Lost Kingdom  :: Administration :: Présentations archivées

L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie)

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Nightingold Prudence

Seraph de la Prudence

Identité

  • Race : Seraph.
  • Âge : 418 ans (une seule incarnation)
  • Orientation sexuelle : Bisexuelle.
  • Situation personnelle : Célibataire.
  • Nationalité : Mearian.

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Compétences [3/3 slots]

En savoir plus. Les objets magiques tels que les Psyphers (armes) ou bien tout objet enchanté que vous inventerez (comme une armure magique par exemple) comptent pour une compétence par objet.

L'air de Prudence.
Voilà plus de quatre siècles que Prudence joue du violon. Durant ces siècles, elle a guidé les fidèles des Seraphs afin qu'ils écrivent des chansons en leur nom. Chacun des trente Seraphs ont une mélodie à leur nom, même si seulement vingt-et-une sont connus à ce jour pour des raisons évidentes. Quand Prudence joue l'air de sa propre musique, deux choses se déroulent : D'abord un sentiment d'apaisement envahie ceux qui écoutent sa musique, poussant les personnes affectées à tomber petit à petit dans une certaine "inaction". Deuxièmement, Prudence aspire l'énergie vitale de ceux qui entendent sa mélodie, et qui ont été apaisées par celle-ci. Petit à petit les personnes affectées s'endorment, et se vident de leur énergie au profit de Prudence jusqu'à ce qu'elle cesse de jouer, ou qu'ils soient morts.
La puissance de Prudence permet de toucher plus fortement et rapidement les personnes qui entendent Prudence jouer quand elle use de ce sort. Le mana lui permet de jouer plus longtemps, et le contrôle de choisir qui sont les personnes affecter, et à quel point ils se retrouvent apaisés et drainés. Et enfin, il faut savoir que la distance influence la puissance du sort : une personne qui entendra moins la musique, sera moins affectée. Et inversement pour les personnes proches.

Régénération cellulaire (passif).
Pour s’assurer de parer à l’imprévisible, Prudence s’est assurée de ne plus craindre les douleurs physiques. Même si la douleur restera bien présente, elle est au moins certaine que ses blessures guériront toutes seules, comme des grandes. En effet, un lien angélique passe par ses cellules qui peuvent alors se recomposer toute seule, comme un « auto » soin constant. Un auto soin qui régénère toutes les cellules mortes, tombées, arrachées, et qui par conséquent reconstituent petit à petit le corps de Prudence comme il l’était avant ses blessures. Prudence ne peut pas « ne plus se régénérer », mais elle n’y voit pas encore un problème. Le seul cas existant où la régénération cellulaire n’aura pas lieu, c’est lorsque que la concernée de cette magie sera décédée.
La puissance de Prudence permet une régénération plutôt rapide et efficace, même si restaurer entièrement un bras arraché prendra tout de même plusieurs jours. La rapidité n'est en fait pas vraiment la priorité de cette magie, mais vraiment l'efficacité et la totalité absolue du soin qu'il apporte. Plus la régénération doit se chargée d'une grosse guérison, plus elle consomme du mana. Non pas d'un coup, mais sur la durée, au point qu'il est parfois difficile pour Prudence d'utiliser sa magie durant sa régénération. Mais bon, vue la puissance de celle-ci, il ne manquerait plus qu'elle ne pose aucun désavantage !

Sérénade solitaire.
Au-delà de sa magie passive et de son familier, les autres sorts de Prudence se basent sur sa mélodie, sur sa magie qu’elle influe dans l’harmonie de son violon. Dans la mesure où elle ne souhaite pas dépendre de sa régénération cellulaire, Prudence a développé une barrière « ultime » (enfin, subjectivement ultime). Tirant directement de son énergie Seraph, cette barrière se forme rapidement, et se montre apte à bloquer les corps matériels et magiques qui tenteront de la traverser tant que Prudence joue sa mélodie. La barrière se forme de base devant Prudence, et elle s’étend et tourne autour de la personne à protéger selon les besoins immédiats de cette dernière, la résistance de celui-ci se base sur sa puissance.

Physique

L’un des combles pour le Seraph de la Prudence, est d’être fragile. Expliquons-nous : Déjà que Prudence défend bien sa valeur par des précautions et des préventions, elle doit doublement s’assurer d’elle-même par le peu de résistance que son corps lui offre. Frêle et peu imposante, Prudence a toutes les raisons de s’inquiéter constamment de sa propre sécurité. Au moins, elle arrive à marcher un pied devant l’autre sans trébucher tous les deux mètres.

