Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations en cours

Blossom ● March

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
MARCH SATIONEM
Dryade
RACE ▬ Dryade
AGE ▬ concrètement 75, physiquement 20
ORIENTATION SEXUELLE ▬ qu'est-cécé?
SITUATION PERSONNELLE ▬ inexistente
NATIONALITÉ ▬ Ellgardienne
FACTION ▬ Civile
MÉTIER ▬ Fleuriste


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité ● ○ ○ ○ ○
❯ force ● ● ● ○ ○
❯ endurance ● ○ ○ ○ ○
MAGIE
❯ mana ● ● ○ ○ ○
❯ puissance ● ● ● ○ ○
❯ contrôle ● ● ○ ○ ○
La magie que tu détiens te vient de ton totem. Tel un cerisier, ta magie est douce et éphémère ; poétique. Flora Orientalis t’accompagne dans tes aventures, tes succès, tes doutes, partout. Elle est là pour te montrer le droit chemin, la beauté de la nature – mère nature. Flora Orientalis habite ton corps de la pointe de tes cheveux jusqu’aux bouts des ongles. D’un toucher, tu arrives à amener de la couleur dans ton environnement. C’est peut-être – sûrement – naïf, mais tu es persuadée qu’avec ta magie, tu pourras apporter du bonheur et du sens dans un monde obnubilé par les avancées technologiques.


Geminus Vivant à Keivere, la cité des Sciences, la nature est très peu présente ; si ce n’est inexistante. Contrainte à un environnement robotique, fermée à la beauté de tes semblables, tu as développé la capacité de créer des beautés de la nature. Pour ce faire, tu as besoin d’un modèle que tu peux voir dans ton entourage. Attention, tu ne vas pas créer un bouquet de fleurs d’une pauvre marguerite, mais d’un bouton tu vas en faire naitre un deuxième. Tu as besoin de toucher la plante en question pour réussir à lui insuffler la force de pondre un semblable à ses côtés. Ce n’est pas quelque chose qui te demande beaucoup de force si tu es dans un environnement vert ; tu es aidée par l’énergie des plantes environnantes. Cela te fait plaisir d’amener la vie à une nouvelle petite créature, c’est comme si tu ne sentais pas les effets secondaires tellement cela t’apporte de la joie. Cependant, en situation de stress intense, tu peux éventuellement perdre le contrôle de ta capacité. Dans un élan de protection, Geminus peut créer un mur construit à partir d’écorces, de troncs, de branches pour essayer de te garder hors de toute situation menaçante. Émanant du sol, la nature repousse l’ennemi pour que tu puisses t’enfuir. C’est un visage de ton pouvoir que tu n’as encore jamais vu, ou du moins dont tu ne te souviens pas. Si une telle situation arrive, tu perds beaucoup d’énergie, épuisée par la dose de mana que Flora Orientalis t’a soutiré. C’est comme si ta magie était vivante et qu’elle prenait ses propres décisions à travers ta personne. Cela peut engendrer des vertiges, des troubles de la vision, des effets qui t’empêcheraient de fuir efficacement.

Saltatio Effrayée à l’idée que mère nature disparaisse de cette terre souillée, tu as la capacité de raviver des plantes qui auraient perdues de leur éclat. A ton niveau, tu peux aider une fleur à la fois – de la taille d’un muguet par exemple – en versant quelques gouttes d’eau sur ses pétales. La fleur renaitra en quelques heures pour égayer à nouveau son entourage d’entant. Ce don que tu as de vie sur la nature n’est pas sans conséquences. Plus tu l’utilises, moins tu vois clair. Si tu ravives un bouquet de fleurs dans son entièreté, tu te sentiras très faible, au point de devoir dormir un jour entier pour reprendre des forces. Cette capacité te pompe de l’énergie vitale, donc tu dois faire très attention à la manière dont tu l’utilises. Toute magie vient avec un prix, et ton formidable don de renaissance te coûte cher. Si tu te retrouvais en face d’une dryade mourante, pourrais-tu l’aider ? Avec ton niveau actuel, tu ne pourrais pas la sauver, mais tu pourrais peut-être amener un peu d’espoir. Ton peuple en péril a besoin de tous ses enfants pour survivre. Et tu ferais n’importe quoi pour aider ton prochain. Tu es capable de mettre ta propre vie en danger si c’est pour avoir la moindre chance de ramener une créature de mère nature. Et même si tu pouvais éprouver des réticences, Flora Orientalis a une telle force qu’elle pourrait abattre des maux pour te convaincre. Cette magie, bien plus forte que toi, peut te mettre en péril.

Mutalis Cette dualité que tu vis avec Flora Orientalis te pèse. Même si tu te sens choyée et chanceuse d’avoir eu le droit à une telle magie, tu n’as pas les épaules pour la contrôler. Après avoir essayé à maintes reprises, tu as décidé d’arrêter et de te concentrer à amener de la joie à ton entourage d’une autre manière. Cependant tu sais que ton don peut revenir au galop et te ramener à la raison. Il arrive quelques fois où tu te surprends toi-même avec une main qui a laissé la place à du bois. A cause de ton manque de contrôle, Mutalis joue avec ton corps comme ça lui chante. Tu peux te réveiller un matin, coincée au sommier de ton lit car ta jambe a décidé de s’y accrocher en s’entortillant comme des branches. En revenant à ta forme humaine, tu ressens régulièrement des picotements dans la partie du corps concerné, ou même un engourdissement. Le cerisier en toi te permet d’avoir une force inhabituelle chez les dryades, et c’est grâce à cette capacité. Si tu arrivais à muter comme bon te semble, et prendre les vraies valeurs d’un cerisier, tu pourrais transformer tes doigts en un poing écrasant comme le tronc de ton totem.
PHYSIQUE

« Qui ? – Ah la gamine ? Ouais, bof rien de spécial. C’est un bébé quoi. »

On ne t’a jamais accordé l’importance que tu mérites, oui, on ne t’a jamais regardé d’un œil intéressé. Alors pourquoi te décrire ? Tout le monde s’en contre fout de toute façon.

« Ah la fleuriste, oui. Elle a quoi. 16 ans ? Ça ne m’intéresse pas les enfants. »

Tu ne sais pas trop ce qui cloche chez toi ; pourquoi on ne s’attarde pas sur toi. Ton physique ne doit pas être à tomber par terre. Ce qui est le cas. Tu es quelqu’un qu’on pourrait décrire de banale, si c’est un mot adéquat à utiliser pour décrire quelqu’un. Ni trop grande, ni trop petite, tu te fonds assez facilement dans la masse. Tu arrives à te faufiler entre les gens sans trop de difficultés. Tu ne marches pas d’un pas élancé, la femme en toi est encore trop endormie pour que tu oses agir comme tel. En fait, tu n’es pas une femme. Tu as beau avoir 75 ans, tu es encore une enfant et pas qu’un peu. Tu t’es arrêtée à l’adolescence, mais tu n’as jamais fait ta crise. Tu es la mignonne petite nièce que tout le monde rêverait d’avoir, celle qui offre des dessins en cadeaux et des bouquets de fleurs disparates pour la fête des mères.

Tu es une gentille petite fille qui voit la vie en rose et qui aimerait pouvoir s’habiller de cette même couleur tous les jours.

Tes bras et tes jambes frêles ressemblent à des brindilles qui auraient besoin d’une bonne dose de soleil et d’eau pour gagner beaucoup de forces. Cependant, ton totem étant le majestueux cerisier, tu as toujours eu plus de force que la femme lambda. Tu ne te l’expliques pas non plus, les dryades ne sont pas des êtres surpuissants physiquement. Attention, tu n’es pas Hulk, mais avec l’adrénaline tu peux faire preuve d’une force qu’on n’imaginerait pas voir chez une demoiselle de ton gabarit. Sous ta forme transformée par Mutalis, tu peux faire peur aux racailles du coin, même si à première vue ils te riraient au nez. Ta taille pourrait bénéficier de quelques centimètres pour t’aider à affirmer la femme qui sommeille en toi – pour l’instant, ça pue le mignon.

Même tes moues ne t’aident pas. Tu as toujours cette moue accrochée à ton visage, une moue qu’on aurait envie de titiller. Une moue qu’on veut piquer et voir s’énerver. Parce que tu ne t’énerves pas, tu n’as pas les rides du lion, mais celles du rire qu’on aperçoit au coin de l’œil. Tu essaies de toujours avoir un sourire à la bouche pour amener la joie et la bonne humeur autour de toi.

Si on fait abstraction de cette image que tu renvoies, on pourrait s'attarder sur toi. Tes doux cheveux cuivrés épousent la forme de ton visage, laissant découvrir deux mirettes noisette. Grâce à celles-ci, tu fixes et observes ce qu’il y a autour de toi avec beaucoup d’intensité, même si c’est éphémère. Lorsqu’on te regarde, on reste accroché à tes prunelles hâlées. Cependant, tu rougis rapidement. Et oui, on ne perd pas les bonnes vieilles habitudes. On dit que si on regarde quelqu’un dans les yeux plus de 10 secondes sans sourciller, on tombe amoureux ! Il ne faudrait surtout pas que ça t’arrive non ? L’amour c’est pour les adultes. Alors tu restes l’enfant que tu as toujours été depuis 75 ans. Mieux vaut rester dans un monde imaginaire où on décide de qui ont est.
CARACTERE
Qualités Joyeuse ● Douce ● Gentille ● Respectueuse ● Enfantine ● Attentionnée ● Empathique ● Ambitieuse ● Déterminée ● Courageuse ● Humble ● Altruiste ● Apaisante ● Bienveillante ● Combative ● Dévouée ● Fidèle ● Intègre ● Persévérante ● Philosophe ● Sage ● Sensible ● Volontaire ● Vaillante

Défauts Curieuse ● Naïve ● Bornée ● Impatiente ● Réservée ● Niaise ● Inconsciente ● Faible ● Inexpérimentée ● Compulsive ● Désobéissante ● Influençable ● Maladroite ● Rêveuse ● Obstinée ● Lunatique ● Introvertie ● Insouciante ● Indiscrète ● Incompétente ● Inattentive ● Imprudente ● Émotive ● Idéaliste

Tu n’es pas une guerrière – dit-on.

Et oui, petite fleuriste de Keivere, on peut affirmer que tu es bien loin des standards de l’Empire. Fragile, fluette, pour un grand nombre d’habitants tu n’es pas digne de reconnaissance. Pourtant, tu es loin de cette image que tu renvoies.

Cette image te protège ; enfin tu l’espères. Tu ne veux pas qu’on te voit, alors tu restes silencieuse. Tu ne veux pas qu’on t’aborde, alors tu fuis. Petite dryade que tu es dans la cité des sciences, c’est dur de trouver sa place et de la revendiquer. Surtout que tu n’es pas là pour exprimer au monde ton bonheur. Cette destruction omniprésente de ce qui nous est offert par mère nature t’exacerbes. Tu ne veux qu’une chose, pouvoir convaincre Ellgard que la clé vers la paix n’est pas l’extinction de ce qui gêne. Mais tu n’as pas le pouvoir ni la volonté de t’exposer aux yeux du monde.

Tu es arrivée à Keivere pour te rebeller. Alors oui, sensible que tu es, la rébellion est méconnue au bataillon. Mais c’est bien ta raison première. Tu grandis dans un idéal où la nature et les technologies peuvent vivre en paix, et non avoir les avancées matérielles écraser la beauté de ton origine. Tu ne comprends pas pourquoi l’humanité détruit tout sur son chemin ; tu rêves d’un monde d’harmonie.

Est-ce que tu appartiens à cet univers dévasté ?

Que tu aies ta place ou non, tu y existes. Héritière de l’ambition des dryades tu ressens le besoin de faire entendre ta voix. Même si tu ne sais pas comment y arriver, tu comptes bien mettre un terme à l’enfer qu’Ellgard entretient avec ses recherches. C’est assez désuet, même très bête vu tes compé – ton manque de compétences. Mais tu t’en fiches, tu as l’intime conviction que par ta seule volonté tu arriveras à faire bouger des montagnes.

Tu sais au fond de toi que tu vas devoir faire face à tes propres démons avant de pouvoir t’atteler à plus fort. Tu sais que ton combat perpétuel pour ne pas perdre le contrôle face à Flora Orientalis ne t’aide pas à continuer ta route sereinement. Des fois, dans ces moments sombres, tu souhaites le silence de ton don. Tu aimerais pouvoir passer des moments tranquilles, ou tu n’as pas à avoir peur que tes capacités s’enclenchent contre ton gré. Alors tu essaies de voir le positif partout, pour ne pas alarmer ton protecteur, mais c’est dur. C’est dur même pour une Sationem.

Tu avances dans ces rues grises, peuplées d’êtres puants et inconscients du mal qu’il font à la planète. Parce qu’évidemment tu les mets tous dans le même sac, tu es presque persuadée qu’ils le font tous consciemment. Tu crois qu’avec ta boutique de fleurs tu vas pouvoir faire renaitre la flore de ce pays rongé. Tu sais que c’est désuet, mais l’espoir fait vivre, n’est-ce pas ?

March.

Tu es une gentille petite fille qui souhaite beaucoup de choses et inconsciemment se terre dans une bulle de mensonges. Tu en deviens lunatique, à force de ne pas avoir les pieds sur terre. Il faut faire attention à ne pas tomber dans l’extrême, pour l’instant tu arrives encore à avoir la tête sur les épaules. Mais plus tu voies Keivere s’étendre, plus ton espoir s’amenuise. Tu ne veux pas prendre part à la guerre qui se trame sous tes yeux, tu es persuadée que les conflits peuvent se résoudre par le dialogue. Ça prouve bien ta naïveté. Tu espères ne jamais avoir recours à la violence, tu veux utiliser ta magie pour faire le bien, pas pour faire ce que tu dénonces. Mais, est-ce que ça marche vraiment ?

Une fleuriste n’a pas de pouvoir ici.

Tu n’es pas une guerrière non, mais tu combats tes démons tous les jours courageusement pour au moins faire avancer ton entourage. Et c’est avec ta petite boutique que tu penses pouvoir faire changer les opinions de celui-ci. Tu sais que tu es incompétente, tu sais que physiquement tu es l’équivalent d’une larve. Mais est-ce qu’il faut s’arrêter au physique ?

Tu as l’âme d’une guerrière, ne reculant devant rien pour arriver à l’accomplissement de ton Nirvana. Tu sais et tu es sûre qu’un jour tes efforts paieront. Un jour Keivere ouvrira les yeux et se rendra compte de son erreur. Alors tu es là et tu attends ce jour, non sans agir. Mais tu ne sais pas par où commencer. Maladroite, tu te vois fermer des portes parce qu’on te prend à la légère. Tu ne sais pas comment attirer l’intérêt des bonnes personnes, celles qui partagent ta vision.

Mais encore une fois, qui va venir s’intéresser à une fleuriste. Tu es quelque peu contradictoire March. Un coup tu veux qu’on te laisse dans ton coin, un coup tu cries pour qu’on te regarde. As-tu peur des conséquences de tes ambitions ? As-tu peur de ne pas pouvoir revenir en arrière une fois le chemin vers la rébellion emprunté ? Tu te caches sous ton air d’enfant. Inconsciemment tu souhaites ne jamais avoir à faire aux horreurs du monde moderne et rester dans ta bulle utopique.
HISTOIRE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Tu es perdue.

Tu cours tu cours, cherchant à te cacher, en vain. Tu as nulle part où aller. Tout ce qui t’entoure, mère nature - tous te regardent avec stupeur.

Cours ; respire.

Tu expires gravement, en t’agenouillant à un rocher. Tes jambes te lâchent, tes genoux craquent, tu te retrouves à terre, la tête dans les mains. Les gouttes de sueur dégoulinent le long de tes mèches pour arriver dans le creux de tes doigts, cachant tes joues rougies par l’effort. Alors que tu essaies de calmer la douleur dans ta poitrine en respirant profondément, tu cherches un chemin.

Tu fuis.

Tu ne comprends pas toi-même ce qui se passe, ni même ce qui s’est passé. Pourquoi est-ce que d’un coup tu te retrouves à fuir ton propre peuple…


●●●


Toutes se regardent agressivement. Toutes se jaugent, à qui est la plus apte. Vous vous êtes rendu compte que le peuple des dryades est en péril, et chacune d’entre vous veut procéder à sa manière pour protéger l’espèce. Entre celles qui veulent sauver leur peau, celles qui veulent faire gronder la colère de Mère, tu ne sais trop que penser.

Que veux-tu, March ?

Le silence est insoutenable, toutes te toisent et attendent ton opinion. Tu es la seule à ne pas avoir donné son avis sur la situation. Que dire… Que dire alors que le peuple se déchire ? Les dryades sont les protecteurs de la nature, vous êtes mises au monde pour amener les couleurs de mère nature aux quatre factions, certaines plus ouvertes que d’autres. Alors que faire ? Tu ne sais pas trop à vrai dire. Vous n’êtes pas assez nombreuses ni assez puissantes pour commencer une guerre, puis une guerre équivaut à la destruction de l’entourage, ce que vous essayez d’éviter. Tu te tritures la tête, à essayer de trouver une solution au problème. Cependant tu n’es pas la plus sage, et ça se sait. Tu n’es jamais sortie de la forêt de Nueva, tu ne sais pas comment c’est à l’extérieur. Tu regardes tes semblables, tes amies, ta famille.

Certaines sont en colère, alors que tu peux apercevoir chez d’autres de la tristesse. Ta voisine a cette pointe de déception cachée sous son petit sourire timide qui essaie de t’encourager. Oui. Vous êtes une grande famille au final.

« Je ne comprends pas pourquoi je vois de la colère chez certains d’ent – »

Alors que tu t’étais enfin décidée à prendre la parole, ton bras droit te lance d’un seul coup ! Tu essaies de le retenir, mais il part dans tous les sens. C’est comme si… si tes veines explosaient.


●●●


Les joues rouges, les yeux fatigués, tu te tiens le bras. Qu’est-ce qui s’est passé… ?

Accroupie près du rocher, tu restes effrayée par ce qui vient de t’arriver. Alors que tu ressentais de la tristesse pour ton peuple, ton pouvoir s’est réveillé. Comme s’il avait réagi à ton émotion. Ça te fait peur, jamais tu n’avais ressenti ça, ni même vu ça. Ton bras s’est transformé, alors que tu ne lui as rien demandé. Ton bras a agi de lui-même alors que tu étais perdue dans tes pensées. Cette forme qu'il a pris, encore maintenant tu es terrorisée. Tu le tiens fermement; par peur que ça recommence. C'est comme si, ta magie avais pris le contrôle de ton corps pendant un court instant, comme si ta magie avait eu son propre libre-arbitre.

Haletant lourdement, tu te relèves, les jambes lourdes et fatiguées. Il faut continuer, rester pourrait être dangereux. Mais ; dangereux pour toi, ou dangereux pour les autres ?

Toute à l’heure, c’est toi qui a voulu attaquer tes semblables. Enfin toi, ton bras a agi de lui-même. Tu ne sais pas pourquoi il s’est transformé en une lourde masse. Tellement lourde, tu craignais perdre ton bras. Ce fut d’une douleur si intense… Tu as du mal à te souvenir des événements à cause de la douleur qui était omniprésente. Encore maintenant, tu as beau tenir ton bras, tu ne le sens pas vraiment, comme s’il était engourdi.

Tu as attaqué ton peuple ; Flora Orientalis a attaqué les gardiens de Mère Nature. Alors que ton cœur s’emplissait d’une tristesse intense, ton corps a réagi d’une violence extrême. De peur de faire du mal autour de toi tu as préféré fuir. Est-ce que c’est la bonne décision ? Tu en doutes. Tu ne sais même pas où aller, quelle direction prendre ! Tu as toujours vécu dans cette vallée, reculée des ennuis des peuples voisins, des guerres d’opinions.

Si tu es choquée, c’est parce qu’au final, tu ne vaux peut-être pas mieux. Toi qui est joyeuse, pleine de vie, à prêcher la paix et dénoncer le mal, tu t’es retrouvée en situation de détresse. Ton corps a comme eu une pulsion, il a voulu faire du mal. Mais si c’est ton corps ; alors c’est ta volonté ? C’est toi qui a voulu ça ? Non pas possible. Tu ne sais pas dans quel sens tourner le problème. Au final tu as trahi les tiens. Tu as levé la main sur une dryade, tu as agressé la nature. Tu n’as pas le droit de rester ici.


●●●


Ça fait maintenant quelques jours que tu erres, tu as quitté le royaume caché des dryades depuis bien longtemps. Où vas-tu March ?

Petit à petit, la faune fait place à la roche, la sensation de l’herbe fait place à la rudesse des gravas. Tu as mal partout, tu tiens toujours ton bras d’ailleurs ; traumatisée peut-être ? Tu as peur qu’il parte en sucette à nouveau ?

L’odeur de sève et de feuilles humides laisse bientôt la place à une odeur quelque peu… nauséabonde. Tu n’as jamais senti quelque chose de semblable, ça chatouille tes narines. Tu te rends très vite compte que tu n’as jamais senti ça parce que ça ne vient pas de la nature ; le paysage autrefois vert a été remplacé par des bâtisses immenses, certaines froides, d’autres parasitées d’activités. Alors c’est ça, le monde humain. Au loin tu peux apercevoir des énormes colonnes qui crachent de la fumée noire. C’est ça, l’ère destructrice d’Ellgard. Tu en avais entendu parler de la part des anciens quand tu étais plus jeune, mais tu ne l’avais jamais vu de tes propres yeux. Le dragon de cendres, c’est comme ça qu’on te le décrivait.


●●●


Tu penches la tête lentement dans le creux de ton coude, affalée sur le rebord de la fenêtre. Il pleut aujourd’hui.

Depuis que tu es arrivée à Keivere, tu comprends mieux. Tu comprends mieux la colère que peuvent ressentir certaines dryades, la tristesse pour d’autres. Tu croyais faire partie de ceux qui étaient conscients, ceux qui avaient réussi à gagner une certaine conscience au fur et à mesure de leur existence, mais en voyant cette cité hors du commun ; peut-être que finalement c’est toi qui est déconnectée du monde.

La pluie se déverse dehors ; les gouttes s’éclatent sur la vitre, glissant le long du verre. Tu n’arrives pas vraiment à voir ce qui se passe dehors, tellement ta vision est brouillée par les averses. Bien au chaud sur ton tabouret, les mains enfouies dans ton pull, tu te perds dans tes pensées.

Les dryades ont un rôle à jouer dans cet univers, tu es en persuadée. Peut-être que tu n’arriveras pas à ramener la faune et la flore si belle et unique à Ellgard seule. Peut-être que le rôle des dryades est de sortir des sentiers battus, faire valoir leur existence aux yeux de tous. Peut-être.
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Blazey/Courgette
AGE ▬ tout juste 22!
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ top-sites
UN AUTRE COMPTE ▬ pas encore
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ Axis Powers: Hetalia - Japan (F)
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ et pas que
Hanw elle est tellement chou, et puis un cerisier quoi, j'adore les cerisiers >< (surtout les cerisiers pleureurs !)

Bon courage pour la suite de ta fiche, et bienvenue à Ellgard 8)




Bienvenue !
Une fleuriste à Ellgard... j'aime bien perso :3
Bon courage pour ta fiche !


Bienvenue parmi nous
Encore une dryade **

Bienvenue petite pousse et bon courage pour ta fiche
On manquait de fleuriste dans ce monde, bienvenue à toi !
Bienvenue parmi nous! Une petite créature douce dans un monde de brutes, c'est original  
Merci beaucoup pour vos encouragements! J'espère que la petite March ne sera pas traumatisée trop rapidement
Quoique, c'est sûrement temps après 75 ans d'existence. o/
Trop choue **

bienvenue
Merci Rane!

Update; il ne me reste plus que l'histoire et ce sera buenobueno.
Juste pour te signaler que j'ai retiré la mention sur l'âge mental de ton personnage, on se doit d'être assez strict par apport aux règles sur le contenu mature accepté par Forumactif et les personnes mineures, même si je comprends bien que c'était une métaphore pour décrire son caractère!
Oui c'est tout à fait correct, c'était déjà prévu de l'enlever donc tant mieux! J'ai un peu modelé le personnage et pour l'histoire c'est presque bon désolée de prendre le temps!

Edit; terminé!
Le Staff va passer te lire au plus vite