Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations en cours

Gouton ça commence par un G. Comme Gardien ! [Terminé]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Draktharr Yômuu
Garde de la Reine
RACE ▬ Lycan-Louve.
AGE ▬ 32 ans. (22/12)
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Plus intéressée par les rixes et la nourriture que par son éventuelle âme soeur.
SITUATION PERSONNELLE ▬ Célibataire.
NATIONALITÉ ▬ Akanthienne.
FACTION ▬ Cour des cendres.
MÉTIER ▬ Garde de la Reine.


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité X X X X ○
❯ force X X X X X
❯ endurance X X X ○ ○
(TECHNO)MAGIE
❯ mana ○ ○ ○ ○ ○
❯ puissance ○ ○ ○ ○ ○
❯ contrôle ○ ○ ○ ○ ○
Bloodthirst : Après avoir goûté le sang d’un individu, Yômuu est en mesure de le traquer. Elle est capable de sentir son pouls lorsque la proie se trouve assez près et son odeur sur une large zone. Son nez fin de loup lui permet de discerner les odeurs à merveille ce qui la rend extrêmement difficile à berner. Elle excelle dans la traque à la nourriture également, une fois qu’elle a goûté à un gâteau elle le traque jusqu’à ce qu’il n’en reste absolument plus rien si ce n’est le plat qu’elle évite de manger car elle le digère très mal.

Primal Howl : Le hurlement de Yômuu provoque un sentiment de peur insidieux chez ceux qui le perçoivent. Les plus faibles d’esprit fuient, ceux qui sont un peu obtus craignent ce qui pourrait leur arriver, les plus fort mentalement seront seulement pris de quelques frissons et peut-être d’un instant de doute quant à savoir s’ils doivent affronter la louve ou non.

Become the Wolf : Comme tout bon Lycan qui se respecte Yômuu est capable de se changer complètement en louve. Comme tout bon Lycan bien entraîné elle est également capable de prendre partiellement la forme de la louve tout en conservant un certain aspect humain. Elle a le poil rouge et une queue des plus jolies que beaucoup de Lycans femelles aimerait avoir pour elles. Et elle ne rate pas une occasion de les faire jalouser.
PHYSIQUE
Attention alerte rouge ! Yômuu, pas trop grande, ni trop petite. Un bon mètre soixante cinq qui commence par une jolie paire de bottes en cuir noir ornées de quelques breloques en métal dont elle saurait même pas dire pourquoi elles sont là. Elle a son petit style bien à elle, c’est ce qu’elle dira. Ces bottes laissent ensuite elles même voir le même cuir noir et complètement moulant du pantalon assorti porté légèrement bas sans pour autant trop en dévoiler. Une, deux, trois ceintures enroulées autour de ses hanches d’enfer. C’est pour accrocher des trucs il paraît. Pratique. Ensuite c’est une jolie bande de peau qu’on peut voir apparaître, découverte de la ceinture au bustier. Cuir fin, bandes de tissu, encore des babioles...  Une épaulière en acier trempé. Des tas de petits accessoires métalliques accrochés un peu partout à ses vêtements comme déjà précisé. Mettre en valeur ses lèvres dignes des plus belles femmes de ce monde, ses yeux de louve jaune luisants tels deux petites boules de feu, elle sait faire. Terminons par la crinière écarlate qu’elle traîne derrière elle, de jolis cheveux de feu entretenus à la perfection qui lui tombent au milieu du dos. Il arrive très fréquemment de pouvoir apercevoir deux oreilles pointues, poilues et frémissantes en dépasser. C’est également souvent que l’on peut apercevoir sa queue jaillir de nulle part pour tourner, retourner et remuer sans cesse. Sous sa forme de louve son poil conserve la couleur de ses cheveux ce qui lui a valu de se faire surnommer par beaucoup “la Louve rouge d’Akantha.” Lorsque ceci lui est permis, elle adore se vêtir de jolies robes et de tenues plus féminine, plusieurs fois à t’on pu l’apercevoir lors de réceptions dans de sublimes tenues de soirée assortie d’une élégance naturelle contrastant avec son habituelle brusquerie. En effet la guerrière sait aussi se faire princesse lorsque la situation l’impose. Quelques petits faits notables, ses pupilles sont en forme de fentes, ses canines, les supérieures comme les inférieures sont bien plus longues que ses autres dents, sa langue mesure presque neuf centimètres, elle fait tourner sa queue à la manière d’une hélice lorsque quelqu’un qu’elle apprécie particulièrement la réprimande ou lui fait des remarques en plus d’arborer une expression faciale pour le moins… Spéciale.

Yômuu possède deux armes, une épée bâtarde à la lame fine et à la poignée à la garde presque inexistante nommée Ghostblade et une dague faite d’un métal noir extrêmement solide à la lame crantée, Duskblade.

CARACTERE
Yômuu est une femme Lycan pleine de vie et pleine de surprises. Ses trente deux années sont souvent bien loin devant elle. En effet la louve est de nature très impulsive et a beaucoup de mal à retenir ses paroles, comme ses gestes. Elle est tout au naturel et ne fait dans le maniéré que lorsqu’elle en a envie. Aussi lui arrive t’il excessivement souvent de se comporter comme une enfant, comme une princesse capricieuse et j’en passe. Elle a tendance à vite s’attacher aux gens qu’elle apprécie. C’est très facile de savoir si c’est le cas. Il suffit de la regarder lorsque vous faites quelque chose qui lui déplaît, à défaut de vous pourrir ou de vous sauter dessus la louve va se retenir de toutes ses forces en tirant une tête vraiment très spéciale comme mentionnée plus tôt. Elle est très brusque dans sa gestuelle ayant grandi dans une famille où elle et sa mère étaient les seules femmes elle trouve plus facilement de la compagnie auprès des hommes que des femmes, ces dernières ayant tendance à la fuir autant à cause de sa brutalité naturelle que de sa nature exubérante et imprévisible.

Son obsession pour la nourriture, surtout sucrée, en fait le cauchemar des cuisiniers et servants du palais. En effet, la louve à tendance à poursuivre les servants qui apportent la nourriture lorsqu’elle est affamée et également à aller se servir elle même en cuisine et ce peu importe l’heure. Un petit brunch des quatre heure du matin, cela vous tente ?

Elle s’est néanmoins assagie après être entrée dans l’armée. En effet cette dernière a appris à se mesurer et à se tenir plus convenablement. Elle affectionne l’armée, mais elle affectionne plus encore son devoir de garde du corps. On l’aura rarement vue aussi sérieuse qu’aux côtés de la Reine d’Akantha. Elle possède dans ces moments ci, tellement de tenue qu’on pourrait la confondre avec une sorte d’Automata. Tout ce qui la représente, elle a appris à le repousser pour protéger la Reine au mieux. En effet, Yômuu n’a pas menti lorsqu’elle lui a juré de lui donner sa vie peu importent les circonstances. S’il le fallait, elle affronterait le monde. S’il le fallait, elle affronterait sa propre famille. Et s’il fallait qu’elle aussi y laisse sa vie, elle le ferait.
HISTOIRE
Jour 1 :

Comme toute histoire d’un être, celle-ci commence par la naissance. Un tout petit bébé orné de quelques cheveux rouges, de grands yeux jaunes qui regardaient partout autour d’elle. Pas un pleur, juste un long gazouillement. Sa mère épuisée mais le sourire aux lèvres releva la tête vers son mari qui se tenait à ses côtés.

“Alors, tu t’es décidé sur le prénom que tu voulais lui donner ?”

Le désigné mari secoua la tête en grimaçant.

“Les deux sont très bien. Mais j’aurais aimé quelque chose de plus…”
“De plus guerrier n’est-ce pas ?”
“Oui, Yonaëlle ou Murialenna, c’est un peu trop.”
“Yômuu ?”
“Yômuu ?”
“Hm, hm, Yômuu. C’est court, ça reste très joli et facile à prononcer, qu’est-ce que tu en penses ?”


Le géniteur leva les yeux sur la petite chose qui se tortillait maintenant dans les bras de sa femme. Un léger sourire au lèvre il opina du chef.

“Yômuu Draktharr. Bienvenue, petite.”


“Graor !” :

La petite auprès de ses parents et de ses grands frères avait rapidement commencé son apprentissage. En effet la famille Draktharr était une famille guerrière de premier choix reconnue à Akantha pour sa force colossale. Comme tous les autres bien sûr ils étaient fidèles aux Griffesang mais cela ne les empêchait pas de recevoir de temps à autre des louanges. La transformation en bête ainsi que la chasse furent les premières choses qu’elle eu à apprendre. Aussi à dix ans elle connaissait déjà quelques secrets sur la traque et savait déjà se transformer de manière ciblée. Son passe temps favoris était de jouer avec sa queue et c’est également à cette époque que la petite a développé la mauvaise manie de voler la nourriture. Ce fut lors d’un dîner avec des invités importants que ses parents s’en rendirent compte pour la première fois. Alors qu’ils mangeaient tranquillement un bruit s’échappa de sous la grande table.

“Graor !”

Un instant après, suite à l’étonnement de la tablée une petite patte velue se glissa entre les plats avant de se retirer promptement avec elle, emportant une belle tranche de volaille. Valora Draktharr, se pencha pour passer la tête sous la table. Elle fronça légèrement les sourcils lorsqu’elle aperçut sa fille en train de dévorer la viande qu’elle venait de chaparder. La jeune louve instinctivement cacha son juteux butin derrière son dos aplatissant ses oreilles. Cependant sa queue remuait encore. Elle tendit une de ses pattes velues vers sa mère les griffes et les dents dehors.

“Graor !”

Valora haussa les sourcils et pouffa sous la table.

“Excusez-moi je vous prie.” Lança t’elle aux invités.

Elle se glissa sous la table pour aller attraper sa fille et la ramener avec elle avant de l’asseoir sur ses genoux.

“Tu fais de gros progrès trésor. Mais tu devrais plutôt aller jouer avec tes frères. Ton père et moi sommes très occupés.”

La petite remua les oreilles en machonnant son morceau de viande sur les genoux de sa mère. Elle leva les yeux vers son père qui vint poser une main sur ta tête.

“Et si tu restes tranquille, on jouera tous les deux avant que tu ailles au lit.”

Elle ouvrit de grands yeux et afficha un large sourire des plus ravi. Elle sauta d’elle même des genoux de sa mère et disparu en un instant dans les couloirs de la demeure. Un dernier cri résonna à son départ.

“Graor !”


Look at me :


A compter de ses neuf ans, la jeune Yômuu a commencé à être formée sur l’art du combat. Autant par son père, strict et intransigeant lorsqu’il s’agissait de sa formation que par sa mère, toujours pleine d’encouragements et d’amours mais n’oubliant cependant pas de faire preuve de rigueur concernant  l’apprentissage de sa fille. Une mère heureuse encore une fois car après n’avoir eu que des garçons elle pouvait enfin transmettre son style de combat à son unique fille. Ainsi la petite fût formée à combattre de deux manières différents. La manière du père, brute et sauvage usant de la force pure sans artifices. Et le style de sa mère qui était tel une danse, rapide et souple.

Ayant grandi avec trois grands frères dont le premier d’entre eux qui était le plus fort. Yômuu du haut de ses quinze ans maintenant avait la juste impression que l’attention de son père était bien plus tournée vers les trois garçons que vers elle la petite dernière. Ceci la frustra énormément d’autant plus qu’elle faisait des efforts considérables lors de ses entraînement pour être sûre de se montrer à la hauteur. Combien de fois également était-elle sortie la nuit pour s’entraîner en secret. Bien contrariée, elle décida de montrer à son géniteur de quel bois elle se chauffait.

Aujourd’hui c’était jour de fête en Akantha tout le monde se pliait en quatre pour que l'anniversaire du roi soit célébré dans la ville où était établie la famille Drakyharr. Aussi un tournoi y avait été organisé. La jeune louve avait décidé d’y participer, bien entendu sans demander la permission à qui que ce soit. Lorsqu’elle fut appelé dans l’arène par un nom d’emprunt qu’elle avait choisi à la dernière minute. Le visage masqué et ses cheveux de feu dissimulés par un voile, elle pénétra l’arène. Depuis les tribunes où siégeaient les gens importants de la ville son père arqua un sourcil et la pointa du doigt.

“Ce n’est pas ta tenue ?”

Valora haussa les sourcils, en effet elle reconnaissait la tenue de cuir ornée de métal qu’elle portait du temps où elle servait encore dans l’armée. Elle plissa le nez et les yeux puis releva la tête vers son mari.

“Peut-être qu’elle me ressemble, mais elle est aussi têtue que toi.”
“Et elle fait ce qu’elle veut, comme toi.”

La mère louve croisa les bras.

“S’il arrive quelque chose de grave à ma fille, je t’en tiendrais pour responsable.”

Pour toute réponse il se redressa pour s’avancer avant d’élever la voix.

“Inutile de te cacher. Quelqu’un aurait fini par te voir de toutes façons, ma fille.”

Une queue rouge hérissée apparu de nulle part, le voile qui recouvrait les cheveux de Yômuu glissa, repoussé par deux oreilles rouge bien droites. Elle retira d’une main le masque qui occultait son visage et se mit à crier en gesticulant.

“Sérieusement ! J’ai passé des heures à tout préparer et c’est comme ça que ça se passe ! Vous auriez au moins pu attendre la fin du tournoi pour vous en rendre compte ! Je rentrerais pas à la maison ! Hors de question ! Je suis ici je participe.”

Son père fronça les sourcils, légèrement agacé.

“Silence ! Je ne te demande pas de rentrer à la maison. Si tu es ici, c’est que tu dois avoir une raison. Alors fait de ton mieux. On te regarde.”
“Alors regarde bien parce que je vais gagner, tu verras que c’est moi la plus forte. Que même Gharrm peut pas me battre !”
“Oh… Montre moi alors ma fille. Je n’attends que cela.”


Une finale pas surprenante du tout :

On en était là, enfin. Tous ses adversaires éliminés à grand renforts de coups de poings et de cris indignes d’une jeune fille de son âge et de sa lignée, elle s’était ouvert les portes de la finale et son adversaire sans surprise n’était autre que le plus âgé de ses frères. Celui qui prendrait la place de son père parce que c’est le plus fort du clan. Gharrm toisa sa cadette l’air tout de même surpris de la voir ici. Il croisa les bras en inclinant légèrement la tête sur le côté quelques mèches de cheveux rouges vinrent obscurcir son visage sévère.

“Alors tu as réussi à battre Vandred. Impressionnant. T’es peut-être pas si mauvaise que ça.”

Yômuu tiqua et échappa un grognement sourd sa queue se mettant à remuer furieusement derrière elle.

“C’est pas parce que j’suis pas aussi forte que toi que je suis mauvaise !”
“Réfléchis un peu. Pourquoi tu penses que père c’est toujours plus intéressé à nous qu’à toi ? Je doute qu’il ai envie de perdre son temps avec une enfant capricieuse et bête comme ses pieds. Une enfant comme toi.”

Yômuu se tassa légèrement. Les mots de son frère l’avaient touché. Il était vrai qu’elle avait passé bien plus de temps à s’entraîner avec sa mère qu’avec son père. Cependant son père n’avait jamais été plus dur que nécessaire avec elle, mais il était vrai que la plupart de son temps, il le passait avec les garçons qui contrairement à elle avaient toujours écouté sans broncher ni faire d’imbécilités.

Elle se mordit légèrement la lèvre et releva un poing serré devant son visage le regard plein de détermination elle le tendit en direction de son aîné.

“J’ai peut-être été moins bonne que vous à l’entraînement mais je vais te montrer que même une enfant comme moi peut te mettre à terre !”

Il arqua un sourcil, un sourire narquois s’affichant sur son visage.

“Me mettre à terre ? J’aimerais bien voir ça.”

Il ne fallut pas une seconde de plus pour qu’un nuage de poussière ne décole. Pour qu’il se retrouve en un instant sous le nez de sa cadette. Celle-ci écarquilla les yeux sous le choc du poing massif que venait de percuter son estoma. Le souffle lui manqua, la salive lui échappa alors qu’elle entamait un vol plané. Le mur derrière elle craqua sous l’impact de son dos contre la pierre, un gémissement minable parvint tout juste à quitter ses lèvres. La douleur mit un instant à lui parvenir. Elle retomba sur ses pieds, chancella manquant de tomber. Cependant elle se mit en garde comme elle pouvait. Si elle en encaissait un autre comme celui-ci, cet affrontement allait vite être plié.

Elle repris son souffle, Gharrm lui fit signe d’approcher sans même prendre la peine de lui même se mettre en garde. La jeune louve se sentant insultée tomba dans le piège et se rua sur son opposant sans se poser de question. Elle fut accueillie par un coup de genou qui vint la cueillir juste où le poing l’avait frappée un instant auparavant la soulevant de terre. Elle ne resta pas en l’air bien longtemps la main puissante de son frère la rattrapa au vol pour la jeter à ses pieds. Elle percuta le sol avec violence soulevant un nouveau nuage de poussière.

“Abandonne.”
“Va crever !”

Elle fit pivoter son corps dans l’espoir d’aller faucher les jambes dans son adversaire manoeuvre qui fut aisément évitée par ce dernier. Elle profita du fait qu’il ne contre-attaque pas pour se remettre encore une fois sur pieds, elle essuya du dos de sont gant son visage égratigné par le sable de l’arène.

“Ce n’est même pas divertissant pour le public. Arrête toi là.”
“Tu m’prends pour qui… Tu crois que j’ai pas de fierté où quoi !? J’suis pas arrivée là pour renoncer !”
“Comme d’habitude tu n’en fait qu’à ta tête. Tant pis pour toi.”

Alors qu’il s’avançait, la voix de leur mère s’éleva par dessus la clameur du public. Celle-ci s’était relevée dans la tribune.

“Tu as donc oublié ce que je t’ai appris bécasse !? La force elle même ne fait pas tout ! Si la trajectoire la plus rapide pour aller d’un point à un autre c’est la ligne droite, ce n’est pas forcément la meilleure..”

Elle jeta un regard en coin à son mari avant de sourire.

“Montre à ton frère ce qu’il a raté en acceptant d’écouter seulement son père.”

Le père en question haussa les sourcils imité par le frère aîné dans l’arène. Yômuu elle remua la queue plus activement en relevant les oreilles. Elle sautilla trois fois avant de se mettre en garde un grand sourire aux lèvres.

“Entendu Mama !”

Elle soupira, sa posture changea, ses poings serrés, s’ouvrirent, ses pieds, solidement collés au sol semblèrent se faire plus légers. Elle ressemblait à présent plus à une danseuse qu’à une combattante. De la tête elle fit signe à son frère d’approcher comme il l’avait fait plutôt. Il souleva un nouveau nuage de poussière, se ruant sur sa soeur pour la gratifier d’un coup de poing visant son joli minois cette fois ci. Elle recula d’un pas, pivota sur le côté ouvert par l’attaque, attrapa le bras de son frère d’une main et volta de nouveau pour le projeter avec force. Il se réceptionna sur ses pieds glissant sur une petite distance avant de se remettre debout.

“Intéressant. Mais tu pense que ça va suffire ?”
“J’sais pas, tu veux venir vérifier, grand-frère ?”

Un nouveau sourire narquois marqua le visage du dit grand-frère alors qu’il se ruait de nouveau sur elle. Yômuu souple et pleine de grâce évitait et bloquait les coups. Elle observait elle attendait son momentum. Le moment où elle pourrait attaquer. Concentrée comme jamais on ne l’avait vue. En cet instant, elle était une vraie combattante. Elle ne rata pas l’occasion qui se présenta à elle, d’une pirouette, elle évita le nouvel assaut, elle reposa le pied à terre, pivota envoyant son talon en plein dans la mâchoire de son aîné, de toutes ses forces. Ce fut à son tour de s’écraser contre le mur de l’arène dans un fracas mémorable. Yômuu ouvrit les bras dans une posture rappelant un oiseau de proie et releva une de ses jambes en l’air.

“Wataaaaa ! De la part de ton adorable petite soeur ! La mauvaise ! Héhéhé !”

Gharrm resta interdit quelque seconde avant de se défaire de la pierre qui cerclait son corps. Il se redressa chassant les débris sur ses épaules d’un revers de main avant de lever celle-ci vers la foule.

“J’abandonne.”

Yômuu écarquilla les yeux maintenant sa pose étrange.

“Pardon ?”
“J'abandonne.”
“Pourquoi ?”
“Parce que pour avoir réussi à me toucher, tu mérite de gagner. Personne à part père n’avait encore jamais touché mon visage en combat. Et puis... Tu restes ma petite sœur.”  

Yômuu laissa retomber sa jambe et ses bras ballants l’air presque offusqué avant d’aller poser ses poings contre ses hanches en rigolant toute fière.

“Ohohoh ! J’suis vraiment trop balèze ! Awoo ! J’ai gagné ! J’ai gagné ! Awoooo !”

Elle prit une grand inspiration et tous les présents et sûrement ceux qui étaient restés au village fure gratifié du cri du loup le plus enthousiaste qu’on ai jamais entendu là.


La vie suit son cours :

L’année de ses dix-huit ans Yômuu se rendit à Everbright pour intégrer l’armée comme elle l’avait toujours voulu. Vêtue d’une petite robe toute simple qui contrastait grandement avec les bottes de combat qu’elle avait chaussée et les armes qui pendaient de la fine ceinture de cuir qu’elle arborait. L’épée et la dague qu’elle avait reçu de son père lors de sa victoire au tournoi deux ans auparavant. Dans le gros sac qu’elle portait sur ses épaules, ses vêtements ainsi que la tenue que sa mère lui avait laissé et qui lui allait maintenant à la perfection.

Curieuse de tout, elle se perdit à plusieurs reprises dans les rues et fut forcée de demander son chemin à chaque fois. Elle passa devant le palais royal, elle s’arrêta pour le contempler pendant de longues minutes avec de grands yeux ébahis. Elle fut forcée de fuir en courant, les gardes n’appréciant pas vraiment qu’une inconnue reste plantée là, armes à la ceintures.

“Bande de malades…”

Elle fit son petit bout de chemin restant jusqu’à la caserne principale. Là bas elle fut accueillie de manière pour la moins rude. Elle fit tout un scandale comme à son habitude sans manquer de préciser que toute sa famille servait ou avait servi l’armée avant elle. Elle fit une tête pas possible lorsqu’on l’affubla des sobriquets “demi-portion” et “sale gosse.”Cependant elle insista assez pour que quelqu’un sans doute dans l’histoire de s’en débarrasser ne se décide à lui faire passer les test d’entré. Elle répondit aussi bien plus calmement aux questions qu’on lui posa, on l’amena ensuite sur un grand terrain on lui mit une épée d’entraînement dans la main et un mannequin en face. Elle soupesa l’épée qui pour elle semblait ne rien peser.

“Vous voulez voir comment je frappe c’est ça ?”
“Hm, dépêche on a pas que ça à faire.”

Elle grogna faisant un pas en direction du corps factice. Elle leva sa main armée un sourire dévoilant ses canines  plaqué sur le visage.

“RESTEZ PAS DERRIÈRE !”

Sans prévenir elle avait frappé, le mannequin avait littéralement explosé sous le choc. Et elle ricanait, l’épée en l’air et le poing gauche encore tendu là où se trouvait l’objet du test un instant auparavant.

“Alors, j’suis assez forte bande de pécores !?”

Conscient à présent qu’ils n’avaient plus à faire à une simple môme, ceux qui s’occupaient d’elle lui firent terminer l’admission en bon et due forme. Elle reçut dans la foulée sa notice d’intégration et fût conduite aux logements des nouveaux arrivants. Sur la route quelques questions lui vinrent à l’esprit. Est-ce qu’elle saurait se tenir ? Est-ce que “Papa” “Mama” et ses frères allaient être fiers d’elle. Elle jeta un coup d’oeil par dessus son épaule en chemin. Un dernier coup d’oeil sur ce qu’elle laissait derrière pour rejoindre les rang de l’armée d’Akantha. Bien sûr qu’elle serait à la hauteur. Elle était une fille Draktharr après tout. Une louve rouge d’Akantha. Elle échappa un bruit de cochon en ricanant et son guide se retourna vers elle les sourcils froncés.

“Quoi tu veux ma peinture !? … Désolée… Ahem…”


Le Saint-Graal :

Malgré une indiscipline chronique et une turbulence hors normes, Yômuu s’est fait sa petite place dans l’armée à l’âge de 26 ans elle est devenue Lieutenant. Malgré tous ses défaut elle avait su montrer tant son acharnement que son désir de grandir. Mais aujourd’hui allait être un grand jour pour elle. La revoici devant le palais royal, les yeux toujours aussi grand que des soucoupes, toujours impressionnée. Elle est vêtue de sa tenue de parade et porte au buste, la médaille du mérite qui lui avait été attribuée quelques jours plus tôt. Des oreilles canines aplaties sur le haut de la tête et une queue remuant à la manière d’une hélice elle attendait devant l’édifice.

Elle sursauta lorsqu’on l’interpella. Il s’agissait là de l’un des occupants du château. Elle l’avait rencontré plusieurs fois suite à sa nomination pour ce nouveau poste mais elle n’avait jamais été capable de retenir son fichu nom. Alors elle l’appelait Moustache quand il n’était pas là.

“Rangez moi donc ces oreilles et cette chose qui pend derrière votre jupe. Vous allez rencontrer la reine !”

Elle grimaça faisant disparaître sans attendre les morceaux de louve et se mit sur ses talons en silence bien plus calme que d’ordinaire. Parce qu’elle avait un trac monstre. D’un elle entrait dans ce palais qui l’avait toujours plus où moins fait rêver. De deux elle allait rencontrer la Reine, pour de vrai. Elle avait beau avoir trente deux ans maintenant, elle ne s’était jamais arrêté de rêver. Combien de fois avait elle demandé aux rares gens du palais qu’elle avait pu rencontrer, comment était Nephetys d’Akantha. Et elle était tombée en admiration devant cette femme de pouvoir qui pouvait sans conteste se targuer d’être forte. Sans même l’avoir rencontré, elle avait voulu la suivre. Sans savoir à quoi s’attendre, elle avait demandé son affectation au palais, et avait reçu un avis des plus positifs de ses supérieurs. La tête qu’ils ont tiré quand elle a fondu en larme sous leurs yeux était assez comique quand on y pense.

Avançant dans les couloirs la louve fixait ses pieds, serrant les pans de sa jupe entre ses doigts à la manière d’une petite fille timide. Elle sursauta de nouveau lorsqu’elle rentra doucement dans le dos de la personne qui la précédait.

“Désolée..”

Elle releva le nez pour apercevoir la grande porte qui commençait déjà à s’ouvrir. Elle senti ses joues rougir.

“Ayoye ! Je suis pas prête !”
“Chut, ne faites pas de manières en présence de la reine ou je vous jure que vous prendrez mon pied aux fesses mademoiselles.”

Elle échappa un couinement discret et pris une grande inspiration avant de s’avancer. Les joues encore légèrement roses elle leva les yeux vers la Reine, assise sur un magnifique fauteuil. A plusieurs reprise elle manqua de baisser les yeux. Elle avait l’air d’être encore plus que ce qu’on lui avait dit. Elle résista cependant et se concentra sur la réalisation de son voeu de loyauté comme on le lui avait expliqué sans relâche, elle posa un genou à terre, à distance de bras tendu. Délicatement elle tira la Ghostblade de son fourreau, elle la tint de façon à ce que la lame soit posée dans sa main gauche ouverte et que sa main droite ne tienne toujours la poignée. Après une petite seconde et une nouvelle petite inspiration, elle leva de nouveaux les yeux vers la Reine qui était maintenant son interlocutrice.

“Moi, Yômuu Draktharr, je jure aujourd’hui allégeance et loyauté à sa majesté, la Reine Nephetys d’Akantha. Que la lame qui m’a auparavant protégée, soit votre. Que mon corps puisse vous servir de bouclier et que ma vie puisse servir vos intérêt. Par ce serment, j’accepte de tout abandonner en faveur de notre dirigeante. Et j’accepte également de risquer ma propre existence si cela permet que la sienne soit conservée.”

Elle remonta ensuite légèrement les bras passant sa main droite sous le pommeau de l’arme, elle tendit celle ci en direction de la Reine. Le coeur serré elle contenait comme elle pouvait une queue qui avait le désir d’apparaître pour battre l’air et faire diminuer le stress. En silence elle attendit, les mots de sa souveraine.

"Votre dévotion pour ma personne me fait honneur et c'est sans plus de détour que je vous nomme désormais chevalier de la garde rapprochée de la Reine. Levez-vous dorénavant, et ne ployez ainsi plus devant quiconque."

Yômuu se sentit rougir encore et se releva doucement en allant glisser sa lame dans son fourreau. Elle posa sa main droite contre son coeur son visage affichant une expression des plus inédites. Comme si elle retenait quelque chose.

“C’est un honneur que d’enfin pouvoir vous servir votre altesse.”

Ces mots dit Moustache revint la chercher, elle s’inclina devant la Reine avant de lui emboîter le pas.

“Laissez moi vous montrer vos appartements.”
“Mes appa… Hein ? Je vais… Au palais ?”
“Bien sûr. Vous faites partie de la garde RAPPROCHÉE de la reine maintenant, sotte.”

Elle tira la langue pour la mordiller.

“Désolée.”
“Vous n’êtes vraiment pas des plus futées vous savez.”
“Awoo… Awooo…”
“Pardon ?”

S’en était trop la retenue n'était plus possible. Ce fut au milieu d’un couloir que commença à courir un hurlement lupin comme jamais personne ne s’était autorisé à en lancer. Plein de joie et débordant de bonheur. Des oreilles aplaties sur la tête et une queue rouge virevoltante. Chevalier Yômuu Draktharr débarquait au palais d’Akantha pour le bonheur de ces gens. Et pour le malheur des cuisines.


DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Riven Cake #0234
AGE ▬ 25 ans.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Dans le trou au plafond qu'a laissé mon détecteur de fumée.
UN AUTRE COMPTE ▬ Sélina "Theliel" Lengaris.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Shougeki no souma ▬ Kobayashi Rindo
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ PAS CETTE FOIS NON !
Vend-nous du rêve avec ton lycan.
Rebienvenue woop woop.



satan

XynPapple
Rebienvenue!



Rebienvenue !





Re-bienvenue! Akantha, toujours un bon choix
Merci merci.~
En espérant que la petite vous plaise. Même si elle n’est pas si petite que cela. :’)
Fiche terminée. Sachez que la réaction de la Reine m'a été communiquée par cette dernière. Bisous.~