Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Personnages sauvegardés

Amniè ~ [Terminée]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Thème si vous le souhaitez:
 

DEMOSEIA Amniè

Caste dirigeante d'Atlantys

Identité

  • Race : Sirène
  • Âge : Vingt cinq ans
  • Orientation sexuelle : Bisexuel
  • Situation personnelle : Célibataire
  • Nationalité : Atlantéenne

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • Magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Voix Impérieuse

La Voix impérieuse est un des arts noirs pratiqués par la lignée Demoseia. Là où certains s'orientent vers des formes moins sombres, Amniè à choisit de plonger à corps perdu dans des arcanes perdues et ce, pour de bonnes raisons. La magie noire à bien des fins et bien des formes et pour ce qui est de ce cas là, il s'agit de la parole du mage. Plus encore, il s'agit d'un très ancien dialecte que peu encore comprendre. Une si vieille langue qu'elle en devient envoûtement.

Premier Ordre : Chair
Le Premier Ordre porte le nom de la Chair. Certaines personnes pourraient comparer cela à une forme de nécromancie mais ils se tromperaient amèrement puisqu'il influe aussi sur les vivants.
Suite à un verbe, Amniè impose une loi immuable à la chair ciblée. Tords-toi, déchire-toi, serre-toi.. Les exemples macabres sont courants et nombreux. Néanmoins, il ne s'agit pas là uniquement d'une manière de torturer autrui. Certains ordres peuvent être bénéfiques et posséder un rôle salvateur et/ou curateur tels que résorbe-toi, répare-toi ou même assainie-toi.


[HRP]
Les ordres doivent être clairs nets et précis. Plus l'ordre est long, plus il est facile de lui résister. L'acte s'imposant à la chair, la statistique d'opposition en cas de volonté de résistance est l'Endurance.
Qui plus est, rassurez-vous, une véritable déchirure de chair ne se produira qu'en cas de combat face à un PNJ ou alors un joueur qui souhaiterais la subir (pour X raisons) ou qui se mettrait dans une situation où ni ses actes ni ses statistiques ne lui permettraient de résister.
Ce n'est pas une technique à létalité instantanée et je ne peux demander à un cœur de s'arrêter pour exemple. Néanmoins, elle peut se rendre extrêmement douloureuse et particulièrement handicapante selon l'utilisation.
La durée des maux dépend de la volonté d'Amniè de heurter, de son état, de la résistance de sa cible mais aussi et simplement des choses mises en place pour apaiser la/les zones ciblées. (Ex simpliste : Un massage pour soigner une crampe.). Car si la magie part, le maux reste tant qu'il n'a pas été soigné, par un acte curateur comme dans l'exemple ou par le repos.

Second Ordre : Âme
Le Second Ordre arbore le nom de l'Âme. Plus pernicieuse que l'Ordre de la Chair, l'Âme influe sur l'impalpable. Il augmente, annihile et tourmente la qualité d'être intérieur de chacun. Si la formulation semble étrange, l'effet est, lui, bien distinct. Les murmures de l'Ordre de l'Âme viennent effleurer l'essence même de chaque chose et lui souffle une pensée. Les ordres peuvent autant s'orienter vers le tourment en insufflant une peur viscérale, en créant un sentiment d'animosité ou même en créant une brève illusion. Le mensonge et l'affliction sont la base même de cet Ordre destiné à tourmenter l'esprit de ses cibles.
Néanmoins, comme l'Ordre précédent, les lois ne sont pas que néfaste. Ainsi, Amniè peut tout autant insuffler un sentiment de courage, d'apaisement ou même d'imposer la réalité à un esprit pris dans la fourberie d'une illusion.

