Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Empire

Maximus Meridius

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Meridius Maximus

Lieutenant Impérial

Identité

  • Race : Humain cybernétique
  • Âge : 26 ans
  • Orientation sexuelle : Bisexuelle
  • Situation personnelle : Célibataire
  • Nationalité : Ellgard

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Compétences

Jambes turbopropulseur :
La vie est rude en première ligne et les blessures fréquentes, mais dans le domaine, Maximus fait office d'exemple à part entière. Amputé des deux jambes au cours d'une bataille, il ne doit sa vélocité actuelle qu'à l'incroyable connaissance technologique de l'empire. Loin de l'handicaper ou de le décourager, la mécanisation de son corps a progressivement amélioré ses capacités motrices et guerrières. Ses jambes, bien que faites de métal, sont à peine plus puissantes que les  originales, mais sont par contre équipées de turbopropulseurs qui peuvent être déclenchés pendant un court instant pour lui permettre de se propulser sur quelques mètres vers le haut ou vers l'avant.

Chance insolente :
Qu'un soldat comme lui ait survécu aussi longtemps en ligne de front relève purement du miracle. Habitué aux charges désespérés, aux combats en lourde infériorité numérique et aux blessures les plus graves, Maximus s'en est toujours sorti. Que se soient les renforts qui arrivent alors que la situation semble perdue ou plus simplement un violant coup qui l’enverrait valser juste avant qu'une flèche vienne se ficher dans sa tête.

Sthéno(Psypher) :
Sthéno est trop grande pour être considéré comme une épée. Trop épaisse, trop lourde et démesurée. Un énorme bloc de fer presque aussi grand que Maximus et aussi lourd que son armure. Pourtant, malgré son apparence démesurée, c'est étrangement une arme qui fut créée pour la capture. Capable de devenir immatériel pendant quelques secondes, elle perd ainsi ses capacités létales, mais fait entrer toutes les matières qu'elle touche en état de stase pendant quelques minutes.

Physique

Culminant à un mètre quatre-vingt-dix-neuf pour près de cent soixante kilos de puissance brut, Maximus a un physique plus proche de l'ours que de l'humain et passe difficilement inaperçu lors des soirées mondaines. Son visage est dur, comme taillé au burin, et porte quelques stigmates de la guerre. Une petite cicatrice au niveau de l'arête du nez qui a tranché son os en deux, une légère estafilade sur sa pommette gauche et pour finir, une longue brûlure vient orner la plus grande partie gauche de son cou. Il possède une épaisse crinière noire qu'il coiffe généralement en pique vers l'arrière, mais se trouve le plus souvent aplatie par le port de son casque. Juste en dessous, parfois caché par ses mèches, ressortent une paire d’yeux aussi sombre que sa tignasse qui ne semble pourtant habitée d'une expression bien plus douce que n'offre reste de son visage. Son visage vient se terminer par un nez large, brisé en son centre, et une mâchoire anguleuse, mais étrangement dépourvu d’agressivité.

Si déjà, son visage offre un aperçut de ce qu'a été sa carrière militaire, son corps relève d'un niveau bien supérieur dans le domaine. Couvert de balafres toutes plus profondes les unes que les autres, allant de la simple entaille de dague à l'absence totale de ses jambes qui avaient été remplacées par d'imposante prothèse mécanique équipé de petit propulseur. La seule lubie qu'il se soit autorisée pour "décorer" un temps soit peut son corps, est un tatouage en cercle entourant son cœur des mots : "Honneur~Courage~Loyauté" dont la zone est étrangement immaculée.

Quant à son style vestimentaire, il ne quitte presque jamais son uniforme, même en dehors du service, qu'il bichonne tout particulièrement avec grand soin, mais ne possède que très peu de vêtements civil qui sont de toute façon extrêmement banals.

Caractère

Honneur~Courage~Loyauté, ces mots sont aussi bien gravés dans sa peau que dans son esprit et régissent sa façon d'être au quotidien. Et encore, ces mots pourraient presque paraître faiblards si on observe la dévotion quasi-fanatique qui imbibe sa parcelle de son être. Si dans son enfance, il était une personne relativement froide et égoïste, sa carrière militaire l'a profondément changé. Doté d'une réelle empathie pour ses compagnons d'armes et les citoyens de l'empire, il est prêt à prendre tous les risques pour les maintenir hors de danger, mais ne ressent par contre, pas la moindre forme de pitié ou de respect pour toutes les autres formes de vie intelligente. C'est avant tout un impitoyable foudre de guerre, profondément marqué par la rudesse de son enfance et l'ultra-violence de ses années de service au sein de la IVème. Pour lui, la guerre, le combat, les massacres sont des choses intrinsèquement lié à son être et de toute façon, il n'a au final jamais était doué que pour ça.

