Lost Kingdom  :: Mearian :: La Capitale - Theopolis, cité des dieux

Ombres des Astres [La & Rane]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Marcher. Marcher... Les pieds de la jeune goule l’emportaient sans aucune réelle volonté, et cela depuis plus d’une heure désormais. Elle avait encore la sensation fraîche et revigorante de la chair qui honorait son palais.

Elle ne savait pas combien de temps elle avait passé à être soignée par le prêtre suite à l’assaut qu’elle avait subi dans le navire des missionnaires, mais cela n’avait pas pu être bien long. Son esprit aurait perdu le contrôle sans avoir goûté au repas interdit, elle ne serait probablement pas capable de marcher librement en ces terres après avoir succombé à sa faim hérétique.

C’est pourquoi elle s’était écarté le plus rapidement possible de la foule, hors de Théopolis, afin de trouver… une proie. Quelque chose à se mettre sous la dent, loin des regards indiscrets, et elle l’avait trouvé. Ce ne fut cependant pas une mission facile pour elle, au contraire. Sa longue robe blanche immaculée ornée de fines broderies dorées ne passait pas inaperçu et surtout… ne laissait aucune place à l’erreur. Un faux pas, un geste maladroit, et les preuves de son crime se serait retrouvé ancré en elle.

Heureusement, La avait habilement préparé son assaut et sa robe fut épargné du sang du pauvre inconnu. Malheureusement, celle-ci s’était retrouvé en piteux état lorsqu’elle avait déguerpi, étant désormais tâché de boue et légèrement déchirée par des branches.

Elle errait désormais dans les quartiers de Théopolis, lentement, indécise quant aux options qui s’offraient à elle. Calla avait une bonne réputation, La en était persuadée. Pourquoi le prêtre aurait-il si facilement autorisé son départ temporaire et un congé de ses fonctions de scribe si elle n’était pas une fidèle exemplaire ? Il semblait plus concerné par l’état de santé de la scribe et enthousiaste quant à l’idée d’une pause le temps qu’elle “se” remette de l’excursion d’outre-mer. Elle se devait de capitaliser sur les opportunités que lui avait laissé Calla… mais dès le premier jour, la longue route qu’elle avait devant elle se révélait être ardue. Pour un simple repas elle avait dû faire tant d’effort, pour simplement vivre elle devait prendre tant de précautions.
En ce moment même, elle guettait le regards des autres fidèles, ils continuaient leur vie quotidienne, mais La les regardait avec méfiance. Qui connaissait déjà Calla ? Comment devrait-elle leur répondre si jamais c’était des personnes familières ? Avait-elle des amis proches qu’elle devrait éviter ? Quelles sont ses relations avec ses parents ? Devait-elle s’en préoccuper ou pouvait-elle s’autoriser le luxe de ne pas y penser ?

Les questions se bousculaient pendant que la scribe marchait, tête baissée, ses longs cheveux décoiffés couvrant son visage. Une brise légère les faisait voltiger de temps à autres, révélant son visage fin. Un visage assailli par le doute, adorné d’un air penseur. Son attention envers les autres diminuait de plus en plus… La peur de l’échec, la peur de ne pas pouvoir retomber sur ses pieds… Et surtout, la peur de ne pouvoir compter sur personne si jamais elle échouait. Elle était seule en cette terre hostile, une créature malfaisante, une hérésie aux yeux des fidèles, une tâche parmi les astres.
Ombre des Astres
ft. La

Theopolis - Mearian
Voleuse de bas étage, puis cambrioleuse incendiaire... Rane s'était retrouvée au plus bas de l'échelle, des années auparavant, alors que tout en elle la chassait de son pays natal. Alors que sa haine et son mépris pour l'ordre l'avait conduite à être ainsi piégée et partir. Et pourtant, elle était revenue, et avait reçu une "seconde chance". Oh, bien entendu, elle n'était pas réellement fidèle à ceux qui avaient détruit sa vie, mais au moins, elle avait désormais une place légale au sein de la Nation des Astres.
Place quelque peu mitigée néanmoins.
Sa marque la laissait un peu à l'écart, car c'était l'Udjat des Hérétiques, les Nécromanciens du dieu Obscur d'antan, Obscural. Aussi, la Sombre n'avait que peu de relations en cette cité des Anges et des Dieux...

La plupart étaient de toutes façons bien trop nocives pour sa missions. Et à part Olieron, peu de personnes pouvaient se vanter de côtoyer la voleuse, à part sa femme, mais qui se trouvait en Everbright. Il y avait aussi cette personne. Calla Septem. Elle était mignonne, et ne se prenait pas la tête par rapport à l'Udjat de la Marquée...

Et c'était justement cette fille que Rane voyait. Avec une robe dans un bien sale état. Quelque chose était arrivé ?

C'était ainsi que dans un cri strident, le rapace nommé Tyrion était descendu du ciel, se précipitant vers Calla, tandis que l'Impie suivait. Et une fois à son niveau, lorsque les serres du faucon s'étaient posées sur l'épaule de la Voleuse, cette dernière demanda, essoufflée, inquiète :

_ Calla ! Calla ! Que s'est-il passé ?

Elle était dans un piteux état. Du moins, plus les habits que la personnes, mais si elle avait été agressée, il était important pour la Marquée de s'en occuper. Car si elle tenait l'Ordre en horreur, vu que son représentant, à ses yeux, était Justice, le même Seraph qui se prenait pour un bienfaiteur, tout en ayant brûlé vive la mère de Rane, le sort de l'une des seules qui ne la détestait pas, ou ne l'évitait pas, lui importait. Ce n'était pas parce que toute une faction suivait le mauvais chemin que tous ses partisans étaient aussi mauvais qu'elle, et si Rane devait sauver quelqu'un de cet enfer prétendument divin, alors Calla serait l'heureuse élue.

_ As-tu été agressée ?

Ou avait-elle été l'agresseur ?
Cette idée germa dans l'esprit de l'Impie, et son faucon, qui partageait le même esprit, sembla s'esclaffer un instant, ne la pensant pas capable de commettre une mauvaise action; Cette scribe avait une excellente réputation après tout.
Mais...
Les apparences étaient trompeuses. L'Hérétique elle-même utilisait cet adage pour tromper son monde et paraître un agent double quand elle était en fait un triple, utilisant l'Ordre pour nourrir le groupuscule secret des Noirs d'informations juteuses...
Donc Calla avait-elle commis un crime ?

Ou peut-être Rane prenait cela d'un mauvais angle, et l'histoire était plus compliquée ?
HRP
Si vous voulez voir l'armure de Rane, elle se trouve sur l'un de ses deux avatars. Si vous avez la flemme de réactualiser, il s'agit tout simplement de l'armure de base de Pharah, d'Overwatch (la voici ici , mais enlevez l'arme qu'elle tient dans la main droite, et le projectile sur son gantelet gauche)

Concernant Tyrion, le voici en compagnie de Rane

Enfin, je parle de son "udjat". Il s'agit de l'oeil d'horus (ça s'appelle vraiment un udjat) sur l'oeil droit de Pharah/Rane

Extirpée si soudainement de ses réflexions, La ne put contenir sa surprise lorsqu'elle fut approchée par une demoiselle au teint bronzée, accompagnée d'un oiseau majestueux. Le nom de sa moitié prononcée, elle comprit tout de suite que ses peurs étaient bien fondées, et qu'elle était complétement démunie face à cette nouvelle épreuve qui l'attendait probablement.

Ses yeux se fixèrent sur le visage de la métisse avant de se perdre rapidement dans ses pensées. Qui était-elle ? Sa relation avec Calla semblait plutôt positive, assez pour qu'elle s'inquiète pour elle. La marque sous son oeil droit la rendait mémorable mais Hawzel ne pouvait même pas prononcer son nom... Son coeur se mit à battre rapidement pendant une petite dizaine de secondes, avant de se rendre compte qu'elle n'était pour le coup pas forcée d'explicitement l'appeler.

"As-tu été aggressée ?"

La baissa les yeux, essayant inconsciemment de cacher ses iris derrière ses longs cheveux. Elle afficha un sourire honnête en imaginant celui de Calla.

"N-non... Enfin..."

La goule ressentait une aura familière provenant de la dame à l'Udjat, un quelconque mensonge hâtivement créé ne suffirait pas et semblait même dangereux.

"Je me suis retrouvé dans un endroit où je ne devais pas être... Dans ma hâte, je n'ai pas vraiment prêter attention à ce qui se trouvait devant moi haha..."

C'était une demi-vérité, mais c'était une vérité tout de même. Malgré tout, La n'arrivait pas à laisser son regard fixée sur Rane, l'inconnue qui voyait toujours devant elle Calla la scribe exemplaire.

Elle serra le poing devant ses lèvres, fermant les yeux pour une seule seconde, mais une seconde assez longue pour que les idées puissent se bousculer dans son esprit. Elle ne pouvait pas interagir ainsi avec toutes les personnes familière avec Calla, sa vie deviendrait rapidement un enfer insoutenable, une toile de mensonge instable et fragile qui l'aménerait à la ruine. Alors pourquoi ne pas continuer avec cette notion de demi-vérité ? Une vérité plus ou moins manipulée pour créer un unique mensonge capable de soutenir sa nouvelle existence.

Elle releva sa tête et fixa le faucon, puis Rane.

"...Lors de ma mission à Nueva, nous nous sommes fait attaqué par des bandits... il semblerait. Je ne m'en souviens pas réellement et je n'arrive plus à réfléchir comme il se doit depuis... Mon esprit est empli de brumes. J'ai l'impression que tout ce qui nous entourent est inconnu... Que ce monde qui m'accueille m'est pourtant hostile et étranger... Mes actions sont incohérentes et tout est si... distant..."

Un mélange de mensonge et de vérité, mais aussi une touche de doute venant de son coeur. Un mix qui lui convenait pour soutenir sa nouvelle vie, et si jamais il ne marchait pas et que tout s'effondrait avant même que son histoire ne commence, alors soit. Elle n'aura pas terni l'image de Calla ainsi...

La goule avait quand même l'impression d'en avoir trop dit. Son côté pessimiste s'immisceait en elle petit à petit, et elle avait peur que sa décision était trop hâtive...

"Haha... Pardon, tu t'inquiétais pour moi et je sors toutes ces inepties... Actuellement, je vais bien. Je vais bien et tout ira bien, oui..."

Une phrase pour convaincre Rane, ou pour se convaincre elle-même ?