[HRP]
Les Ordres de l'Âme ne sont pas dans la nécessité d'être aussi vifs que ceux de la chair. Plus pernicieux ils sont, plus la poésie sera de mise. Un chant peut, par exemple, convenir pour le maintient d'une pression mentale. La statistique nécessaire pour résister à cette technique est le Contrôle. Aussi positive que négative. Les effets durent, encore une fois, selon la volonté d'Amniè et de sa cible ainsi que la capacité de la cible à repérer le manège (dans le cas où elle serait non-consentante.) Cependant, savoir que l'esprit est attaqué ne suffit pas. (Sinon, ce serait trop facile de méta.) Il faut réussir à persuader son esprit que la chose insufflée n'est pas une pensée naturelle. Ce qui n'est pas forcément aisé.

Troisième Ordre : Geste
Le Troisième Ordre assume le nom du Geste. Moins "impressionnant" sur l'échelle de la puissance palpable, l'Ordre du Geste n'en reste pas moins redoutable. Tout comme l'Ordre de la Chair, les commandes se doivent d'être brèves et précises. Agissant sur le corps et la volonté de la cible, l'Ordre vient faire agir l'enveloppe d'une manière bien précise. Les Ordres obligent alors la cible à exécuter la loi imposée, qu'elle soit une action de mouvement, geste ou même de réel déplacement.
Si le Troisième Ordre semble, à premier abord, peu effrayant, il peut néanmoins se rendre fatal. Si un simple ordre de marcher peut sembler futile, l'ordonner au bord d'un falaise peut créer une issue inconvenante.

[HRP]
Les Ordres du Geste doivent être aussi brefs que possible pour ne pas laisser le temps au corps de réagir. La statistique d'opposition pour résister réside entre le Contrôle et l'Endurance en fonction de la qualité du personnage.
Un Ordre ne peut pas "directement" mettre en danger la vie de la cible. Dans le sens où "Suicide-toi" ne fonctionnera jamais. Par contre, demander à quelqu'un de marcher vers une mort certaine ou lui demander de se retenir de respirer peut se faire. Un PNJ quelconque peinera mille tourment pour se sortir d'un tel maléfice. Un PJ aura de moins en moins difficultés à résister puis repousser l'ordre.

Physique

Je n'ai pas un physique hors du commun. Tout du moins, pas pour une sirène. Je ne suis ni repoussant ni attirant pour les gens de mon peuple. Je reste d'une beauté singulière, mais commune. Étrange oxymore mais est-il sûrement le seul me venant en tête lorsqu'il s'agit de me décrire.
D'une stature correcte, je n'ai à me plaindre concernant ma taille ou ma carrure. Touchant le mètre quatre-vingt cinq sans difficultés et pesant un poids raisonnable taillé par les années de nage à contre-courant, je n'ai aucun réel soucis à exposer un charisme corporel propre à ma race.
Je ne passe pas inaperçu, c'est un fait. Mais pas en raison de ma morphologie, même si ma musculature peut attirer des regards intéressés. Non, certains détails chez moi semblent créer plus de curiosité et de désarroi que ma plastique. En effet, si ma peau reste légèrement halée et que mes traits ne sont marqués ni de cicatrices ni de tatouages, je porte bel et bien le sang des miens et arbore les héritages de ma lignée. Nos cheveux reflètent la profondeur des abysses. Tantôt d'un reflet bleu changeant, tantôt d'un noir si profond que l'on dirait que le jour s'y perd. Encadré par cet apparat, mon visage trône avec une certaine élégance. Rassurez-vous, il ne s'agit pas là d'une vaine tentative de ma part de faire gonfler un ego malmené. Simplement d'un déclaration faite compte tenu de la nécessité de ma famille à plaire pour.. Subsister.
Ornement à l'étrangeté reconnue, mes yeux reflètent une dangerosité qu'aucun n'oserait remettre en cause. D'un rouge carmin, mes pupilles sont bordées par un sombre charbon, à l'instar des goules. La nuance étant que mes yeux expriment tout de même un certain charme et pas simplement l'ivresse de la chair. Un peu de distinction tout de même.
Mes lèvres sont vaguement charnues, comme à mi-chemin entre la finesse et le pulpeux laissent l'envie, à ceux qui les observent, d'y reposer les leurs dans l'espoir d'une étreinte plus douce. Un peu de poésie. N'est-ce pas ?