Au-delà de sa condition physique peu exemplaire, Prudence reste une femme plutôt attirante pour le sens commun, mais elle reste peu approchable. En effet, la Seraph est une femme plutôt fermée, peu expressive, ce qui n’est pas très encourageant pour ses interlocuteurs qui auraient souhaité ouvrir le dialogue avec elle. Même les autres Seraphs ne l’ont presque jamais vu sourire, se fâcher, ou s’extérioriser. Presque jamais, notamment car il y a un genre de moment où Prudence perd son masque de fermeté, où elle s’ouvre presque sans s’en rendre compte : quand elle joue de la musique, du violon plus précisément.

Que dire de plus sur elle ? Ses cheveux feraient pâlir le soleil de jalousie, et ses yeux gris tendant à une teinte violacée font penser à la lune dominant un ciel étoilé. Sa peau est pâle comme un nuage, accentuant la faiblesse de son corps. Heureusement qu’elle reste capable de tenir un violon et un archet, et de les utiliser ensemble de façon harmonieuse.

Quant à ses habits, Prudence porte généralement deux sortes de vêtements : Des tenues sobres, légères et longues qui n'ont rien de notable, qui sont en fait sa tenue de "civile".  ; et ensuite, des tenues plus chics, plus nobles, qu’elle porte lors des évènements importants, ou quand elle joue du violon pour des occasions, des occasions religieuses à Théopolis, ou à la cour d'Akantha lorsqu'elle est conviée.

Caractère

Plusieurs termes peuvent décrire Prudence, mais celui qui la décrit le plus en ce moment est celui-ci : coupable. Prudence se sent responsable, à raison ou non, de plusieurs maux qui frappent ses fidèles de Mearian. Mais c’est un point que vous verrez développé dans l’histoire.

Prudence a une façon bien à elle de représenter la Prudence comme valeur. Ses dogmes se divisent en deux points : une méfiance mesurée, et un sens de l’inaction poussée. C’est d’ailleurs par ce deuxième trait que Prudence est probablement un des Seraph, si ce n’est la Seraph, qui s’est le moins montré et qui détient le moins de dogmes. L’objectif de Prudence est que les gens souffrent le moins possibles, et pour cela ils doivent se montrer prudents. C’est ce que vise à enseigner Prudence, en ne cachant pas que la prudence absolue n’est qu’un idéal impossible à atteindre. Elle le sait, car elle-même suivait ses dogmes, et constatait la difficulté de ses derniers.

De sa méfiance mesurée, Prudence est devenue une femme effacée, pas très expressive, qui semble constamment triste par son inexpressivité. Au fond, peut-être que Prudence est une personne triste, à ne s’ouvrir aux autres, à peine aux autres Seraphs, et ceci même après tant de siècles ? C’est un doute profond que ressent Prudence, défend-elle un véritable dogme qui vise à rendre les gens heureux, où est-elle une associable refoulée ? Prudence a du mal à se sociabiliser, elle a du mal à s'ouvrir et à s'exprimer.

De son inaction, ressort le plus gros remord de Prudence. Pendant longtemps elle est restée recluse, certains hérétiques ont même déjà dit d’elle « qu’elle aurait lancé ses dogmes le premier jour, avant de disparaître pendant quatre siècles ». Ce qui n’est pas inexact, mais pas aussi mal que ça. Prudence prétend que pour éviter de souffrir, il ne vaut pas s’investir. Pour ne pas se tromper, il ne faut pas donner son assentiment aux choses. L’erreur fait souffrir, mais apparemment la totale inaction aussi.
De ses erreurs, Prudence a réalisé que les Seraphs, dont elle avant les autres, sont en constant apprentissage. Ils doivent apprendre à être de bons Dieux, à bien guider leur fidèle. C’est dans ce but d’apprendre et de comprendre les mortels pour mieux les aider que Prudence a franchi un cap, et a commencé à être présente sur terre.

Prudence ressent une véritable forme de passion pour la musique, et pour l'instrument qu'elle pratique depuis toujours : le violon. Elle se sent libérée du poids de tous ses maux lorsqu'elle se met à jouer. Elle n'est plus effacée, plus coupable, plus une fausse ou une nouvelle Déesse, elle est elle-même, rien qu'elle-même.