Mais plus encore que cette "affection" qu'il entretient pour l'art de la guerre, c'est avant tout un être empli d'une rage sombre et brûlante qu'il tente d'enfouir lorsqu'il quitte le champ de bataille. Une rage sur laquelle il n'a que peu d’influence et qui finit immanquablement par ressurgir. Ça fait de lui quelqu'un d'aussi bien fiable et brutale en combat que de susceptible et lunatique en privé. Couplé avec le peu d'estime qu'il accorde à sa propre vie et vous avez une redoutable machine de chaire et d'acier qui ne connaît pas le sens du mot "replis".

C'est au final quelqu'un de très simple à cerner et potentiellement à manipuler. Il possède un franc parlé incontestable qui passe difficilement avec un certains nombre de ses supérieurs, mais qui lui vaut le respect auprès de ses compagnons d'armes et subordonnées.

Histoire

Si l'empire est le plus beau pays de notre monde, tout le monde n'a pas la chance de venir au monde dans les beaux arrondissements de la capitale. Tandis que certains naissent avec une cuillère d'argent en bouche, Maximus vit le jour dans la fange et la pourriture des bas-quartiers. Que sa mère eut survécu à l’accouchement aurait pu relever de l'exploit, mais c'était simplement une femme forte, à la constitution solide, tannée par une vie de souffrance et de privation, exerçant alors le doux métier d'entraîneuse. Son père, lui, inconnue au bataillon. Surement un soldat ou un ouvrier, mais très probablement une force de la nature.

De sa petite enfance, il ne se rappelle presque rien. Sa mère prenait "soin de lui" autant qu'elle le pouvait entre deux passes, mais sa présence, puis son absence ne le marqua pas le moins du monde. Il ne sut jamais si elle avait fini par l'abandonner, pliant sous la difficulté de la tache ou si son dernier client se montra finalement trop violent pour elle. En tout cas, ses premiers souvenirs, c'est dans la rue qu'il les forgea. Reconverti alors comme beaucoup d'autres orphelins en machine à mendier. Passé les six ans, il fut sorti du trottoir pour passer au petit larcin et au vol à l'étalage. Déjà à l'époque, il n'était pas très doué pour la fuite et préférait se battre lorsqu'il se faisait prendre. Attrapant alors ce qui lui passait sous la main, il avait l'habitude de combattre avec des armes bien plus grandes que lui, il a par contre toujours eu la décence d'esprit de fuir avant l'arrivée des troupes impériales.

Sa vie suivait son cours entre les divers passages à tabac et les contrôles musclées des forces de protection. C'était loin d'être une vie de rêve, mais au moins sa pugnacité et sa propension à la violence lui épargnait au moins le rôle de défouloir sexuel... enfin, la plus part du temps...
Au final, sa plus grande chance dans la vie fut à la base, l'une de ses plus graves erreurs. Il arrivait à l'époque sur ses quinze ans, mais sa carrure laissé déjà présagé le monstre qu'il allait devenir. Se lassant des petits larcins qui ne rapportaient jamais assez et qui ne lui permettaient jamais de manger à sa faim, il se décida à passer à l'étape supérieure. Armé d'une simple arbalète de poing et de son courage, il tenta son premier, et dernier, braquage à main armée. Si son hold-up en lui-même se passa bien, le comité d’accueil qui l'attendait lorsqu'il sortit en aurait fait pâlir plus d'uns. Et pourtant loin de se rendre gentiment, il tenta de s'enfuir perçant leur ligne, comptant sur un éventuel effet de surprise. Bien évidemment, la grêle de coups qui s’abattit bien vite sur son crâne lui fit regretter cette folie. Le visage en sang et un bras cassé, il fut traîné jusqu'au poste de garde le plus proche pour y être incarcéré.

Le retour à la réalité fut bien rude pour le jeune adolescent, le sang avait commencé à sécher sur son visage et ses paupières. De plus, il eu toute la difficulté du monde à retirer le sang pour ouvrir les yeux. En face de lui, au milieu de son champ de vision encore trouble, se tenait un homme revêtu d'un uniforme militaire qui le toisait du regard.

- Hey morveux, tu veux finir ta vie au trou ou tu veux essayer de t'en sortir en servant honnêtement ton empereur ?