Sirènement parlant, l'on va dire que je suis plus gracieux qu'imposant. Sans pour autant tomber de le ridicule du mignon, je dois bien avouer que je ne suis pas proche du requin mais déjà plus du Betta Spledens. De couleurs ombreuses, les limites de ma queue s'arbore de lueurs aux nuances violine. Comme unie dans une lignée de différentes étoiles, celle-ci, bien que solide, fait preuve d'une certaine volupté lors des danses aquatiques. Quelques écailles sont présentes sur diverses parties de mon corps, tels que mes bras où encore ma nuque où se trouvent mes branchies.

Vestimentairement parlant, j'ose espérer ne pas choquer en avouant rester une sirène. Nous aimons les apparats, les bijoux et la grâce de chaque choses. Aussi, dans un soucis esthétique et malgré ma volonté de respecter l'idée que l'on se fait des Demoseia, je porte habituellement des couleurs sombres. Oscillant entre le chaud et le froid, je ne me vêts cependant uniquement de couleurs chaudes pour les occasions importantes et diplomatiques. En dehors de cela, le froid et le noir restent les principales couleurs qui ornent ma personne. Dans des vêtements souvent amples et sobres. Dans la limite du possible.

Caractère

Je ne crois pas posséder un caractère bien difficile. Je pense même être plutôt simple à vivre. A condition de vouloir vivre à mes côtés. N'y voyez pas là les paroles d'un dépressif, quoi que. Ceci est juste une vérité. Les Gens semblent ne pas apprécier ma compagnie pour des raisons que peu qualifient de dérisoires. Usuellement, la populace ne s'intéressent qu'au paraître et non à l'être. Mais je m'enfonce dans de philosophiques et ennuyantes histoires. Le fait est que je n'aime pas les gens. Pas de manière sombre et obscure. Non, les Autres m'exaspèrent et m’agacent. Je trouve l'humanité lamentable et préfère largement la compagnie de mes semblable à la plupart des autres races. Voyez cela comme du racisme. A vrai dire, je n'en ai que peu à faire. Je n'irais pas jusqu'à dire que toute intelligence externe n'est pas digne de vie, mais j'émet quelques difficultés à éprouver le moindre sentiment d'empathie envers eux. Je les trouve sales, simples d'esprit et trop facilement manipulables. Je ne visualise pas comment certaines personnes peuvent encore leur faire confiance et, à mon goût, il n'existe que quelques entités méritant notre entier respect.
N'y voyez pas là les paroles d'un extrémiste. Je suis peut-être même une des rares personnes d'Atlantys à ne pas tuer à vue les hybrides à la race. Bien que je ne leur témoigne qu'un respect tout relatif, je pense qu'ils peuvent se rendre utiles d'autres manières qu'en servant de dîner à une certaine personne. Même si, je dois bien l'admettre, ce genre de coutume ne m’écœure en aucun point.
Hormis c'est quelques détails raciaux, je ne pense pas détenir le prix de l'esprit le plus tordu. Je suis un homme relativement simple en soit. Malgré mon dégoût superficiel de toute autre forme de vie, certains empathes n'auront aucun problème à déceler des parts plus douces en moi. En privé, je peux même avouer que je porte de réelles marques d'intérêt et de protection envers ce dont je tiens en estime la personnalité et la vie. A vrai dire, ce caractère froid et distant n'est qu'une forme de masque. Qui me plait tout à fait, ne vous méprenez pas en m'usurpant pour un sombre personnage portant avec difficulté le rôle qu'on lui a attribué. Non. Je le vis parfaitement bien. Mieux encore, je jouis de cette position.

