas t'asseoir sur un des nombreux sièges qu'offre l'accueil. Un homme vient ensuite te voir et t'amène en silence jusqu'à la chambre de ton ami.

Il te laisse ensuite devant et tu inspires grandement pour expirer tout autant, la main tremblante quand tu te saisis de la poignée. Tu la tournes dans un geste délibérément lent et elle s'ouvre en silence, sans grincement. Ton cœur s'arrête, ton souffle se coupe, tes yeux s'écarquillent alors qu'il est allongé dans ce lit trop grand pour lui. Ses yeux sont clos, tu ne vois même pas sa respiration mouvoir son corps. Les bruits des machines autour de lui sont les seules à savoir s'il est réellement en vie. Tu avances en refermant la porte, tu approches de son chevet et tu l'observes. Tes yeux piquent, tes larmes coulent sur tes joues rosées sous l'émotion, tu baisses la tête et finalement tu t'assois sur la chaise qui est derrière toi. Un long moment passe, tes sanglots et les machines étant les seuls sons brisant le silence. Pourquoi est-il ici ? Pourquoi est-ce que c'est tombé sur lui ? Pourquoi... Et finalement tu le vois. Le livre. Ta main se tend, tu le prends entre tes doigts et tu l'ouvres. Encore des années qui sont passées depuis ce moment, cette promesse que tu lui as fait. Tu parcours les pages, tu retombes dans l'enfance l'espace de quelques instants et tu le regardes de nouveau. Étrangement, il ne semble pas grandir aussi vite que toi. Mais il t'est toujours aussi cher. Tu prends un stylo qui traîne sur la petite table près de son lit et tu commences à écrire la suite. Tu repasseras encore tous les jours jusqu'à ce que, fatalement, ton mensonge soit découvert.

La porte s'ouvre alors que tu désespères devant le sommeil profond de ton ami et tu te tournes en croyant avoir à faire à un médecin. Mais non. Ton air se décompose, tu te relèves de la chaise en reculant jusqu'au mur, secouant la tête. « Non... Comment êtes-vous... » « Tu crois vraiment que ça m'aurait échappé ? Que je ne l'aurais pas su un jour ?! » Sa voix résonne dans la pièce, la porte claque derrière lui et tu sursautes. « Je... Je suis désolée... » Il avance, menaçant et tu regardes alors les caméras de sécurité. « Tu vas avoir droit à une correction. » Tu vois alors une femme qui s'adosse contre le mur derrière mais qui ne semble pas bouger, au contraire elle a l'air de vouloir regarder ce qu'il va se passer. Tu notes sa chevelure étrange, du rose et du marron, avant de recevoir le premier coup. Tu cries mais personne n'entends. Il n'y a que les machines qui peuvent alerter quelqu'un. Personne ne vient alors qu'il te fait tomber par terre, personne ne vient alors qu'il attrape ta gorge, la folie dans ses yeux. Il serre et tu perds tes forces, il serre alors que tu n'arrives plus à te débattre, il serre alors que l'air te manque. Et tout devient noir. Tu ne respires plus, tu perds conscience. Et tu pries dans une dernière once de volonté pour ne plus te réveiller.

* * *

Tu ne sens plus grand chose, ta conscience flotte à peine dans ta tête et te permet d'intégrer l'information que tu es dans de l'eau. Tiède. Un peu comme le bassin qu'il y a dans la maison de ton maître. Tu te réveilles peu à peu, les sensations se font plus présentes et tu prends alors connaissance de ta situation. Ton corps de sirène dans de l'eau, immobile depuis trop longtemps vu l'engourdissement qu'il a. Tes yeux s'ouvrent, tu vois la surface à quelques centimètres de ton visage et tu n'oses pas penser à la raison de ta présence là-dedans. Tu fermes tes paupières, c'est agréable de ne rien entendre. Est-ce que je suis morte ? C'est paisible mais tu te demandes bien pourquoi, si tu n'es plus en vie, tu es dans ici. Tu n'as pas le temps d'y réfléchir plus longtemps car ton corps se convulse violemment et une douleur intense traverse tout ton être. Ta bouche s'ouvre pour hurler de nouveau et tu remues dans de d'important spasmes. Ça s'arrête ensuite et tu ne bouges plus, sous le choc. Et tu retombes dans l'inconscience.

Tes prunelles fixent de nouveau la surface de l'eau qui semble s'être rapprochée et tu gémis de douleur en remuant faiblement. Tu es dans le fond du bassin et presque tout l'eau s'est évaporée. Il ne reste que suffisamment pour que tu sois immergée dedans en étant allongée. Tu te redresses péniblement au bout de quelques minutes et tu grimaces. Ton corps engourdie n'est pas prêt à se relever de suite et tu regardes autour de toi, un peu perdue. Il fait sombre, la lune éclaire faiblement la pièce tandis que tu essais de comprendre ce qu'il se passe. Tu es au fond d'un des bassins presque vide de ton maître et tu es seule dans le noir. Et sans vêtements. Tu te redresses trop vite sous cette dernière constatation et tu tentes d'atteindre l'échelle un peu plus haut. Tu sautes mais une douleur au dos te fait tomber dans un petit cri. Qu'est-ce que... Qu'est-ce que j'ai ? Tu passes ta main sur une partie de ta peau, au dessus de tes fesses et tu remarques alors que tes doigts rencontrent une cicatrice. Fraîchement faite. Et après un instant, tu te rends compte qu'elle commence de ton épaule droite en traversant la colonne vertébrale jusque ta hanche gauche. Comment... Mais comment j'ai eu ça ?! Tu commences à paniquer. Est-ce ta mère va bien ? Est-ce que Hyun allait bien aussi ? Tu te relèves et après une dizaine de minute, tu arrives à attraper le bord de l'échelle pour te hisser dessus et sortir du bassin. Tu prends une serviette dans un des placards pour te couvrir et tu sors de la pièce. Et alors tu entends un cri, celui de ta mère. Tu cours, sans réfléchir, tu traverses les couloirs pour aller vers la porte de votre chambre et des coups résonnent dans la pièce. Tu cries à ton tour en frappant la porte verrouillée, tes poings percutent inutilement l'entrée qui reste bloquée. « MAMAN ! » Il s'arrête, tu entends ta mère murmurer un faible « Non... » Avant que la porte ne s'ouvre et que ton maître ne te regarde, surpris. « Tiens, tu as survécue... Tu es peut-être utile finalement. » Un sourire étrange sur ses lèvres, il te pousse contre le mur en te toisant. « Tu vas bien me servir Stella... Tu vas bien m'obéir... » Tu sursautes quand tu le vois ensuite tomber après qu'un bruit sourd se fasse entendre, ta mère tient dans sa main la matraque électrique et en a profitée. « Vite, prends des vêtements ! » Tu n'as pas le temps de trop réfléchir. Tu prends les premières choses qui te viennent et tu enfiles une robe et des ballerines en courant vers la sortie, ta mère derrière toi.

* * *

Vous fuyez, encore. « Mais où on va maman ? » « Il y a un réseau sous-terrain... On peut fuir de là bas ! Il y a des transports qui permettent de sortir de la ville ! » « On peut fuir ?! Mais... Il faut quelque chose ? » Elle continue de courir avant d'aller dans une ruelle. « J'ai réussis à avoir des billets pour partir... On va retourner dans l'océan ma chérie ! » Une joie immense te parcours le corps mais tu as une pensée pour Hyun. Tu fronces les sourcils, tu aimerais bien savoir comment il va mais... Vous êtes si près de partir, de fuir... « Tu as eu des nouvelles de Hyun ? » Elle s'arrête devant une plaque d'égout et te fixe, sévère. « Ce n'est pas le moment de penser à lui Stella ! Nous devons partir et nous manquons de... » Un bruit et tu te tournes en entendant des voix. Ta mère se dépêche d'ouvrir pour que vous puissiez passer mais il y en a qui vous trouve. Une arme à la main, il la pointe vers ta mère et tout se passe alors très vite. La première balle ne touche pas et elle se redresse, une fois la plaque ouverte mais elle se déplace derrière toi. Tu la regardes en comprenant et tu ouvres grand les yeux devant cette trahison. « Qu'est-ce que tu fais ! » Un deuxième coup mais ça ne te touche pas. Ta mère, face à toi, hurle de douleur quand le projectile l'atteint et c'est alors l'incompréhension totale. La balle t'a traversée. Un troisième tir et elle est une nouvelle fois touchée mais au ventre. « Quoi... » Tu la pousse, en colère et dégoûtée avant d'aller vers la plaque pour descendre. « Non ! Ne me laisse pas... » Tu la toises avant de voir les billets dépassant de sa robe. Les tirs continuent mais ne te font rien et tu secoues la tête en sa direction. « Je suppose que je dois te dire merci. Démerde toi maintenant. » Tu fixes l'homme qui est trop bête pour comprendre que les balles n'ont pas l'air de te faire grand chose et tu fermes la plaque derrière toi en descendant dans les égouts. Ou plutôt, dans les réseaux sous-terrains des esclaves. Tu ignores les coups qui affluent ou les cris qui résonnent, encore sous le choc. Tu parcours un long trajet avant finalement d'arriver devant le convoi, tu as du te perdre deux ou trois fois dans tous ces tunnels mais tu y es arrivée. Et sans même avoir de regrets pour ta mère qui a été prête à t'utiliser comme bouclier humain, tu tends ton billet et tu montes dans le conteneur dont la porte se referme derrière toi. Tu es libre maintenant.

Mais seule.

Et tu pleures durant tout le trajet.

* * *

Tu as nagée pendant un long moment Stella, tu as atteins les rives d'une autre contrée. Ayant peur de retourner dans l'Océan seule à cause du Kraken, tu préfères avant maîtriser ce pouvoir qu'est tiens pour mieux regagner ta patrie. Ainsi tu arrives sur les plages de Maerian, épuisée. Un homme te trouve, ou plutôt c'est toi qui l'a trouvée, assis sur un rocher au milieu du sable clair tandis qu'il t'observe. Tu ne saurais lui donner d'âge car si physiquement il semble jeune, ses yeux trahissent une sagesse qui paraît grande. Il s'avance vers toi sans que tu n'oses bouger, utilisant tes bras pour cacher ton corps. « Ne m'approchez pas.. Je sais me défendre ! » Faux. Mais tu sais que les balles ne te font rien. Cependant il n'a pas l'air de te vouloir du mal, au contraire il te tends même la main. « Je ne souhaite que vous aider. Quel est votre nom ? » Tu le regardes, surprise, mais tu restes méfiante. « Je... Je n'ai pas envie de vous le dire. » Il a un petit rire et sourit. « Venez. Je vais vous emmenez en lieu sûr. Sauf si vous préférez rester nue sur la plage. » Tu t'empourpres avant de baisser la tête. Tu n'as pas trop le choix. Il a l'air amical. Tu hoches la tête en signe de consentement et il t'amène alors dans une grande ville. Les personnes qui le voient s'inclinent et tu es surprise de tant de respect. Qui est cet homme ?  Tu n'oses pas lui demander. Il te fait traverser la cité sous le regard des habitants qui vous voient et vous marchez ainsi pendant un très long moment. Tes pieds sont douloureux mais vous ne vous arrêtiez qu'une fois à destination, soit un bâtiment immense. « Où allons-nous ? » « Dis-moi, crois tu aux Dieux ? » Tu le fixes sans vraiment comprendre. Aux dieux ? « Aux... Dieux ? » Il a un regard grave mais un sourire doux, ce qui te paraît étrange. « Oui... D'où venez-vous ? » « De l'Océan. Je me suis enfuie d'Ellgard... j'étais esclave là-bas... » Tu repenses à la trahison de ta mère et tu te mets à pleurer. « Je les déteste. » Tu ne sais pas d'où vient ces mots mais ils sont sincères, ils te brûlent le corps et tu baisses la tête, tes sanglots secouant tes épaules. « Nous pouvons t'aider si tu le souhaites... Veux-tu qu'ils paient pour ce qu'ils t'ont fait ? » Tu ne bouges plus, tu essais de comprendre ce qu'il sous-entends mais sa voix reste mystérieuse et ne trahit aucune émotion particulière. « Oui. » Il avance alors et pose ses doigts sous ton menton pour relever la tête. Son regard est planté dans le tien et tu as alors une sensation qui te traverse le corps entier. De la peur et de l'admiration. Et surtout, sa puissance écrasante qui se dévoile l'espace d'une seconde dans son aura qui t'enveloppe. « Crois en nous. Deviens l'une des nôtres, deviens notre lame contre l'Empire et ton souhait sera exaucé. » Tu trembles, sa présence devient lourde, elle t'étouffe mais pas en mal. Non, c'est une sensation étrange qui t'envahit, c'est oppressant mais tu l'acceptes. Tes émotions sont mélangés mais ça t'apaise. Tu fermes tes yeux et tu inclines la tête. Tu le crois. Tu ne peux pas nier la puissance qu'il possède. C'est impossible qu'un simple humain puisse être aussi fort. C'est... Horrible. Divin. « … J'accepte d'être des vôtres. » Tu pourras te venger. Et la puissance de cet homme ne pouvait que prouver que vous alliez réussir. « Ton nom ? » « Je m'appelle Stella. » « Stella... Bienvenue dans l'Ordre des Astres. »

Le lendemain, tu suivais une formation pour devenir prêtre. Quelques mois plus tard, tu le deviens officiellement pour ensuite parcourir le monde pendant une année accompagnée d'un magister dans le but de ramener des personnes avec vous, pour les convertir à votre religion, pour leur faire comprendre que les Seraphs seront votre salut et que rien ne peut leur opposer. Et que toi, tu y croiras jusque ta mort.

L'année suivante tu deviens Magister à ton tour et ta puissance ne fait qu'augmenter. Tu maîtrises de plus en plus ton pouvoir jusqu'à presque être crainte des autres mages. Tu accomplies tes missions avec brio, protégeant ton prêtre contre tout. Ton potentiel se développant de plus en plus, tu ne crains presque plus rien mis à part la colère des Dieux. Durant 4 années, tu les sers avec une foi inébranlable et tu les crois infaillibles, tu les respectes et tu bénis le jour où l'un d'eux t'as sauvé et t'a accordée ce droit d'être des leurs.

Un jour alors tu reçois une convocation du Pape. Surprise, tu te demandes alors si tu as fais quelque chose de mal pour ainsi qu'il te demande de venir le voir.

* * *

L'année suivante tu deviens Magister à ton tour et ta puissance ne fait qu'augmenter. Tu maîtrises de plus en plus ton pouvoir jusqu'à presque être crainte des autres mages. Tu accomplies tes missions avec brio, protégeant ton prêtre contre tout. Ton potentiel se développant de plus en plus, tu ne crains presque plus rien mis à part la colère des Dieux. Durant 4 années, tu les sers avec une foi inébranlable et tu les crois infaillibles, tu les respectes et tu bénis le jour où l'un d'eux t'a sauvée et t'a accordée ce droit d'être des leurs.

Un jour alors tu reçois une convocation du Pape. Surprise, tu te demandes alors si tu as fais quelque chose de mal pour ainsi qu'il te demande de venir le voir. Prudente, tu vas donc au Siège de l'Ordre comme écrit et tu te fais escortée jusque l'Autel des Seraphs. Les yeux brillants devant tant de splendeur, tu te sens honorée d'être ainsi là et tu t'inclines devant le Pape présent et le Seraph qui t'a recueillie auparavant. « Stella Pluviam... Cela fait maintenant cinq années que vous êtes ici. Avez-vous toujours foi en nous ? » « Oui Monseigneur, je crois toujours que les Dieux seront notre salut et ma foi reste inchangée envers vous. » « Serez-vous prête à donner votre vie pour nous ? » « Oui Monseigneur, si cela permet à notre victoire absolue, ma vie vous sera donnée avec plaisir. » Le Pape avance sans que le Seraph ne rajoute rien et il s'arrête devant toi, son bâton frappant le sol près de toi. « Serez-vous prête à tuer en notre nom ? À réduire à néants ceux qui ne croient pas à notre pouvoir et à notre religion ? » « Les hérétiques devront brûler pour être purifiés de leur folie. Nos ennemis tomberont devant la puissance de nos Dieux et ceux qui s'opposent à nous comprendront leurs erreurs en s'inclinant devant nous. ». Le Seraph s'avance alors et d'un signe de la tête que tu n'aperçois pas, il a un sourire étrange avant de prendre la parole à son tour. « Dans ce cas, tu seras l'une de nos étoiles qui brillera dans notre ciel. » « Relevez la tête Stella. Et soyez maintenant l'un de nos instruments pour notre victoire. » Tu obéis, fixant le Pape sans rien dire, le cœur battant la chamade. « … Soyez Deneb. »
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Stella :3
AGE ▬ J'aime pas mon âge alors je le partage pas.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Secret. ♥️
UN AUTRE COMPTE ▬ Les vrais savent.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Final Fantasy XV ▬ Lunafreya Nox Fleuret
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Ui.
おめでとう !
Félicitations petite Sirène (la première de ta race!)

LES TEMPS FORTS ▬ J'ai bien aimé l'histoire, on sent bien l'exaltation lors de la fuite de Stella pour la liberté!

REMARQUES ▬ Attention à ta magie et à ne pas noyer tout les hérétiques sur ton passage