Histoire


Au commencement…


Prudence fait partie des quelques Seraphs qui sont encore à leur première incarnation, qui n’ont pas encore connue la mort, ni réincarnation. Ce qui n’est pas étonnant pour une personne qui n’agit jamais, qui ne fait presque rien si ce n’est exister dans un coin. Déjà avant que les Seraphs montent au pouvoir, Prudence n’était pas la plus active parmi les Seraphs. Au contraire même, elle aurait probablement même retardé la montée au pouvoir de l’Ordre des Astres. Mais pas pour des mauvaises raisons : parce qu’elle leur a suggéré la Prudence, de prendre le temps de bien organiser la prise du pouvoir afin que la population de Mearian accepte leur religion. Comme quoi, la Prudence n’est pas juste une peur déguisée en vertu, mais aussi un axe de stratégie pouvant montrer son utilité.
Mais bon, il ne serait pas faux de dire que Prudence n’a été aussi utile qu’une fois en quatre siècles : le reste du temps son inaction pèse, et peut légitimement agacer les autres Seraphs. Heureusement que Prudence se rattrape auprès d’eux en proposant des représentations musicales de temps en temps, qui pendant un temps fut presque un rendez-vous régulier des Seraphs, où ils se retrouvèrent ensembles dans un contexte plus calme, sous l’ambiance du doux violon de Prudence. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, Prudence a bien moins joué pour les autres Seraphs depuis que plusieurs d’entre eux ont été atteint de corruption.

Coupable, responsable.


Par le fait qu'elle prône la Prudence en chacun des actes, Prudence n'a pas cessé de suggérer de faire attention à chacun des points de la religion des Seraphs, ainsi qu'à chacun des points concernant leur future montée au pouvoir. Prudence ne prenait en fait pas vraiment de décision, mais de par sa vertu les autres Séraphs n'hésitaient pas à lui demander conseil sur comment entreprendre les actions, ainsi que quand. Néanmoins, les conseils de Prudence demeuraient des conseils, pas une seule fois elle avait affirmé qu'il fallait agir ainsi. Certains penseront que c'était une excuse pour réduire le poids la responsabilité sur ses épaules, d'autres admettrons qu'il est plus prudent de proposer une idée appelant à la réflexion que de venir bêtement en affirmer une sans réflexion.

Il y a tout de même une partie entière dont Prudence est principalement à l’œuvre : les chants et mélodies religieuses, qui portent à l'honneur la gloire de chaque Seraph. Prudence n'est pas à l’œuvre d'absolument tous les chants, mais elle a soufflé à l'oreille des premiers auteurs, et des auteurs qui sont aujourd'hui connus pour être à l'origine des principaux chants, la mélodie de son violon : Telle une muse, elle a fait en sorte d'inspirer certains de leur fidèle afin qu'ils aient l'idée de psaume louant la gloire des Seraphs. Un apport particulier, mais qui fut utile à l'extension de la renommée des Seraphs et de la religion qu'ils ont petit à petit instauré. Prudence a continué de servir de muse discrète aux artistes de Mearian jusqu'à l'an 353, sachant qu'elle avait cessé petit à petit cette activité quand l'Ordre des Astres était officiellement montée au pouvoir.

En l’an 303, les Seraphs et l’Ordre des Astres sont mis sur le devant de la scène. Pas tous, Prudence n’avait pas pris ce lourd risque, elle s’était -commis dit plus haut- contentée d’avoir suggéré la Prudence à ses confrères et consœurs. De sa prudence excessive elle resta en retrait alors que les autres Seraphs s’investissaient tous à leur nouvelle tâche. A l’exception d’un point, d’un nouveau conseil qu’elle donna aux autres Seraphs, un conseil qui a pris une ampleur astronomique :
« […] Mearian, que dis-je, le monde prend un tournant exceptionnel. Les Seraphs existent aux yeux du monde, mais il se peut que nos fidèles souffrent des infidèles. Le temps que notre religion soit acceptée par tous, je préconise une rigueur, une certaine fermeté quant à nos frontières, quant à nos dogmes, quant à notre idéologie naissante. Méfions-nous du rejet que peuvent ressentir les autres à notre égard ; Ne souffrons pas une seconde, et protégeons notre idéologie en nous fermant, pour nous assurer que notre religion soit acceptée, et s’étende correctement. »