Histoire

Pour vous raconter mon histoire, il faut d'abord que je vous raconte celle de mes ancêtres. Et pour cela, nous devons remonter à des temps dépassant les simples centaines d'années, presque à la création de ce monde.
Il y a un temps, le monde n'était pas exactement comme nous le connaissons à l'heure actuelle. Sans prétendre connaître l'entièreté et la véracité de chaque choses, j'ose espérer que les légendes de mon peuple et celle de ma famille sont en grande partie vraies et dénuée de surplus indécent. La plupart des grandes nations n'existaient pas encore et la plupart des êtres vivants n'étaient alors que de simples bandes et autres tribus en quête d'agrandir leur terrain de chasse. Autant dire qu'à part peut-être le nom de leurs groupes, les choses ont peu changé de ce côté.
Toujours est-il que, dans un monde en proie à un danger de mort plus élevé, nous n'étions pas les cibles les plus aisées à traquer. Encore moins à affronter. Si, à l'époque, rares d'entres nous se risquaient sur la terre ferme, il y avait bien une raison. En cette époque, les sirènes étaient encore au même titre que les quelques apparitions singulières foulant cette terre. Des mythes. Des histoire pour faire peur aux enfants et pour prévenir les marins. Car oui, derrière l'image de la magnifique sirène attirant les marins auprès d'elle se cachaient une autre et lourde vérité. Le pourquoi. Tout simplement pour nous nourrir. A cet époque, les miens se nourrissaient de chairs encore chaudes, palpitante et paniquée. Notre race, bien loin de sa finalité actuelle, étaient la protagoniste de bien des histoires où des marins trop orgueilleux venaient se perdre sur les récifs ou se jetaient à l'eau pour nous y rejoindre. Avant de se faire dévorer vivant dans les eaux assombries par le tumulte du festin.
Au fil des années, puis des décennies puis des siècles jusqu'à sûrement toucher le millénaire, le sang des miens à changé. Muté. Les légendes ont été oubliées, remodelées, comme nos corps. Jusqu'à devenir la race que si peu de personnes craignent encore.

Mais bien évidemment, si les choses de la génétique et de la magie étaient si simple qu'une histoire abrégée en de faibles paragraphes, vous vous doutez bien que je n'aurais pas fais telle introduction. Le sang de nos ancêtre coule encore dans les veines d'une famille en particulier, la mienne. Personne ne sait pourquoi, comment, ni réellement nous sommes ce que nous sommes. La majorité des sirènes ayant oubliés nos plus vieilles légendes. Alors le monde extérieur.. Néanmoins, lorsque je dis la majorité, je sous entends effectivement que certaines vieilles familles connaissent toujours les anciennes vérités de notre peuple. Quelles le disent sous forme de légendes ou de fait, peu nous importe vraiment car nous connaissons LA vérité. Elle nous est enseignée par celle qui a vu les océans changer, celle qui a nous a vu naître, évoluer et mourir. Depuis des siècles, les enfants et adolescents Demoseia sont confiés à la tutelle érudite d'une seule et unique personne. Elle nous enseigne l'histoire et la volonté de notre peuple. Elle nous apprends à embrasser notre différence, à vivre sans crainte de l'autre puisque l'inverse est déjà présent. Elle nous apprends à nous conduire en prédateur et non en proie. Mais elle est aussi celle qui nous compte nos légendes, nos histoire. Qui nous berce des aventures des anciens qui nous ont donnés nos noms. Celle dont seul le nom fait frémir un peuple entier. Celui de l'unique apparition du fléau des mers. Celui de la Grande Dévoreuse.

Si vous connaissez les rites de notre jeunesse, il vous faut connaître désormais la hiérarchie de notre lignée. Nous sommes une famille patriarcale, néanmoins n'y voyez pas le symbole pathétique de croire que le sexe masculin est le plus fort. En vérité, il est de coutume de dire que les femmes de notre famille sont plus dangereuse que les hommes. En vérité, il s'agit surtout du fait que le fondateur de notre lignée fût celui qui offrit à notre sang la faculté de ne pas changer. Les légendes sont floues car même si la Grande Dévoreuse est d'une intelligence supérieure, sa mémoire n'est pas absolue. Aussi, les circonstance de cette préservation reste nimbées de brumes, certains se laissant à dire que nous portons tous encore une trace de sa magie. Lui nous ayant offert son sang et sa femme, son nom : Demosia. Toujours est-il qu'en sont honneur, les hommes tendent à représenter la lignée pour les affaires externes tandis que les femmes semble monopoliser la préservation du lien familial. Joli phrasé pour marqué le fait qu'elle s'occupent des affaires les plus sanglantes.
Il faut savoir que les gênes de notre famille écraseront toujours celui des autres. Si aucun membre de notre famille, et ce malgré les années, n'a encore jamais procréé avec une autre race, par choix ou "malchance de fécondation", il n'est jamais arrivé que l'enfant de l'union avec une simple sirène ne porte pas l'appétit, l'aspect et les traits qui sont les nôtres. Qui plus est, lorsqu'une femme Demoseia tombe enceinte, le fait de garder l'enfant est une évidence, le cas est parfois plus épineux lorsqu'un homme s'étend dans la couche d'une simple sirène. L'accouchement se trouve très vite être le lieux de dispute, de peur ou même d'abandons. Toujours est-il que les Demoseia récupère toujours leur enfants. Avec ou sans le consentement de l'autre parent.
Nos relations avec le reste du peuple d'Atlantys est à la fois conflictuel et amant. Nous sommes craints comme apprécier et cela peut très souvent créer des sources de discorde. Reconnus comme étant une famille dangereuse, nous sommes les protagonistes des histoires que les parents racontent lorsque leurs enfants vont nager trop loin. Menaçant que nous ne venions le voler et ou ou les manger. Nous ne faisons rien pour changer cela, ça nous arrange pour dire vrai. Les familles nous respectent à la fois par la peur et à la fois par leur remerciement envers notre dévouement pour la capitale. Si l'on s'écarte sur notre chemin autant par crainte que par respect, nous alimentons les conversations murmurées et créons le mystère sur nos personnes. Ajouté à cela le charme inhérent à notre race et à notre famille et vous imaginez la facilité parfois insultante à trouver la chaleur du corps, à défaut de trouver celle du cœur.
De part notre statut, notre ancienneté et notre richesse accumulée, nous sommes devenus une des famille dirigeante de la cité. Si cela nous a valut bien des regards, il faut avouer que cela à confirmé que les plus grande famille acceptaient notre puissance et fit rapidement taire les quelques voix encore dubitatives quand à notre dangerosité au sein de nos propres murs. Au fil des décennies, plusieurs familles se sont liées à nous. De manière plus ou moins visibles, plus ou moins importante..
Si la famille Delenikas semble ouvertement être l'une des plus proches de la notre, je dois bien avouer que je ne pense qu'il ne s'agit là que d'une vaine tentative de leur part de garder le pacte tacite qui nous unit. La consanguinité n'étant pas la plus belle des offrandes pour un enfant, il revient au Demoseia la triste tâche de mettre fin à la vie des informes. D'une manière plus ou moins brutale en fonction de l'esprit éveillé de l'enfant. Cette pratique m'a toujours répugnée et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, je ne m'enfuis pas devant la tâche. Au contraire, j'ai même plutôt tendance à insister pour m'en charger, créant des artifices pour endormir l'enfant et le faire dans son sommeil. Doucement et sans douleurs.
La famille Aglaopeia, elle, semble vouloir tisser un lien bien plus fort que la précédente. Basée sur une forme de confiance. En dépit de leur visible crainte de miens, ils arborent la fierté de nous avoir à l'heure côté et n'hésite pas à nous défendre ardemment lorsqu'une voix trouve le courage de répugner notre nom. J'éprouve une certaine forme de sympathie à leur égard. Il ne s'entourent pas d'hypocrisie à notre vue. Ils ont "peur" de nous mais savent très bien que seuls nos ennemis communs risque de réelles.. Morsures. Après.. Pour ce qui est des non-létales.. Je ne vous mens pas en vous avouant qu'il y a peut-être un ou deux héritiers Aglaopeia qui réussiraient à me rendre végétarien pour une nuit ou deux, de manière récurrente, peut-être.
Récemment, un oracle ou un fou s'est éveillé dans la capitale. Si j'émet des doutes sur la véracité de ses propos, je n'en émet aucun sur sa faculté à unir Atlantys et à rendre le culte d'Aquaros à nouveau sacré. Notre famille s'est d'elle même proposée pour financer les travaux ainsi que pour aider à protéger le temple. Y voyant là une occasion pour marquer un peu plus la main mise de l'ancienne famille sur les légendes de notre peuple.

Etant l’aîné d'une génération de quatre enfants, j'ai rapidement été désigné comme étant le prochain représentant de la famille lors des affaires avec la capitale. Membre de la Caste dirigeante d'Atlantys, j'ai suivit les traces de mon prédécesseur tout en affirmant un trait. De part mes facultés et la réputation de la famille, j'ai aussi hérité d'un titre au combien poétique en comparaison à sa véritable signification. Le Chercheur de Vérité d'Atlantys est bien loin du simple enquêteur.. Carte blanche m'est donnée pour trouver une réponse, une vérité. Celle qui me plairait et celle qui sonne le mieux pour nos idéaux. Certains appellent cela de la torture, peu m'importe. Qu'il s'agit de torture, de punition ou même d'emprisonnement, je ne ressens pas de culpabilité. La chose étant, si la personne n'a rien fait et si elle me dit toute la vérité dès le début.. Aucune douleur ne lui sera attribuée.

Si, par le passé, notre peuple ainsi que la plupart des sirènes pensaient mais ne parlaient, nous sommes désormais chaque jours plus nombreux à élever nos voix contre la tutelle d'Akhanta. Nous n'y voyons pas un ennemi et ne souhaitons que notre indépendance. Mais si la Cour des Cendres nous la refuse, alors nous changerons notre vision d'elle. A contre-cœur.

Dans le fond, vous connaissez beaucoup de choses sur ma famille. Et très peu sur moi. Peut-être est-ce parce que ma vie n'a été que la suite d'un long apprentissage ou bien que les détails ne seraient pas aussi intéressant qu'un cours sur l'histoire de nos ancêtres. Ou bien simplement car cela me donne un prétexte pour vous donner l'envie de me rencontrer et de braver la crainte que mes dents ne viennent déchirer la tendresse de votre épiderme. Auquel cas, n'ayez crainte, je fais en sorte d'avoir le ventre plein avant de recevoir quelqu'un. Question de principe.

Profil

  • Pseudo : Celui avec plein de lettres
  • Âge : Vingt trois ans
  • Tu nous as trouvé où ? Avec l'odeur du rat mort
  • Un autre compte ? Hm... Appel au public ?
  • Personnage de l'avatar : O.C ▬ O.C
  • As-tu lu le réglement ? Oui / non
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom
Salut



#9900CC
ATLANTYS INDEPENDANTE, AHOU AHOU AHOU.

(Mauvais compte, balek.)

Rebienvenuuuuuuuuue.
Hâte de lire tout ça héhéhhé.


Welcome !






   
   
   
Ces icônes du bonheur ! Et j’ai hâte de lire tes compétences aux noms super intéressants déjà bienvenue parmi nous !







Signas:
 
Atlantys VAINCRA !

(mauvais compte mais balec)


Bonjour


« Even if the morrow is barren of promises,
nothing shall forestall my return
»
« Invité, tu es le prochain sur ma liste »
Merci à tous, j'espère que la lecture vous satisfera !
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé ! lance des paillettes et des petits chats

TEMPS FORTS Ҩ Eh bien que dire à part que je suis pressé de le voir en jeu ! #lahypeestprésente

REMARQUES Ҩ Atlantys Indépendante !

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !


code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws