Lost Kingdom  :: Personnage :: Présentations :: Présentations validées :: Civils

Papa-ya~ [Terminée]

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

UL LUCHA Lulucha

Propriétaire du Bazar en devenir ; Créatrice d'automates ; Grande gagnante de la belote d'Everbright ; Pourfendeuse de la tarte aux fraises

Identité

  • Race : Dryade liée aux Capucines
  • Âge : Trentaines d'années
  • Orientation sexuelle : Asexuelle
  • Situation personnelle : Non-intéressée
  • Nationalité : Civile vivant sur les terres de Nueva

Points de caractéristiques

  • Physique :
  • Agilité :
  • Force :
  • Endurance :
  • (Techno)magie :
  • Mana :
  • Puissance :
  • Contrôle :

Compétences [3/3 slots]

Créatrice hors-pair d'automates (et non automatas), Lulucha s'est fait connaître dans le monde des orfèvres et des marionnetistes de part son sens du détail et de son goût rafiné pour l'excellence. En dépit de ce que l'on peut penser, Lulucha n'est pas seulement une femme de haute manufacture ne se pencher que vers l'artisanat. Beaucoup savent que cette dryade possède aussi le don de pouvoir soigner les maux et donner vie à ce qui ne devrait pas l'être.

Don de vie :
Lulucha possède la capacité d'insufler la vie dans ses créations. En leur offrant un don de sa magie, la dryade est en mesure de donner à ses automates la faculté de se mouvoir, de penser et de parler de manière libre. A l'image d'un être vivant lambda. Il lui faut, pour se faire, que son automate soit le propriétaire d'un coeur de bois taillé. Les rumeurs racontent qu'une graine de capucine y serait logée lors de la confection. Qui plus est, offrir une vie ne veut pas dire offrir une armée. Hormis les automates travaillés de manière à combattre, il est évident qu'aucun des automates éveillés n'est en capacité de combattre. Relevant plus de l'utilitaire que du guerrier.
En outre, si le don de vie possède la faculté d'offrir la vie à l'inanimé, Lulucha est capable de soigner les maux des vivants. Loin d'égaler le niveau des soigneurs émérites, la dryade peut utiliser le Don de vie de façon à soigner les maux les plus légers jusqu'à la blessure par lame. Cependant, la jeune femme précisera toujours que si le corps est soigné, l'esprit à besoin de repos. On ne s'invente pas salvateur.

Chevalier Purr-Purr :
Seconde création de la Dryade, le chevalier Purr-Purr ressemble à s'y méprendre à... Un chevalier... De type félin. D'où le nom. Il semblerait que Lulucha soit doué de créativité dans beaucoup de domaine mais n'en posséder que peu lorsqu'il s'agit de nommer ses œuvres. Enfin..
D'une taille n'atteignant pas le mètre parfait mais touchant le net quatre-vingt dix centimètres, le chevalier Purr-Purr ne brille pas de part sa carrure. Sauf s'il s'agit de provoquer des "Awwww" chez la gente féminine ou masculine mais qui aime faire des "Awwww". Le principal usage de cet automate consiste à assurer la défense de la dryade contre la plupart des menaces excluant de féroces mages bien trop violent. Car, en dépit de sa taille et de son allure, le preux chevalier Purr-Purr possède une capacité d'encaissement particulièrement haute, lui permettant d'être l'égide de sa propriétaire en cas de besoin. Qui plus est, il semble particulièrement doué pour couper du bois et effectuer du bricolage.

Manameow le Woo-Wee-Woo :
Première création de l'artiste, Manameow le Woo-Wee-Woo ressemble à s'y méprendre à... Un magicien... De type félin. D'où le nom. Il semblerait que Lulucha soit doué de créativité dans beaucoup de domaine mais n'en posséder que peu lorsqu'il s'agit de nommer ses œuvres. Enfin..²
Légèrement plus petit que son confrère le Chevalier Purr-Purr, il n'est cependant pas en rade de "Awwww" quand à sa bouille plutôt fluff.. Comme certains aiment dire.
Toujours est-il que la mignonnerie n'est pas là son principal atout. Non ! Manameow le Woo-Wee-Woo est capable de prodiguer des soins sur une zone s'étalant sur une dizaine de mètres. Son bâton projette des lucioles éclairant la zone d'une lueur agréable. Néanmoins, tout ennemi de la créatrice sera immédiatement harcelé par ces mêmes lucioles et, à défaut d'être soigné, sera blessé par ses créatures d'énergie.
Les soins sont lents à prendre forme mais peuvent devenir très effectifs tant que les blessés restent dans la zone d'effet, il en va de même pour les dégâts reçus.

Physique

Nous décrire ? Quelle étrange question. Mais soit, nous nous prêterons à l'exercice. Il est vrai que ce genre de questions nous taraudent parfois l'esprit mais nous ne préférons pas y répondre. Il est, après tout, plutôt délicat de se qualifier sans être dans l'excès. Que cela soit en bien comme en mal. Enfin.. Vous savez ce que l'on dit après tout.. .... Hm... Oubliez, nous ne nous souvenons plus du proverbe.

Nous faisons partie du peuple des dryades. En cette raison, nous possédons plusieurs de leurs traits, tels que les oreilles plus pointues que celles des humains. Ce côté plus forestier et.. Mystique que ne possède les citadins. Enfin, nous ne sommes pas là pour discutailler de cela, je m'égare. Quelle était la question ?  Ah oui. Toutes nos confuses.

Il est vrai que vous dire que notre physique est passe-partout serait une facétie tant par sa vérité décallée. Nous faisons partie d'un peuple même au sein des dryade. Certains nous pensent atteint de nannisme et que cela se traduirait par une apparence plus petite, aux traits plus jeunes et à l'allure plus.. Patatesque. C'est une théorie qui se tient après tout. Nous n'en avons pas la réponse. Nous sommes trop peu pour en faire une étude et puis, pour être franches, nous n'y portons que très peu d'intérêt. Où en étais-je ? Oui. Pardon.

Comme vous l'aurez compris, nous sommes de petite taille. Si nos souvenirs sont corrects, nous atteignons le mètre lorsque nous portons nos chausses. Soit environs quatre-vingt dix huit centimètre. Je vous fais cadeau des millimiètre. Nous possédons une silhouette plutôt correct, notre foi. Nous avons cependant la tâche ardue de nous déplacer avec une mauvaise inertie, rendant notre démarche à la fois un peu ridicule et mignonne aux yeux des plus grands. M'enfin, nous nous égarons encore une fois.
Nous possédons de longs cheveux de la couleur des capucines pâles que nous pronons le temps de coiffer de manière à pouvoir porter correctement notre ornement. Nous ne sommes pas superficielles, oh non, juste coquettes. Notre tenue s'orne des parrures de nos différents voyages et des couleurs des capucines de sang et d'aurore. Si nos couleurs semblent ne sorner que vers les pétales, nos yeux et certains de nos joyaux sont aux couleurs de l'organe qui les porte. Baignant notre visage d'une pointe de vert touchant à l'émeraude.

Caractère

Oh oh, mais cela semble se corser.. Mais nous relèverons le défi ! Nous sommes d'un caractère plutôt doux. A l'image des fleurs, nous nous laissons bercer par le vent et ne montrons que très rarement un côté plus pernicieux de notre façon d'être. Non, en vérité, nous sommes parfois peut-être un peu trop gentilles. Nous aimons aider, apporter notre aider et venir au soutien aux autres... ...... Peut-être sommes nous en train de nous répéter. Enfin.
Là où beaucoup de nos collègues préfèrent voir le profit, nous privilégions les clients et leur fidélité. Bien évidemment, nous ne nous mettrons jamais en dette. Cependant, nous sommes prêtes à offrir des facilités de paiement par divers moyens. Que cela soit en étalant les frais ou en offrant des services de mercenariats ou en aider à la gestion du Bazar. Enfin, dans le futur. M'bref, vous nous avez comprises.

Nous, Lulucha Ul Lucha, sommes plutôt fière de nos origines mais n'aimons pas forcément nous en vanter. Nous préférons agir avec le sourire et réprimez ceux qui menaçent le Bazar avec un sourire encore plus grand. Enfin, tandis qu'ils sont mit dehors, évidemment. Nous tenons à la tranquillité et à l'ordre au dessus de beaucoup d'autre choses.
Nous devons avouer que nous ne sommes pas très à l'aise de parler de nous même de la sorte. D'un caractère plutôt humble, nous n'avons pas l'habitude d'essayer de nous mettre en avant. Alors, en toute gentillesse, ne prenez pas la maigreur de nos mots pour un quelconque refus de vous répondre. Votre compagnie nous est très délicieuse.

Histoire

Nous sommes la descendante d'une lignée de dryade bien particulière. Tout comme le stipule la particule dans notre nom, nous provenons d'une lignée qui serait dignitaire d'un titre. Si les anciens nous portent un regard de respect, il n'est nul besoin de vous informer que peu de personnes connaissent encore la notion des "Ul". Mais cela n'importe que peu, les moeurs évoluent avec le temps.
Comme vous aurez put le comprendre dans les versets précédents, nous sommes l'une des rares dryades atteintes de ce que les Autres pensent être une forme de nannisme. Nous ne grandissons que très rarement au dessus du mètre et notre aisance physique est bien plus basse que celle du commun des (im)mortels. Cependant, nous comme les autres, avons sût tiré profit d'autre chose. Notre faible taille nous rend particulièrement doués pour les travaux d'orfèvres. Enfin, tout type de travaux minutieux à vrai dire. Mais il est vrai que notre famille s'est ainsi spécialisé. Nous offrant donc une jeunesse à l'abris du manque, bien au contraire. Mais là n'est pas le sujet. Oh ? Ça l'est. Toutes nos confuses. Nous reprennons alors.

Nous sommes aux regret de vous informer que notre vie n'est pas le spectacle de multiples rebondissements, loin de là. Loin des tumultes et de la guerre, nous avons vécus entre deux terres. Nueva pour nos racines et Akhanta pour nos feuilles les plus hautes. Subtile image n'est-il pas. Mais il est judicieux de rappeller qu'Akhanta était et est encore notre premier acheteur lorsqu'il s'agit de taillage de pierres. Apatride si ce n'est celle qui nous donne le droit de vente sur leurs terres, nous avons toujours prôné l'indépendance politique. La lignée des Ul s'est toujours targuée de rester neutre vis à vis des conflits tailladant ce monde. Et même si nous avons parfois l'envie d'y participer, nous tâchons de respecter la tradition familiale. Peut-être qu'un jour, nous la transgresserons. Mais ce jour n'est pas encore arrivé. Peut-être demain ?

Que pouvons-nous donc vous raconter si aucun passage de notre vie n'est réellement empreint au roman.. ? Autant parler du présent, voulez-vous ? Oh non ! Nous savons ! Avant cela, laissez nous vous raconter quelques histoires croustillantes.

C'était il y a maintenant cinq ans. Non six. Six années. Nous faisions partie de la délégation représentant les différents partie des rues commerçantes d'Akhanta lors d'une invitation au palais. Bien entendu, il n'est nécessaire de vous préciser que nous n'avons pas été accueillis par la royauté, tout de même. Non, il s'agissait là d'une invitation officielle afin de participer à un sorte de symposium sur l'étude du marché Akhantien. M'ui, rien de bien intéressant à prime abord. Cependant, il est de notoriété publique que la royauté sait recevoir. Et qui sait recevoir, sait préparer un banquet digne de ce nom. Et à cette coutume, jamais Everbright n'a manqué.
Les réunions se passent toujours de manière relativement similaire. Les délégations arrivent chacune leur tour et sont annoncées avant de prendre place autour de la table. Toujours dans le même ordre. Aussi, une absence ou un retard est tout de suite notifié autant par l'hôte que les invités. Il est donc extrêmement mal vu de devoir faire répéter l'annoncer. Le dîner se passe alors de manière, notre foi, plutôt conviviale. Traditionnellement, tout les plats doivent être vides avant de passer aux négociations, sans quoi l'année sera placée sous le signe du déficit.

Ce jour là, presque toutes les délégations furent présentes. A vrai dire, une seule fût absente mais à notre grand désarroi, il s'agissait de la plus grande d'entre nous. C'est avec une frayeur sans pareille que nous avons vu la table se garnir d'un festin plus grand chaque minute alors que les regards des différents invités se décomposaient en même temps que le miens. Nous n'avions aucune idée de la manière dont nous allions pouvoir avaler tout cela sans l'aide de nos alliés. Mais il en allait de nos réputations. Alors, nous nous y sommes attelés. D'abord avec grâce, puis dans la totale débauche organisée. Les bouchers se sont attelés à partager les viandes selon gabarits, cordonniers et couturiers ont filés vers les accompagnements afin d'en réduire considérablement la quantités. Nous autres, Doigts de Fées, nous sommes occupés de vider les plats coûte que coûte.
Au bout d'un combat acharné de trente minutes, la table fût vide et débarrassée mais la guerre avait fait son oeuvre. Gisait ça et là et les corps ronds et à peine animés des blessés de guerre. Près de nous, un jeune démon dont la bouche se garnissait encore d'une tranche de rôti à peine mâchée. Il était trop jeune pour cette guerre !
Et puis... Le drame. Là où nos esprits reput et fins pleins pensaient voir la victoire, nous n'avions tous qu'été aveuglés par notre arrogance. Tant occupés à nous réjouir d'avoir su vider la table, nous en avions oublié la clef. Le dessert. Portée par un serveur à la mine déconfite par ce spectacle, une tarte rouge et brillante fût alors déposée sur la table tandis que les rares d'entre nous encore assis sur chaise et conscient réalisaient ce qu'il se passait. Aucun ne semblait en état de ne serait-ce se mouvoir. Manger une tarte aussi délicieuse reviendrait à toucher le point de non retour glycémique.. Pourtant, portée par un élan de sacrifice, nous nous sommes dressée face à l'ennemi. Saisissant la pelle à tarte et notre assiette, nous avons combattu l'incident politique part par part, fraise par fraise. Les larmes de fierté des commerces venant rythmer ma mastication pendant que tous murmuraient : "La Pourfendeuse de tarte aux fraises...". Un jour béni. Enfin, nous semble-t-il. Nous avons perdu connaissance durant trois jours après cela. Mais depuis, nous portons fièrement le titre de celle qui sauva Akhanta de la décadence.


Une autre ? Allez, une autre. Gratuitement. Mais après, nous passons à ce qu'il se passe là maintenant d'accord ?

Bien, c'était il y a peu. Lorsque les différentes nations sont venus "discuter" à Akhanta. Oui oui, ces jours mêmes où cela a un peu éclaté.
En parallèle de cet événement s'en tenait un autre presque tout aussi prestigieux. La Belotte d'Everbright. Et oui ! La seule et unique compétition mondiale où tout peut arriver. Enfin, nous nous emportons. Nous étions donc inscrites sous la bannière capucine et avant décidé de participer. Nous sommes très facilement arrivés en final où nous attendait le champion de l'année dernière. Un homme barbu et brun au teint abîmé. Un visage de ceux que l'on ne peut aimer. Bref, notre ennemi.
Nous nous sommes battus comme des lionnes, notre mère et nous. Placés au Nord et au Sud, donneuse, nous avons laissé la main jusqu'à ce que le premier donne la couleur demandée. Mais vu qu'en jouant après, notre mère était maître, nous avons put jouer notre carte à défausser tout en réussissant à prendre le plis. Oh diantre que cette partie fût trépignante. Mais nous n'allons pas vous expliquer chaque pose. Non. Non, le plus important dans cette histoire c'est, croyez le ou non. Au moment où nous posons la carte de la victoire... BAM ! Les attentats font crier la garde, ne laissant aux organisateur que le temps de nous lancer le titre et la gerbe de fleur avant de ne devoir évacuer les lieux. Alors ? Et dire que vous pensiez les parties de belote ennuyantes. Grande gagnante de la Belote d'Everbright.. Nous pouvons nous vanter, ne trouvez vous pas ?

Enfin.. Teuh teuh teuh.. Nous n'avions dis que deux histoires. Nous devons essayer de terminer celle qui continue.. Hm... Peut-être nous sommes nous perdue.. Bref. De nos jours...
Nous sommes désormais âgée de suffisamment d'années pour pouvoir prétendre à créer notre propre vie. Récemment, nous avons donc préparé nos affaires et les différentes choses nécessaire au voyage et nous en avons discuté avec la génération supérieure. Et ils ont accepté à condition de garder les armoiries familiales, un honneur.Et... Nous sommes donc en route... Rien de plus. Enfin.. Nous cherchons actuellement un lieu où implanter notre Bazar. Il est vrai que nous partons avec presque rien. Mais nous espérons pouvoir nous faire un nom, à l'image de nos ancêtres, et créer un lieu où chaque personne pourrait venir et simplement trouver son bonheur sans jugement ni crainte. C'est beau n'est-ce pas ?


PS : Nous sommes navrée si notre façon de parler vous perturbe. Nous avons toujours appris à parler de nous de la sorte. Nous espérons que cela n'a pas rendu la lecture fastidieuse... Vous reprendrez bien une part de tarte ?

Profil

  • Pseudo : Vive les acronymes
  • Âge : 23 ans
  • Tu nous as trouvé où ? Dans une réunion de haters
  • Un autre compte ? Un cadavre
  • Personnage de l'avatar : FFXIV ▬ Nanamo Ul Namo
  • As-tu lu le réglement ? Yup yup
Copyright ©️ Maître du Jeu de Lost Kingdom



Nanamo Papa-ya~ [Terminée] 3622086245
Papaya...
Bordel Papa-ya~ [Terminée] 1494853234

Bienvenue parmi nous o fan de ff14 /o/
Le staff passera bientôt te lire ;)
°°

Trop meugnonne !

Bienvenue jeune créatrice d'automates je pense qu'on va bien s'entendre toi et moi Papa-ya~ [Terminée] 3622086245
Papa-ya~ [Terminée] 4234441333

Bienvenue.



Ta fiche m'a vendu du rêve xD Bienvenue ❤


Papa-ya~ [Terminée] LIE



Papa-ya~ [Terminée] Aejor2

Signas:
 
Oooooowh Papa-ya~ [Terminée] 1786526449 la choupette et ses petits félins **

Bienvenue
C'est dans la boîte !
Félicitation, te voilà officiellement validé !

TEMPS FORTS Ҩ L'histoire est gargantuesque - hey, t'as vu le jeu de mots ? - alors, y'a rien à dire dessus : CQFD.

REMARQUES Ҩ Le grand cocobooow

Sur ces mots, je te redirige vers la fiche personnage obligatoire afin de conserver une trace de ton évolution. Bon courage pour la suite !