Personne ne sait quelles conséquences de nos troubles modernes découlent plus ou moins directement des mots de Prudence. Le départ de certains Seraphs ? La corruption de ceux qui sont voués à devenir impurs ? Les guerres actuelles ? Le fait que Mearian soit toujours fermement contre les Idéologies des autres nations ? Prudence ne le sait pas, mais elle en souffre. Elle souffre tellement de cette erreur dont elle se sent coupable, qu’elle sait que la corruption s’en est aussi prise à elle.
Prudence n’est pas corrompue, mais elle n’est plus pure. Elle ne saurait avancée d’elle-même à quel point, ni dans combien de temps elle ne fera plus partie des Seraphs encore purs. Elle s’en veut, elle s’en veut pour les autres qui sont encore bons, et pour ses fidèles qui croient encore en elle. Le pire étant que, selon elle, elle ne manquera à personne le jour suivant sa corruption, vue qu’elle ne s’était presque jamais mêlée aux autres. Un jour, son temple disparaîtra aussi.

Les dogmes de la Prudence.


Malgré son erreur et ses remords, Prudence sait qu’elle doit parvenir à se pardonner. Un des moyens d’y parvenir et de continuer à guider ses fidèles par sa vertu. Ses dogmes ne sont pas nombreux, mais en voici certains qu’elles jugent comme étant les principaux :

« Sais que tu ne sais rien, et tu ne souffriras pas de tes erreurs. »
Que savons-nous vraiment ? Les Seraphs sont-ils vraiment des Dieux comme l’étaient les Anciens ? Les Anciens ont-ils vraiment abandonnés leurs fidèles ? Des questions sans réponse, mais dont les gens pensent détenir un savoir. Certains pensent que les Seraphs sont des imposteurs, et ils souffrent ou souffriront un jour à le clamer haut et fort ; Certains pensent que les Anciens Dieux sont partis, et ils souffriront si ces Dieux reviennent un jour. Ne prétendez pas que vous le savez, ne prétendez pas que vous ne le savez pas : Gardez-vous le droit de juger si vous le souhaitez, mais gardez à l’esprit qu’aucune vérité n’est absolue, et que ce sont les faux savoirs et les erreurs qui engendrent les erreurs. Restez prudents.

« Juger avec Prudence c’est ne pas agir avant d’être certains de tous les risques possibles. »  
Là est le dogme de l’inaction : Tu ne sais pas si cet endroit est dangereux, tu ne peux pas le savoir avant de l’expérimenter toi-même. Or, l’expérimenter, c’est prendre le risque de souffrir en cas de mauvaise surprise. Donc : n’expérimentes pas. Ce dogme invite à la méfiance, mais il sous-entend fortement que juger qu’il y a des risques revient à les éviter. Restez prudents.

« Toi qui ne te connait pas, n’oublies pas que ton prochain ne se connait pas non plus. »
Faisant référence au Savoir que personne n’a, Prudence invite ses fidèles à ne pas juger les autres sur une première impression. Tout le monde se cherche soi-même en même temps qu’il essaye de comprendre les autres. C’est pour cela qu’il faut agir avec prudence, car les autres vont aussi agir avec prudence et méfiance autant vis-à-vis de toi que vis-à-vis d’eux-mêmes. Restez prudents.
Et enfin, le dogme le plus amusant pour ceux qui n’apprécient pas les dogmes de la Prudence, le dernier de tous :
« Et enfin, n’oublies pas d’être prudent face à tout, de bien juger face à tout. Même des dogmes qui t’ont invité à être aussi prudent. Evitez la souffrance par la prudence absolue. »
C’est cet ultime dogme qui met en avant le fait que Prudence vend un idéal, et qu’il faut voir ses dogmes comme un idéal, comme des conseils à manier avec prudence, à appliquer selon chacun, afin que chacun ait un même but : ne pas souffrir.

Les faux dogmes de la Prudence.

Prudence n’est probablement pas la seule Seraph à avoir des fidèles qui ont inventé des citations et des dogmes en prétextant qu’ils venaient d’eux. Mais elle doit avoir les fidèles qui ont érigé pour elle le plus de dogmes qui ne sont pas d’elles, une conséquence inévitable de son absence aussi longue, de ses apparitions aussi rares. Prudence n’a jamais vraiment voulu s’en soucier, au contraire même, elle les a laissé volontairement faire, avec comme idée de laisser son ultime dogme guider ses fidèles vis-à-vis des faux comme des vrais dogmes : ils doivent se montrer méfiants, car sous une même bannière peuvent coexister fausseté et authenticité. Voici donc certains de ces faux-dogmes :

« Prudence est mère de sûreté. »
Ce dogme est un des plus virulents, car il est difficile de dire qu’il n’est pas de Prudence. Mais le point à soulever, est qu’elle ne prône pas la Prudence au-dessus de la sûreté, comme quoi cette première serait cause de la deuxième, mais à l’inverse : les gens cherchent à être en sécurité, alors ils sont devenus prudents, ce ne sont pas les gens qui en étant prudents se sont mis en sécurité. Par ailleurs, Prudence ne souhaite pas nécessaire que les gens soient en sûreté, mais qu’ils ne souffrent pas même en danger, ou après le danger, en se détachant des choses sans importance et des jugements qui vont avec.

« En plus de la Prudence, armes-toi face au danger. »
Bien-entendu, ce dogme encourage les gens à se promener avec une dague en poche au cas où son prochain chercherait à la nuire. Et bien évidemment, Prudence n’a jamais encouragé cela ! Prudence encourage certes une certaine méfiance, mais certainement pas une agressivité cachée prête à vous sauter au cou. Les autres Seraphs le savent, heureusement, ainsi que ses plus fidèles croyants, mais il reste une poignée de croyants qui pensent dur comme fer que ce dogme vient de Prudence.
« Mieux vaut prévenir que guérir. » Voilà un autre dogme que Prudence n’apprécie pas vraiment. La Prudence n’invite à pas prévenir des maux qui pourront arriver… Enfin, si, mais ce n’est pas ça qui va guérir les maux : Une bonne Prudence n’est pas celle qui prévient, mais celle qui est capable de guérir justement. Car justement il est impossible de tout prévoir, sinon l’imprévisibilité n’existerait pas, alors il faut aussi s’attendre à guérir, pas seulement à prévenir.


La corruption.


La montée des Seraphs et de l’Ordre des Astres au pouvoir n’est pas le seul évènement marquant du passé de Prudence. La découverte de la corruption, et le départ des Seraphs dits corrompus tiennent aussi une bonne place parmi les « pires » évènements. Déjà, la corruption est une origine encore floue et peut affecter tout le monde. D’ailleurs, Prudence elle-même est affectée par cette maladie, cette magie noire, ou du moins cette chose qui a déjà corrompu neuf de ses proches. Neuf ? Dix même, avec Sensibilité… Mais c’est une autre histoire ça.

Il est difficile pour Prudence de se situer vis-à-vis des Seraphs disparus. Elle ne souhaite pas leur extermination, et même elle aimerait que les autres Seraphs lui pardonnent. Pourquoi ? Parce qu’elle ne peut pas le faire, elle. Elle représente la Prudence auprès de chacun, il serait inconscient qu’elle suggère aux autres Seraphs de ne pas se méfier d’eux. C’est principalement pour cette réponse que Prudence reste « inactive » dans ce débat, inactive vis-à-vis de cette histoire pourtant lourde et importante dans le grand récit qu’est celui des Seraphs. Elle se contente de penser, de se dire qu’elle souhaite leur retour et leur guérison, sans le dire, sans agir, sans… Sans rien.

Vis-à-vis de sa propre corruption, le discours reste le même : elle ne fait rien. Déjà elle ne le dit pas aux autres, car ce serait extrêmement imprudent, et qu’elle ne veut pas être rejetée. Ensuite, elle n’agit pas car elle ne sait pas quoi faire. Même ne rien faire fait que la corruption gagne en ampleur, alors pourquoi agir au risque d’empirer les choses ? Oui, se raisonnement est stupide. Prudence a peur, très peur de devenir corrompue, au point qu’elle s’est déjà demandée quel vice elle représentera quand elle devra rejoindre ceux déjà rejetés. De sa corruption, Prudence s’est encore moins liée aux autres. Déjà qu’elle leur parlait peu, elle a de plus en plus décidé d’éviter les autres. Par crainte qu’ils devinent d’un quelconque moyen sa corruption. De ça aussi, elle s’en veut. De les éviter, et de remplir de moins en moins sa fonction de Seraph. Elle n’avait d’ailleurs même pas répondu à l’appel de Sensibilité…

Sensibilité.


Voilà le principal dernier mauvais tournant dans la vie de Prudence : le suicide de Sensibilité, qui marque et expose sa corruption. Il est un peu hypocrite de dire que c’est un tournant marquant, étant donné que Prudence avait ignoré l’appel, mais elle ressent justement un énième grand regret à ce propos. Y aller aurait rien changé, mais elle aurait au moins montré à Sensibilité qu’elle était là, elle n’aurait pas laissé comme éventuel dernier souvenir pour elle l’image d’un Seraph absent et inactif. Ce qui aurait été un mensonge, Prudence est absente et inactive. Mais Sensibilité ne méritait pas ça, du fait de sa vertu et sa magie elle était la première à s’investir pour le bien commun, investissement qui l’a en quelque sorte détruit certes, mais elle était bonne, elle ne méritait pas ce sort. Elle méritait que chacun des Seraphs assiste à son audience, et que chacun comprenne son message, et accepte la vérité qui régnait en chaque Seraph.
Prudence était, et demeure totalement en accord : la vérité est plus prudente que le mensonge, qui suscite une mauvaise méfiance. Mais avouer sa propre corruption aux autres serait imprudent… Peut-être qu’ils ne sont pas tous prêts à entendre cette vérité, et qu’ils n’hésiteront pas à jeter des pierres sur la Seraph effacée en l’apprenant.

Aujourd’hui.

Pleine de remord, Prudence sort un peu de son trou. Ses quatre siècles d’inaction lui ont formé une fausse histoire, une histoire où Prudence s’était principalement contentée de se positionner par rapport aux évènements orchestrés par les autres Seraph. Sans non plus grand espoir ou grande détermination, elle va chercher à s’investir un peu plus dans son rôle, de se mêler à la vie des mortels comme les autres Seraphs dans le but humble d’apprendre auprès d’eux, de comprendre comment les mortels pensent, et ainsi mieux « agir » pour eux. Et ceci par le meilleur de ses moyens : sa musique. Rapidement Prudence s'est intégrée à Mearian, ainsi qu'à Akantha par le bouche-à-oreille, comme une violoniste de talent. Malheureusement pour elle, la magie dont elle est capable avec son même talent pour le violon s'ébruite aussi petit à petit, et Prudence craint qu'on lui demande d'utiliser ses dons, et craint d'être envoyé au front par ses talents magiques. Elle ne tient pas vraiment à quitter son petit confort qu'est Mearian. Elle a déjà du mal à quitter les frontières déjà à peine sûres de Mearian pour se rendre à Akantha quand elle est conviée pour des représentations.

Profil

  • Pseudo : Drahienne
  • Âge : 21
  • Tu nous as trouvé où ? DC
  • Un autre compte ? Oui.
  • Personnage de l'avatar : Trouvé sur internet.
  • As-tu lu le réglement ? Oui.
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom
Re bienvenue ! Le titre de ta prez m'a fait penser à moi dans la vraie vie quand j'étais encore une jeune ado. oui j'étais une grosse victime à claques /paf/

Bon courage pour ta validation :D


L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie) LIE



L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie) Aejor2

Signas:
 
Ha ha. x) Merci bien ! ^^
Re bienvenue Angie ! Hâte de te voir IRP !
Re bienvenue


L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie) Signature1
P-peluche, j'espère que c'est pas car le staff a interdit les noms à consonance ethnique et que ça t'a limitée dans tes choix L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie) 4234441333

Rebienvenue, je te souhaite de beaux rps pour la suite ! L'art de l'inaction. - Prudence NightinGold, Seraph de la Prudence (Finie) 1840142158
Tu n'imagines pas à quel point je me suis sentie oppressée et obligée quant au choix de mon pseudo. Joke

Merci en tout cas !
Tu es validée !
Coucou à toi ! Je t'annonce que tu es officiellement validée ! Tu auras d'ici peu ton rang et ta couleur, ainsi tu pourras partir à l'aventure !
POINT FORT  ҨBien, la fiche est correcte ! Je ne suis pas fan de l'inaction de ton personnage (je préfère être franc) mais ça change dans le clan des Seraphs purs et ça peut être une raison plus ou moins plausible !
REMARQUES Ҩ Attention à ne pas te dévêtir plus que ne le sont tes avatars /o/ (t'inquiètes, c'est du l'humour)

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage, désormais obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Je te souhaite de te plaire parmi nous, et puisses-tu semer le chaos éternellement !