Ce fut probablement le plus simple des choix qu'on lui a jamais proposé. Il avait déjà vu bien des gens partir pour les camps de prisonniers impériaux, mais de mémoire, il n'a jamais vu personne en revenir. En tout cas, l'officier en face de lui le fit rapidement sortir de prison et le fit escorter sous bonne garde jusqu'à un camp d'entraînement impérial. La guerre contre Mearian avait semble-t-il éclaté il y a peu et l'armée impériale avait décidé de grossir à la hâte les rangs de la IVème légion de l'inquisiteur Guerre.
Sa compagnie, la 27ème compagnie de chasseur, était composées exclusivement de nouvelle recrue et subit avant toute chose le plus terrible des entraînements. Si le premier jour, ils étaient une centaine, à la fin de ces trois longs mois de formation, ils n'en restaient plus que 67. La plupart étaient morts pendant les exercices, certain s'étaient brisés un membre et avaient été renvoyé en prison, mais lui avait tenu sans trop de souci. Plus qu'une formation physique, ce qu'on lui enseigna fut les valeurs de l'empire. Pour la première fois de sa vie, il n'était plus dévalorisé, rabaissé et humilié. Bien qu'étant alors considéré comme le plus infime des troufions impérial, on lui offrait un semblant de respect, un axe à suivre et des règles à respecter et cette nouvelle éducation marqua un profond tournant dans la manière de penser de Maximus. Jusqu'ici, il ne s'était jamais battu que pour lui-même, il errait dans la vie à la recherche d'un but et d'une raison de vivre se transformant petit à petit en bête féroce. Au final, c'est peut-être bien l'armée qui le sauva de lui-même sur ce point.

La guerre par contre... fut clairement une autre paire de manche ! Lorsque leur lieutenant entrait dans leur baraquement, tenant leurs nouveaux ordres de mission, c'était rarement une bonne nouvelle pour les hommes de la 27ème. Chaque opération entamait fortement les rangs des troupes et nécessitait un afflux constant de nouvelles recrues. Depuis sa création, ses rangs avaient déjà été reformés plus de quatre fois au grand complet, Maximus, lui était le seul survivant, le seul que la mort n'avait pas encore réussis à atteindre. Et pourtant, son corps était bardé d'assez de cicatrices pour pouvoir être confondue avec une feuille quadrillé. Il avait vécu plus de conflits et de bataille que tout ces autres compagnons réunies qui survivait rarement aux premières escarmouches.

Finalement, sa carrière dans la IVème s'arrêta aussi brutalement qu'elle avait commencé, lors d'une violente embuscade Mearienne qui le priva de ses deux jambes. Évacué in extremis par un détachement de cavalerie venu en renfort, sa survie se joua sur une lame de rasoir, mais les médecins impériaux réussirent finalement à le stabiliser.

Bloqué pour le moment dans son lit d’hôpital, l'armée avait décidé que ces longues années de loyaux services été suffisantes pour le libérer de sa peine. Ses supérieurs actuels par contre, appréciant assez peu son franc parlé ne lui laissèrent pas vraiment le choix quant à son retour à la vie civile. Mais la chance de ce grand gaillard ne l'avait pas encore quitté. Il termina sa seconde semaine de grand blessé et n'allait pas tarder à être dégagé de l’hôpital pour être renvoyé chez lui, c'est-à-dire dans la rue, lorsqu'un visage familier vient lui rendre visite.

Il y avait longtemps qu'il n'avait plus vus ce brave Sieghart qui contrairement à lui, semblait avoir parfaitement bien réussis sa carrière. Apparemment, un groupuscule terroriste s'était formé pour tenter de renverser l'empire et le nouvel ordre inquisitorial spécialement formé pour contrer cette menace devait rapidement fournir ses rangs de soldat compétant et totalement dévoué. Maximus lui offrit un bien pâle sourire en dégageant la couverture et lui montrant ce qui restait de ses jambes, coupé court juste au dessus du genoux. Pourtant, loin de la déception qu'il s'attendait à voir dans le regard du colonel, c'est un profond rire qui fendit son visage et apparemment, il avait déjà planché sur la question.

Et la vie de chevalier le changea du tout au tout. Il pensait d'abord que ses jambes de métal lui apporteraient le déshonneur et ferait de lui la risée de sa branche inquisitoriale. Il s'y était préparé, et même résigné, préférant servir l’empereur dans le déshonneur que de lui être inutile. Heureusement, ses craintes furent vite balayées dès les premiers échanges. Apparemment, sa condition de chevalier surpassait tout le reste et ses glorieuses années de service n'était en rien entachées par son "handicap". Sa première mission fut, bien prompte à arriver. Il n'était même pas encore entièrement rétabli que déjà les affaires reprenaient et ce n'était pas pour lui déplaire. D'après les informations qu'on lui avait transmises, une famille bourgeoise avait fait défection et avait rejoint la résistance. Cette information provenait apparemment du plus jeune membre de la famille dont la loyauté surpassait visiblement celle des pourritures qui partageaient son sang.

Maximus ne mit pas bien longtemps à se mettre en marche. Tout son être bouillait à l'idée de reprendre part aux combats, et même si l'idée d'aller appréhender des civils chez eux ne lui semblait pas une mission risquer, le simple fait d'avoir droit à un peu d'action, suffisait à le ravir. Sans même chercher à collecter des informations supplémentaires ou simplement s'assurer de la véracité des dites informations actuel. C'est quelqu'un de très rentre-dedans au final.

Il était à peu près 21h lorsqu'il enfonça la porte principale de la résidence. Les ordres étaient clairs : capturer si possible les suspects pour les interroger, les éliminer si la capture s'annonce trop risquée. Et pour lui, la capture fut bien trop risquée lorsqu'il le vit lever une main vers lui baragouinant une incantation incompréhensible. Un magicien d'après Maximus. En tout cas, ce geste fut sa dernière erreur. Max décida de couper court à la conversation et au mec. Un simple coup, porté avec une précision quasi-chirurgicale et sa tête vint rouler jusqu'au sol. Un peu plus loin, il entendait déjà du bruit dans les escaliers. Les deux autres n'avaient pas mis longtemps a réagir et venaient sûrement venger la mort du chef de famille. Et pourtant, pas la moindre goutte de sueur ne perlait de son front, pas le moindre signe d'une quelconque tension ou de stress. Non, il avait déjà connu mille fois l'enfer, ce genre de mission, c'était comme des vacances à côté. Il attendit patiemment que les deux rebelles arrivent jusqu'à lui. Puis une porte s’ouvrit, une silhouette se dessina dans les ombres d'un couloir et notre chevalier se remit en action. Activant ses propulseurs, il se projeta à pleine vitesse vers l'avant et vint empaler l'ombre contre le mur. L'action n'avait duré qu'une demi-seconde et tout était déjà fini. En se reculant, il identifia l'ombre comme étant sûrement la mère, mais également une autre forme derrière elle, plus jeune mais similaire à sa première victime. Sûrement, le fils se dit-il, cette charge fut apparemment plus efficace que prévue. Il vérifia si l'un des deux respirait encore, espérant encore pouvoir en ramener quelque chose pour un potentiel interrogatoire, mais c'était peine perdue.

L'opération fut techniquement un succès, mais comprenant la façon de faire du gars, Maximus fut bien rapidement poussé par son lieutenant à rejoindre les Forces Spéciales d'Intervention, bien plus adapter à son...expertise dirons-nous. Lâché à nouveau dans son domaine de prédilection, il se sentait comme un poisson dans l'eau. Le seul problème, c'est que malgré son intrinsèque efficacité, il ne ramenait que rarement (pour ne pas dire jamais) quelqu'un à interroger.

Au final, en y réfléchissant bien, c'est peut-être pour ça qu'on lui a offert Sthéno, plutôt que pour c'est haut-fait ou sa loyauté sans faille...

Profil

  • Pseudo : Squeltonne.
  • Âge : 22.
  • Tu nous as trouvé où ? C'est la faute de Samaël, c'est lui qu'il faut taper.
  • Un autre compte ? Nop.
  • Personnage de l'avatar : Berserk ▬ Guts
  • As-tu lu le réglement ? Vivi  Maximus Meridius 1021661492
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom
Bienvenue ~ excellent choix de nation (même si Nueva > all quand je suis sous ce compte xD)
Ooh, serait-ce donc toi dont Samaël m'a parlé Maximus Meridius 697046714

Bienvenue en tout cas, j'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire. Si jamais tu as des questions sur l'Empire/son armée/le commandement de Mort/autre chose dans Ellgard, n'hésite pas à venir me voir j'en suis le référent pour les nouveaux qui auraient besoin d'aide pour mieux se situer dans cette faction, et au pire je pourrais te rediriger (normalement, j'espère Maximus Meridius 4234441333) vers les personnes qui pourront te répondre. Tu peux me trouver par MP ou par Discord (Red#6267) !

Bonne rédaction Maximus Meridius 3622086245 !


Maximus Meridius LIE
Maximus Meridius Ensiegclopedie-54abf6c
Bienvenue parmis nous!


Maximus Meridius Signature1
J'aime bien la référence à Gladiator et j'espère pour toi que ça passera, haha.
Bienvenue sur le forum ! J'espère que tu sauras te plaire parmi nous et encore plus dans l'Empire !

Le personnage promet. J'ai hâte d'en lire davantage.
(Tu feras attention cependant tu as mis un point de caractéristique en trop, on commence avec 12 points pas 13 !)

Bon courage pour cette petite fiche et amuse-toi bien !
Bienvenue parmi nous, fais gaffe aux éclipses surtout Maximus Meridius 4234441333
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé ! *lance des drapeaux miniatures de l'Empire*

TEMPS FORTS Ҩ Un personnage bien sympatoche, un gros gaillard qu'on sait être possiblement attachant au fil de ses aventures. L'écriture est sobre et agréable, c'est efficace et c'est bien ce qu'on demande :D

REMARQUES Ҩ Je pense que tu te plairas parmi les acharnés de l'Empire ! Amuse toi bien héhé.

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !